Aulnay-sous-Bois : l'immense flop de l'Agenda 21 (1/2)

Publié le 28 Octobre 2010

Partie 1 : Nous partîmes 40 000...

Nous partîmes 40 000. 40 000 beaux exemplaires d'une brochure inondée de couleurs, de belles promesses et de portraits d'élus vantant les mérites  de la démocratie participative. Mais, malgré un prompt renfort de publicité tous azimuts au forum des associations, cinq réunions publiques et un affichage massif sur les divers panneaux de la ville, nous nous vîmes seulement une petite centaine d'inscrits en arrivant au port... de l'Agenda 21.

agenda21segura.jpg

Si l'on fait le ratio entre le tirage du dépliant (40 000) et la centaine de personnes qui ont décidé de participer aux différents ateliers thématiques de l'Agenda 21 sur notre ville, on peut légitiment parler de flop monumental. Les réunions publiques ont, elles aussi, attiré un nombre restreint de personnes. D'un certain point de vue c'est extrêmement triste, dans la mesure où le grand intérêt de cette démarche est justement de placer les habitants au cœur de la politique de la ville.

Pourtant, sans être révolutionnaire, la présentation assurée pendant les réunions publiques par Etik-Presse, qui intervient comme conseil stratégique en développement durable auprès des collectivités territoriales, avait au moins le mérite d'être accessible et interactive. Au delà des constats alarmistes habituels sur le réchauffement climatique, l'appauvrissement des sols, l'extinction de la faune marine ou autres menaces sur la biodiversité, on retiendra surtout que si nous avons les pieds sur terre, notre planète est un monde fini.

En ce sens, les ressources dont nous disposons ne sont pas inépuisables. D'où l'intérêt de penser à un autre mode de développement qui à la fois en garantirait une meilleure utilisation, une répartition plus juste et enfin une transmission aux générations futures pour qu'elles-mêmes puissent continuer à exister.  C'est en quelques lignes la philosophie du développement durable dont l'Agenda 21 est la matérialisation pratique.

Certes, la tâche est immense, surtout si l'on considère qu'au niveau mondial certains Etats ont des intérêts divergents. C'est pourquoi l'idée est venue que l'impulsion pourrait venir du local. Associer élus et citoyens d'une ville aux débats concernant l'avenir de leur espace commun. Une belle ambition au service de tous. Malheureusement, à Aulnay-sous-Bois,  et c'est là que le bât blesse, nous souffrons d'un véritable déficit de concertation entre les habitants et ceux qui les représentent à la mairie...

A suivre partie 2 : Après l'Agenda 21, le déluge ?

Stéphane Fleury

Source dépliant Agenda 21 : http://www.aulnay-sous-bois.com/

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Alex 28/10/2010 12:46


Bonjour,
ce passage de l'article "nous souffrons d'un véritable déficit de concertation entre les habitants", reflète bien l'idée de l'exposition "Agglomération" disponible dans le Parc Faure jusqu'au
07/11/2010 car les grandes fractures de la ville (RN2/Chemin de Fer/Canal de l'Ourcq) divisent et mettent dans des enclos, les habitants de chaque quartier et comme Mme Michèle a dit, "c'est a
nous, élus, de construire les ponts entre ces îlots".