De la hauteur, de la densification, du cadre et de la qualité de vie à Aulnay-sous-Bois

Publié le 25 Mars 2013

Certains pour prendre de la hauteur montent dans des grues au-dessus des chantiers de construction d’Aulnay-sous-Bois. D’autres préfèrent aller directement à la montagne. Comme on dit en Normandie : chacun son trip (à la mode de Caen) ! Quoi qu’il en soit en regardant le cliché ci-dessous représentant un paisible village perché dans les Hautes-Alpes,  on ne peut s’empêcher de penser qu’il existe sans doute une certaine corrélation entre cadre de vie et qualité de vie. Prenez par exemple un francilien lambda. Placez le dans son environnement naturel, Paris et sa banlieue, il sera volontiers râleur, pressé et peu sociable (surtout dans le RER B !).  Transposez ce même individu dans un endroit plus calme et spacieux et il retrouvera presque instinctivement une certaine forme de sérénité. Il vous dira même bonjour en vous croisant dans la rue !

DSC00742.JPG

Tout cela pour écrire que la densification massive que l’on annonce comme inéluctable à Aulnay-sous-Bois et qui d’une certaine façon a déjà commencé à défigurer la ville par endroits semble faire fi de la préservation de l’existant. Les élus actuels de la mairie paraissent animés d’une frénésie quasi-obsessionnelle de construire vite, n’importe où et n’importe comment. Le sacro-saint intérêt général et la crise du logement aussi cruelle soit-elle n’excusent pourtant pas de faire n’importe quoi dans des quartiers qui ont une histoire, un vécu partagé par leurs riverains. Imposer des projets immobiliers par la force des tronçonneuses et des bulldozers pour le prétendu bien des habitants est tout simplement intolérable.

Certes Aulnay-sous-Bois n’est pas un village, mais il n’est pas interdit de faire évoluer la ville de façon raisonnée en respectant une certaine qualité architecturale et en évitant de totalement miter et dynamiter la zone pavillonnaire dont la caractéristique unique en Seine-Saint-Denis constitue incontestablement l’un des attraits de notre commune. Il n’est pas non plus inconvenant d’y préserver des espaces de respiration et pourquoi pas un peu d’humanité en canalisant cette course effrénée aux blocs de béton froids et informes engagée par l’actuel exécutif municipal. A ce propos, il n’y a pas si longtemps, lors d’un conseil municipal consacré à une énième modification du Plan Local d’Urbanisme, un représentant communiste de la majorité expliquait qu’on ne fait pas le bonheur des gens contre eux. Il serait souhaitable de ne pas totalement l’oublier…

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Urbanisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Romuald Weymann 26/03/2013 12:26

Il est indiqué en début d'article que la photo a été prise dans une commune des Hautes-Alpes.

J'ai grandi dans une petite commune des Alpes-de-Haute-Provence, en pleine verdure. Et j'ai plaisir à y retrouver ces paysages.

Après, tout dépend du tempérament, je me verrais mal retourner habiter à l'année en pleine « campagne »... Mais pas plus à Paris intra-muros !

Brice 25/03/2013 19:00

Elle est jolie la photo. Mais Aulnay, ce n'est pas très loin de Pantin. Y a vraiment une "montagne" là-bas, ou ça vient d'une autre région?