Aulnay-sous-Bois : assises de la démocratie locale...

Publié le 30 Novembre 2010

C'était le samedi 20 novembre à la salle Chanteloup, au matin. La démocratie locale organisait non pas des assises ( j'ai cependant conservé ce terme parce que dans la salle il y avait des chaises et qu'elles ont une importance dans l'histoire qui suit) mais des rencontres, soit un moment d'échanges entre élus et délégués de quartier... J'y reviendrai plus tard avec une note spécifique...

En attendant regardez ces deux photos. Photo 1 les rencontres de la démocratie locale photographiées par Oxygène, l'hebdo des habitants ou plutôt l'hebdo de communication de la municipalité... Photo 2 les rencontres de la démocratie locale photographiées mais de dos.

assisedemolocale.jpg                     (C'est écrit dessus Photo version Oxygène n°109 page 16 du 25/11/2010)

assisesdemolocale2.JPG(Photo prise de dos. Les assises des chaises vides. Au centre tenant le micro, Philippe Gente 18ème adjoint à la démocratie participative en pleine séance d'auto-persuasion. La concertation à Aulnay-sous-Bois j'y crois ! A noter pour Noël le coffret démocratie locale karaoké spécial Aulnay : la démocratie c'est pour après demain... peut-être (!))

Démonstration éclatante de l'art et la manière de faire croire à une salle pleine plutôt qu'à moitié vide !

Etonnant non ?

Stéphane Fleury

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Démocratie de proximité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

marc masnikosa 01/12/2010 23:35


genial tu commence a avoir un autre regard j ai peur que sont altesse ne t invite pas a ses voeux


DIDIER B 01/12/2010 16:38


En tant que délégué, j'ai également assisté ,et non participé, à cette rencontre qui ressemblait plus au passagede candidats devant un jury etnon une assemblée destinée à travailler sur un projet
fédérateur.
La disposition frontale des deux équipes (élus + personnel communal d'un côté, délégués de quartiers de l'autre) n'a fait qu'accentuer ce ressentiment.
Mais nous sommes qu'à l'adolescence de la démocratie locale(dixit M. GENTE): il faut bien que "Genèse" se passe.


christ 30/11/2010 19:14


Extraordinaire, les chaises vides représentent donc, en enlevant les quelques sujets, si je compte bien, 83000habitants - 24 présents= 82976 habitants
Non erreur, j'enlève aussi les représentants du pouvoir soit, combien, 10, 11, 12...seulement, ah bon,ils ne sont pas tous là?
Donc je reprends: 83000habitants - 24 sujets- 12 représentants du pouvoir(qu'est-ce que l'on est bien représenté à Aulnay, 1 chef pour 2 sujets)
= 82964 sujets représentant les chaises vides

La démocatie participative, c'est une affaire qui tourne rond à Aulnay avec un chef adjoint à sa tête, une super efficacité que la démocratie locale, très locale d'ailleurs, localisé à 24
sujets.
J'avoue que je ne pensais pas qu'elle fonctionnerait aussi bien. Merci notre maître à tous de nous avoir enfin donné la parole qui nous était censurée jusqu'à ce jour.
Un des sujets de la chaise vide mais la prochaine fois,prenez moi de face que l'on me voit.


Xavier 30/11/2010 18:48


@ Stéphane,

Comme quoi, une photo (plutôt deux photos en l'occurrence) valent mieux qu'un long discours !

On peut corréler cela avec le fait que la moitié seulement des personnes qui assistent régulièrement aux conseils de quartier étaient présentes soit une personne sur six parmi celles qui sont
inscrites en tant que délégués de quartier.

Pourquoi cela ? On aimerait bien le savoir.

Une municipalité vraiment soucieuse de démocratie locale ou participative pourrait très bien envoyer un questionnaire aux personnes inscrites en leur demandant les raisons pour lesquelles elles ne
sont point assidues.

Les réponses pourraient être intéressantes... Exploitées de façon indépendante et impartiale, elles permettraient, peut-être alors, d'avoir une radiographie des frustrations ou des désillusions
devant un fonctionnement des conseils de quartiers dont il est possible de penser qu'il n'est peut-être pas tout à fait à la hauteur des espérances que l'on pourrait y placer.


De plus, tu auras sûrement remarqué que Monsieur le Maire ne figure pas sur la photo. J'espère que notre ami reporter photographe ne va pas être sanctionné pour crime de lèse-majesté !

Il faut dire qu'il est arrivé vers 10h 15-10h 30, parce que il avait, a-t-il dit, des dossiers à régler à la mairie. Nous voulons bien le croire, mais il faut préciser que nous étions invités pour
9 h, pour une réunion qui n'a d'ailleurs commencé que vers 9h 30 -9h 45.

Mais, il y a une autre raison qui peut aussi expliquer cette absence...

En fait, tout au long de la réunion, il m'a paru assez peu assidu et attentif, comme si tout cela ressortait d'un exercice un peu obligé. En dehors des déclarations d'intention louables, sur la
nécessité de développer une concertation "en amont" et non pas seulement sur une simple "concertation en aval" ( Et on a envie alors de dire: chiche !) ce qui m'a frappé c'est l'absence de
véritable écoute devant les opinions différentes des siennes.

Tout se passe, alors, comme si c'était l'effet slogan ou vitrine qui l'intéressait davantage que le souci d'une véritable concertation avec les aulnaysiens ou le souci d'entendre une parole libre
et non convenue.

Et pourtant, s'il y a bien un moment ou un endroit, où un véritable échange ouvert aurait dû avoir lieu, c'est bien à cette occasion. Mais il faut pour cela un autre état d'esprit, une écoute
réelle et sincère à laquelle nous n'avons toujours pas droit. Pourquoi faut-il que le discours d'un simple citoyen, qui souhaite bénévolement apporter quelque chose à sa commune, soit tout de suite
rabroué, au motif qu'il exprimerait des opinions qui ne coïncideraient pas tout à fait avec la "ligne municipale"?

Alors, nous avons, là peut-être, un début de réponse à l'observation faite plus haut...


didier 30/11/2010 13:13


très bonne remarque pour cette pseudo-rencontre qui en plus de la non-occupation de certaines chaises,leur disposition m'a également interpellé: les élus et les serrvices municipaux face au
délégués de conseils de quartier.
J'imaginais que tout les partcipants appartenaient à la même structure et non à deux camps l'un face à l'autre.
Bien sûr les échanges étaient courtois mais j'ai assisté à la présentation des différents projets comme un jury devant un examen d'oral.
Mais, nous ne sommes qu'au début de la démocratie locale (dixit M. GENTE): il faut bien que Genèse se passe.