Le gypse et les risques d’effondrements de terrains à Aulnay-sous-Bois et en Ile-de-France

Publié le 10 Septembre 2014

Paris et une grande partie de l’Ile-de-France sont bâtis sur des vides, conséquences de l’extraction du calcaire en sous-sol depuis le Moyen-Age. Albin Guyon, de l’exploitation générale des carrières, veut sensibiliser les habitants.

Habiter au-dessus d'une ancienne carrière est fréquent en Ile-de-France (voir carte) et cela comporte des risques. Ces dernières semaines, par exemple, des jardins se sont effondrés en Seine-Saint-Denis, à Clichy-sous-Bois comme à Sevran. Albin Guyon, chef de l'inspection générale des carrières, veut sensibiliser les particuliers à ce « risque invisible » comme il l'appelle. En cas de dommage, c'est leur responsabilité qui est engagée, car lorsqu'on achète un terrain, on est aussi propriétaire du sous-sol.

gyspe.pngQuels sont les risques liés au sous-sol ?

Albin Guyon. Une carrière, c'est un vide en sous-sol, qui peut se dégrader, remonter en surface et entraîner des fissures, un effondrement de terrain... On appelle ça un fontis. Nous en constatons au moins une dizaine par an, à Paris et en petite couronne. L'événement le plus marquant du XX e siècle, ce fut l'effondrement d'une carrière de craie à Clamart, dans les Hauts-de-Seine, tout un quartier est descendu de plus de 3 m, en 1961, il y eut 21 morts. En 1991, dans le massif de l'Hautil, en limite du Val-d'Oise et des Yvelines, il y a aussi eu un décès.

Que savez-vous de l’état des carrières ?

On dispose d'un état des lieux assez précis, sur la base d'un atlas entamé au XIX e siècle et continuellement remis à jour. On dispose aujourd'hui de 458 cartes sur Paris et la petite couronne. Chacun peut savoir quelle carrière il y a sous sa maison.

Qu’allait-on chercher dans ces carrières ?

Au sud de Paris, on exploitait du calcaire pour construire. Cela a duré du Moyen Age jusqu'au début du XX e siècle. Le calcaire se situe de quelques mètres à plus d'une trentaine de mètres de profondeur selon les endroits. Au-dessus, on trouve parfois du gypse, qui sert à faire du plâtre. On en a au sud, mais aussi à l'est sur les buttes Montmartre, les buttes-Chaumont, à Belleville à Paris, et plus à l'est avec Vaujours, Coubron en Seine-Saint-Denis, en Seine-et-Marne et dans le Val-d'Oise. On en exploite encore dans certaines communes. On a aussi exploité la craie, sur les coteaux de la Seine (Issy-les-Moulineaux, Meudon et Sèvres) et dans les Yvelines. Ces carrières ont donné des vides un peu partout.

Peut-on se prémunir des risques ?

Il faut se renseigner et tout mettre en oeuvre pour le réduire au maximum. Nous avons pour cela un portail d'information. En rentrant son adresse, on sait si son bien est en zone de carrière*. Et nous donnons notre avis pour la délivrance des permis de construire. On peut être amené à refuser un permis si on a une connaissance insuffisante des sols. Il faudra alors réaliser des sondages supplémentaires ou des travaux de consolidation.

Vous voulez dire qu’on ne peut pas prévoir un effondrement ?

Non ! D'ailleurs les anciennes carrières abandonnées sont considérées juridiquement comme des risques naturels. Les vides sont la conséquence de l'action de l'homme, mais les matériaux se dégradent ensuite progressivement, ce sont des phénomènes lents et imprévisibles qui peuvent être aggravés par les fuites de réseau d’eau par exemple.

Quels autres risques existent ?

Le gypse antéludien (qui date d'environ 40 millions d'années) peut provoquer également des effondrements. On en trouve surtout à Paris et en Seine-Saint-Denis. Dans cette zone, il y a un risque de dissolution qu'on ne peut pas évaluer. Lors du creusement du RER B, une cavité a été découverte sous la gare du nord, qui faisait une quinzaine de mètres de diamètre et autant en hauteur ! C'était à proximité d'un endroit où la SNCF pompait l'eau pour les machines à vapeur. Le gypse étant soluble dans l'eau, s'il se dissout, ça crée un vide. Et comme pour les anciennes carrières, il va falloir entreprendre des travaux de réduction des risques, c'est le même traitement que pour les carrières. On sait que ce risque existe mais on ne sait pas s’il y aura des désordres ni quand.

*http ://igc.paris.fr.

Source : Le Parisien

 

 

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

vincent 07/10/2014 12:39

Bonjour

Il est tout de meme etrange de ne pas trouver Aulnay sur ce site !! http://i57-rens.paris.fr/rens-site/jsp/site/RunStandaloneApp.jsp?page=formengine&form=rens&subform=inquiry