Aulnay-sous-Bois : la rentrée à l’école du Bourg à nouveau reportée suite au prolongement du chantier de dépollution de l’ancienne usine d’amiante ?

Publié le 27 Juin 2012

algecoUn réfectoire repeint de frais, des sols brillants comme des miroirs… Jeudi dernier, la petite délégation de parents d’élèves invitée à visiter l’école du Bourg commençait à y croire. « C’est un soulagement, de retrouver une vraie école avec un préau », confiait une maman. Déserté durant six ans, le groupe scolaire devait retrouver ses élèves en septembre.

« Si les équipes du chantier accélèrent le rythme, en 3-8, le terrain sera-t-il dépollué à temps? J’espère le savoir dans quelques jours », glisse Gérard Ségura, qui rencontrera les parents lors d’une réunion publique demain.

Le plus probable est que les travaux déborderont jusqu’en octobre au moins. Selon le contrôleur du travail, ils ne présenteraient aucun danger pour le voisinage : « L’intervention sous confinement lourd constitue […] une garantie absolue pour toutes les personnes travaillant ou circulant à l’extérieur du confinement », a-t-il écrit au maire. Mais les familles sont inquiètes : « Les parents ne se laisseront pas convaincre. Le dortoir de la maternelle donne directement sur le chantier! » souligne Christelle Dauvin-Lebaron, représentante de l’association des parents d’élèves FCPE.

« Le maire ne fera pas le forcing », assure son cabinet. Seule certitude : les préfabriqués abritant les classes de maternelle et d’élémentaire depuis 2006, en piètre état, ne feront pas une rentrée de plus. La ville cherche des « solutions alternatives ».

 

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Amiante

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

une parente d’élève indignée 27/06/2012 17:03

Quand je pense qu’on nous promet de réintégrer le bourg depuis des années et qu’une fois de plus tout est remis en cause. Je trouve la gestion de ce chantier totalement calamiteuse et
irrespectueuse des enfants, des enseignants et des parents. Nous ne sommes pas des marionnettes. La perspective de passer une année supplémentaire en préfabriqués m’apparait insupportable. Comment
est-il possible que les représentants des parents d’élèves et la mairie n’aient pas été capables d’anticiper les choses pour offrir à nos enfants des conditions décentes d’enseignement dignes de
l’éducation nationale et de la république ?