Les marronniers dans l'impasse...

Publié le 16 Avril 2009

 

Photo 1 : L'impasse des marronniers.

 

La rue de l'impasse des marronniers fait 64 mètres de long. La chaussée mesure 5 mètres de large. Inutile d'écrire que c'est un endroit étroit et très enclavé. Même en rêve, on ne peut espérer s'y garer. Cette rue est composée en majorité d'immeubles allant du R+3 (rez de chaussée avec 3 étages) à gauche de la photo jusqu'à du R+5 (rez de chaussée avec 5 étages) sur la droite. Il n'y a pas pléthore de marronniers dans cet endroit et ce qui frappe tout de suite c'est qu'il ne reste que trois pavillons. Un pavillon en fond de rue qui servirait à des marchands de sommeil selon les riverains, un autre, celui de Monsieur Picq, dont la vue donne directement sur le R+5, et  avec qui j'ai passé un moment aujourd'hui, et enfin un dernier en début de rue qui appartient à un promoteur qui souhaite construire un immeuble.

Arnaud K a certes déjà rédigé un long et pertinent article consacré à cette rue et au projet de construction envisagé, mais il n'est sans doute pas inutile d'y revenir une fois de plus tant Monsieur Picq et son petit collectif (une quarantaine de personnes) peinent à faire entendre leur voix.

Pour Monsieur Picq et les riverains concernés, malgré deux pétitions, des courriers répétés à la Mairie et l'évocation du projet immobilier en cours lors de diverses réunions publiques, rien ne semble pouvoir déclencher le dialogue et le débat avec la Municipalité. Pire encore, il apparait que du côté des élus, le projet est déjà ficelé, définitif et que rien ne viendra le remettre en cause. D'où un certain désarroi et découragement des riverains.

Ce projet, quel est-il ? Il se résume à un grand L d'immeubles qui va se former à la jonction de l'impasse des marronniers avec la rue Fernand Herbault.


Photo 2 : L'impasse des marronniers avec le R+5 et le premier pavillon acheté par un promoteur.

La Photo 2 c'est la partie verticale du L. Le pavillon va être détruit et un immeuble de type R+5 va venir se coller sur le premier R+5 existant. Ce dernier fait 23 mètres de long. Ajoutés aux 26 mètres du nouveau R+5 envisagé dans le projet immobilier on se retrouve donc avec un immeuble R+5 de 49 mètres de long. Visuellement parlant c'est un véritable désastre pour le pavillon de Monsieur Picq qui n'aura plus que du béton devant les yeux. Ironie du sort, le promoteur a proposé à Monsieur Picq d'acheter son pavillon pour y construire un autre immeuble. Ce pavillon a été construit par le père de Monsieur Picq, qui lui-même a toujours habité ce quartier. La perspective même de devoir changer de quartier tout en restant à Aulnay ne l'enchante pas le moins du monde. L'attachement à son quartier est un sentiment très fort que quiconque peut comprendre.  


Photo 3 : La rue Fernand Herbault avec le premier pavillon de la photo 2 et le second pavillon également acheté par le promoteur, soit 1042 mètres carrés de pavillons et de verdure qui vont se transformer en immeubles.

 

La Photo 3 c'est la partie horizontale du L. Le second pavillon en meulière d'une beauté remarquable va être également abattu et un autre immeuble de type R+5 va aller se coller horizontalement contre un autre immeuble déjà existant de type R+4 que l'on aperçoit sur la photo à droite. Ce dernier bâtiment fait 18 mètres de long. Ajoutés aux 35 mètres du nouveau R+5 envisagé on se retrouve avec un immeuble de 53 mètres de long.

En résumé, côté impasse des marronniers un immeuble R+5 de 49 mètres de long (le L vertical) et côté rue Fernand Herbault un immeuble mi-R+5/R+4 de 53 mètres de long (le L horizontal) soit au total un L de 102 mètres de long d'une hauteur vertigineuse. Pourquoi tant de hauteur ? Parce qu'au niveau du P.L.U nous sommes en zone UA et c'est donc permis. A cette construction va s'ajouter un parking souterrain dont on ne sait pas encore si l'entrée se fera côté marronniers ou côté Herbault.

 
Photo 4 : La magnifique meulière et sa végétation luxuriante amenées à disparaitre.

Je l'écris comme je le pense, cette meulière est d'une richesse architecturale indicible. Elle me rappelle les bâtisses de bord de mer de ma normandie natale, celles qu'enfant je regardais les yeux ébahis devant tant de beauté. Je pèse mes mots : détruire cette maison c'est comme déchirer une toile du Louvres ou brûler un livre précieux d'une bibliothèque.

Monsieur Picq me fera remarquer à juste titre qu'il ne comprend pas pourquoi Monsieur Amédro, aprés avoir sauvé les deux meulières situées au 57 et 59 de la rue Jules Princet pour y installer des associations, ne fait rien pour sauver celle-là.


Voilà, Aulnay Libre aurait pu passer ce projet sous silence puisqu'il ne nous concerne pas vraiment, nous les riverains de la rue des Saules, mais en ces temps difficiles nous avons décidé de jouer la carte de la solidarité plutôt que celle du chacun pour soi.

Monsieur Picq et son collectif de riverains, même s'il est minime par le nombre de ses représentants ( la faute au peu de pavillons restants et à la présence de nombreux locataires dans les immeubles alentours qui ne se sentent pas spécialement très concernés) a le droit d'être entendu, de présenter ses arguments. Le collectif sait que la construction en zone UA est inéluctable mais il souhaiterait au moins en limiter la taille (un R+3 maximum) et sauver la meulière. Nous relayons aujourd'hui leur message en appelant les élus, Monsieur Amédro en tête, a un vrai dialogue. Le collectif a l'impression d'être ignoré, un comble en ces temps de démocratie participative.

La prochaine réunion de quartier concernant cette zone aura lieu le 29 Avril prochain à 19Heures30 à la ferme du Vieux Pays, en présence de Monsieur Amédro. Gageons qu'un pas sera fait en direction de ce collectif. En attendant, nous assurons tout notre soutien à Monsieur Picq et aux riverains de l'impasse des marronniers et de la rue Fernand Herbault qui trouveront sur Aulnay Libre une tribune pour s'exprimer et nous l'espérons être entendus de tous.

Rédigé par Stéphane Fleury le Jeudi 16 Avril 2009 à 23Heures38.

  

Rédigé par stefanfaith

Publié dans #A vos quartiers !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

christian 26/04/2009 23:52

En préambule, je pense qu'il est nécessaire de préciser que l'on parle enfin de ce projet de construction au même titre que cela l'a été fait pour Coullemont, J.Princet, Saules...depuis que nous nous sommes mobilisés, les riverains, pour l'évoquer en réunions publiques, pour l'évoquer auprès de l'association d'AULNAY ENVIRONNEMENT qui s'est aussi mobilisé par rapport au PLU, par rapport à ce projet, adressant des courriers aux élus concernés afin de faire le point sur l'ensemble des problèmes soulevés, contestés..., dans l'attente des suites données. AUCUN riverain n'était au courant de ce projet, il n'y a pas eu d'information auprès des Aulnasiens concernés, ce sont les quelques riverains avertis qui se sont un peu plus mobilisés pour annoncer la grande nouvelle aux riverains de la rue et de l'impasse.
Même problème pour les nuisances rencontrées au niveau de ces deux rues, je cite au risque de me répéter:
- 318 bus quotidien dans cette rue, plus la circulation intense du fait des sens interdits aux alentours dan sune rue étroite, environ 7 m de large, des trottoirs étroits en mauvais état(la municipalité actuelle n'en est pas sytématiquement responsable bien entendu, il faut du temps pour revoir tout cela).
- il en résulte pour cette raison entre autres et suite aussi aux travaux d'assainissement du printemps 2007 des vibrations dans les maisons à partir de 6 H du matin , premiers passages des bus et jusqu'à minuit et demi, une heure...
- tout ceci provoque aussi une certaine dangerosté pour les piétons, traverser la rue FH devient parfois un exploit du fait aussi du stationnement des deux côtés(pourquoi pas un seul côté comme dans de nombreuses rues) dans une voie aussi étroite , les bus passent juste entre les rétroviseurs ...
- le stationnementLIBRE dans l'impasse des marronniers alors que la rue F.H. est payante, on en comprend tout de suite les conséquences, un stationnement sauvage avec natyrellement une utilisation abusive de l'espace publique(termes d'un élu)
- et comble de malchance, une construction en angle de la rue et de l'impasse, au18, belle façade jaune..! dont la construction a commencé en 2004, arrêtée un an plus tard, mais reprise et de nouveau abandonnée donc non terminée et qui est en l'état depuis bientôt 3 ans dont peu de personnes accepteraient la vue mais les recours formulés demandent plusieurs années d'enquêtes, un peu stupéfiant. Ajouter que cette construction comporte quelques illégalités au permis de construire accordé...!
- on peut aussi préciser que nous sommes entourés, rue du 11 novembre, rue du colonnel Moll, d'antennes téléphoniques situées sur deux immeubles.
Voilà pour dresser le tableau de nuisances qui jusqu'à ce jour n'avait pas fait l'objet de prise en compte, peut être insuffisamment soulevé mais qui, à force de le rappeler, courriers, rencontres, lettre recommandée a permis de démontrer que ces nusances n'étaient pas anodines et qui ont donc été prises en compte par les élus concernés.Certes, elles ne seront pas résolues rapidement car les solutions demandent certaines réflexions et il est bien sûr de ne pas non plus se précipiter, on en voit trop souvent les effets néfastes. Par contre, afin de les atténuer , des solutions provisoires déjà formulées pourraient ête mises en place, panneau de zone 30 ou réhaussement vert de la chaussée ou autres...comme cela se fait dans d'autres rues et éventuellement zone bleue dans l'impasse(moindre coût)...mais passage de la police, en attendant paraît-il 2010...mais sans information pour l'instant.
A tout cela, déjà pas mal, ce projet de construction arrive à point pour couronner l'ensemble, de quoi me semble-t-il réagir, qui ne le ferait pas???
Je ne reviendrait pas sur le projet suffisamment et enfin décrit dans plusieurs blogs, mais il est assez impressionnant surtout dans un tel secteur même en zone UA, la zone que j'appelerais sacrifiée malgré environ 50% de pavillons dans la rue F.H et impasse des marronniers, avec beaucoup de végétations, quelques espaces verts clairsemés au milieu d'immeubles et pourquoi pas? Il semble que les dispositions règlementaires de la zone UA doivent aussi s'adapter au secteur, selon que la chaussée est étroite ou large, selon que la circulation est intense ou non, selon la luminosité laissée aux riverains, enfin ceux qui parviendront à rester dans de telles conditions mais ce sera l'effet boule de neige, les départs seront certainement rapides par la suite, après avoir laisser une partie de son patrimoine, des biens devenus invendables ou à des prix sacrifiés, il ne faut pas se leurrrer sur ce qui risque ainsi d'arriver.
La grande inquiétude vient du fait que suite à une rencontre personnelle en Janvier 2009 au service del'urbanisme, le projet déposé(façades) tel qu'il peut être décrit R+5...,représentant au total un front urbain de 102 M aec les immeubles existants déjà car construction accolée à deux immeubles m'a été confirmé assez catégoriquement comme correspondre tout à fait à la zone UA et donc, exceptés quelques petites modifications architecturales, il était tout à fait réalisable ainsi.
Devant cette affirmation où le projet était pratiquement tracé dans ses grandes lignes, notamment son envergure, quelques uns d'entre nous, imaginant cette réalité(il faut venir sur place pour s'en rendre compte) ont souhaité mobiliser les riverains afin de les avertir du projet inconnu pour eux.
Dans tous les propos évoqués ici ou ailleurs, il n'y a absolument aucune arrière pensée, comme on souhaiterait le sous entendre, pourquoi, je ne sais? il y a tout simplement un Aulnaysien de plus de 60 ans qui en toute naïveté peut être, essaie de défendre un environnement, un cadre de vie..., voire même une fin de vie.Lorsque l'on a passé toute sa vie professionnelle, familiale...quelque part, dans un quartier,même si ce n'est pas ce que l'on aurait souhaité, on s'en doute, avec sur place sa famille, ses petits enfants, ses amis..on ne part plus à l'aventure ailleurs même si l'on cherche de temps à autres à s'évader ailleurs. Je suis convaincu que dans ce cas précis, il n'y a rien d'irréversible, la preuve avec les autres projets où l'on a accepté de dialoguer et d'atténuer les "dégâts", voire de les annuler par des préemptions ou d'autres propositions, question à la fois de bonne volonté mais surtout de bon sens en regard de ce qui malheureusement pourrait être réalisé.

J'espère, nous espérons que le 29 avril à 19h30 à la ferme du vieux pays, nous pourrons nous exprimer et dialoguer en toute bonne foi sur ce projet pour une première rencontre entre les élus concernés et les riverains, les habitants du quartier voire même d'autres dans le cadre d'un débat démocratique tel qu'il est désormais souvent évoqué.

Je tiens, nous tenons aussi à remercier tous les Aulnaysiens qui apportent des commentaires justifiant ce souci de préserver un quartier, des habitations caractéristiques(la meulière en question)...une qualité de vie qu'il faut conserver à l'échelle humaine, dans le respect d'une ville qui jusqu'à présent a réussi à se préserver dans de nombreux secteurs des abus d'urbanisation toujours regrettés mais trop tardivement, les exemples ne manquent malheureusement pas.

Alain AMEDRO 25/04/2009 23:38

Je me permets de vous signaler une note sur mon blog qui revient sur le silence supposé de la municipalité vis à vis des riverains de la rue Fernand Herbaud.

http://alainamedro.rsfblog.org/archive/2009/04/23/transparence-et-manipulation.html

Je vous remercie de permettre à vos lecteurs de se faire une idée plus précise de ce que nous avons déjà engagé comme dialogue avec les riverains et même un très large dialogue.Nous dialoguerons encore avec les aulnaysiens dans les jours qui viennent.

Je précise aussi les responsabilités des uns et des autres sur les transformations du secteur pavillonaire.

Bien cordialement

Alain Amédro

stephane potié 23/04/2009 09:23

D'accord avec vous à 100%. Il faudrait tout faire pour sauver cette maison en meulière qui est un témoin d'une époque et d'une architecture remarquable. Moi non plus je n'habite pas ce quartier, mais je suis aussi scandalisé par ce qui se passe et qui risque de se passer dans tous les quartiers. Si une aussi belle meulière ne peut être sauvée (quand on regardera les photos avant/après, on risque de pleurer), alors, on se demande où est la protection du patrimoine pavillonnaire dont nous parle souvent monsieur le maire (paroles, paroles, paroles...).