Radioactivité en provenance du Japon, nous cache-t-on quelque chose ?

Publié le 27 Mars 2011

La CRIIRAD vous connaissez ? Derrière ce sigle se cache la commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité. Organisme indépendant des exploitants du nucléaire et de l'Etat, sa mission consiste notamment à contrôler la radioactivité dans l'environnement et informer la population sur les risques éventuels de contamination. Elle a été créée en 1986. Cette année là un accident nucléaire provoqua la catastrophe de Tchernobyl, centrale située en Ukraine.

Un panache radioactif se dirigea alors vers la France. Pour ceux qui s'en souviennent, on expliqua à l'époque, dans un premier temps, qu'il ne représentait aucun danger et qu'il allait s'arrêter aux portes de notre pays. Pour convaincre le public, Antenne 2 ( maintenant France 2) alla même jusqu'à bidonner un bulletin météo avec un énorme panneau stop apparaissant à la frontière nord-est comme si un mur invisible devait miraculeusement protéger la France... C'était évidemment totalement faux...

Fukushima-Daiichi-reactor-3-explosion-images.jpg

Aujourd'hui l'histoire se répète. Plus loin de nous certes, au Japon, mais l'impact des rejets radioactifs de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi semble incertain malgré les messages rassurants des médias. Pour preuve, la CRIIRAD enchaîne les communiqués exprimant sa colère et son indignation devant le fait que tous les résultats d'analyse de la radioactivité de l'air ne soient pas rendus publics. Pourquoi ? Y'aurait-il quelque chose à cacher ? Sans vouloir sombrer dans la paranoïa il est troublant que toutes les données ne soient pas accessibles...

Ceux qui nous gouvernent sont-ils si peu soucieux de notre santé qu'ils ne jugent même pas utile de fournir aux citoyens une information fiable, claire, précise et indépendante permettant à chacun de connaitre les risques potentiels afin de pouvoir le cas échéant s'y préparer dans une relative sérénité plutôt que sous le coup de la panique ? Faut-il déjà songer à stocker des comprimés d'iodure de potassium tout en se mettant à l'abri pour protéger efficacement la thyroïde contre les effets des rejets d'iode radioactifs qui pourraient intervenir ?

Je n'en sais rien et c'est bien le problème. Je n'ose croire qu'on nous sacrifie parce que la machine économique doit continuer à tourner coûte que coûte. En attendant cette loi du silence est totalement intolérable et franchement pas très rassurante...

Vous trouverez les différents communiqués de la CRIIRAD en cliquant ici

Stéphane Fleury

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

eve 27/03/2011 16:52


AUJOURD'HUI notre survie à tous dépend du confinement des réacteurs.


eve 27/03/2011 16:52


TOUS TERRIENS
Tous les pays du monde doivent s'unir immédiatement pour venir enfin en aide au Japonais contre cette catastrophe planétaire. Cette radioactivité n'a ni l'incidence d'une bombe ou d'un nuage
Tchernobylien ICI il est question d'une plaie béante diffusant une pollution en contante élévation. Personne ne sera épargné. Il est urgent d'agir. Tout le bore qu'on a sur terre doit servir a
recouvrir ces réacteurs et le monde entier doit s'y mettre.
C'est pas la nature qui tue l'homme il est très fort pour le faire lui même.