La Seine-Saint-Denis est-elle au bord de la faillite ?

Publié le 12 Octobre 2012

La crise frappe aussi les collectivités locales. Le président du conseil général de Seine-Saint-Denis tire la sonnette d’alarme. Gel des aides de l’Etat, hausse des prestations pour les plus démunis. Les comptes du département – déjà plombés par les emprunts toxiques – sont en train de plonger. D’où cette question le 93 est-il au bord de la faillite ?


Source : Olivier Chapelet avec Pierre Lassus http://paris-ile-de-france.france3.fr/2012/10/09/la-seine-saint-denis-au-bord-de-la-faillite-118637.html

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Finances

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Evelyne BLAZA 12/10/2012 17:27

Auront-ils le financement pour le 7ème collège ?
Les pavillons devaient être démolis pendant les vacances scolaires : il n'en a rien été.
Depuis le début du mois, les maisons sont murées et le quartier est fermé par une palissade. Que faut-il en penser ? Pourquoi dépenser de l'argent pour murer et clôturer (tous les pavillons étaient
déjà clos par des grilles) si la démolition doit intervenir ce mois-ci ? A moins que celle-ci et la construction du 7ème collège tant attendu ne soit reportée aux calanques grecques.

Lisa 12/10/2012 13:53

Si je ne me trompe pas le département n’a été géré que par la gauche depuis toujours. Quel joli bilan ! Manque plus qu’Aulnay fasse faillite !

Romuald Weymann 12/10/2012 11:20

Bigre... 90% des dépenses sont consacrées au social ????!!!!
A part ça, les socialistes au pouvoir veulent toujours plus de logements sociaux...

Stop à cette inflation carrément scandaleuse; l'Etat-providence, cela peut convenir en période de croissance économique, ce qui n'est absolument pas le cas actuellement.

En prime, qui supporte le plus durement le poids de toutes ces dépenses, sans oublier le remboursement sans fin d'une dette qui augmente ? pas les classes les plus défavorisées, non imposables -
quoique, avec les hausses de taxes qui se profilent et y compris pour les retraités - ni les plus aisées, dont le pouvoir d'achat n'est pas impacté.

Par ailleurs, très pratique finalement la décentralisation doublée du gel des subventions : aux collectivités de se débrouiller avec les (très faibles) moyens du bord, tout en s'assurant de remplir
les objectifs pilotés depuis Matignon par des idéologues résidant dans les beaux quartiers.