2011 : L’Odyssée des cantonales : La nouvelle rubrique d’Aulnaylibre ! (1)

Publié le 12 Janvier 2011

Aulnaylibre innove et lance une nouvelle rubrique pleine de charmes, de surprises, d’analyses décapantes, de reportages en direct, etc. Elle revêtira  la forme d’un feuilleton. Suspens, mystère, rebondissements… Nul doute que nos fidèles lecteurs pourront trouver là matière à s’informer, mais aussi à sourire…

 

A moins de trois mois des prochaines échéances électorales, Aulnaylibre se devait de suivre d’encore plus près l’actualité de la  vie aulnaysienne. Ainsi tous ses envoyés spéciaux seront mobilisés pour vous tenir fidèlement informés  des idées, des programmes, des joutes et des rebondissements qui ne manqueront pas d’égayer la campagne.

 

Aucun parti pris là dedans, sauf le parti d’informer et accessoirement le parti d’en rire ou d’en sourire…

 

Aulnay libre fait confiance à la sagacité de ses e-lecteurs (e comme électronique) pour se faire leur propre opinion. Mais une opinion ne peut être éclairée que si elle repose sur une information elle aussi libre et éclairée….Telle est donc la tâche  à laquelle va s’assigner notre blog avec la philosophie qui l’a toujours animé jusqu’à présent : un zeste de sérieux, un zeste d’humour…ou l’inverse !  Alors, merci de votre fidélité et bonne lecture pour ce premier numéro.

 

2011 :  L’Odyssée des cantonales (1) :  Batling Gégé  contre Super Franky 

 

Lors du dernier conseil municipal, une passe d’armes à opposé notre premier magistrat à Frank Cannarozzo à propos des temps de parole accordés aux uns et aux autres dans le cadre de l’exercice de leur mandat.

 

Celle-ci était d’autant plus vive qu’en même temps, ou peu après, nous avons appris deux informations intéressantes.

 

La première émane du Sous-Préfet de la Seine-Saint-Denis qui rappelle à notre premier magistrat la nécessité d’une libre expression démocratique au sein du Conseil municipal, et d’une expression équilibrée, notamment en matière de temps de parole. Vous pourrez vous reporter à l’intégralité de cette missive en consultant le site de Monaulnay.com.

 

En clair, cela veut dire que le Maire a beau avoir la police de l’assemblée, il doit être le gardien des principes républicains qui ont pour nom : liberté, égalité, fraternité. Liberté de parole donc, équité des temps de parole aussi et pourquoi pas fraternité républicaine. Mais pour cette dernière s’agissant d’un sentiment subjectif, il ne faut peut-être pas trop  demander…Bien qu’il ait pu exister autrefois un sentiment de chevalerie avec lequel des adversaires pouvaient s’affronter, y compris durement, tout en se respectant.

 

La deuxième émane du blog de F. Cannarozzo, Aulnay en clair,  par lequel il a fait part d’une demande d’informations relative au coût détaillé d’un certain nombre de dépenses de fonctionnement et adressée à Monsieur le Maire, conformément à des dispositions prévues par la loi non seulement pour les conseillers municipaux mais aussi pour les simples citoyens que nous sommes.  Bref, un travail de routine effectué par un conseiller municipal…

 

Or qu’apprend-on  à la lecture du blog de F. Cannarozzo ?  Que le maire lui aurait reproché de « faire les poubelles » ! Et là, il faut bien dire que si c’est vrai, cela a de quoi nous laisser pantois…

 

Le pauvre préfet Poubelle, qui a donné son nom à des contenants destinés à recueillir les déchets ménagers ou autres, a dû se retourner dans sa tombe !

 

Que les comptes et les dépenses d’une mairie reflétant des décisions prises dans le cadre de l’exercice d’un mandat soient considérés comme des poubelles est une considération à priori bien surprenante.

 

Cela signifie-t-il que nous devrions désormais mettre directement à la poubelle nos feuilles de taxes d’habitation ou de taxes foncières ?

 

S’agit-il de considérer les comptes d’une collectivité, uniquement sous l’angle de sous-produits de peu d’intérêt ?

 

S’agit-il d’assimiler à de l’indiscrétion, un droit réservé à tout citoyen ?

 

S’agit-il d’en déduire qu’il y aurait peut-être des choses à cacher dans l’administration de la commune ?

 

Nul ne sait. Nous nous perdons donc en conjecture devant une telle affirmation qui semble témoigner d’une certaine crispation. Pourquoi ?

 

Parce que nos deux protagonistes vont s’affronter lors des élections cantonales prochaines du mois de mars prochain sur le canton nord d’Aulnay-sous-Bois ? Assurément. Parce que « remettre son titre en jeu » expose à des critiques qui peuvent être légitimes même s’il est peut-être difficile de les entendre ? Sans doute. Parce qu’il est toujours délicat de rendre des comptes, même si on a été élu pour ça ? Peut-être aussi.

 

Or, une élection, c’est aussi l’occasion de dresser un bilan sur des réalisations ou sur des méthodes et d’examiner des projets. Rien que de très banal, s’agissant d’une échéance électorale prochaine (moins de trois mois maintenant). Alors pourquoi un tel énervement ? Un tel emportement ? Etrange non, aurait dit Hercule Poirot dans un roman d’Agatha Christie…

 

Première escarmouche d’une longue série ?  Peut-être. Comment tout cela va-t-il se terminer ? Nul ne le sait. Mais il est à peu près certain que ce n’est que le début d’un match qui pourrait se dérouler avec comme arrière-plan quelque chose qui ressemble au chaud climat méditerranéen. Match à fleurets mouchetés, art de l’esquive ou choc frontal, il est encore trop tôt pour connaître la tournure des évènements.  Alors qui l’emportera : la vivacité italienne ou la fougue espagnole ? Et si un troisième larron bousculait le jeu ? Quoiqu’il en soit, au football, chacune de ces deux équipes connut son heure de gloire. Le suspens reste donc entier…

 

Cela étant, au vu des premiers mouvements, les arbitres présents sur le terrain sont obligés de reconnaître un avantage en faveur de Super Franky qui a débordé par la droite, Battling Gégé, lequel, dans un mouvement défensif, a bien essayé de tacler son adversaire mais sans succès. Qu’en sera-t-il par la suite ?...

 

Alors, ne manquez pas chers amis lecteurs le prochain épisode de notre passionnant Feuilleton : « 2011 :  L’Odyssée des cantonales » qui vous sera délivré gracieusement chez vous par la magie de l’électronique si vous vous abonnez au flux  en provenance d’Aulnaylibre !

 

 

Toute l’équipe rédactionnelle d’ Aulnaylibre ! vous en remercie.

 

 

 

 

 

 

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #L'Odyssée des cantonales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Veritis 13/01/2011 17:20


@ Régis,

Poubelle ou urne ? J'avoue que je n'y avais pas pensé! Cela étant, je n'ai jamais vu d'urne cylindrique, encore que cela pourrait sûrement exister.

Et puis, il faut savoir de quoi on parle :

S'agit-il d'urne funéraire ? Si oui, bien que ne craignant pas la mort, je trouve que la comparaison serait fort mal venue !...D'autant que dans ce cas, l'âme ne pesant que 21 grammes, l'écologie
de la Terre ne paraît pas menacée.

S'agit-il d'une urne électorale ? Je sais bien qu'à une époque, on disait" Elections, piège à c...s". Mais j'ai trop de respect pour la démocratie pour comparer l'urne à une poubelle.

Quant à 1984, vous aurez rectifié de vous-même, il s'agissait, bien sûr, de 1884 !

Merci de votre commentaire.

Veritis.


regis 13/01/2011 09:57


"Une poubelle est un récipient de forme variée (boite, caisse, cylindre...)" le début de la definition ressemble à une autre boite : une Urne...
"... du nom de son inventeur éponyme en 1984: le préfet de la Seine Eugène Poubelle..." Euh il y aurait pas une petite erreur de date...


Aulnaylibre! 12/01/2011 14:30


@ Mariella et ami(e)s fidèles d'Aulnaylibre!

Rien de tel que Wikipedia pour nous rafraîchir la mémoire !

Une poubelle est un récipient de forme variée (boite, caisse, cylindre...), en général étanche, destinée à recevoir les déchets, notamment les détritus ménagers.Le terme provient par antonomase, du
nom de son inventeur éponyme en 1984: le préfet de la Seine Eugène Poubelle. Ce nom de famille, Poubelle, a lui-même pour origine l'expression "pou bel" (peu beau).


Aulnaylibre! 12/01/2011 14:13


@ Mariella,

C'est qui est plaisant avec le mot "administrer" c'est qu'il y a deux sens possibles. Aulnaylibre! se garderait bien de choisir entre les deux, mais il va de son objectivité de les signaler à
l'aimable attention de ses lecteurs :

Administrer peut signifier : gérer les affaires publiques...ou privées, gouverner, diriger. Mais il peut aussi signifier: infliger. C'est ainsi que "l'on administre une correction ou bien des
claques !

Cela étant, Aulnaylibre!, adepte de la non-violence, ne peut pas recommander une telle attitude.

Mais parfois la presse titre après tel ou tel résultat d'élection : "Un tel a subi une véritable revers" ou bien si l'article est un peu plus incisif " Elections: X ou Y a subi une véritable
correction !"

Mais, il est vrai que les journalistes sont vraiment des têtes à claque...


MARIELLA 12/01/2011 12:03


je t'administre donc tais-toi ! Vas donc voir dans les poubelles si j'y suis ....;