Aulnay-sous-Bois : le projet Croix-Blanche au point mort

Publié le 8 Mars 2012

QCBE.jpgVous trouverez ci-dessous un communiqué de l'association de défense du quartier Croix-Blanche et de ses environs qui s'étonne du manque de concertation avec la mairie concernant le projet d'aménagement de l'ancien centre des impôts. Il semblerait que depuis la réunion du 13 décembre dernier à la salle Chanteloup rien n'ait avancé...   


Alors qu’une série de mails sont échangés entre le bureau de l’Association Croix-Blanche et le cabinet du Maire afin d’obtenir des réponses précises sur les différentes préemptions dans le quartier, ainsi que sur le futur du site Croix-Blanche, nous nous étonnons de la tournure des «discussions».

 

Depuis la réunion du 13 décembre à la salle Chanteloup qui a réuni plus de 300 personnes inquiètes de ce qu’il se passera sur le terrain de l’ancien Hôtel des Impôts, rien n’a avancé.

 

Une première entrevue entre Benjamin Giami et Séverine Delamare, respectivement Président et Vice-Présidente de l’Association, le Directeur de cabinet du Maire d’Aulnay-sous-Bois, a eu lieu. Lors de cette rencontre, il a été proposé à l’Association qu’elle choisisse elle-même l’architecte du futur projet, chose qui est juridiquement impossible.

 

Lors d’une seconde entrevue entre ces mêmes personnes, le directeur de cabinet a déclaré au détour de la conversation espérer ne faire que des bâtiments R+1, soit un rez-de-chaussée plus un étage, sans suite.

 

Le Président et la Vice-Présidente ont également eu un échange avec des représentants de la Mairie lors du dernier conseil municipal, on leur a déclaré que l’architecte de la ville pourrait élaborer le projet, chose impossible juridiquement en ce qui concerne l’opération immobilière.

 

Nous demandons donc solennellement l’ouverture des négociations avec un cahier des charges et des appels à projets, comme cela se fait dans toutes les autres villes de France et de Navarre !

 

De surcroît, est-il normal d’apprendre dans Oxygène, le magazine de la ville, que le thème du conseil de quartier de lundi 12 mars prochain, aux Prévoyants (et non aux Merisiers comme indiqué dans le journal), porterait sur le projet Croix-Blanche, et de n’être prévenu par la Mairie que le lendemain de cette publication ?

 

Travaillons-nous réellement en amont avec la municipalité ou servons-nous de faire-valoir à une prétendue démocratie locale ?

 

Forts de nos 1300 signatures, il est désormais temps de nous mettre au travail pour aboutir à un projet qui tient à cœur à tous les habitants du quartier. Nous voulons travailler étroitement avec la Mairie pour aboutir à un projet qui sera, nous l’espérons, un modèle de gouvernance et de démocratie locale.

 

Néanmoins, pour cela, la moindre des choses serait de prévenir l’Association qui a recueilli 1300 signatures - du jamais vu à Aulnay - et de la mettre au courant de ce qui est prévu sur le terrain de l’ex Hôtel des Impôts.

 

Il est enfin temps d’écouter les riverains !

 

Le Bureau Q.C.B.E

 

Benjamin Giami

Séverine Delamare

Brigitte Ripani

Alain Canet

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Urbanisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
les "sonotones" doivent coûter cher pour que certaines personnes puissent restent " à l'écoute"
mais quelle écoute ? L'écoute de soi de certains profits sans doute mais à qui profite vraiment le crime de la DEFIGURATION ? En même temps que les pierres tombent la colère des habitants monte et
se transformeront sans nul nul doute en pelleteuses, tractopelles, tronçonneuses ou "karcher" pour déblayer, écrouler, scier et laver l'affront brutal qui fut fait à notre ville. Je suis une
citoyenne aulnaysienne indignée du sort qui est réservée à notre ville pour des faux semblants et prétexte de mixité. J'ai honte de ceux qui plongent notre ville dans le marasme et ses habitants
dans le désarroi, honte d'avoir fait confiance à quelqu'un qui est devenu sourd.
Répondre
O
Dans un précédent communiqué de cette association, qui se félicitait d'un début de dialogue avec M. SEGURA, j'avais mis en garde contre cet excès d'enthousiasme. La preuve.
Répondre