Aulnay-sous-Bois : coup de force de la Municipalité sur les conseils de quartier

Publié le 8 Novembre 2011

chaines-rompues-mains-femme.jpgHier soir, lors de notre traditionnelle réunion mensuelle de conseil de quartier dans le secteur Vieux-Pays-Bourg-Roseraie, les délégués ont eu droit à une drôle de surprise. En effet, l'ordre du jour initial a été changé sans concertation ni consultation ! Un comble lorsque l'on songe que le conseil de quartier est l'instance suprême de la démocratie participative  où les élus sont cordialement invités à écouter et prendre en compte l'avis des habitants ! 

On nous a expliqué que cette "initiative" de dernière minute venait directement de la mairie et du responsable du service de la démocratie locale, monsieur Miguel Hernandez, en vue de préparer une réunion prévue le 19 novembre prochain dans le cadre des assises de la ville. Ainsi, hier soir, les priorités des élus se sont littéralement imposées aux délégués de quartier mais également aux nouveaux habitants venus pour la première fois !

Pour celles et ceux qui se berçaient encore de douces illusions, ce véritable coup de force montre le vrai visage de cette Municipalité qui décide des sujets et du calendrier dans sa marche précipitée vers l'élaboration d'un projet de ville pour Aulnay-sous-Bois avant la fin de l'année ! Bien entendu, les réactions autour de la table n'ont pas tardé. Elles ont oscillé entre consternation et indignation. Certains voulaient quitter la salle en signe de protestation, d'autres ont parlé "d'abus de pouvoir" ou résumé en une phrase la situation : "ce n'est pas la démocratie !"   

liberation.jpgNous avons donc été contraints de parler propreté, sujet potentiellement intéressant certes, mais non inscrit au départ à l'ordre du jour de nos discussions qui ont été passablement dissipées compte tenu du contexte particulier.

A ce propos, il y a eu un grand moment lors de cette soirée. C'est lorsqu'un habitant s'est plaint du fait que, le matin, la déchèterie d'Aulnay-sous-Bois n'acceptait seulement que les professionnels et pas les particuliers. Il souhaitait qu'il puisse y avoir des exceptions. Notre élu et co-président de quartier, Grégoire Mukendi, a alors répondu que si on commençait à changer les règles à tout bout de champ la situation était ingérable ! Ce à quoi nous avons répondu : et pour les ordres du jour changé par les élus à la dernière minute sans consultation des habitants, n'est-ce pas un problème ? Du coup, un ange est passé dans l'air. Enfin c'était plutôt un escadron !

Quoi qu'il en soit, cet événement presque aussi surréaliste qu'inacceptable a probablement détruit définitivement le mince fil de confiance qu'il restait entre les délégués de ce conseil de quartier et les élus... Parce que nous avons ici la preuve que la démocratie participative est avant tout l'outil de la Municipalité et nullement celui des habitants !

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Démocratie de proximité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Stéphane Fleury 09/11/2011 13:45


@Jean Louis. Non il ne s'agit pas de la même Martine bien que je sache que "ma" Martine lise aussi MonAulnay... Cécité est bien entendu à prendre au sens figuré... un peu comme lorsque les Monty
Pythons parlent du blind leading the blind... Sinon pour le reste la confrontation et le danger ne me font pas peur... C'est mon côté tête brûlée sans doute...


JEAN LOUIS KARKIDES 09/11/2011 12:32


Y aurait_il donc 2 Martine?
Les commentaires postés sur monaulnay par une certaine Martine ne me semble pas venir d'une personne souffrant de cécité.
Ah,si chacun osait se montrer Nom et Prénom!
Gérard Segura n'est pas si dangereux et malgré ce qu'on lui reproche,je ne pense pas qu'il y ait un danger à se confronter à lui.....
Juste, il faut savoir lui répondre lors d'échanges directs.....


Stéphane Fleury 09/11/2011 11:46


@Martine

je ne vais pas rentrer dans la polémique puisque, comme tu l'as très justement écrit, chacun est libre d'avoir son propre ressenti sur les conseils de quartier et leur déroulement. De toute façon,
nous sommes à peine une petite vingtaine en réunion mensuelle alors qui représentons-nous vraiment ? "Notre travail" est totalement inconnu du plus grand nombre des habitants de notre secteur qui
soit n'ont pas le temps de s'intéresser à leur quartier et/ou ville ou ont fini par renoncer à être les marionnettes dociles de la démocratie locale telle qu'elle s'applique depuis 2008. A bien y
réfléchir nous sommes bien seuls sur un radeau à la dérive...

Tu me cites des jolis textes administratifs mais ils n'occultent en rien notre quasi-totale inefficacité. A ce titre et de mon point de vue bien entendu, ta naïveté s'apparente plutôt à de la
cécité. J'écris cela sans méchanceté, nous sommes voisins tout de même ! En fait, avec le recul, j'ai l'impression que notre belle dynamique prometteuse des débuts, qui aurait dû faire plaisir à la
Municipalité et l'encourager à développer la voie des conseils de quartier, l'a au contraire braquée contre une partie d'entre nous parce que nos projets étaient trop bien élaborés pour elle. Au
lieu de les retravailler et les faire fructifier avec nous elle a préféré les écraser dans l'œuf sans ménagement et avec cynisme la plupart du temps.

D'une certaine façon, nous avons peut-être essuyé les plâtres de cet outil que nous nous sommes accaparés avec passion et talent. Un peu trop peut-être d'ailleurs puisque nous avons même eu
l'honneur d'une visite du maire en personne pour nous recadrer et nous expliquer la différence entre la représentativité légitime des élus par le scrutin populaire et la notre réduite à la portion
congrue dans les conseils des quartiers. Un discours qui n'a fait que creuser le fossé entre "eux" et "nous" au moment même où les politiciens se lamentent pourtant des taux d'abstention aux
élections, de l'indifférence voire de la défiance de la population à leur égard.

Alors, depuis quelques semaines, il ne faut pas se cacher derrière nos petits doigts, nous périclitons, tournons en rond et déclinons. A ce titre, comme l'a commenté Gisèle avec raison, notre
dernière réunion a comporté des moments pénibles de stigmatisation entre différents quartiers et parfois même entre les générations. Un comble lorsque l'on songe que l'on doit imaginer ensemble la
ville de demain... Mais bon ce n'est pas si grave après tout, non ? Puisque nous sortons de chez nous, nous nous rencontrons, discutons, échangeons, faisons connaissance, et savons mettre un prénom
sur un visage autrefois inconnu... Ce n'est déjà pas si mal... Et même, la prochaine fois, nous boirons un coup ensemble (pour oublier peut-être?...) Alors, après, la vie reprendra bien
tranquillement son cours normal...


ferrand 09/11/2011 11:05


Martine merci de rappeler l'extrait de la chartre de fonctionnement du conseil de quartier, mais je pense que vous avez remarquée que sur:
-l'article 7 de cette même Chartre la convocation doit être adressée au MOINS 10 jours francs avant la date de réunion
dernière convocation postée le 28/10/2011 pour une réunion le 07/11/2011
-l'article 8 les comptes rendus sont diffusés aux membres du conseil de quartier dans les 3 semaines avant la réunion
avant dernière réunion le 03/10/2011
compte rendu posté le 28/10/2011
autre chose pour moi un dossier traité c'est un dossier solutionné
robert


gisele 08/11/2011 19:59


D'accord complétement avec Stéphane, mais je déplore les descriminations faites envers les quartiers et les seniors, il a fallu que certains délégués et invités de quartier se fachent, dommage que
les co-présidents n'est pas réagi. Ordre du jour de la prochaine réunion, amener les bouteilles pour arrosage de quoi?????


martine 08/11/2011 19:12


Notre conseil de quartier est limité en temps et ne permet pas de traiter un grand nombre de sujets.
Les sujets supprimés , ADSL, Inondation et défibrillateur ont déjà été traités à plusieurs reprises, certes sans réponse satisfaisante pour les demandeurs, mais ont fait l'objet d'une réponse
rapide, hier soir ou après entretien particulier avec un ajoint et seront remis à l'ordre du jour d'une autre séance.
l'inscription à l'ordre du jour du sujet "stationnement" en vue du Forum des assises de la ville rentre dans le cadre du paragraphe 2 de l'article L 2143-1 de la loi n°2002-276 du 27 février 2002
relative à la démocratie de proximité qui dit:
"Les conseils de quartier peuvent être consultés par le maire et peuvent lui faire des propositions sur toute question concernant le quartier ou la ville. Le Maire peut les associer à
l'élaboration, à la mise en oeuvre et à l'évaluation des actions intéressant le quartier, en particulier celles menées au titre de la politique de la ville ..." (Extrait de la charte de
fonctionnement des conseils de quartier )

Et les problèmes de stationnement sont nombreux dans notre quartier, et dans la ville aussi et méritent qu'on en discute même si chaque membre du conseil n'a pas été consulté quant à son
inscription à l'ordre du jour.

J'ai peut-être la naïveté de croire que nous servons à quelque chose et qu'une petite partie,voire une infime, de ce que nous disons et faisons au conseil servira à améliorer la vie de tous, mais
j'y crois.
Voilà, je tenais à remettre la séance d'hier dans son contexte.
A chacun d'avoir son propre ressenti.


un délégué absent 08/11/2011 17:32


Mais comment s'étonne-t-on encore de l'absence de démocratie? Après quelques séances en tant que délégués, j'ai très, trop vite compris que tout était faussé, aucune démocratie, de la démagogie à
outrance/ Petit exemple dès le courrier de convocation(certes un détail mais révélateur):" Ainsi que vous l'avez souhaité, votre conseil des délégués se réunira le...."
Ce sont les élus qui mènent les débats et lorsqu'un sujet imposé le plus souvent, pourrait être polémique, ils viennent à plusieurs, en force. Et pourquoi continuer d'y aller? Des employés
municipaux ont déjà manifesté(on croit rêver d'ailleurs) ont fait grève, alors pourquoi continuer d'accepter une telle mascarade.Mais qui va enfin se réveiller?


Stéphane Fleury 08/11/2011 16:00


Et ne parlons pas du défibrillateur dont tout le monde se fout depuis des mois !


Stéphane Fleury 08/11/2011 15:50


Merci Martine pour cette précision qui de mon point de vue ne change finalement pas grand chose au fond de cet article. A savoir que 1) l'ordre du jour a été sciemment changé sans notre information
et notre accord 2) les sujets qui nous intéressaient en priorité à savoir ADSL, inondations notamment ont été traités par dessus la jambe ! 3) cette situation a été passablement mal vécue par un
certain nombre d'entre nous. Il suffit pour cela de voir le malaise palpable de Grégoire au moment de l'épisode de la déchèterie 4) personne n'est dupe du fait que nous sommes d'une certaine façon
pilotés pour travailler sur les sujets qui sont sortis de l'enquête des assises de la ville à savoir propreté, stationnement, logement, sécurité... et enfin 4) et le plus important sans aucun doute
: dès que nous proposons quelque chose que la mairie ne veut pas faire elle freine des quatre fers et n'apporte aucune aide, alors qu'a contrario nous devons de notre côté accepter docilement la
moindre de ses suggestions, propositions sans broncher. Ce deux poids-deux mesures m'est devenu personnellement intolérable au fil du temps... Maintenant à chacun sa perception des conseils de
quartier comme on dit, mais ils m'ont l'air dans un sale état...


JEAN LOUIS KARKIDES 08/11/2011 15:31


Stéphane,y a t'il eu un simple rajout comme le dit Martine, ou des suppressions d'ordre du jour?


Martine 08/11/2011 15:09


Bonjour Stéphane
Non, non, non!la propreté était à l'ordre du jour ; C'est le stationnement qui a été rajouté.
Bonne fin de journée