Le Billet de Veritis

Publié le 23 Novembre 2010

Une opération d’aménagement envisagée en catimini…

 

Nous apprenons grâce à monaulnay.com  un projet important pour l’avenir de notre ville sans que nous en soyons ni informés ni consultés au préalable.

 

Le Conseil Municipal d’Aulnay-sous-Bois s’apprête à voter dans sa délibération n° 29, sans débat préalable, sans que le conseil de quartier directement concerné en soit  informé ou consulté. (Mais à quoi donc peuvent-ils servir dans ces conditions ?)

 

« La prise en considération de la réalisation d’une opération d’aménagement sur le périmètre du secteur Salengro/ Barbusse/ Couturier (Paul Vaillant-Couturier doit se retourner dans sa tombe pour être ainsi réduit à Couturier !)/ Gorki / Séverine/ Pimodan / Strasbourg. ».

 

perimetreetudepimodan.jpg

                       (Carte du secteur de l'opération d'aménagement projetée)

 

Quelles sont les orientations visées ?

 

- « construire de petits immeubles lorsque des terrains se libèrent le long des voies principales à réaménager, avec, là  ou c’est possible, à rez-de-chaussée des commerces et des services »

- « réaliser des logements sur les terrains libérables et proches de la gare, dans le cadre du renforcement du cœur de ville »

- « conforter la fonction résidentielle du centre-ville au profit d’immeubles respectant l’image traditionnelle de la rue ».

- « un taux global de 30 % de logements sociaux  afin de faciliter les parcours résidentiels ».

 

Dés lors, on est en droit de se poser les questions suivantes :

 

1.      Que veut dire « petits immeubles » ?

2.      Quelles sont les «  voies principales à réaménager » ?

3.      Quels sont les « terrains libérables proches de la gare » ?

4.      Que veut dire « immeubles respectant l’image traditionnelle de la rue » ?

5.      Quelle sera la part réservée aux espaces verts ?

6.      Comment envisager des commerces et des services supplémentaires quand on est incapable aujourd’hui de maintenir des commerces de qualité Bd de Strasbourg ou rue A. France ?

7.      Quel sera le style architectural qui sera retenu ?  La qualité des constructions ?

 

De plus, jamais ne figure dans ce texte, la notion de maison individuelle dont certaines dans ce périmètre sont d’ailleurs remarquables et figurent dans le recensement du patrimoine d’Aulnay effectué par le Conseil Général de la Seine-Saint-Denis. Sera-t-on capable de les conserver ? Comment des « immeubles » nouveaux  pourront-ils s’harmoniser avec de telles constructions? Mystère. Rien n’est dit à cet égard.

 

Si tout cela est voté, voici donc venu le temps des immeubles dans ce périmètre autour de la Place du Général Leclerc ! Et bien sûr, les propriétaires des pavillons actuels n’ont été ni consultés, ni informés d’un tel projet.

 

Pour l’instant, si j’ai bien compris, cela permettrait peut-être d’éviter des initiatives sporadiques pouvant entraîner les horreurs que nous avons vu poindre en centre-ville (façade et volume arrière de la résidence Edouard VII, rue de Pimodan, immeuble en construction au début de la  rue du 14 juillet) ou bien de ne pas donner suite à des projets de promoteurs privés venant une fois de plus défigurer le fragile tissu urbain d’Aulnay. Mais je n’en suis même pas sûr !

 

Quelle est la situation aujourd’hui ?

 

Il existe un périmètre d’aménagement Pimodan / Salengro/Bd de Strasbourg qui représente  4075 m2 sur lequel l’Etablissement Foncier Public d’Ile de France  possède une parcelle (BH 12) d’une superficie de 440 m2 à la suite d’une préemption effectuée par la mairie.

 

La délibération vise donc à porter à prés de 40 000 m2 (soit 4ha) le périmètre d’aménagement, ce qui change de façon considérable la portée de l’opération (10 fois plus).

 

On remarquera donc en premier lieu les proportions.

 

Aujourd’hui 1% seulement est la propriété d’un établissement public. Le reste soit 99 % est la propriété de personnes privées possédant un pavillon. Personne ne peut donc les forcer à partir. C’est un premier point qu’il faut souligner.

 

C’est pourquoi il est dit quelque part dans les attendus de la délibération « Considérant cependant que la rareté des espaces disponibles suppose un examen fin du tissu urbain »!!! Comme cela est joliment dit. Mais qu’est-ce que cela veut dire au juste ?

 

Ensuite, rien n’est dit ni sur la méthode, ni sur le calendrier ? Comment va-t-on procéder ?

 

Comment une telle délibération peut-elle être prise sans qu’au préalable une réunion publique d’information, réunissant les propriétaires directement concernés et tous les riverains, expose les modalités d’une telle opération. Pourquoi une telle brutalité, un tel mépris pour les habitants  de la part de gens qui se considèrent de « gauche » ?

 

Va-t-on inciter les gens à partir, à vendre leurs pavillons pour laisser la place à des immeubles ou à des logements, sous prétexte de faire du « social » ? Généralement les opérations d’aménagement se font lorsqu’il existe un foncier véritablement disponible ou pour restructurer des ilots d’insalubrité.  Or, à priori, rien de tel ici.

 

Pourquoi attaque-t-on le secteur pavillonnaire (même s’il est classé en zone UD) alors que rien n’est prévu dans les abords immédiats de la gare ou sur le Bd de Strasbourg où pourtant tout reste à faire pour avoir un urbanisme digne de ce nom ?

 

Je ne suis pas de ceux qui pensent que l’urbanisme ne doit pas évoluer à Aulnay. Je pense même qu’il doit être maîtrisé y compris en centre-ville, mais je m’interroge sur une méthode  qui, une de fois de plus, fait peu de cas des citoyens qui sont directement concernés par les mesures qui sont envisagées, au mépris de toute procédure d’information et de concertation.

 

Je suis pour des mesures d’embellissement du  patrimoine  à Aulnay, pour une politique qualitative respectueuse du cadre de vie, pour une politique équilibrée entre des constructions privées belles et même originales en utilisant des matériaux tels que le bois par exemple  et des constructions à caractère social elles-mêmes de qualité s’intégrant harmonieusement dans un ensemble.

 

Mais sur un tissu déjà très dense, il faut obligatoirement libérer des espaces verts, garantir un recul par rapport à des voies très étroites, avoir des parkings en nombre suffisant (deux par logement), penser aux équipements collectifs et aux conséquences en termes de circulation si l’on veut que l’espace du centre-ville soit agréable et redevienne attractif avec un commerce de centre-ville de qualité.

 

J’ai même proposé pour donner sens à tout cela d’appeler cet espace central d’Aulnay : « Aulnay Village ».

 

Est-ce trop demander à la majorité actuelle du Conseil municipal dont il faut tout de même rappeler qu’elle n’a été élue qu’avec deux cent voies d’avance dont celles des électeurs de sensibilité écologique dont les représentants siègent maintenant dans l’opposition, las qu’ils ont été de constater qu’ils n’avaient pas voix au chapitre ?

 

Veritis.

 

Source Carte : Projets de délibérations - Conseil Municipal du 23.11.10. Délibération N°29 

 

Rédigé par Veritis

Publié dans #Le Billet de Veritis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Veritis 24/11/2010 15:46


Chers Martine et Correctis,

Avant que vous ne pointiez du doigt la terrible méprise, il s'agit bien sûr de "cierges" et non de sièges ! Mais où donc avais-je la tête ? Quelque inconscient non encore suffisamment déblayé ? Who
knows ?

Sorry dear readers...

Comme pénitence, j'ai déjà dit deux ave et trois pater. Amen !

En vous remerciant encore pour le plaisir que vous avez pu prendre à la lecture de mes billets et à ces quelques escarmouches joliment feutrées,
je rends hommage à votre sagacité légendaire.

Que les cent (correct ?) fleurs de l'humour de la blogosphère s'épanouissent dans la plaine aulnaysienne... et envahissent le Château !

Bien à vous.

Veritis Castellis.


Veritis 24/11/2010 13:16


@ Martine,

Alors là, je dis bravo ! Satané clavier d'ordinateur ! J'avais un Correctis, maintenant j'ai une Correctis au carré. Cela vient, nous allons finir par former une longue chaîne, sans être enchaînés
pour autant...

Deux cents pour sûr ! Mais à vrai dire, je crois que c'était plutôt deux cent sept ou quelque chose, comme ça. J'ai la mémoire qui flanche, je ne me souviens plus très bien...

Quant au lien entre la forêt de Bondy et Notre-Dame, il m'a semblé avoir lu ou entendu quelque chose comme cela. A creuser donc...Mais un tel lien tangible entre cette parcelle historique près de
chez nous et cette magnifique cathédrale au coeur de l'île de la Cité me comblerait d'aise. Ce serait alors un motif supplémentaire d'appeler Aulnay-sous-Bois "Paris-Aulnay-sous-Bois" (voir un de
mes précédents billets) et ce par la médiation de l'arbre. Tout un symbole !

L'arbre de vie ou celui de la connaissance ? Pour ma part, je préfère le premier, celui qui trônait au milieu du jardin d'Eden. Après, disons que ça s'est un peu gâté et que nous en portons encore
les stigmates...

La prochaine fois que je vais à Notre-Dame, c'est-à-dire vendredi, promis, je fais brûler un siège !

Bien cordialement.

Veritis Spiritualis.


Correctis 24/11/2010 12:28


Bonjour Martine,

Concernant la charpente de Notre-Dame de Paris (dont le petit surnom est d'ailleurs "la forêt"...) je ne saurais vous le confirmer. Ce qui est certain, en revanche, c'est qu'il aura fallu au total
près de 21 hectares de chênes pour l'édifier ! Dans le lot, nul doute que certains soient effectivement d'origine aulnaysienne...

Quant à votre remarque orthographique sur le "s" vous avez raison, d'ailleurs si vous relisez attentivement mon petit commentaire vous noterez qu'il apparaît bien dans ma correction... Mais j'avoue
que les "voies" m'ont plus amusé, et que je ne voulais pas accabler plus Veritis qui nous ravit par ses billets (peut-être faudrait-il commencer à les numéroter d'ailleurs, on commence à s'y perdre
!...).

Mais vous avez finalement raison d'insister, les classiques nous enseignent qu'"errare humanum est..." mais surtout que "...perseverare diabolicum" !...


Martine 24/11/2010 08:39


Chers Correctis et Véritis
Je dirais même plus: deux centS voies d'avance!
Merci pour ces articles très intéressants et très agréables à lire.
A propos de la forêt de Bondy, j'ai lu il y a longtemps, où, je ne sais plus , que la charpente de Notre-Dame de Paris était faite des arbres de la forêt de Bondy prélevés sur le territoire
d'Aulnay. A vérifier peut-être!


Veritis 24/11/2010 03:36


Cher Correctis,

Pan sur le bec ! (comme on dit dans le Canard enchaîné).

Deux cent voix d'avance pour sûr ! Mais les voies des voix sont comme celles du Seigneur, elles sont impénétrables !

Il y eut les voies électroniques, mais certains dirent qu'elles n'étaient pas suffisamment fiables.

Il y eut aussi les voies des urnes classiques fermées à double tour.

Celles des Corses, dit-on, sont légèrement bourrées, mais je ne peux l'attester.

Celles du Parti socialiste, dans le choix de leur première secrétaire, n'étaient pas mal non plus. Une certaine Ségolène, appelée aussi la Dame du Haut-Poitou, s'en prit à la méchante Martine des
Plages du Nord, au motif que les votes étaient, soi-disant, truqués. Fédération du Nord contre Fédération des Bouches du Rhône...notamment. Comment, Diable, pourrait-on envisager une si vilaine
chose, en un tel milieu. Mystère !

Celles de la vie aulnaysienne sont coutumières de rebondissements, recours divers, décisions contradictoires de juridictions diverses... A une centaine de têtes indécises près, cela peut
effectivement prêter à sourire.
Il suffit de peu, si peu, pour que tout bascule...

Raison de plus, pour essayer de dégager un consensus, faire preuve de modération et d'intelligence au service du bien commun.

Encore une fois, merci, cher Correctis impitoyable !

Bien à vous.

In Vino Veritis.


Correctis 23/11/2010 14:32


Cher Veritis,

"deux cent voies d'avance", voilà bien un boulevard !...
En revanche, deux cents voix d'avance, et revoilà de suite un bien maigre écart...

Très cordialement,

Correctis