Aulnay-sous-Bois : la chapelle Saint-Paul du quartier Mitry-Ambourget reçoit le label Patrimoine du XXe siècle

Publié le 30 Mars 2013

Soixante-seize églises, temples, synagogues, mosquée d’Ile-de-France viennent de recevoir le label Patrimoine du XXe siècle. La chapelle Saint-Paul du quartier Mitry-Ambourget d’Aulnay-sous-Bois, construite en 1965, fait désormais partie de cette liste.

eglisestpaul.JPG

Ils se dressent comme des repères aux franges de Paris, dans les banlieues, les villes nouvelles. 76 édifices religieux d’Ile-de-France, dont trois dans le Val-d’Oise, viennent de recevoir le label Patrimoine du XXe siècle. Neuf sont situés en Seine-Saint-Denis parmi lesquels la chapelle Saint-Paul d'Ambourget construite en 1965 à Aulnay-sous-Bois. Des plus modestes aux plus imposants, de la chapelle des Sans-Logis de Noisy-le-Grand (Seine- Saint-Denis) à la cathédrale de la Résurrection d’Evry (Essonne), du plus ancien, le temple protestant du Foyer de l’âme à Paris, jusqu’à l’ultra moderne Notre-Dame-de-la-Pentecôte à La Défense, tous racontent l’histoire de la région et l’extraordinaire expansion de sa population. 

Le label, créé en 2001 par le ministère de la Culture pour « mettre en valeur le patrimoine architectural et urbain du XXe siècle », est attribué par le préfet de région sur proposition de la commission du Patrimoine et des sites. En 2011, 40 ensembles de logements avaient déjà été distingués. Pour cette nouvelle tournée, un groupe d’historiens d’art, d’architectes et de conservateurs a fait son choix parmi plus de 500 édifices cultuels de la région. « Nous avons sélectionné les lieux les plus représentatifs de chaque religion », explique Claire Vignes-Dumas, qui dirigeait le groupe de travail pour la Drac. 

Objectif : changer les regards parfois négatifs 

Au palmarès figurent une majorité d’églises catholiques, qui accompagnèrent très tôt les mouvements de population. Le label distingue aussi des temples protestants et des synagogues, dont plusieurs construites pour les communautés rapatriées d’Afrique du Nord. Choisies encore, des églises orthodoxes et une mosquée, celle d’Evry-Courcouronnes : « Ces édifices témoignent des changements du siècle, de ses migrations », avance Claire Vignes-Dumas, qui avoue un coup de cœur pour la petite chapelle des ouvriers russes de l’usine Schneider à Champagne-sur- Seine (Seine-et-Marne). 

A la différence d’un classement aux monuments historiques, le label n’offre ni protection, ni subventions. « Pour le XXe siècle, les historiens de l’art manquent de recul, défend Muriel Genthon, directrice régionale des Affaires culturelles, mais c’est déjà une première reconnaissance ! » Pour elle, il s’agit surtout de changer les regards « souvent négatifs » : outre la pose d’une plaque signalétique, le label veut ainsi encourager les actions de sensibilisation, visites, expositions… De quoi découvrir derrière les formes déroutantes ou les façades souvent austères l’expression des grands courants de l’architecture moderne, de leurs innovations : la halle d’acier de l’église Saint-Paul, à L’Hay-les-Roses (Val-de-Marne), est ainsi un modèle de légèreté mis au point par le célèbre Jean Prouvé. Et mettre en lumière d’incroyables trésors cachés, fresques et vitraux parfois spectaculaires. 

Source : Le Parisien 

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Aulnay d'hier et d'aujourd'hui...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article