Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 10:49

Les animations déferlent sur les centres commerciaux. A l’approche des fêtes, le centre O’Parinor (Aulnay), ouvert tous les dimanches jusqu’à Noël, s’est allié au Parc Astérix. Les visiteurs peuvent découvrir jusqu’à la fin du mois des animations gratuites et gagner des billets d’entrée pour le parc d’attractions ou des exemplaires du dernier album « Astérix chez les Pictes ». De son côté, le tout nouveau centre Aéroville (à Tremblay) reçoit toute la semaine les artistes du Cirque du Soleil, qui vont investir la galerie jusqu’à dimanche prochain. Au programme : parade, numéros d’acrobatie ainsi que des ateliers destinés aux enfants.

Source : Le Parisien
Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 15:22

Elle venait simplement faire un peu de shopping. Mais jeudi en franchissant les portes du centre commercial Aéroville (Tremblay-en-France), Capucine est devenue ce « millionième visiteur » que la direction guettait depuis plusieurs jours. La jeune habitante de Saint-Witz (Val-d’Oise), architecte d’intérieur, y a gagné un chèque cadeau de 1000 € et une petite séance photo avec la directrice du centre. Cette dernière a savouré l’instant. Elodie Arcayna a un peu le sentiment d’avoir fait ses preuves : « faire un million de visiteurs en un mois, c’est un très bon signe. Ça rassure tout le monde ». L’ouverture d’un centre commercial en pleine zone aéroportuaire laissait certains observateurs dubitatifs. Le premier mois semble leur avoir donné tort. « On a une vraie clientèle d’actifs, travaillant sur la zone aéroportuaire, qui vient entre midi et 14 heures, mais aussi en fin de journée. On attire aussi des habitants des villes voisines : Tremblay, Villepinte, Goussainville… Et le week-end, on voit affluer beaucoup de gens de l’Oise, un public familial », détaille Elodie Arcayna.

 
L’ouverture dominicale de la galerie aux 200 boutiques a boosté la fréquentation. Chaque dimanche, Aéroville voit affluer entre 35000 et 40000 visiteurs. C’est le deuxième pic de la semaine, après la grosse journée du samedi (entre 40000 et 45000 personnes). Toujours selon la direction, les enseignes de prêt-à-porter ont atteint leurs objectifs, au terme de ce mois test. Le centre commercial qui vise les 12 millions de visiteurs annuels, tiendra-t-il le rythme sur la durée? « Ce mois a été particulièrement fort, tempère Elodie Arcayna. Il y a eu des vacances scolaires et l’effet de curiosité du début ». Jeudi, à l’heure du déjeuner, les restaurants voisins du cinéma Europacorp, tout juste ouvert, semblaient faire le plein. On refusait même du monde aux portes du Johnny B. Goode, sorte de « dîner » américain au look rétro, servant de généreux burgers et bagels. « Ça marche très bien le midi, surtout le week-end. On peut faire jusqu’à 400 couverts, glisse Tamara, assistante manageur du Bistro l’atelier. Mais en semaine, c’est plus aléatoire, sauf quand il y a des salons au parc des Expositions à Villepinte. On a très peu de monde le soir. Un peu plus depuis l’ouverture du cinéma… »

 

Non loin de là, la galerie Yellow Corner, qui vend des photos grand format, semble un peu dépeuplée. « C’est très calme, soupire une employée. Le problème, c’est que c’est peu accessible pour les touristes de l’aéroport. » La période de Noël sera déterminante pour la suite. Le centre mise sur ses animations gratuites (ateliers cuisine, dégustations, organisés le week-end), et les ouvertures programmées dans les semaines à venir : quatre restaurants, un magasin Sinequanone, et surtout un magasin Apple, l’un des seuls à l’est de Paris. Très attendu, semble-t-il, à la veille des fêtes de fin d’année.

 

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 21:41

La barre symbolique a été atteinte ce jeudi après-midi, au centre commercial Aéroville à Tremblay-en-France. La galerie, inaugurée à la mi-octobre à deux pas des pistes de l’aéroport de Roissy (Val-d’Oise), a accueilli son «millionnième visiteur». Une visiteuse, en l’occurence, prénommée Capucine, et venue de Saint-Witz (Val-d’Oise), pour faire ses achats. La jeune femme a reçu un chèque-cadeau de 1000 € des mains de la directrice du centre aux 200 boutiques.

Ouvert sept jours sur sept, Aéroville espère attirer 12 millions de visiteurs par an, drainés par un hypermarché Auchan, des enseignes mode (Forever 21, Desigual) ou encore le cinéma Europacorp, dont les douze salles ont ouvert il y a une semaine.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 11:56

ugc-aulnay-parinor.jpgLe bâtiment a déjà pris forme, tout au bout du centre commercial O’Parinor. Et si le futur cinéma UGC Ciné cités de 14 salles n’ouvrira qu’en 2014 à Aulnay, il prépare déjà le terrain. Hier, le groupe UGC a signé avec la ville et le groupe Hammerson (propriétaire du centre commercial) une convention de codéveloppement local. Derrière cette appellation, un document d’une vingtaine de pages, qui fixe quelques règles. Tout d’abord pour favoriser l’emploi local. UGC s’engage ainsi à recruter des habitants du bassin d’emploi et à les former (l’ouverture du cinéma doit permettre de créer 32 emplois pérennes).

Mais le véritable enjeu de ce document élaboré par la mairie d’Aulnay, c’est de faciliter la cohabitation entre le poids lourd (qui espère atteindre 700000 entrées annuelles) avec la petite salle municipale Jacques-Prévert (qui attire un peu plus de 40000 spectateurs par an). Celle-ci pourra conserver l’exclusivité du travail auprès des scolaires. Et UGC s’engage à ne pas faire de « dumping tarifaire » (une baisse drastique des prix, NDLR) si un film est à l’affiche dans les deux cinémas en même temps. Enfin, les spectateurs détenteurs de la carte d’abonnement aux salles UGC pourront probablement l’utiliser pour fréquenter Jacques Prévert.

Cet accord rassure le directeur du cinéma municipal, Christophe Ubelmann : « Nous continuerons notre travail d’éducation à l’image et le public familial qui vient chez nous ne nous abandonnera pas ». Selon lui, l’ouverture du multiplexe est même un atout : « Beaucoup d’adolescents, à commencer par mes enfants, ne viennent jamais au cinéma Jacques Prévert. Ils préfèrent aller jusqu’à Rosny, ou Paris ». Du côté d’UGC, on veut aussi combattre le cliché du « gros cinéma » prêt à dévorer le petit. « L’idée c’est d’amener les gens à retourner au cinéma, là où certains n’y vont plus du tout, affirme ainsi Hugues Borgia, directeur général d’UGC Ciné Cités. Notre démarche est volontariste, on vient investir 10 M€ à Aulnay, dans un contexte difficile, avec un bassin d’emploi qui souffre ».

A quelques kilomètres de là, le cinéma Europacorp vient d’ouvrir à Tremblay, avec douze salles à Aéroville. L’est de Paris, considéré comme sous-équipé, est bien devenu le marché à conquérir.

Source : Le Parisien / Vidéo : Aulnaylibre !

 

 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 09:25

Il n’ouvrira que vendredi mais on connaît les films à l’affiche au cinéma Europacorp, situé au centre commercial Aéroville. Pour ses premières séances, le cinéma de Luc Besson a évidemment réservé une place de choix à la dernière production Europacorp, le film « Malavita » (avec Robert De Niro et Michelle Pfeiffer). Mais vous aurez le choix entre « Gravity », le film d’Alfonso Cuaron, « Inside Llewyn Davis », dernier long-métrage des frères Coen, et « la Vie d’Adèle », d’Abdellatif Kechiche.

Séances et horaires sur www.europacorpcinemas.com.

Source : Le Parisien / Vidéo : Aulnaylibre !

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 09:54

Un rideau de fer protège des regards indiscrets le tout premier multiplexe d’EuropaCorp, la société du cinéaste Luc Besson. Douze salles flambant neuves, nichées au sein du nouveau centre commercial Aéroville, près de l’aéroport de Roissy, à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis). Pour les premiers spectateurs attendus mi-novembre, l’objectif est de carrément « réinventer la façon d’aller au cinéma ».   La surprise commence dès l’immense escalier, façon Festival de Cannes, qui grimpe jusqu’à une plate-forme entourée d’écrans géants, histoire d’« immerger le spectateur dans un monde d’images et de son », explique le directeur des lieux, Frédéric Godfroid. Au bar, on aura le choix entre 16 sortes de pop-corn, parfumé à la truffe, au sirop d’érable ou au sel de Guérande.

Un couloir noir et tamisé mène aux 8 salles « standard », avec fauteuils numérotés — on réserve sa position dans la salle à l’achat — et méridiennes au premier rang permettant de regarder le film… allongé. Deux salles sont équipées de « loges », vendues 14,90 € contre 10,90 € pour les places normales : sur l’accoudoir, une tablette numérique permet de commander ses boissons.

europacorp-besson-aeroville-tremblay-inside.pngUne séance toutes les dix minutes

Un joujou qu’on retrouve dans les deux salles « first » de 80 et 40 places, la version luxe du cinéma à la Besson. Moyennant 24,90 €, on laisse ses affaires au vestiaire, on prend une coupe au bar à champagne, et on commande du saumon depuis son fauteuil en cuir inclinable avec repose-pieds, réplique des sièges « business » des avions. Un gadget qui semble peu adapté à la clientèle d’un centre commercial de Seine-Saint-Denis, mais « ça coûtera moins cher que d’aller au restaurant en amoureux », estime Frédéric Godfroid.

Une salle « live », équipée d’un bar et d’une piste de danse, sera dédiée aux retransmissions de concerts. Deux salles bénéficient du son « immersif » Atmos, dont une avec un écran de 18 m. « On retrouvera le perfectionnisme de Luc Besson pour l’image et le son. » La révolution pourrait se nicher ailleurs : EuropaCorp veut mettre fin au diktat de « la séance de 14 heures, de 16 heures, de 18 heures », et fera en sorte « qu’un film commence toutes les dix minutes ». Fini l’angoisse de rater sa séance, à condition de ne pas avoir un film précis en tête… Besson y croit : le même concept devrait voir le jour en 2015 à Marseille, dans le quartier de la Joliette.

Source : Le Parisien Vidéo : Aulnaylibre !

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 11:56

Aulnay-sous-bois-Centre-commercial-les-etangs_imagelarge.jpgL’ouverture récente d’Aéroville à Tremblay et les différents projets de centres commerciaux, comme La Bongarde à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine) ou Europa City à Gonesse (Val-d’Oise), auront-ils un impact sur l’actuelle offre commerciale du nord de l’Ile-de-France ? Des éléments de réponse sont avancés dans une étude que l’établissement public d’aménagement (EPA) Plaine de France vient de dévoiler.   Elle porte sur une trentaine de centres commerciaux, existants ou en projet et sur l’offre des centres-villes du nord de Paris. Un document réalisé par trois organismes spécialisés : le Crédoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie, Alphaville urbanisme et Convergences-CVL qui mesure notamment l’évolution de la situation des commerces à l’horizon 2018 et avant la construction du géant Europa City, prévue pour 2020.

Des hypermarchés en difficulté

Quels seront les perdants dans les cinq prochaines années? « Ce sont les locomotives de la grande distribution, les hypermarchés, déjà en légère perte de vitesse, et les centres commerciaux dits de destination, ceux d’où l’on vient de loin, en voiture », analyse Damien Robert, le directeur de l’EPA. L’étude pronostique « une stagnation de - 5 à + 5% » de l’activité pour la moitié des centres commerciaux passés en revue. Parmi ceux qui perdent de 11 à 20% de chiffre d’affaires figurent O’Parinor mais aussi Bobigny 2, Auchan Villetaneuse et Marques Avenues à L’Ile-Saint-Denis. Une baisse du chiffre d’affaires est même estimée à plus de 30% pour les moyennes surfaces comme Les Etangs à Aulnay.

Les petits commerces se maintiennent

Hormis ceux de « Gennevilliers, Aulnay, Sevran, Levallois et Saint-Ouen, qui pourront être concurrencés par les nouveaux projets commerciaux voisins et qui connaissent déjà pour certains des difficultés, les commerces de centre-ville seront quasiment épargnés, assure le directeur de l’EPA. Le retour à la proximité est une tendance actuelle et contribue à expliquer ce maintien. On la sent avec le retour ou le maintien de points de vente, même en banlieue, comme les enseignes Monoprix. De même, les marchés forains ne devraient pas être affectés. » L’un des enjeux de ce territoire est de moderniser et de dynamiser ses centres, comme l’a déjà fait la ville de Saint-Denis.

Les modes de consommation ont évolué

« Si l’étude ne tient pas compte de la réaction possible des opérateurs commerciaux pour maintenir leur offre, précise le directeur de l’EPA, elle intègre en revanche la modification des habitudes de consommation. Les plus jeunes disposent de moins de pouvoir d’achat que leurs aînés il y a trente ans et privilégient des comportements liés aux achats via Internet, discount ou de seconde main. D’où la nécessité pour les distributeurs de maintenir une grande attractivité s’ils veulent survivre à la nouvelle donne commerciale. »

Etude disponible sur www.plainedefrance.fr, rubrique domaines d’intervention, projets stratégiques. 

Source article : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 07:56

 

Découvrez le tout nouveau centre commercial Aéroville avec ceux qui l’ont conçu. Le conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement de Seine-Saint-Denis (CAUE 93) organise le 5 novembre une visite d’Aéroville avec les responsables du projet chez le promoteur Unibail-Rodamco et les architectes PCA et Saguez & Partners. L’occasion de découvrir les dessous de la construction de ce centre géant de 84000 m2 et plus de 200 commerces, ouvert depuis le 17 octobre.

Visite gratuite sur réservation sur www.caue93.fr.

Source : Le Parisien / Vidéos : Aulnaylibre !

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 06:29

chef-toque.pngEt si vous appreniez gratuitement à cuisiner avec un grand chef ? Le nouveau centre commercial Aéroville lance, jusqu’à samedi inclus, sa première semaine d’ateliers culinaires du monde entier. Parrainée par le chef Gilles Choukroun, elle est baptisée Dining Experience. Une dizaine de chefs y participent. Le mercredi est consacré aux enfants. Rendez-vous chaque jour, le midi et l’après-midi, sur inscription auprès de la conciergerie du centre ou sur www.aeroville.com.

Source : Le Parisien 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 09:10

ile-aux-pirates-oparinor-aulnay.jpgPlonger dans l’univers des pirates! Voilà ce que propose le chapiteau de L’île aux pirates, installé pendant les vacances de la Toussaint sur le parking du centre commercial O’Parinor, en face du Feu Vert, à Aulnay-sous-Bois. Sur 1300 m² parquetés et chauffés, les enfants de 2 à 14 ans peuvent s’amuser toute la journée dans différentes structures gonflables : toboggans, châteaux, bateaux pirates.

En complément de ces attractions, une activité supplémentaire est proposée aux bambins toutes les heures : spectacle de pirates, atelier maquillage, marionnettes ou jeux d’épées etc. Il est également possible de réserver pour y organiser des anniversaires.

L’île aux pirates, ouvert tous les jours pendant les vacances scolaires de 11 heures à 19 heures et le mercredi et le week-end jusqu’au 11 novembre. Entrée : 9 € par enfant, 5 € avec la carte « avantages » de O’Parinor, gratuit pour les adultes. Rens. 06.75.00.35.88.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 17:10

Proche des aéroports de Roissy et du Bourget, le centre commercial Aéroville de Tremblay abrite une installation originale consacrée au musée de l’air et de l’espace. L’une de ses attractions phares est incontestablement le simulateur de vol à 360°. Cet équipement qui a nécessité un investissement de 150 000 euros permet d’accéder à une sorte de cockpit reconstitué et de s’adonner aux joies de la voltige sous tous les angles. L’habitacle est prévu pour deux personnes adultes et/ou enfants. Plusieurs missions sont au menu de la simple voltige au combat. Si les sensations sont bien au rendez-vous on regrettera tout de même le temps plutôt court de l’expérience : 3 minutes dans les airs pour 7 euros 50 par personne ! 

 


Repost 0
Publié par Stéphane Fleury - dans Commerce
commenter cet article
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 09:20

De l’avis des professionnels, c’est du jamais vu. En moins d’un mois, 40 salles obscures vont voir le jour à Paris et en banlieue dans quatre multiplexes, ces paquebots de plus de huit salles. Mardi, c’est d’abord Luc Besson qui régale avec Europacorp à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis), dans le centre commercial géant Aéroville, avec ses 12 salles posées au pied des pistes de Roissy. Jeudi, UGC ouvre son Ciné Cité Paris 19. Bâti entre le périphérique nord et le boulevard Macdonald (XIXe), il proposera 14 salles et 2800 fauteuils. Le 30 octobre, Pathé, dans le centre commercial Beaugrenelle à Paris (XVe), dévoilera ses 10 salles lovées dans le nouveau bâtiment. Enfin, le MK2 Bibliothèque de Paris (XIIIe) ouvrira début novembre 4 salles au cœur de la BNF, portant l’établissement à 20 écrans.

Cinq autres mastodontes d’ici à 2015

« Le phénomène des multiplexes, nés au milieu des années 1990, n’est pas nouveau mais il y a eu très peu d’ouvertures pendant dix ans, souligne Michel Gomez, délégué de la mission cinéma à la Ville de Paris. Là, il est clair que le calendrier s’accélère ». Au centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), on confirme qu’en Ile-de-France « les deux dernières années ont été riches en dépôt de projet » : huit depuis janvier, cinq l’an dernier.

Une concurrence féroce qui pousse les gros opérateurs à se surpasser dans l’originalité. L’UGC Ciné Cité Paris 19 parie sur la luminosité du bâtiment signé par l’architecte Jean-Paul Viguier et qui a coûté 30 M€. « Derrière la résille métallique qui recouvre la façade, tous les spectateurs qui feront la queue seront en pleine lumière du jour avec une vue dégagée sur Paris. Par endroits, on aperçoit même le Sacré-Cœur », s’enthousiasme son directeur David Brisson. A Beaugrenelle, l’aménagement du Pathé de 1900 fauteuils a été confié au designer français très tendance Ora-ïto. Celui-ci a imaginé un hall « aéroportuaire » où trônera un arbre lumineux. Quant au nouveau cinéma Europacorp de Luc Besson, qui y a investi 12 M€, il promet modestement de « réinventer la façon d’aller au cinéma ». On pourra se déchaîner sur la piste de danse de la salle « live » qui proposera concerts, opéras et matchs ou s’avachir dans des fauteuils en cuir inclinables d’où l’on pourra commander boissons et nourriture via une tablette tactile. Les places s’échelonneront de 10 € à 25 €.

La folie des grandeurs continuera-t-elle? A n’en pas douter. UGC ouvrira dans un an un complexe de 16 salles au centre commercial O’Parinor d’Aulnay (93) et s’apprête à marier son ciné CinéCité des Halles avec l’UGC Orient-Express pour créer un mastodonte de 27 salles et plus de 3900 fauteuils. Pathé ouvrira en 2015 trois multiplexes à la Cité des sciences (XIXe), au centre commercial So Ouest de Levallois (92) et sur l’île Seguin à Boulogne (92). On n’a pas fini de parler des multiplexes.

Le Parisien

 

 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 11:49

On pourra y regarder un film allongé sur un sofa, ou avachi dans un fauteuil « première classe », un verre de champagne à la main. On pourra aussi y danser en assistant à la retransmission d’un concert sur écran géant, suivre un match de foot en 3D… Voilà, pêle-mêle, quelques-unes des promesses du nouveau cinéma EuropaCorp, la société de Luc Besson, situé dans le centre Aéroville. Les spectateurs devront attendre jusqu’à mardi pour se faufiler dans l’une des douze salles obscures de ce multiplexe « nouvelle génération », employant 40 personnes, inspiré d’établissements créés en Israël et en Europe du nord. Hier, Luc Besson, dont c’est le premier cinéma, y a présenté, à un parterre d’invités triés sur le volet, son film « Malavita », en présence des stars américaines Robert de Niro et Michelle Pfeiffer. Déco minimaliste, écrans géants accueillant le visiteur dans un vaste « lobby » aux murs sombres, le lieu (d’un total de 2480 places) doit permettre de « réinventer la façon d’aller au cinéma », selon Christophe Lambert, directeur général d’EuropaCorp. Il existe quatre gammes de salles de 40 à plus de 400 places.

Un investissement de 12 M€ 
La salle « Live », dédiée à la retransmission de concerts, matchs, opéras, shows, équipée d’un bar et d’une piste de danse, et la salle « Europamax », dotée d’un écran de 18 m, toute désignée pour les films d’action en 3D. Deux petites salles, baptisées « First », offriront des fauteuils « première classe », en cuir et inclinables, avec tablette tactile intégrée permettant de commander lunch et boisson « à la place ». Les prix s’échelonnent de 10 à 25 €. Mais l’objectif est également de conduire le public à passer davantage de temps au sein du cinéma, avant et après le film. Les spectateurs optant pour des places « VIP » pourront accéder à un salon privatif, et déguster saumon, caviar et pâtisseries servies par les traiteurs Petrossian et Pierre Hermé. « Le temps d’attente ne sera plus subi. Ce sera un temps de plaisir », assure Christophe Lambert. Le directeur du cinéma, Frédéric Godfroid, promet une programmation faisant la part belle aux films en version originale. EuropaCorp, qui a investi 12 M€, espère rentrer dans ses frais d’ici deux ans, en atteignant un minimum de 700 000 entrées. D’autres projets sont lancés : un second multiplexe doit ouvrir à Marseille en 2015, et le groupe veut exploiter sept autres cinémas du même genre d’ici 2020.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 13:17

Des touristes anglais en quête d’un sandwich, des poussettes ployant sous les sacs de courses, des grappes d’ados le nez au vent… Ils sont venus par milliers, hier, pour la journée d’ouverture d’Aéroville, à Tremblay. La direction du centre commercial refusait hier de donner la moindre estimation de la fréquentation. Une seule indication, assez éloquente : la soirée d’inauguration, mercredi, a attiré plus de 23000 visiteurs.


Il faut dire que certains attendaient avec impatience l’ouverture de cette galerie géante aux 200 boutiques. « C’était mon rêve depuis des années! », s’exclame Isabelle, 51 ans, poussant son chariot vers l’hypermarché Auchan, où les caisses tournent à plein régime. Cette salariée de la plate-forme aéroportuaire a l’œil sur la montre. Son objectif : profiter de sa pause de midi pour acheter « le dîner de ce soir » : « Je vais voir combien de temps il me faut pour faire mes courses. Jusqu’à présent, quand j’avais un achat à faire, il fallait aller à O’Parinor, à Aulnay. Ce n’était pas pratique du tout. » Cette habitante de Senlis (Oise) est déjà prête à revenir le week-end : « C’est l’idéal pour un après-midi de shopping. Ma fille viendra peut-être avec moi. On a plutôt l’habitude d’aller à Paris, aux Galeries Lafayette. Le problème, en région parisienne, c’est de trouver un endroit qui rassemble beaucoup de magasins. » Ira-t-elle au cinéma EuropaCorp (qui ouvrira mardi prochain)? « Ah non, je privilégie mon petit cinéma de Senlis, il faut bien qu’il vive! »

Au fil des boutiques, l’oreille capte des mots d’anglais, de chinois… Quelques touristes des hôtels alentour sont venus faire leurs emplettes. Au Terminal Cook, vaste place entourée de restaurants, la foule devient dense. On fait la queue pour goûter aux bagels de Factory & Co, ou aux sandwichs à la mozzarella distribués par deux serveuses installées dans un mini-Food Truck. Les bras lestés de paquets, un groupe de lycéens fait une pause. N’allez pas croire que Keisha, Ydrissa, Nora et Marine ont séché les cours pour écumer les boutiques. « On est venus avec notre classe, pour chercher des stages », expliquent en chœur ces élèves de 2de du lycée Léonard-de-Vinci, à Tremblay. « D’habitude, c’est difficile d’en trouver un. Cette fois, j’ai trouvé une place pour un mois au magasin Undiz », annonce fièrement Nora. « C’est bien ici, ça change », estime Ydrissa. « C’est plus grand, il y a des supers magasins », ajoute l’une de ses copines.

Au passage, le petit groupe en a profité pour faire des achats dans les enseignes prisées des ados : Zara, H&M, Jenifer… Au détour d’une allée, Cendrine s’est calée dans l’un des fauteuils confortables qui jalonnent la galerie et donne le biberon à son petit Andrea, 1 mois. Avec son époux, Florent, elle a fait le trajet depuis Villebon, dans l’Essonne. « C’est agréable, c’est lumineux. Mais on est habitués aux centres commerciaux démesurés du Portugal, alors on n’est pas vraiment impressionnés », avoue la jeune maman. Florent s’est empressé d’aller explorer l’immense boutique de mode Superdry (900 m2). « Jusqu’à présent, je ne la trouvais qu’à Londres, ou à Paris dans des magasins minuscules », glisse-t-il. Nadia, habitante de Tremblay, a remarqué le bar à ongles et le cireur de chaussures : « On a l’impression de voyager, d’être ailleurs. »

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 11:52

Vous trouverez ci-dessous un article du Parisien consacré à l’ouverture du centre commercial Aéroville aujourd’hui. Hier soir, une partie de la rédaction d’Aulnaylibre ! assistait à l’inauguration (voir vidéos ci-dessous). Le complexe flambant neuf est impressionnant et devrait donner bien  des sueurs froides à O’Parinor et Paris Nord 2, sans parler des commerces de proximité d’Aulnay-sous-Bois ! 

Et un géant de plus en région parisienne pour les accros au shopping! Le centre commercial Aéroville et ses 200 boutiques ouvrent ses portes ce matin sur 84 000 m2 au bord des pistes de Roissy, à Tremblay. « C’est le plus grand événement depuis vingt ans en Ile-de-France », assure Christophe Cuvillier,  président  du directoire d’Unibail-Rodamco qui a investi 355 M€ dans cette réalisation.  D’autres ouvertures comme celle-ci sont annoncées en Ile-de-France dans les prochaines semaines, preuve du dynamisme du secteur.

Derrière les parois de verre bleutées de la façade, Habitat, Marks & Spencer, le Temps des cerises, l’Occitane, le Furet du nord, Desigual, Nike... ou encore l’enseigne britannique tendance SuperDry, qui ouvre ici son plus grand magasin d’Europe (900 m2), espèrent capter « les habitants du coin qui ne vont pas à Paris tous les jours, et les clients des hôtels ». Avec ses 30 restaurants, son hypermarché Auchan doté d’un Drive, un cinéma de douze salles, Aéroville veut aussi attirer quelques-uns des 90 000 salariés de la plate-forme aéroportuaire et la population d’une zone de chalandise allant jusqu’à l’Oise. 1500 emplois ont été créés dès l’ouverture, 2600 sont prévus à terme. Le patron d’Aéroports de Paris (ADP), Augustin de Romanet, parle d’un « joyau », posé au sein de la « ville aéroport ».

Source article : Le Parisien. Vidéos : Aulnaylibre !

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 10:56

Aeroville-Tremblay.jpgCette fois ça y est. Après avoir participé ces derniers mois aux forums de recrutement pour le centre commercial Aéroville, inauguré aujourd’hui avant son ouverture au public demain, Mohamed, 21 ans, de Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise) et Nadège, 38 ans, de Fosses, arborent fièrement leur tenue de travail. Au milieu des rayons de l’hypermarché Auchan tout neuf, ils affichent un grand sourire. Ils font partie des 100 collaborateurs nouvellement recrutés pour faire fonctionner le magasin, en plus des 120 déjà en poste dans le groupe. Pour tenter d’obtenir l’un des 2000 emplois créés à Aéroville, plusieurs milliers de demandeurs d’emploi ont tenté leur chance, venus de l’Est du Val-d’Oise, très touché par le chômage, mais aussi de la Seine-Saint-Denis et de l’Oise. Rien qu’au dernier rendez-vous organisé en septembre à Goussainville, 5 000 candidats s’étaient déplacés.

« Enfin, j’ai un CDI, c’est un vrai départ professionnel  !, s’enthousiasme Mohamed, recruté comme hôte de caisse. Avec mon BEP en poche, je n’avais jusqu’alors trouvé qu’un job dans un fast food. Ici, je suis certain d’avoir une chance d’évoluer au fil des années. Avec mon salaire, je vais pouvoir aider davantage ma famille financièrement. Aéroville, ça donne de l’espoir. Il faudrait que d’autres centres comme celui-ci ouvrent dans la région, car dans nos quartiers, les jeunes n’ont pas de travail. »

Pour Nadège, qui travaille au rayon crèmerie, ce nouveau job, « c’est la possibilité de faire des projets, déménager dans un logement plus grand avec (ses) trois enfants et, enfin, de partir en vacances dans quelques mois ». « Je travaillais déjà, mais à mi-temps, raconte-t-elle. Et il n’ y avait aucune possibilité d’évoluer vers un temps plein. »

Selon l’enseigne, plus de 60 collaborateurs de moins de 26 ans ont été embauchés, et 13 plus de 50 ans, chez Auchan autant de femmes que d’hommes. Plus de 80% sont en CDI et à temps plein. Les trois quarts vivent en Seine-Saint-Denis (Villepinte, Tremblay, Sevran) et dans le Val-d’Oise, notamment à Gonesse, Goussainville et Sarcelles. Et 15% viennent de l’Oise. « Nous avons privilégié le recrutement local, explique Philippe Lacoste, responsable des ressources humaines chez Auchan. C’est mieux pour le transport et le confort des salariés. Nous ne cherchons pas les diplômes, mais les compétences et la motivation. »

Source : Le Parisien

 

 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 09:04

Oparinor-Aulnay.jpgIl y avait la balade en forêt, la séance de ciné, le bricolage… Il y aura désormais le shopping du dimanche, avec l’apparition, à l’est de Paris, d’Aéroville. Le centre commercial de 84000 m2, qui sera ouvert dès jeudi, sera aussi accessible le dimanche, et ce dès la semaine prochaine. Et il espère bien attirer les clients avec ses 200 boutiques (Marks & Spencer, Habitat, le Furet du Nord, SuperDry, Nike…). Certaines enseignes dénoncent la complexité de la loi française. Pour Aéroville, les choses sont simples. Le groupe Unibail-Rodamco, qui gère le site, n’a pas eu à faire la moindre démarche, puisque son centre a été construit en zone aéroportuaire. « Comme toutes les boutiques de l’aéroport, nous sommes autorisés à fonctionner tous les dimanches », explique la directrice, Elodie Arcayna.

La plupart des 200 commerces de la galerie seront donc ouverts sept jours sur sept « à une ou deux exceptions près », note Elodie Arcayna. Il en existe une de taille : l’hypermarché 
Auchan a choisi de garder le rideau baissé ce jour-là (sauf dimanche prochain pour fêter l’ouverture du centre). La grande surface de 7500 m2, soumise aux règles régissant les commerces alimentaires, ne pouvait fonctionner que jusqu’à 13 heures. Or, c’est précisément le moment où les visiteurs devraient affluer, attirés par les restaurants et le cinéma. L’expérience sera observée de près par les défenseurs et les détracteurs de l’ouverture dominicale.

O’Parinor à Aulnay-sous-Bois va demander cette autorisation

Ce n’est pas le premier centre de région parisienne ainsi autorisé à ouvrir toute la semaine (c’est le cas des Quatre-Temps à La Défense). Mais sa taille en fait un cas remarquable. « C’est une banalisation du dimanche travaillé, et la porte ouverte à toutes sortes d’abus », proteste Reza Painchan, responsable de Force Ouvrière en Seine-Saint-Denis, qui pourrait donc réagir. Jean-Michel Silverstein, délégué général du Conseil national des centres commerciaux (CNCC, 700 établissements), y voit au contraire l’occasion d’« ouvrir le débat sur l’égalité entre les sites ». « Cette ouverture dominicale est le principal atout d’Aéroville, explique-t-il. Il y a là une évidente distorsion de concurrence ». A quelques kilomètres, à Aulnay-sous-Bois, O’Parinor, implanté depuis 39 ans, milite désormais pour obtenir la création d’un Puce, périmètre d’exception, l’autorisant lui aussi à ouvrir durant tout le week-end.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 07:52

Aeroville-embouteillages.jpgL’ouverture du nouveau centre commercial Aéroville ne fait pas que des heureux. A quelques centaines de mètres de l’immense bâtiment, les salariés de la zone de fret de Roissy (95) en subissent même les conséquences en termes de circulation. Et ce en raison d’un changement de sens de circulation. « Nous nous levons plus tôt et devons trouver de nouvelles routes, faire des détours pour nous rendre sur notre lieu de travail, racontent certains salariés. Des pétitions circulent, on n’en peut plus! » Aux travaux liés à la mise en service du centre commercial, qui ouvrira la semaine prochaine, s’ajoutent ceux d’aménagement des rues, prévus depuis longtemps.

« L’ouverture d’Aéroville va nettement améliorer cette situation, soutient-on à Aéroports de Paris (ADP). Un parking de 4500 places va ouvrir, il réglera les problèmes de stationnement qui participent à la perturbation du trafic. » Car en plus de nouveaux sens interdits et de déviations, les ouvriers du chantier se garent le long de la route, réduisant la largeur des files. « Entre nous, on a surnommé le centre commercial Aéromerde, poursuit un salarié de la zone. Personne ici ne profitera de ses magasins, mais on hérite de ses désagréments. » Les transporteurs accusent de nombreux retards de livraisons et les employés sont à bout. « Ces travaux ont mis une énorme pagaille dans notre organisation, confie un employé. L’autre jour, un transporteur a mis quarante minutes pour faire 500 m! »

La question est de savoir combien de temps la situation va durer? « C’est une situation temporaire », assure ADP. Mais impossible de connaître l’échéance exacte du retour à la normale. « Nous avons peur que ces changements soient définitifs, poursuit une automobiliste. Il est question de sécuriser la zone de fret pour que les clients d’Aéroville n’y accèdent pas. » Les salariés attendent l’ouverture du centre commercial pour constater l’évolution de la situation. Si rien ne change, ils envisagent de monter au créneau.

Source : Le Parisien

 

 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 09:23

Aeroville-Elodie-Arcayna.jpgA une semaine de l’ouverture d’Aéroville le journal Le Parisien est allé à la rencontre de sa future directrice, Elodie Arcayna,  qui parle  de la magie de ce pays des merveilles commercial aux 200 boutiques dont l’objectif affiché est d’atteindre à terme les 12 à 13 millions de visiteurs annuels. Vous pouvez prendre connaissance de cet article ci-dessous.

Derrière son bureau, sur un meuble, trône un casque de chantier… rose. Elodie Arcayna, future directrice du centre commercial Aéroville, l’avait fait repeindre pour en faire, sinon un accessoire de mode, au moins un signe distinctif, parmi d’ordinaires casques blancs et jaunes. Mais Aéroville ouvrira ses portes au public dans une semaine tout juste. Exit le casque! Si elle devait trouver un nouvel accessoire, Elodie Arcayna choisirait peut-être la baguette… de chef d’orchestre. Car c’est ainsi que cette jeune femme d’à peine 30 ans définit le travail d’un directeur de centre.

« Oui, on fait trois métiers en un. Notre préoccupation première, c’est d’accueillir les clients dans les meilleures conditions. On gère la sécurité, la maintenance, la propreté, un peu comme un syndic s’occupe d’une copropriété. On développe la communication, dans le centre et vers l’extérieur. On fait beaucoup de relationnel avec les clients, les maires, les hôtels… » Depuis quelques jours, la directrice fait « répéter » la troupe de 150 personnes qui fera vivre le centre au quotidien : les agents de sécurité, les femmes de ménage travaillent déjà comme si le centre était ouvert…

AerovilleTremblayJour après jour, Elodie Arcayna arpente le mail, observant les avancées d’un chantier « à flux tendu ». « Tout sera prêt pour jeudi », assure-t-elle. Même le dernier parking du centre, auquel il manquera juste sa façade de verre bleuté. Contemplant les vitrines géantes, la déco audacieuse de certaines boutiques, la silhouette des avions survolant les verrières des allées, elle confie : « Ce que j’ai vu dans des films et sur plans prend forme aujourd’hui, c’est magique. Et comme j’ai été nommée sur ce projet il y a neuf mois, j’ai vraiment l’impression d’être sur le point d’accoucher. » La jeune femme ne semble pas effrayée par l’ampleur de la tâche, même s’il s’agit de diriger un paquebot de 200 boutiques et 84000 m2, flanqué du cinéma du groupe EuropaCorp (de Luc Besson), censé conquérir une zone de chalandise allant jusqu’à l’Oise. Mais elle n’en est pas à ses débuts. Avant Aéroville, elle était directrice des Quatre-Temps, 230 boutiques au cœur du quartier d’affaires de La Défense (Hauts-de-Seine), où elle est arrivée à 27 ans.

Quand on la questionne sur son âge, elle souligne qu’elle est « assez représentative de la clientèle qu’on veut aller chercher », et qu’elle fréquente déjà les enseignes qui ouvriront boutique à Aéroville. A Tremblay, elle va donc piloter le décollage d’un « nouveau standard » de centre commercial Unibail-Rodamco. « Mon but est que les clients soient émerveillés tout en ayant l’impression que tout roule comme si le centre était ouvert depuis des années », affirme-t-elle. Et les affaires dans tout cela ? « Il faudra trois ou quatre ans pour faire décoller le centre comme on l’entend », glisse-t-elle. L’objectif est d’atteindre 12 à 13 millions de visiteurs annuels.

Source : Le Parisien

 

 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 12:52

Lettre ouverte aux députés à l’occasion de l’inauguration d’Aéroville:

HALTE aux appétits de la Grande Distribution

logoaulnayenvironnement-copie-1Aulnay Environnement se bat contre la grande distribution depuis longtemps et partout.

A Ô Parinor nous nous étions opposé à l’extension qui abouti à plus de 5.000 places de parkings quasi sans desserte en transport collectif.

Aujourd’hui il s’agit de 14 salles de cinéma supplémentaires, avec du parking bien sûr, prévues pour 2014.

Avec en prime l’ouverture des magasins le dimanche, un cadeau supplémentaire à la grande distribution, qui risque d’être étendu.

A Aéroville à Tremblay à la limite de Paris Nord 2 et pas loin de BeauSevran, ce sont aussi 200 boutiques et 10 salles de cinéma au lieu de terres agricoles, en attendant les 500 boutiques d’Europa City, sur Gonesse à la limite d’Aulnay, qui de surcroît aura droit à une gare ad hoc payée par l’argent public avec le consensus de l’état et de la région.

Chaque ville défend sa grande distribution et tente de s’opposer à celle du voisin. Parfois il y a des alliances entre villes, qui peuvent varier entre Tremblay, Sevran, Villepinte, Aulnay, Blanc-Mesnil et Gonesse.

Pour la population c’est la catastrophe dans une banlieue qui a flambé en 2005.

Le commerce de centre-ville et de quartier meurt, y compris dans les quartiers défavorisés et loin de tout. Les villes se paupérisent.

En attendant les friches commerciales à venir comme à Sarcelles…

Le cinéma de ville a disparu et les cinémas municipaux sont menacés. Chaque ville veut ses salles au détriment des villes voisines.

Toute la politique d’urbanisme est ainsi mise sous la coupe de la grande distribution, toutes enseignes confondues.

Dans notre secteur, avec le Grand Roissy et le développement sans limite du transport aérien et du tourisme de masse, responsable d’un « génocide climatique », les terres disponibles sont appelées à devenir des vitrines et des têtes de gondoles pour permettre aux touristes de dépenser leur argent…

L’emploi est perdant et les terres agricoles disparaissent…

La vie publique, ce n’est rien d’autre que la guerre des maires qui en même temps parlent tous de « vivre ensemble ».

Nous proposons aux élus nationaux d’arrêter le massacre : les députés et le parlement doivent agir, d’autant que ce phénomène est général en France.

Il faut en urgence un Grenelle du commerce et de l’urbanisme commercial.

Aulnay Environnement                                 Environnement 93                           5/10/2013

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 14:41

Après le centre commercial O’Parinor d’Aulnay-sous-Bois qui tente de rajeunir son image, le journal Le Parisien se concentre sur son futur rival qui ouvrira en principe dans une dizaine de jours à Tremblay et Roissy-en-France, à savoir Aéroville. Ce dernier se veut chic et mise sur des boutiques de moyen à haut de gamme. Voici ci-dessous en détail ses caractéristiques.

 

Maquette_Aeroville.pngDate de naissance. Inauguration prévue le 16 octobre 2013.

Mensurations. 84000 m 2, 200 boutiques, 30 restaurants, un hypermarché Auchan de 7500 m 2.

Concept. Des allées larges et de plain-pied, 6500 m 2 de plancher de chêne massif, du marbre, des vitrines géantes, des espaces aux couleurs des cinq continents. Le design se veut chic et spectaculaire. Survolé par les avions de l’aéroport voisin, le centre propose, selon son constructeur Unibail-Rodamco, une « invitation au voyage », entre shopping et loisirs.

Les clients visés. Aéroville cible à la fois les 125000 employés de la zone aéroportuaire, les clients des hôtels alentour et espère toucher une zone de chalandise de 1,8 million d’habitants, allant jusqu’à l’Oise.

Comment s’y rendre? Principalement en voiture, via les autoroutes A 1, A 104, A 3… Le centre est doté d’un parking souterrain de 4700 places. Il sera également desservi par treize lignes de bus, venant des villes alentour (Goussainville, Villepinte…), et des navettes depuis l’aéroport et sa gare de RER B. La société Aéroports de Paris, propriétaire des terrains, a investi plus de 10 M€ dans l’aménagement des voies d’accès.

Ce qu’on y trouvera. Un hypermarché Auchan « nouveau concept », équipé d’un drive de onze pistes, afin d’attirer les salariés de la plate-forme. Aéroville mise sur des boutiques de moyen à haut de gamme. « Il y a les incontournables, et une quarantaine d’enseignes inédites en France », note Valérie Britay. Outre H&M, Zara, Mango, on trouvera un grand Marks & Spencer, une boutique Habitat, le plus grand magasin Nike de France, la librairie le Furet du Nord, etc.

Les loisirs. Egalement en chantier, le futur cinéma Europacorp, du producteur Luc Besson : douze salles, mais aussi des espaces lounge et des spectacles gratuits. « Nos jeunes n’auront plus besoin d’aller à Paris ou à Rosny 2 », se réjouit Nelly Roland, maire (divers gauche) de Villepinte. Situé à l’extrémité du centre, le complexe fera face à un Terminal Cook, vaste place entourée de 17 restaurants, bars à jus de fruit, où auront lieu de nombreux ateliers et animations.

Son atout. L’ouverture dominicale. Le centre commercial pourra ouvrir tous les dimanches, du fait de son implantation en zone aéroportuaire. Avec le cinéma et les restaurants, Aéroville veut devenir un rendez-vous récurrent du week-end pour une zone allant jusqu’à Senlis (Oise) !

Source : Le Parisien

 

 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 16:18

centre-commercial-oparinor-aulnay.jpgAlors que l’ouverture d’Aéroville est annoncée dans quelques semaines à Tremblay, le journal Le Parisien effectue une revue de détail de son concurrent immédiat à savoir le centre commercial O’Parinor d’Aulnay-sous-Bois qui, après bientôt 40 ans d’existence, souhaite rajeunir son image. On se demande déjà lequel des deux  supportera le mieux ce choc de titans qui s’annonce ?

Le centre commercial O’Parinor passé au crible :

Date de naissance. Il y a 39 ans, à l’été 1974, à Aulnay(93).

Mensurations. 90000 m 2 (hors cinéma), 200 boutiques, 25 restaurants (bientôt six de plus), un hypermarché Carrefour de 22000 m 2.

Concept. Un centre classique qui se modernise. Une extension de 24000 m2 a été inaugurée en 2008. Le groupe Hammerson vient d’investir 50 M€ dans la rénovation intérieure et extérieure et la construction du futur cinéma. Nouveautés annoncées : le guidage à la place dans les parkings, le raccordement numérique de la galerie commerciale, qui permettra de recevoir des promotions ou de réserver un restaurant depuis son smartphone.

Les clients visés. Ils viennent d’une zone de chalandise de 1,3 million de personnes (allant de Roissy à Paris et de Villeneuve-la-Garenne à Mitry-Mory). Le centre reçoit 13 millions de visiteurs chaque année.

Comment s’y rendre? Le centre est à l’intersection des autoroutes A 3 et A 1. 5200 places de parkings accueilleront les clients. Une réflexion est engagée pour améliorer la desserte en transports (cinq lignes de bus, qui rejoignent notamment les gares RER d’Aulnay, Villepinte et Sevran). Des arrêts de bus devraient être créés dans les parkings, sur la ligne 45 (CIF).

Ce qu’on y trouve. Un hypermarché Carrefour qui vient aussi d’être rénové (vastes rayons librairie et textile), une Fnac, et bientôt l’une des toutes premières implantations de l’enseigne de mode britannique Primark, dont O’Parinor espère faire sa nouvelle « locomotive », en lieu et place de l’ancien magasin Boulanger (ex-Saturn).

Les loisirs. Un cinéma UGC Ciné Cités de 14 salles ouvrira en octobre 2014, ce sera le seul de cette taille dans le secteur. Négociée en amont, une charte signée entre le complexe, le groupe Hammerson et la ville prévoit un partenariat avec le cinéma municipal (carte d’abonnement commune et complémentarité des programmes). En attendant cette ouverture, O’Parinor réaménage un pôle restauration avec l’inauguration d’ici décembre de six enseignes — dont Goûtu, Manhattan Store (bagels) ou encore Hippopotamus.

Son atout. L’ancienneté, et la proximité de ses clients, dont certains peuvent venir à pied des quartiers nord d’Aulnay. « Nous sommes un centre commercial historique », note Bastien Leal, directeur d’O’Parinor. Lors des pics de fréquentation, le lieu voit défiler jusqu’à 60000 visiteurs quotidiennement.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 13:19

Monoprix-Champs-Elysees.jpgLa condamnation de Sephora va-t-elle sonner le glas du travail nocturne sur les Champs-Elysées? Depuis que le parfumeur, filiale du géant du luxe LVMH, a été contraint par la cour d’appel de Paris à baisser le rideau de fer à 21 heures (contre minuit ou 1 heure du matin certains jours), la polémique ne cesse d’enfler jusqu’au sommet de l’Etat. Elle a été ravivée, mardi, avec une seconde annonce de taille : Monoprix, qui résistait depuis des années, vient d’être logé à la même enseigne que Sephora. Quatre-vingt-quatorze de ses magasins (sur 300), y compris celui des Champs-Elysées, ne pourront plus ouvrir au-delà de 21 heures, la CGT ayant bloqué l’accord sur les horaires nocturnes.

Alors que s’opposent grandes enseignes et représentants syndicaux, salariés favorables au travail de nuit et « anti » convaincus, clients fans du shopping nocturne et fervents défenseurs de la loi, les Champs-Elysées s’enflamment… de peur de s’éteindre pour de bon aux premières heures du soir. En premier lieu, Sephora, qui fermera mercredi à 21 heures, pour la première fois depuis 1996. Quant à Jean-Noël Reinhardt, le président du comité des Champs-Elysées, son jugement est sans appel : « Après Sephora et les autres entreprises qui seront contraintes de fermer ensuite, on plongera progressivement les Champs-Elysées dans l’obscurité. » Et le comité, qui compte saisir le Premier ministre, de rappeler que 300000 personnes foulent quotidiennement les trottoirs d’une avenue qui accueille chaque année 20 millions de touristes.

Dans ce secteur, classé « zone touristique d’affluence exceptionnelle », toutes les enseignes sont, à ce titre, autorisées à ouvrir leurs portes le dimanche. Alors, pourquoi pas la nuit, alors que les commerces affirment réaliser en nocturne 10% à 20% de leur chiffre d’affaires?

« Paris n’a pas vocation à devenir un gigantesque supermarché ouvert 24 heures sur 24! Il y va de la santé, de la vie de famille des salariés auxquels on demande toujours plus », martèle Eric Scherrer, du Clic-P (Comité de liaison intersyndical du commerce de Paris), à l’origine de la décision de justice prise contre Sephora. « Nous ne nous interdisons pas de traduire en justice tous ceux qui ne respectent pas la loi, affirment les représentants de l’intersyndicale. Les dossiers sont très longs à monter, mais ils sont solides, ce qui nous a permis de gagner systématiquement, depuis trois ans, devant les tribunaux. C’est pourquoi les enseignes redoutent autant nos actions. Mais nous ne sommes pas obsédés par les ouvertures nocturnes, nous souhaiterions simplement que ces horaires restent exceptionnels et strictement réglementés. »

La perspective de voir s’éteindre l’avenue désole Jean-Noël Reinhardt qui riposte dans une tribune au vitriol publiée dans « les Echos » : « Quel gâchis, quelle perte de ressources et quel entêtement malthusien de notre pays, qui s’apprête à détruire par principe, des centaines d’emplois le soir sur une seule avenue ! »

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:27

OParinorAulnay.jpgL’idée était dans l’air depuis quelques mois. Le centre commercial O’Parinor, à Aulnay-sous-Bois, pourrait un jour ouvrir le dimanche. Une première étape va en tout cas être franchie lors du conseil municipal de ce soir. Les élus doivent se prononcer sur une délibération présentée par le maire (PS) Gérard Ségura. Le texte demande au préfet, seul habilité à autoriser les ouvertures dominicales, de créer un périmètre d’usage de consommation exceptionnel (Puce), à l’intérieur duquel les enseignes sont autorisées à ouvrir leurs portes aux acheteurs du dimanche.

La concurrence d’Aéroville sera dans tous les esprits

Le maire répond ainsi à une demande exprimée par le groupe britannique Hammerson, propriétaire du centre, et par Carrefour, qui y tient un supermarché de 22000 m 2. Sans doute l’ouverture, d’ici un an, d’un UCG Ciné Cités à l’extrémité de la galerie de 200 boutiques pèse-t-elle en faveur d’une ouverture durant tout le week-end. Un autre locataire semble aussi militer avec insistance en ce sens. C’est l’enseigne de mode britannique Primark, censée arriver au printemps 2014 (Aulnay serait l’une de ses premières implantations en France).

Au conseil municipal de ce soir, le débat promet d’être vif. Les élus communistes, membres de la majorité, ont déjà prévenu qu’ils demanderaient au maire de retirer la délibération. « A défaut, nous voterons contre », indiquent-ils dans un communiqué. L’ouverture dominicale, estiment-ils, « dégradera encore plus les conditions de travail, déjà précaires, de cette branche professionnelle ». Plus mesuré, l’élu d’opposition (SE) Alain Boulanger, y voit « une forme de fuite en avant dans l’offre marchande qui se fera au détriment des petits commerçants ». Mais il s’apprête néanmoins à voter la délibération, « par souci d’équilibre, face à Aéroville ».

Car l’ouverture annoncée de ce futur géant du commerce, le 17 octobre, à Tremblay, est dans tous les esprits. Même si le projet de délibération évoque, pour justifier une telle mesure, la « dégradation de l’emploi local » et la nécessité de préserver les 2700 salariés d’O’Parinor, il s’attarde ensuite sur l’arrivée d’Aéroville, ce « concurrent direct d’O’Parinor avec plus de 200 boutiques et 12 salles de cinéma bénéficiant, du fait de son emplacement sur la zone aéroportuaire, d’une dérogation permanente de droit au repos dominical ».

La délibération formule également des « conditions » à l’instauration d’un Puce : les commerces devraient appliquer les « meilleures conditions de protection des salariés concernés », et O’Parinor est invité à mettre en place des « moyens de transport permettant aux salariés de rejoindre leur domicile ». Si la délibération est adoptée, Gérard Ségura pourra adresser sa demande au préfet. La Seine-Saint-Denis ne comptait aucun Puce jusqu’en février dernier. Avant de quitter le département en juin, l’ancien préfet Christian Lambert avait créé par arrêtés trois périmètres à Villemomble, Rosny et Aubervilliers. Dans ce dernier cas, l’arrêté a finalement été annulé par le tribunal administratif de Montreuil, saisi par les syndicats.

Source : Le Parisien

 

 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 16:17

Ce sera le onzième drive de Seine-Saint-Denis. Le magasin Intermarché du quartier Chanteloup, à Aulnay-sous-Bois, a inauguré hier matin ce dispositif qui permet aux clients de venir chercher leurs achats en voiture, après avoir passé commande sur Internet. La grande surface s’est dotée de quatre pistes, en recourant à deux intérimaires supplémentaires pour prendre les commandes. A terme, son patron, Philippe Lecrique, espère capter de nouveaux clients : « Cela correspond à une vraie demande. » Aulnay compte un autre drive, celui du magasin Leclerc, dans le nord de la ville.

Source article : Le Parisien. Vidéo zone commerciale Chanteloup : Aulnaylibre !

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article

Présentation

  • : Aulnaylibre !
  • Aulnaylibre !
  • : L'information sur Aulnay-sous-Bois 100% libre et indépendante !
  • Contact

Contactez-nous !

Une info, une photo, une vidéo, une annonce à passer.

N’hésitez pas à nous contacter !

Mail : aulnaylibre@yahoo.fr

Tél : 06.81.95.11.50 / 06.07.86.09.11

Chaîne vidéo : http://www.youtube.com/user/Aulnaylibre/videos

Twitter : https://twitter.com/Aulnaylibre

Facebook : https://www.facebook.com/aulnay.libre?ref=tn_tnmn

Aulnay au fil de l'info

Ride On Time

Señor Météo

Agenda Aulnay-sous-Bois

Wikio

Wikio - Top des blogs - Multithématique