Articles avec #securite publique tag

Publié le 2 Janvier 2013

Police p1230006Un homme a été mortellement blessé d'une balle dans la tête aujourd'hui en fin de matinée à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) par deux personnes qui ont pris la fuite dans une fourgonnette et sont recherchées par la police. La victime, âgée de 44 ans et défavorablement connue des services de police, "est décédée" en milieu de journée peu après avoir "reçu une balle dans la tête", a indiqué Christian Lambert, le préfet de Seine-Saint-Denis.

"Il a été touché alors qu'il se trouvait dans sa voiture" dans un quartier pavillonnaire d'Aulnay-sous-Bois, rue Jean-Baptiste Legendre, à proximité de son domicile, a-t-il ajouté. "C'est lié au grand banditisme et ça n'a rien à voir avec les cités", a précisé Christian Lambert, alors que le meurtre a eu lieu près de la cité des Mille-Mille.
Le préfet a confirmé que "deux individus cagoulés", qui ont pris la fuite "dans un fourgonnette blanche", sont recherchés. "J'ai demandé la mise en place d'un dispositif de recherche sur l'ensemble du département et de l'agglomération", a-t-il indiqué.

Le 5 décembre, un jeune homme d'une trentaine d'années avait déjà été blessé par balle à Aulnay-sous-Bois, dans la cité du Gros Saule. Un homme de 26 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire dans cette affaire.

Source : http://www.lefigaro.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 1 Janvier 2013

voiturebrulees.jpgLe ministre de l'Intérieur a décidé de publier les chiffres, une pratique abandonnée depuis 2010 par la droite qui disait vouloir ainsi éviter la surenchère.

Un total de 1 193 véhicules ont été incendiés, dont 344 par propagation, pendant la nuit de la Saint-Sylvestre en France, a annoncé mardi le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, lors d’une allocution à la place Beauvau.

Le ministre de l’Intérieur a également annoncé une «activité judiciaire en hausse par rapport à l’année dernière», avec un total de «339 interpellations contre 290, et 244 gardes à vue contre 181 en 2011».

Sur l’ensemble du pays, «il n’y a pas eu d’affrontements au cours de cette nuit, sauf dans le quartier de Strasbourg Neuhof, et dans la ville de Mulhouse», a-t-il précisé.

 «Trois policiers et quatre gendarmes ont été légèrement blessés, pas loin du chiffre de l’année dernière», où le total était de huit blessés, a indiqué le ministre.

 «Il n’y a pas d’évolution notable concernant ces incendies volontaires de voitures et de deux-roues ces dernières années», a commenté le ministre, qui a cité les départements comptant plus de 40 incendies avec, en tête, la Seine-Saint-Denis avec 83 véhicules incendiés, devant le Haut-Rhin (72), le Bas-Rhin (70), le Nord (61) et les Bouches-du-Rhône (51).

Le ministre a rappelé que les «derniers chiffres publiés sont ceux du 31 décembre 2009», lorsque 1.147 véhicules avaient brûlé, selon un bilan officiel de l’époque.

Valls avait annoncé jeudi dernier qu’il communiquerait le nombre de véhicules incendiés à la Saint-Sylvestre, une pratique abandonnée depuis 2010 par ses prédécesseurs de droite qui disaient vouloir ainsi éviter la surenchère.

(AFP)

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 6 Décembre 2012

Vous trouverez ci-dessous un communiqué ( à lire aussi ici) de Gérard Ségura suite à des coups de feu ayant fait un blessé dans le quartier Mitry-Ambourget. Dans cette missive intitulée « Insécurité : Nous refusons l’escalade vers le pire » le maire d’Aulnay-sous-Bois réitère sa demande de disposer d’effectifs de police nationale suffisants sur la commune. Il réclame également que soit inscrit au budget de l’Etat la construction d’un commissariat central digne de la troisième ville de Seine-Saint-Denis. 

Photo : aulnay-sous-bois.fr

 

Fait à Aulnay-sous-Bois le 5 décembre 2012

Communiqué de Gérard Ségura, maire d’Aulnay-sous-Bois,

Vice-Président du Conseil général

« Insécurité : Nous refusons l’escalade vers le pire »

gerard_segura_echarpe_02.jpg.jpg« Des coups de feu ont fait un blessé la nuit dernière dans le quartier Mitry-Ambourget. Les services de police mobilisés aux fins d’enquête ont très rapidement procédé à plusieurs interpellations vraisemblablement en lien avec les faits. Je salue le travail des policiers qui a permis ces interpellations rapides et la saisie d’une arme ayant pu servir aux coups de feu.

Cet acte de violence, extrêmement grave, intervient à un moment où le dispositif de répression policière à l’encontre des trafiquants de drogue a été notablement renforcé dans notre ville dans le cadre de la collaboration plus étroite qui prévaut entre la Préfecture et notre municipalité. Cette nouvelle synergie, qui se traduit en particulier par une répartition plus efficace des missions et des horaires entre la police nationale et la police municipale, porte ses premiers fruits.

Ces résultats encourageants démontrent qu’il n’y a pas de fatalité au règne de la violence. Les mesures mises en place doivent donc être confortées en vue d’assurer durablement le droit à la tranquillité de tous les habitants. Population et élus aspirent à une ville où ils peuvent aller et venir sans crainte. Nous refusons l’escalade vers le pire tel que Marseille le subit actuellement.

C’est pourquoi je demande solennellement qu’Aulnay-sous-Bois dispose d’effectifs de la police nationale en nombre suffisant afin que les missions de sécurité publique soient remplies de manière satisfaisante. Je regrette à ce propos que notre commune n’ait pas été

retenue dans les deux premières listes des zones de sécurité prioritaires dévoilées par le ministère de l’Intérieur. Je renouvelle enfin la demande, portée par notre Conseil municipal unanime, d’un commissariat de police digne des conditions de travail des fonctionnaires et de l’accueil des usagers, en faveur de l’inscription budgétaire duquel j’ai sollicité un rendez-vous auprès du ministre Manuel Valls. »

 

Gérard Ségura,

Maire d’Aulnay-sous-Bois,

Vice-Président du Conseil général

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 22 Novembre 2012

Vous trouverez ci-dessous un communiqué (accessible au format pdf en cliquant ici) du maire Gérard Ségura réagissant à l’agression d’une habitante d’Aulnay-sous-Bois séquestrée et frappée par erreur le 19 novembre dernier (voir article du Parisien à ce sujet ici). Dans cette missive il explique que la commune « a pris ses responsabilités en améliorant l’organisation de la police municipale en vue d’une présence renforcée sur le terrain et d’une plus grande efficacité d’intervention ». Il réitère enfin sa demande « d’un commissariat digne de notre temps et des effectifs de police en conséquence » pour la ville.

Aulnay-sous-Bois, le 22 novembre 2012

Communiqué de Gérard Ségura, Maire d’Aulnay-sous-Bois

gerardseguraJ’ai été particulièrement horrifié par l’agression dont a été victime une habitante d’Aulnay-sous-Bois, ligotée et frappée à son domicile par une bande de malfrats.

Je tiens à exprimer toute ma solidarité à la victime et à l’assurer de ma plus vive sympathie.

Je demande aux autorités de la police nationale de mettre tout en oeuvre pour interpeller les coupables et les déférer à la Justice.

Notre ville a pris ses responsabilités en améliorant l’organisation de la police municipale en vue d’une présence renforcée sur le terrain et d’une plus grande efficacité d’intervention. Au-delà, je renouvelle ma demande qu’Aulnay-sous-Bois dispose enfin d’un commissariat digne de notre temps et des effectifs de police en conséquence.

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 8 Novembre 2012

cannabis.jpgDeux hommes suspectés de trafic de drogue sont, depuis mardi soir, en garde à vue au commissariat d’Aulnay-sous-Bois. Ce soir-là, les policiers, qui effectuaient une surveillance dans le quartier Mitry-Ambourget (cité des Mille-Mille) constatent plusieurs transactions de produits stupéfiants aux abords d’un hall, allée des Cerisiers. Deux suspects sont arrêtés. Les perquisitions menées au domicile de l’un d’entre eux confirment les soupçons des policiers puisqu’ils découvrent 5,6 kg de résine de cannabis et 8 980 euros en espèce. Le commissariat d’Aulnay-sous-Bois a été chargé de l’enquête.

Mentionner de façon brute ce fait divers paru ce matin dans les colonnes du Parisien offre peu d’intérêt si ce n’est celui d’affoler quelque peu les compteurs de visites des blogs d’Aulnay-sous-Bois. Toutefois si on l’examine en se rappelant la manifestation du 12 mai dernier dans ce même quartier (voir notre article ici) contre  l’insécurité et le trafic de drogue, notamment, il prend un relief un peu différent. A l’époque en effet on s’en souvient, suite à un courageux mouvement de révolte des habitants du secteur (politiquement instrumentalisés diront certains), contre les dealers, un dispositif policier particulier avait été mis en place pour assurer durablement, croyait-on, la tranquillité de la cité Mitry-Ambourget. Ces événements s’étaient déroulé il ne faut pas l’oublier en plein cœur de la campagne électorale des législatives.  

Or à lire les lignes de l’article du Parisien maintenant que cette élection est passée, force est de constater que, même si l’intervention de la police parait efficace pour le coup, les trafiquants n’ont semble-t-il pas l’air d’avoir été définitivement dissuadés d’arrêter d’occuper ce secteur de la ville. Cette situation n’est donc toujours pas réglée…

Source article : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 1 Novembre 2012

enveloppe.gifBranle-bas de combat mardi après-midi, dans la mairie d’Aulnay-sous-Bois. Trois employés du centre administratif se sont sentis mal après avoir ouvert une enveloppe. Immédiatement, le bruit court que le pli renfermait une poudre suspecte. On parle même d’une explosion. Le mot colis piégé est sur toutes les lèvres. La préfecture décrète une zone de confinement NRBC (nucléaire, radiologique, chimique, biologique) autour du service municipal. Le personnel est évacué et l’objet litigieux est expédié pour analyse au laboratoire central de la préfecture de police. A leur grand étonnement, les experts découvrent que l’enveloppe est vide et ne comporte aucune trace de produit ou de poudre dangereux. Le dispositif est levé une heure après. Un mystère demeure cependant : l’origine du malaise des employés.

Source : Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 4 Octobre 2012

securite.jpgLe centre commercial O’Parinor d’Aulnay-sous-Bois accueille ce samedi la Journée de la sécurité intérieure. L’occasion de rencontrer des policiers, des gendarmes, des pompiers, des militaires, des bénévoles de la Croix-Rouge et de la sécurité routière, de découvrir les métiers, les carrières, les équipements, etc. Seront ainsi présentés des véhicules et matériels lourds, des motos, une ambulance, des chevaux de la brigade équestre… La police scientifique et technique expliquera comment l’on traite une scène de crime, vous pourrez vous initier au massage cardiaque sur des mannequins ou encore marcher avec des lunettes simulant un état alcoolique. Rendez-vous donc samedi de 9h à 13h à O’Parinor.

Source : Le Parisien du 4 octobre 2012.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 30 Mai 2012

Le mercredi 23 mai dernier une partie de la rédaction d'Aulnaylibre ! se trouvait à la Morée pour constater de visu la surveillance policière dont le quartier fait l'objet depuis la manifestation organisée par les associations SOLREMI et SOLIDARITE RESISTANCE MOREE. Intrigués par la présence de notre caméra, quelques habitants sont venus naturellement échanger avec nous sur ce dispositif de sécurité rassurant qui préserve le secteur au calme mais aussi sur leurs inquiétudes pour la suite. Certains faisaient remarquer qu'une telle configuration sécuritaire ne pourrait perdurer indéfiniment pour un seul quartier d'Aulnay-sous-Bois. D'autres se demandaient même si cette présence n'était pas opportune compte-tenu du contexte électoral. Quoi qu'il en soit les habitants attendent des mesures pérennes pour pouvoir vivre en paix durablement. En attendant l'atmosphère était particulièrement détendue aux pieds des tours. Pour l'anecdote je portais un maillot du FC Barcelone à ce moment là et des enfants m'ont interpellé pour me demander si je supportais Paris SG ou Marseille ? J'ai répondu Marseille sans conviction, ce qui m'a valu la désapprobation générale gommée rapidement par les sourires. L'ambiance était donc particulièrement chaleureuse. Vous trouverez ci-dessous notre petit reportage vidéo commenté tourné sur place. Nous précisons que si nous n'avons montré aucun visage, il s'agit d'un choix éditorial délibéré. Il n'est en aucun cas une critique vis-à-vis de quiconque aurait opté différemment, chacun restant libre de traiter l'information comme bon lui semble...  

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 25 Mai 2012

Profitant des rendez-vous du changement lancés par Daniel Goldberg dans le quartier Mitry le mercredi 23 mai en fin d'après-midi, la rédaction d'Aulnaylibre ! en a profité pour interroger le candidat socialiste aux législatives de 2012 dans la 10e circonscription de Seine-Saint-Denis sur l'inscription potentielle au budget 2013 de l'Etat d'un nouveau commissariat pour Aulnay-sous-Bois. Vous trouverez ci-dessous la vidéo de ses réponses à nos questions.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 24 Mai 2012

incendievoiturebourg2-copie-1.JPG

Aulnaylibre ! traite très rarement les faits divers. Toutefois nous avons reçu de nombreuses alertes de lecteurs nous signalant l'incendie de deux voitures (voir photo ci-dessus)  mardi en milieu d'après-midi sur le parking de l'école du Bourg 2 d'Aulnay-sous-Bois actuellement délocalisée dans des préfabriqués situés sur un terrain de la commune de Sevran en attendant la dépollution de l'ancienne usine d'amiante. C'est pourquoi nous relayons exceptionnellement cette information et à travers elle leur inquiétude. D'après nos sources cet événement a suscité un grand émoi chez les adultes mais surtout les enfants. Heureusement les pompiers sont arrivés rapidement pour juguler le feu. Plus de peur que de mal donc, mais l'occasion de rappeler, sans sombrer outre mesure dans la paranoïa, qu'il convient de rester vigilant.

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 23 Mai 2012

DGOLDBERGCertains y verront sans doute un effet concret et immédiat du changement de majorité présidentielle du 6 mai dernier. Daniel Goldberg ( à gauche sur la photo), candidat du PS et du PRG aux législatives de 2012 dans la 10e circonscription de Seine-Saint-Denis vient d'écrire au ministre de l'Intérieur Manuel Valls afin qu'il inscrive au budget 2013 la construction du nouveau commissariat d'Aulnay-sous-Bois tant attendu par la troisième ville du département. D'après le communiqué ci-dessous, transmis à la rédaction d'Aulnaylibre ! par l'équipe de campagne du député, cette demande aurait reçu un écho favorable. Ne reste donc plus qu'à transformer l'essai... En attendant, vous pouvez récupérer la lettre de Daniel Goldberg à Manuel Valls en cliquant ici (1ere partie) et (2nde partie).

Source photo : Le Parisien

 

Aulnay-sous-Bois :

Demande d’inscription au budget 2013

du financement du nouveau commissariat

 

J’étais présent avec le maire Gérard Ségura jeudi dernier lors de la première visite du nouveau Ministre de l’Intérieur à Aulnay-sous-Bois, dans le quartier de la Morée, où les citoyens s’étaient mobilisés contre l’insécurité dans le quartier.

 

De concert avec les habitants, nous avons profité de la venue de Manuel Valls pour lui rappeler nos attentes envers l’Etat pour contribuer au financement de la construction d’un nouveau commissariat à Aulnay-sous-Bois. Nous lui avons rappelé qu’il y avait une unanimité politique sur ce point, que la Ville mettait gracieusement le terrain à disposition et que le Conseil régional s’engageait à cofinancer la construction à hauteur de 60%.

 

Manuel Valls s’est montré très réceptif à cette demande que le précédent gouvernement n’avait jamais inscrit au Budget. J’ai donc écrit au Ministre de l’Intérieur pour qu’il puisse confirmer formellement cette intention, puis la faire inscrire dans le cadre de la prochaine Loi de finances.

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 22 Mai 2012

bourg1.JPGDepuis quelques années, un groupe d'individus occupe les abords de l'école Bourg 1 d'Aulnay-sous-Bois. Visiblement à l'écart du cours "normal" de la société, ces personnes restent une bonne partie de la journée à proximité de l'établissement scolaire aux yeux de tous et notamment des enfants. Elles ne sont pas particulièrement agressives mais l'abus d'alcool altère manifestement leur comportement en fin d'après-midi. Lors des conseils d'école, la directrice et les enseignants, qui font preuve d'une patience à toute épreuve, montrent aux représentants des parents d'élèves l'impressionnante moisson de bouteilles vides qui atterrissent régulièrement dans la cour de l'école.  

Ces derniers temps la situation ne va pas en s'arrangeant. En dehors des cours les élèves ont libre accès aux fonds de bouteilles non consommés, on leur propose même des parts de pizza et récemment un membre du groupe d'individus en question s'est carrément introduit dans l'école pendant le temps scolaire pour utiliser les toilettes. Que se serait-il passé s'il était tombé tête à tête avec un enfant et pas un adulte ?

L'idée de cet article n'est pas de stigmatiser un type de population ou de forcer le trait dans l'attente d'un fait divers malheureux mais d'exprimer le désarroi de nombreux parents face à une situation qui perdure et parait sans issue. En effet, les polices nationale et municipale ne peuvent apparemment rien faire, les services sociaux de la ville restent impuissants, un élu expliquait également hier soir pendant notre conseil de quartier que même s'ils partaient cela ne ferait que déplacer le problème ailleurs !

Bref, le temps passe et malgré des demandes répétées d'intervention de la part des représentants des parents d'élèves, des parents d'élèves et du corps enseignant, l'environnement immédiat du Bourg 1 ne réunit pas les conditions de sécurité optimales dignes d'un établissement scolaire de la République. A ce sujet, certains politiques très prompts à venir tracter devant l'école pendant les périodes électorales pour le bien de leur carrière seraient bien inspirés de s'emparer du problème ! Sinon que faudra-t-il donc attendre ? Un accident... ?

Je précise pour être totalement transparent que je suis moi-même représentant des parents d'élèves au Bourg 1.

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 19 Mai 2012

Valls_Toulouse_2012.JPGPour sa toute première visite de terrain, jeudi soir, Manuel Valls, ministre de l'Intérieur depuis quelques heures à peine, n'a voulu oublier personne. Après les policiers de Noisy-le-Sec, il s'est adressé aux habitants, concernés au premier chef par la sécurité, comme en témoigne sa deuxième halte en Seine-Saint-Denis, à Aulnay-sous-Bois. Le ministre est allé à la rencontre des habitants de la résidence de la Morée, qui ont manifesté le 12 mai dernier pour dénoncer l'insécurité grandissante dans leur quartier. "C'est un acte de soutien significatif que Manuel Valls est venu apporter à ces Aulnaysiens qui ont bravé la peur, en réclamant de vivre en toute tranquillité et dans des conditions décentes", Gérard Ségura, le maire et conseiller général (PS). L'élu voit aussi par cette visite, un "vif encouragement à obtenir enfin l'inscription du commissariat de police que nous réclamons depuis des années". "Le ministre nous a promis qu'il poserait lui-même la première pierre du commissariat, rapporte une habitante, ravie de cette visite surprise. Il nous a dit tout son soutien, il aussi dit qu'il laisserait les CRS dans le quartier..." Depuis lundi, les forces de l'ordre sont en effet présentes, dans le cadre d'un dispositif mis en oeuvre par le préfet Lambert , qui était également sur place jeudi soir.

Source : CS et GB Le Parisien du samedi 19 mai 2012. Photo : Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 16 Mai 2012

moreeentranceLe quartier de la Morée est sous surveillance. Depuis lundi cette copropriété privée, située dans le secteur Savigny, à Aulnay-sous-Bois, est englobée dans un "périmètre de sécurité renforcée". C'est ce qu'a annoncé hier la préfecture de Seine-Saint-Denis.

En d'autres termes, la police va y multiplier les patrouilles et les contrôles de halls d'immeubles, à la demande du préfet. Christian Lambert s'est déplacé lundi soir dans le quartier, où il a rencontré les représentants de plusieurs associations. "J'ai été prévenu à la dernière minute, raconte une habitante particulièrement mobilisée. Il nous a écoutés. On lui a demandé plus de policiers. Et c'est vrai qu'ils sont présents."

Le maire PS salue "le courage des riverains"

Samedi dernier, scène inédite, plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées au pied de leurs tours aux cris de "Debout la Morée" et ont brandi des pancartes explicites : "Non aux incendiaires", "Non aux dealers", "Oui au respect de la loi". L'initiative avait été lancée par une poignée d'habitants, confrontés depuis des mois à des départs de feu et des dégradations à répétition, qui ont constitué plusieurs associations d'immeubles. Des élus s'étaient mêlés au rassemblement, dont les deux députés qui se disputeront la 10e circonscription lors des prochaines législatives : le sortant (UMP) Gérard Gaudron et le socialiste Daniel Goldberg (actuellement sur la circonscription d'Aubervilliers, La Courneuve, Le Bourget, qui disparait).

Le maire PS, Gérard Ségura, était également présent et indique avoir "aussitôt saisi le préfet de la Seine-Saint-Denis pour lui faire part du courage des riverains qui ont décidé de s'engager contre les trafiquants de drogue sévissant dans le quartier Savigny". L'élu dénonce au passage "la politique du désengagement de l'Etat qui s'est traduite par la suppression de 13 338 postes de policiers et de gendarmes depuis 2007".

Dans l'entourage du préfet, on indique que les mesures prises à Aulnay sont identiques à celle déjà appliquées dans d'autres villes comme Saint-Ouen. Les habitants, eux, s'inquiètent des conditions dans lesquelles se dérouleront les travaux de rénovation du quartier, censés démarrer en juin.

Source information et photo : Gwenael Bourdon. Le Parisien du mercredi 16 mai 2012

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 14 Mai 2012

Le maire d'Aulnay-sous-Bois, Gérard Ségura, a également réagi à la manifestation de la Morée de samedi matin en pointant du doigt le manque de moyens de la police. Il a notamment évoqué l'absence cruelle d'un nouveau commissariat digne d'une ville de plus de 80 000 habitants. La municipalité prend en charge les familles lorsque des incendies sont perpétués pour intimider les habitants mais elle n'est pas en mesure de lutter contre des réseaux de grande ampleur. En attendant et ce n'est pas le moindre des paradoxes ce sont donc les dealers qui font la police dans les bâtiments pour organiser leur trafic impunément. De son point de vue il n'y pas de méthode idéale pour faire entendre son mécontentement mais cet événement aura au moins permis l'expression d'un ras-le-bol profond face à une situation insupportable pour bon nombre de riverains du quartier Mitry. Vous trouverez ci-dessous la vidéo de sa déclaration.

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 14 Mai 2012

Frank Cannarozzo, conseiller municipal UMP d'Aulnay-sous-Bois, était présent à la manifestation organisée samedi matin dans le quartier Mitry autour notamment des problématiques d'insécurité à la Morée. Il a accepté de réagir devant la caméra d'Aulnaylibre ! S'il a reconnu le côté légitime et digne de cet événement reflétant la colère des riverains, il a pointé du doigt la méthode et les dérives potentiellement dangereuses qui consistent à emmener des habitants, notamment des enfants, sur des lieux de deals à la confrontation directe avec des bandes venues défendre leur territoire dans la mesure où des représailles sont toujours possibles. En guise de solution, l'élu local a préconisé la mise en place d'un plan action police sur le quartier. Mais, selon lui, la priorité doit être avant tout de casser le trafic en filtrant les entrées afin de dissuader ceux qui veulent acheter des stupéfiants. Ainsi, si les acheteurs disparaissaient, les vendeurs devraient suivre la même voie. L'intégralité de sa réaction est disponible en cliquant sur la vidéo ci-dessous.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 26 Avril 2012

Téléphones portables et sacs à main arrachés, porte-monnaie dérobés par des pickpockets, agressions sexuelles… la délinquance dans le métro, le RER ou le train reste préoccupante avec près de 10000 faits constatés en 2011 et 990 en mars dernier. Mais, selon la préfecture de police de Paris, les vols avec violence sont en recul depuis septembre 2011. « Au cours du premier trimestre 2012, on constate une diminution de 8,32% par rapport à la même période de 2011 », se félicite Serge Rivayrand, patron de la sous-direction régionale de la police des transports (SDRPT) qui compte 1360 policiers à l’œuvre sur le réseau ferroviaire d’Ile-de-France, en particulier à Paris où la moitié des délits sont commis.

securite.jpg
Depuis le 1er janvier 2012, en moyenne plus de 1000 trains et 1100 gares sont surveillés chaque jour. Les sites plus sensibles font l’objet d’une surveillance accrue. La cible principale de la SDRPT, ce sont les délinquants spécialisés dans les vols de téléphones portables et de smartphones, en particulier ceux de dernière génération, toujours très convoités. En 2011, ils représentaient plus de 45% des vols avec violence constatés dans les transports à Paris.

Plus de 200 interpellations pour recel au premier trimestre

« En 2010, on avait assisté à une flambée. Il fallait agir », rappelle Serge Rivayrand. Selon la police, les efforts engagés ont porté leurs fruits. Au cours du premier trimestre 2012, plus de 200 interpellations pour recel de vols de téléphones ont ainsi été opérées par les patrouilles de police et un taux d’élucidation de plus de 60% est affiché. Car des recoupements sont opérés entre des affaires, grâce notamment aux images de vidéoprotection. C’est ainsi qu’un homme a été trahi par une technique plutôt singulière. Pour détourner l’attention des futures victimes, il exécutait un pas de danse avant de leur arracher leur téléphone. En février, il a été extrait de la maison d’arrêt où il venait d’être incarcéré pour attouchements sexuels et recel de vols de portables et déféré devant le parquet de Paris.

« Les vols de portables sont le fait de petits groupes qui utilisent souvent le même mode opératoire, explique le patron de la SDRPT. Ils agissent le plus souvent dans une rame. L’un d’entre eux arrache le portable à son utilisateur juste avant que la rame ne s’immobilise le long du quai. Ses complices bloquent les portes pour lui permettre de prendre la fuite et celles-ci se referment sur la victime. » De nouvelles campagnes de sensibilisation vont être lancées auprès des usagers pour les inciter à la prudence.

Source information et photo : Christien Henry. Le Parisien du jeudi 26 avril 2012.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 18 Avril 2012

"Abuser des numéros d'urgence nuit à ceux qui en ont besoin", c'est le thème de campagne lancée par les pompiers de Paris pour un bon usage du 18 et du 112

 « Les pompiers, j’écoute… » Au bout du fil, une femme un peu en panique a du mal à être précise. Elle appelle de Nanterre (Hauts-de-Seine) pour une fuite d’eau sous un lavabo. « Il faut mettre un seau en dessous et appeler un plombier madame, ça n’est pas de notre ressort », lui explique poliment le sapeur-pompier, depuis le centre opérationnel basé à Paris XVIIe. C’est là qu’arrivent tous les appels 18 et 112 émis depuis Paris, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne.

pompiers.jpg

En 2011, 1,6 million d’appels ont été reçus, et près d’un million n’était pas justifié. Entre 2010 et 2011, 70000 appels supplémentaires ont été enregistrés, par inadvertance, parce que le portable se déclenche dans la poche ou dans le sac à main mais aussi du fait d’une « déresponsabilisation de certains appelants », estiment les pompiers.

Certains appels peuvent prêter à sourire mais en encombrant le standard, ils empêchent les pompiers de répondre aux vraies urgences. « Abuser des numéros d’urgence nuit gravement à ceux qui en ont besoin », résume la campagne lancée par la brigade des sapeurs-pompiers deParis, avec la préfecture de police et la Ville de Paris. L’objectif n’est pas de dissuader de composer le 18 et le 112 mais de le faire à bon escient, c’est-à-dire pour une situation de péril ou un accident (incendie, fuite de gaz, risque d’effondrement, ensevelissement, brûlure, électrocution…).

Le message se décline en deux affiches que vous pourrez voir à Paris jusqu’au 1er mai et sur des flyers. Ni médecins ni serruriers, les pompiers entendent rappeler qu’ils sont secouristes. « On ne délivre pas non plus de médicaments! » insiste Christophe Varennes, chef du centre opérationnel qui voit dans cette situation un manque d’information du grand public. Etre conduit aux urgences par les pompiers ne garantit pas de passer devant les autres, précise les sapeurs-pompiers.

« Dans notre société, on veut que tout aille très vite, c’est pour ça qu’on appelle les pompiers, on pense à sa situation, mais pas à celle des autres », insiste le commandant Samuel Bernes, porte-parole, qui cite l’exemple récent d’un mari inquiet après l’apparition de plaques rouges sur le corps de sa femme. En appelant le 18, cet homme avait voulu s’assurer une réponse rapide et gratuite. « Il nous a dit : Comme les pompiers savent tout faire, au moins avec vous, il y aura une vraie réponse », poursuit le commandant. Il aurait dû appeler les urgences médicales ou le 15, pas besoin d’encombrer le 18 s’il n’y a pas d’urgence vitale.

Source information et photo : Carole Sterlé, Le Parisien du mardi 17 avril 2012

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 9 Avril 2012

UMPFRONTDEGAUCHE.jpgVitres recouvertes, autocollants sur la charnière de la porte… Les militants UMP ont vu rouge samedi matin à Aulnay-sous-Bois, en découvrant leur permanence située place Dumont tapissée par des affiches à l’effigie de Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche. « C’est scandaleux, c’est une méthode honteuse », commente Séverine Maroun qui a porté plainte. L’élue locale UMP souligne la coïncidence de date avec la visite de François Hollande samedi soir dans la ville. « J’ai eu des représentants du Front de Gauche qui m’assurent que ce ne sont pas eux et je les pense sincères, mais cela montre une facette de la démocratie scandaleuse à Aulnay ».

Le Front de Gauche a réagi hier. «Nous avons distribué hier un communiqué sur le marché, remis en mains propres à M. Gaudron (candidat UMP aux législatives) et M. Goldberg (candidat PS). Nous condamnons cette opération provocatrice, qui n’est pas le fait d’équipes locales ni départementales, cela n’est pas dans notre intérêt d’avoir ce type d’agissements » assure Miguel Hernandez, élu Front de Gauche. Après le passage de la police pour trouver d’éventuelles empreintes, les affiches ont été enlevées par les militants UMP, dès samedi.

L’élue UMP entend demander au maire si les caméras de vidéosurveillance du secteur peuvent être utilisées pour démasquer le colleur sauvage. « Toutes les caméras ne fonctionnent pas, la police verra si un enregistrement peut éclairer l’enquête », assure Gérard Ségura, qui s’apprête lui aussi à déposer plainte pour un affichage sauvage du portrait de Jean-Luc Mélenchon sur la salle Pierre Scohy, la vieille du meeting de François Hollande, ainsi que sur des propriétés municipales et privées alentours.

Source information et photo : CS Le Parisien du lundi 9 avril 2012

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 27 Mars 2012

commissariat-de-police.jpgC'était l'engagement numéro 36 du programme électoral de la liste Aulnay renait avec Gérard Ségura qui a emporté les élections municipales de mars 2008 : "nous agirons pour la création d'un commissariat de plein exercice." Rien n'est encore concrétisé mais on ne pourra pas reprocher au maire PS d'Aulnay-sous-Bois de ménager ses efforts pour obtenir satisfaction. Ainsi, il s'est fendu d'une lettre ( à télécharger ici) envoyée le 19 mars au ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, pour obtenir un engagement écrit de sa part au sujet du futur commissariat. Le nouvel équipement doit être construit sur un terrain mis à disposition par la commune dans les quartiers nord, pour accueillir des effectifs aujourd'hui logés dans un bâtiment en mauvais état dans le sud.

Si le conseil régional a confirmé son engagement financier à hauteur de 60 %, la ville attend celui de l'Etat. Le 26 janvier dernier, une délégation composée d'élus aulnaysiens de toute sensibilité a d'ailleurs été reçue à ce sujet au ministère. Un conseil de Claude Guéant s'était, selon Gérard Ségura, "engagé à ce que nous recevions un écrit sous quinze jours. Or voilà plus d'un mois et demi que nous sommes dans l'attente". Bref, vous l'aurez compris, rien n'est encore gagné, mais l'horizon devrait très probablement s'éclaircir ou s'assombrir un fois passées les prochaines échéances électorales...

Source pour partie du texte : Le Parisien du mardi 27 mars 2012

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 19 Mars 2012

police_municipale.gifLa suppression de brigades de nuit de la police municipale passe mal à Aulnay-sous-Bois. L’un des syndicats, la CFTC, proteste contre une décision jugée unilatérale et dénonce même les conséquences en termes de sécurité pour les habitants. « S’il n’y a plus de policiers municipaux la nuit, ça veut dire qu’il n’y aura plus personne pour venir en aide aux Aulnaysiens, puisque, certains soirs, les policiers nationaux sont tous sur Sevran, et plus un seul pour Aulnay », estime David Meseray, vice-président du bureau national CFTC - Police municipale. 

Les besoins concentrés entre 17 heures et 22 heures

Le maire (PS) Gérard Ségura précise que la mesure — si elle est votée par le conseil municipal — ne serait appliquée qu’au 1er octobre 2012. « Cette décision fait suite à l’examen de statistiques et aux échanges que nous avons eus avec la police nationale, les habitants et les commerçants, indique le maire. Les besoins sont concentrés sur un créneau bien spécifique entre 17 et 22 heures, au moment où les élèves rentrent du collège, où les salariés rentrent chez eux, sortent de la gare. »

Deux policiers municipaux resteront en poste la nuit entre 1 heure et 6 heures, au local qui leur est affecté, mais aucun équipage ne circulera. La nouvelle configuration prévoit donc des patrouilles uniquement de 6 heures à 1 heure du matin. Aucun des 62 postes n’est menacé, assure le maire, qui doit rencontrer les policiers municipaux. Les fonctionnaires municipaux qui pourraient se trouver en difficulté de travailler sur cette nouvelle tranche horaire plutôt que la nuit, le maire se veut rassurant, en indiquant que « seront examinées toutes les situations personnelles pour voir si l’on peut apporter une aide ».

Source : c.s. Le Parisien du lundi 19 mars 2012

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 30 Janvier 2012

Pour mieux lutter contre les cambriolages - en hausse de 16,8 % dans le département en 2011 - et les élucider, des policiers spécialisés vont se consacrer à la traque des voleurs.

lesexperts.jpg«Les Experts» sont en Seine-Saint-Denis. Face à la hausse inquiétante des cambriolages, la police vient de se doter d'une police technique et scientifique renforcée. Depuis la semaine dernière, sur les districts de Saint-Denis et Aulnay-sous-Bois, les services locaux de la police technique (SLPT), qui dépendent de la sûreté territoriale, disposent de nouveaux effectifs spécialisés. Le dispositif devrait être élargi d'ici peu à l'ensemble du département.

Concrètement, ces services, qui comptaient chacun sept policiers, bénéficient désormais de six agents supplémentaires. Il ne s’agit pas de créations de postes mais d’un redéploiement. « Les policiers des SLPT, qui traitent des infractions les plus importantes, vont se voir adjoindre les services de six fonctionnaires qui jusque-là travaillaient au sein des bases techniques des commissariats, précise Eric Barré, le patron de la sûreté territoriale. Ces derniers, qui étaient affectés à différentes tâches, ne feront plus que des relevés de traces papillaires ou génétiques sur des cambriolages. » Les enquêtes seront ensuite traitées à la sûreté territoriale par un groupe de neuf fonctionnaires spécialisés dans la lutte contre les cambriolages. Ces relevés et identifications serviront à alimenter les fichiers nationaux de la police.

Il y a urgence. En 2011, en Seine-Saint-Denis, comme partout en France, le nombre de cambriolages a augmenté : + 16,83%. La hausse s’élève même à 21,62% pour les résidences principales avec 7777 cambriolages en 2011, contre 6396 en 2010, soit 1381 faits de plus. Aucune circonscription n’est épargnée : les cambriolages sont en hausse partout, et particulièrement au Raincy, à Aulnay-sous-Bois, Villepinte, Pantin ou Stains.

Se rendre systématiquement chez toutes les victimes

Grâce à ce nouveau dispositif, la sûreté territoriale espère accroître le taux d’élucidation des vols par effraction, qui est aujourd’hui d’environ 6%. « C’est une délinquance d’habitude, de spécialistes, précise Eric Barré. En centralisant les relevés de traces et les identifications, nous espérons pouvoir remonter des auteurs sur plusieurs faits. »  

La sûreté territoriale s’est par ailleurs fixé comme objectif de se rendre systématiquement chez toutes les victimes de cambriolage : « Aujourd’hui, nous effectuons des relevés chez les victimes dans 92% des cas. Notre objectif est d’arriver à 100%. »

Source : Nathalie Perrier. Le Parisien du 30.01.2012

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 3 Novembre 2011

meilleursvoeux.jpgC'est fou comme le temps passe vite. 2012 se profile déjà à l'horizon et avec elle son cortège de bonnes résolutions. Et ses vœux pour l'avenir aussi. En parlant de vœu justement, les élus d'Aulnay-sous-Bois en ont un pour notre commune. Celui d'y voir construire un nouveau commissariat. L'actuel situé avenue Louis Barrault, jugé dans un état lamentable, ne permet en effet plus aux effectifs de police de travailler dans de bonnes conditions. Les partis qui composent notre paysage politique local (PS, PC, PRG, Europe-Ecologie, UMP, PRV ) sont unanimes sur la question et réclament à cor et à cri ce nouvel équipement plus digne d''une ville de notre calibre.

Oui mais voilà, l'eau coule sous les ponts comme les ministres de l'Intérieur place Beauvau et le dossier aulnaysien n'est toujours pas inscrit au budget. Pourtant, à en croire les journaux, Claude Guéant, en charge de ce ministère désormais, aurait évoqué une enveloppe de 123 millions d'euros de crédits pour le parc immobilier et automobile de la police, dont une partie importante devrait être consacrée à la modernisation et à la construction de commissariats. Une véritable aubaine qu'il serait bon de saisir. Il faudra sans doute pour cela un peu plus qu'un vœu ou une carte envoyée au père Noël !

Sinon, nos élus pourraient passer l'année 2012 au pied du sapin à se demander encore si la meilleure implantation se situe au Nord de la ville le long de la RN2 près du carrefour Jean-Monnet ou bien sur le terrain de l'ancienne usine d'amiante CMMP, alors que les crédits pour ce nouvel équipement ne sont toujours pas décrochés ! Un scénario digne d'un titre de film de Bertrand Blier "Préparez vos mouchoirs !"

Pendant ce temps-là, Le Raincy semble bien mieux loti. En effet, comme relaté par Philémon sur le blog Raincy Nono (ici), ce même Claude Guéant en visite surprise dans la ville voisine est venu dévoiler la plaque annonçant la construction du nouveau Commissariat de Sécurité de Proximité du Raincy-Villemomble, dont l'arrivée est déjà programmée pour 2013 ! Le constat (vétusté de l'ancienne structure)  et l'objectif (offrir à la police des locaux convenables) sont les mêmes que pour Aulnay-sous-Bois mais notre commune ne semble pas encore avoir réussi à décrocher la timbale. On se demande bien pourquoi ?

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 17 Décembre 2010

Pas un jour sans agression dans le RER B...

 

Alors que la presse a largement couvert l'inauguration en grande pompe d'une nouvelle rame du RER B relookée façon glamour, un événement presque relayé comme si une interconnexion venait d'être établie avec la lune, le Parisien du 27 novembre dernier titrait, quant à lui, pas un jour sans agression dans le RER B. Une accroche assez racoleuse lorsque l'on songe que dans l'article il est admis qu'aucune statistique officielle n'est disponible sur le sujet ! Mais peu importe puisque l'épouvantail de la sécurité fait toujours  recette.

 

photointerieurrerb

La sécurité. Attention terrain miné. Si chacun s'accorde à reconnaitre que la sécurité devrait être un droit garanti pour chaque citoyen, la manière pour obtenir un tel résultat parait des plus incertaines. Je schématise, mais grosso modo si vous en faîtes trop avec une présence renforcée des forces de l'ordre et des caméras à tous les coins de rue le spectre de l'Etat policier façon 1984 apparait subitement empiétant sur les libertés individuelles, alors que si vous n'en faîtes pas assez on vous taxe de laxisme. Ainsi difficile de trouver l'équilibre et le savant dosage qui tend vers l'efficacité sans oppresser....

 

Mais revenons au RER B ? Cette ligne est-elle à ce point dangereuse pour les voyageurs comme semble l'indiquer le journal francilien ? Personnellement, j'ai fréquenté quotidiennement cette ligne du 15 juillet 1996 au 31 décembre 2003, essentiellement sur le tronçon nord (De Denfert-Rochereau au Parc des Expositions) , pour me rendre au travail. A toutes les heures. Parfois très tôt le matin ou fort tard le soir. J'ai sans doute comme beaucoup d'entre vous connu toutes les situations possibles : l'arrêt sans raison, le signal d'alarme, l'accident de personne, l'interconnexion suspendue et la gare de surface (voies 32, 33 de mémoire), les grèves, la peur de l'attentat et autres joies du retard et de l'inconfort qui rend chaque trajet presque unique dans sa diversité et ses surprises...

Toutefois, en matière d'insécurité, pendant ces presque 7 ans et demi je n'ai été confronté directement qu'en trois occasions à des situations que je qualifierais sobrement d'un peu chaude. La première fois, en période de grève dure, dans un wagon bondé, une altercation entre personnes excédées d'être entassées comme du bétail a failli tourner au vinaigre. Quelques autochtones avaient envie de passer leurs nerfs sur des touristes coupables d'avoir trop de bagages et qui à mon avis ont depuis gardé une image écornée de la France. Heureusement avec un peu de pédagogie et l'appel au calme de quelques voyageurs nous avons évité le pire.

La seconde fois c'était un vol de bagage justement, en direct. Une touriste sans doute toute à sa joie de visiter enfin Paris n'a pas prêté attention au petit scénario semble-t-il bien huilé et répété en gare de Villepinte. Quelqu'un monte, se colle debout au siège en strapontin, jette un œil, repère sa victime et part avec un de ses bagages au moment où la sonnette d'alarme annonçant le départ s'amorce. Une autre personne se met devant les portes pour couvrir la fuite. La malheureuse n'a eu le temps de prononcer qu'un inutile "fuck" qui résume assez bien son impuissance du moment.

La dernière fois fut assez particulière et je m'en souviens presque comme si c'était hier. Il n'était pas vraiment tard mais la nuit était déjà tombée. Notre wagon était relativement bien rempli mais tout le monde était assis soit en train de lire, écouter de la musique ou perdu dans ses pensées. Lorsqu'à la gare de Villepinte, encore, un groupe d'une bonne dizaine d'individus passablement excités s'est étalé dans le couloir sur toute la longueur de la rame. Etrangement une tension indicible mais pourtant presque palpable s'est tout de suite installée dans le train. Comme si quelque chose de désagréable pouvait se passer. Je peux sans mentir écrire qu'une peur mystérieuse a dû au moins traverser chacun d'entre nous jusqu'à leur descente en gare de Sevran-Beaudottes. Ce trajet entre simplement deux stations est apparu comme l'un des plus longs de ma vie. S'agissait-il d'un sentiment de crainte irrationnel ? Une forme diffuse d'insécurité ressentie sans raison ? Puisque et ce n'est pas le moindre des paradoxes, rien n'est arrivé...

Voilà. C'était ma petite façon à moi de réagir par rapport à l'article alarmiste du Parisien que je relaie ci-dessous. Le climat s'est-il véritablement durci depuis 2004 ? Je n'en sais rien... A vous de faire partager votre expérience sur cette question si vous en avez envie...

Stéphane Fleury

rerbarticle1 

rerbarticle2

Source : Carole Sterle Le Parisien du 27 novembre 2010.

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Sécurité publique

Publié le 7 Janvier 2010

securite forumPour créer un climat de réussite et de sécurité dans les établissements scolaires, un protocole a été signé par le Conseil général, l'Etat, et l'Inspection académique, il y a un peu plus d'un an. Les partenaires s'engageaient à mener une action commune, cohérente et résolue, chacun dans le champ de ses compétences. Dans chaque collège où des problèmes importants de sécurité, d'insécurité ou de sentiment d'insécurité ont pu être constatés, un diagnostic est établi conjointement par l'Etat et le Conseil général. Lorsque la demande en est faite par le conseil d'administration du collège, la sécurisation du bâtiment est mise en oeuvre. Les travaux peuvent revêtir plusieurs formes : du simple aménagement du portail au renforcement des entrées, des clôtures rehaussées à la mise en place de sas.

Quant à la vidéosurveillance, installée sur demande du conseil d'administration, elle revêt deux applications. Branchée sur les entrées et sorties du collège, elle est reliée à la loge du gardien et lui permet de voir qui sonne à la porte et d'ouvrir via l'interphone. L'autre système, permet de l'activer aux heures de fermeture du collège, le week-end et pendant les vacances scolaires. En 2008, des travaux ont été réalisés dans 18 collèges pour un montant de 900000 euros. En 2009, 76 opérations de sécurisation de bâtiments ont été prévues dans 44 collèges, pour un montant de 1723758 euros TTC.

Pour terminer quelques chiffres sur la sécurité en Seine-Saint-Denis.

Pour 1000 habitants en 2008, il y a eu 63 atteintes aux biens, 18 atteintes à l'intégrité physique. Il y a 4823 fonctionnaires de police. D'aprés le parisien du 05/01/2009 il y a 1513963 habitants en Seine-Saint-Denis dont 83048 à Aulnay-Sous-Bois.

Source : Seine-Saint-Denis Magazine numéro 9. Etat annuel, DCPJ.





Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Sécurité publique