Articles avec #a vos quartiers ! tag

Publié le 12 Août 2010

Je m'étais presque fait à l'idée de ne pas pondre la moindre ligne en août. Mais voilà, l'actualité parfois vous rattrape. Ainsi, tel le soleil un 11 août de l'année 1999, les quatre tilleuls emblématiques de la cité Arc en ciel se sont éclipsés le 11 août 2010. La grande différence entre ces deux dates est que nous ne reverrons pas les arbres...

tilleul2.JPG

Saluons, non sans ironie, la témérité de ceux qui ont commandité ce massacre à la tronçonneuse au petit matin en plein milieu d'un été décidemment meurtrier ! C'est tellement courageux de s'attaquer à quatre arbres pendant que les habitants du quartier se réveillent à peine ou sont en vacances et ne peuvent pas les défendre !

Alors certes ce ne sont que 4 arbres...  qui ne pèsent pas lourd face aux supposées 3000 demandes de logements en cours à Aulnay-sous-Bois. Face à l'intérêt général aussi, le nouvel épouvantail agité par la majorité municipale devant les aulnaysiens qui ont le malheur de réclamer à cor et à cri un urbanisme concerté. Pour le coup, à l'Arc en ciel, c'est raté.

On ne m'ôtera pas de l'idée, et je ne suis pas le seul à penser ainsi, que dans cette affaire il y avait forcement matière à procéder autrement. Qu'un aménagement alternatif était possible. Pour la symbolique, il eut été remarquable de conserver les arbres, qui étaient l'âme du quartier pour bon nombre d'habitants, et de les insérer dans un projet immobilier différent. Un peu moins de logements mais un peu plus de démocratie participative...

tilleul3.JPG

Aujourd'hui cette chance là est définitivement perdue. Mais est-ce une surprise tant l'équipe municipale en place nous a habitué à imposer ses vues avec force sans tolérer la moindre controverse ? Ce ne sont pas les Verts qui diront le contraire, eux qui ont choisi de quitter cette majorité seulement deux ans après l'élection... Ni les associations regroupées autour de l'urbanisme obligées d'investir la mairie pour se faire entendre... Même les employés municipaux vont jusqu'à organiser un pique-nique revendicatif pour dénoncer les conditions dans lesquelles ils travaillent... Y-aurait-il malaise dans la ville ? Comme un symbole, cette municipalité qui coupe les arbres ne serait-elle pas en train de se couper de la population ?

On abat facilement les arbres mais beaucoup plus difficilement les hommes... Bien que les quatre tilleuls aient aujourd'hui définitivement disparus,  nul doute que les habitants de la cité Arc en ciel et des alentours n'oublieront pas ce funeste 11 août 2010. Et qu'ils s'en souviendront le moment venu...

Stéphane Fleury      

   

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 7 Juin 2010

Ces derniers jours c'était presque devenu comme un rituel... La petite balade incontournable pour aller déposer les tracts du collectif PLU dans les boîtes aux lettres... Au passage, la mienne de boîte aux lettres attend toujours le tract estampillé PCF, PS et Parti Radical de Gauche... J'habite pourtant Aulnay-sous-Bois, mais pas au bon endroit peut-être... ? Il est vrai que c'est très tendance en ce moment sur la ville : au lieu de tenter de maintenir une certaine cohésion entre les quartiers quelques partis politiques préfèrent attiser les divisions...

Enfin c'est mon point de vue... Et à ce petit jeu de l'analyse, c'est d'actualité en plus, il y a autant de fines plumes que de sélectionneurs en équipe de France de football pour vous expliquer comment voir les choses ! Tiens, au hasard, prenons ce samedi 5 juin à la mairie par exemple. J'admire la sagesse avec laquelle certains expliquent après coup : "il aurait fallu faire ça ! Et puis ça c'était pas bien ! Et moi j'aurais fait autrement." Et je ne parle de la dextérité dont d'autres font preuve à écrire sur "l'événement" sans pourtant y avoir mis les pieds ! Les blogs sont trop étroits pour leur talent, ils sont mûrs pour écrire un roman !  

bal

Mais revenons au sujet. Les boîtes aux lettres... Toutes différentes... Parfois d'une banalité de boîtes aux lettres, parfois bien camouflées dans les sapins avec le chien à l'affût qui vous guette, et parfois d'une certaine originalité... Dans cette belle diversité j'ai sélectionné celle-ci, qui se trouve dans une rue dont certainement personne n'avait beaucoup entendu parler auparavant. Maintenant on la cite même dans le Parisien rendez-vous compte ! La rue des Saules, sans laquelle peut-être ce blog... Enfin vous connaissez la suite...

Stéphane Fleury.

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 28 Mai 2010

Rue Maximilien Robespierre : Episode 3

Aulnaylibre !  poursuit son exploration de la rue Maximilien Robespierre en examinant aujourd'hui à la loupe l'état de la chaussée...

 

Ce n'est pas qu'une particularité aulnaysienne, il suffit de rouler par exemple sur la RN330 entre Ermenonville et Senlis pour constater dans quelle situation déplorable se trouve le réseau routier français par endroits, mais la rue Maximilien Robespierre, pour peu qu'on y prête attention, offre à cet égard quelques clichés intéressants...

La photo ci-dessous ne représente pas des fragments d'écriture de nos ancêtres mérovingiens dont des traces ont pourtant été retrouvées dans le quartier, mais bel et bien un passage piéton...  

passagepieton

Photo suivante : des p'tits trous, toujours des p'tits trous. Le poinçonneur du vélodrome est passé par là ! 

 

ptitstrous.JPG

Next : la pastille de goudron, l'ennemie jurée du p'tit trou dans la route. Mais le p'tit trou a des alliés précieux : les voitures et les camions qui roulent à fond, la pluie, la neige, le soleil qui font tout pour dégommer la pastille de goudron.

 

petitgoudron.JPG

Cliché suivant : la grosse pastille de goudron. Pour les gros trous uniquement.

   

grosgoudron.JPG

Et enfin pour terminer cette photo d'Aulnay-sous-Bois, l'américaine, avec cette mini-faille de San Andreas en formation... Après Chicago, la Californie.  

sanandreas.JPG

Hasard ou coïncidence, dans la rue Maximilien Robespierre, j'ai croisé Roland Emmerich le réalisateur de 2012, le film catastrophe où les routes se dégradent sous l'effet de la chaleur. En voyant l'état de cette portion de chaussée il s'est exclamé (je traduis) : "Bon sang, si j'étais passé en repérage par ici avant le film, j'aurais sans doute économiser 20%  sur le budget effets spéciaux !".

 

Pour consoler Roland je lui ai dit : si l'idée te venait de faire une suite... Repasse en 2014...

 

Stéphane Fleury. 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 5 Mai 2010

Rue Maximilien Robespierre à Aulnay-sous-Bois épisode 2.

 

Aulnaylibre ! poursuit son voyage en rue Maximilien Robespierre. Aujourd'hui le menu est copieux puisque ce ne sont pas moins que d'énormes rochers de granit rose qui ont mystérieusement atterri en face de notre merveilleux stade Vélodrome, comme en témoigne la photo ci-dessous :

 

rochers.JPG

 

Quel que soit l'endroit où l'oeil se porte, il est irrésistiblement attiré par cette roche d'origine inconnue qui s'est littéralement appropriée la place.

 

otrosrochers-copie-1.JPG

 

Je ne suis pas expert en géologie, mais un premier examen à la loupe semble confirmer l'hypothèse d'une présence de roches de granit rose, telles que l'on peut en trouver sur les côtes du grand Ouest breton.

 

granitroche.JPG

 

Les blocs de granit n'ont pas voulu m'en dire plus. Le mystère reste donc entier à ce jour. Alors d'où viennent ces rochers ? S'agit-il d'un message extraterrestre ? Où serait-ce un message de Maximilien Robespierre lui-même, qui, par l'envoi de ces pierres, inciterait les aulnaysiens à entamer une nouvelle révolution ?  

 

Seule certitude à l'instant où j'écris ces lignes, ceux qui ont fait cela n'aiment pas les voitures. En effet, les pierres ont été disposées de manière stratégique pour empêcher tout accès au site au moindre véhicule tenté par un stationnement. Les extraterrestres ou Maximilien Robespierre seraient-ils écologistes ? Et tenteraient-ils d'envoyer un message à Bruno Defait notre élu chargé des transports pour qu'il planche sérieusement sur l'Aulnay-sous-Bois de l'après-voiture ?

 

De bien troublantes interrogations laissées pour l'instant sans réponses...

 

J'allais quitter les lieux lorsque je suis tombé sur un dernier indice encore plus troublant...

 

magnum.JPG

 

Là, au milieu de l'image, les restes d'un bâtonnet de Miko Magnum... J'espère qu'une datation au carbone 14 pourra nous en dire plus...

 

Nul doute que les experts scientifiques du monde entier se pencheront sans tarder sur ce qu'il convient désormais d'appeler : le mystère des roches de granit rose de la rue Maximilien Robespierre d'Aulnay-sous-Bois...

 

Stéphane Fleury.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 4 Mai 2010

 

DSC03956

C'était la grande attraction de ce lundi de rentrée. Une voiture calcinée sur le parking de l'école du bourg 2 d'Aulnay-sous-Bois exilée... Plutôt amusant d'observer les enfants attirés irrésistiblement vers cette curiosité insolite et les parents réticents s'exclamant non il ne faut pas s'approcher...

J'ai expliqué à quelques-uns que c'était la voiture de Batman qui avait brûlé, sans doute la faute à Joker. Devant des regards légèrement incrédules j'ai montré ostensiblement le capot en forme de chauve-souris. Preuve imparable et indiscutable ! Ne vous inquiétez pas concluais-je d'un ton rassurant : Il a encore sa Batmoto !

Cela dit j'en ai quand même tiré une leçon toute simple en ce jour de reprise : enfant ou adulte, lorsque l'on joue avec le feu on finit parfois par se brûler...

Stéphane Fleury

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 2 Mars 2010

La réponse du Maire d'Aulnay-sous-Bois, M. Gérard Ségura, à l'article paru dans le Parisien du 26/02/2010 me laisse très perplexe. En effet, à chaque réunion où l'on parle d'urbanisme, M. le Maire dit qu'il faut absolument construire des logements, car il doit faire face à des demandes grandissantes. Pourtant, sur un terrain situé en zone pavillonnaire, M. le Maire propose comme projet une résidence de personnes âgées handicapés, précisant même qu'il n'en existe pas de semblable dans le département. Je pense que pour ce point il a été très mal renseigné. Il m'a en effet fallu à peine 5 minutes pour en trouver dans notre département.

Cette annonce inattendue s'inscrit en porte-à-faux avec les principes de la démocratie participative. En effet, un groupe de travail avait été mis en place concernant le devenir du terrain situé Rue des Saules, dans le cadre des réunions de quartier organisées par la municipalité pour faire participer les riverains à l'évolution de leur quartier. Ce groupe de travail, après plusieurs consultations auprès des riverains, soit par réunions consultatives, soit par pétitions, soit par questionnaires, a présenté un projet définitif - entériné par l'ensemble des participants - de constructions de 10 pavillons écologiques parfaitement adaptés au quartier et aux exigences actuelles d'environnement et d'écologie.

Sans titre

Ce projet a été communiqué en tout premier lieu à M. Le Maire, M. Ségura, le lundi 18 janvier au matin (qui en a pris connaissance et en a informé un peu plus tard dans l'après-midi deux délégués de quartier), puis le soir même à la réunion générale des délégués de quartier et envoyé ensuite à tous les représentants des différentes orientations politiques qui gérent notre municipalité.

Ce projet a reçu le soutien écrit de M. Amédro, chargé de l'urbanisme et le soutien oral d'autres parties. Les autres réceptionnaires n'ont pas jugé utile ou trouvé le temps de répondre. Nous n'avons pas reçu de réponse officielle de la municipalité, qui n'a pas non plus présenté de projet pour ce terrain dans le cadre de la réunion des délégués de quartier, comme il se doit pourtant si les règles de la démocratie participative sont respectées.

Quelle surprise donc d'entendre par personne interposée que la municipalité a un projet différent pour ce terrain !! Et ceci en contradiction totale avec les principes de la démocratie participative et à l'encontre des souhaits des riverains.

Je dois rappeler qu'il y a un an, lors d'une réunion publique, M. Le Maire avait dit devant plus de 150 riverains de la rue des Saules qu'il n'irait jamais contre la décision des riverains.

M. Le Maire parle de la démocratie locale mais je pense que cela l'importe peu, car au lieu de parler de son projet en premier à la presse, il aurait dû en parler à la réunion de quartier qui se tient quand même tous les mois !

Il existe plusieurs associations qui réprochent le manque de communication municipale autour des projets de la ville et il est avéré dans notre cas. Il aurait fallu que la mairie présente son projet en conseil de quartier puis organise une réunion publique - comme promis en mars 2009 - pour annoncer ce projet afin d'en parler avec les riverains qui sont quand même les premiers concernés et non pas l'annoncer à la presse.

Les riverains concernés ont quand même passé beaucoup de temps pour élaborer un projet et eux, au moins, ont eu la courtoisie de le présenter en premier au premier magistrat de notre ville.

Robert Ferrand.

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 1 Mars 2010

Le 28 janvier, nous avons reçu une lettre du 5éme adjoint à la Mairie, Alain Amédro, élu Vert en charge de l'urbanisme, des espaces verts, de l'écologie, de l'environnement, du développement durable et de l'agenda 21. Cette missive a évidemment eu un retentissement considérable dans le quartier puisqu'elle salue la dimension citoyenne de notre projet et son exemplarité. Les mots employés par Monsieur Amédro, que nous reproduisons ci-dessous sonnent comme un véritable espoir...

Espoir de faire de la politique autrement, en associant largement les élus et les habitants à l'évolution de leur quartier dans une démarche de concertation réelle et sincère. Nous avons bien conscience que notre projet en l'état nécessite certains aménagements, mais il a au moins le mérite d'avoir été élaboré par les riverains dans une démarche de discussion transparente et solidaire. Nous avons pris le temps de nous connaitre et de débattre des différents aspects du projet pour mieux les cerner et les comprendre afin d'aboutir à la proposition la plus acceptable pour tous.  

Aujourd'hui nous le savons, notre projet tient la route et correspond aux principaux objectifs d'aménagement de la ville d'Aulnay-sous-Bois. Nous avons toutes les raisons de le porter fièrement devant les élus. D'habitants de notre cité, nous sommes désormais devenus des citoyens acteurs de notre ville et nous avons encore l'audace de croire que nous aboutirons à un projet dont tout le monde pourra se féliciter.

Il y aura donc un avant et un après rue des Saules. Expérience humaine et citoyenne remarquable par son ampleur et son aboutissement. Nous en ferons écho dans d'autres quartiers de la ville, histoire de susciter pourquoi pas quelques vocations... 

Ci-dessous la lettre d'Alain Amédro concernant notre projet.
 

amedrotousOK.jpg

Ci-dessous la lettre d'Alain Amédro à Gérard Ségura lui demandant de bien vouloir porter son attention à notre projet.
amedrotosegura-copie-1.jpgL'épisode suivant aura trait à la présentation de notre projet en conseil de quartier, accueilli très favorablement... et à des rumeurs de projet parallèle élaboré par la mairie totalement à l'écart des habitants.

 A suivre... Episode 3 : Mon conseil de quartier, chronique d'une mort annoncée...

Stéphane Fleury

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 23 Février 2010

coeurbrise.jpg

Quelques nouvelles de la cité Arc en ciel... D'abord le message d'une habitante du quartier, puis la lettre du collectif PLU remise en main propre au maire...



Dimanche 21 février, l'espace vert Arc en ciel a ôté son habit de coeurs, pour ne laisser voir que les grilles sinistres qui le cintrent. Des habitants se sont plaints de cette parure colorée car cela "faisait désordre", leur gênait la vue. Quelle dérision ! Que diront-ils quand cette construction émergera de terre en affichant quatre niveaux. Effectivement, nous n'avons pas la même vision de l'horizon !

Et les tilleuls "pseudo" malades qui fleurissent merveilleusement au printemps et embaument l'été sont menacés d'abattage, par l'égo démesuré de personnes qui ont été choisies pour représenter le peuple qui les a désignées. Cela s'appelle "démocratie locale" et j'ai bien peur qu'elle ne soit enterrée par les pelleteuses, au beau milieu de cet espace que nous espérons encore vert... Pourtant la promesse 46 est encore présente dans les mémoires "PRESERVER LA ZONE PAVILLONNAIRE".

J'ai comme un goût amer dans la bouche, un goût de trahison. Ce matin une petite fille disait à sa mère : " maman, regarde c'est moche sans les décorations." Que dira-t-elle quand ce monument émergera ? S'il émerge, car nous sommes ENCORE là plus que prêts à nous faire entendre...

Mariella.



Par ailleurs, le collectif associatif réuni autour de la problèmatique du PLU  a profité de la réunion publique organisée pour les rues de Pimodan et Henri Barbusse pour remettre en main propre au maire le courrier suivant que nous reproduisons aujourd'hui :


Collectif PLU                                                    le 18/02/2010
Aulnay-sous-Bois

 

 

 

                                                               A Monsieur Ségura maire d’Aulnay-sous-Bois

                                               Copie    à Monsieur Amédro adjoint à l’urbanisme

(remis en main propre ce jour)

                              

 

 

 

                                               Monsieur le Maire,

 

 

                Lors  de notre rencontre du 18 janvier en mairie vous nous aviez indiqué que le projet concernant Arc-en-Ciel n’était plus concerné par le PRU et qu’en conséquence il pourrait être revu à la baisse.

                Aussi avons-nous été surpris de vous entendre affirmer au dernier conseil municipal  que ce projet était maintenu en l’état. (24 logements).

                Pour notre collectif qui a manifesté dimanche 14/02 pour appuyer la demande d’un débat sur ce projet, le projet initial de 62 logements avait déjà fait l’objet de discussions avec les habitants en son temps : les habitants et nos associations ne peuvent pas comprendre que ce nouveau projet mette en cause  complètement ce qui avait été approuvé à l’époque et qu’il ne soit pas possible d’en rediscuter en cherchant un accord.

                Ceci d’autant que le débat plus général sur la ville doit s’ouvrir, comme vous l’indiquez dans le dernier numéro d’Oxygène..
                Nous vous demandons donc une rencontre sur ce point dans les meilleurs délais nous proposons que la destination de ce terrain soit l’objet d’un débat ouvert avec les associations et la population du quartier.

                En vous remerciant d’avance recevez monsieur le Maire nos salutations respectueuses.

 

 

 

 

                                                               Pour le collectif : André Cuzon

secrétaire d’Environnement 93





Stéphane Fleury

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 19 Février 2010

Le 18 Janvier 2010, les riverains de la rue des Saules ont déposé en Mairie à l'attention de Monsieur Gérard Ségura, un projet d'aménagement du terrain situé du 12 au 16bis de la rue des Saules. Une semaine plus tard, nous avons adressé ce même projet  à l'ensemble des groupes politiques représentés au sein de la Municipalité aulnaysienne (majorité et opposition).

Sans titre
(ci-dessus le plan présenté par les riverains)

Ce projet est le fruit de la réflexion de l'ensemble des riverains de cette zone, qui l'ont élaboré en groupe de travail au sein de leur conseil de quartier. Toujours dans le souci d'associer le plus largement possible les habitants à la conception du projet, nous avons distribué plusieurs questionnaires dans toutes les boîtes aux lettres du quartier, où chacun a pu s'exprimer en toute liberté et en toute transparence. Nous avons reçu à chaque fois les réponses de plus  d'une centaine de familles, vivant dans ce secteur.


Par la suite, nous avons réuni un groupe de travail, dans le cadre du conseil de quartier, de plus de 60 personnes pour analyser les résultats des questionnaires. Chacun a pu échanger, dialoguer, discuter, s'exprimer afin de mûrir la réflexion et envisager la solution la moins contraignante possible pour tous . De ce point de vue, nous nous sommes donc inscrits parfaitement dans la démarche de la démocratie locale et participative.


Après le temps de la réflexion est venu celui de la proposition. Le collectif des riverains de la rue des Saules a donc demandé la construction de pavillons écologiques dits "passifs" sur le terrain situé 12-16bis rue des Saules.


Pourquoi des pavillons passifs ?


CO2Ce type de construction se caractérise par ses qualités en matière d'économie d'énergie, d'environnement et de développement durable. En effet, la maison passive s'inscrit dans le cadre du protocole de Kyoto qui exige une réduction par quatre des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050. L'évolution des exigences en matière de réglementation thermique nécessitera forcément une approche vers ce choix de construction à plus ou moins courte échéance.


Un projet cohérent et parfaitement intégré au quartier.


Nous avons proposé des pavillons écologiques dits "passifs" avec façade orientée sud et équipés de panneaux photovoltaïques, ceci dans un souci de protection de l'environnement mais également d'économie financière pour les habitants de ces pavillons. Nous avons proposé des pavillons avec garage pour éviter le surcroît de stationnement, des travaux importants en termes de voirie et limiter la circulation tant que possible.


Nous avons également souhaité préserver les vieux arbres comme point central d'un petit parc inséré dans les constructions et renforçant le côté village. Comme un symbole, nous avons voulu un projet répondant à une véritable ambition pour les quartiers nord de la ville trop souvent perçus comme abritant la quasi-totalité des grands ensembles. Ce projet permettrait de changer cette image en  conservant et valorisant cette petite zone pavillonnaire située au  nord de la ville.   


Ce projet permet donc une intégration parfaite dans un quartier pavillonnaire.


Un projet en ligne avec le programme électoral "Aulnay renaît avec Gérard Segura".


En principe, lorsque vous êtes élus sur la base d'un programme électoral, vous vous engagez à l'appliquer. Sinon cela n'aurait pas de sens. Dans le programme électoral "Aulnay renaît avec Gérard Ségura" élaboré pour les élections municipales des 9 et 16 mars 2008 à Aulnay-sous-Bois on lit très clairement en page 13 :


"Les zones pavillonnaires doivent être protégées, et même étendues".


zonepavietendue
En page 15 de ce même programme évoquant l'habitat et la qualité de vie il est également écrit et c'est un engagement, il porte le numéro 46 :


"Nous nous engageons à préserver et embellir les quartiers pavillonnaires".

 

zonepaviembellie.JPG

 

Le projet des riverains de la rue des Saules est donc en parfaite ligne avec les engagements du programme du maire et de son équipe.


De plus, ce projet est en conformité avec le Plan Local d'Urbanisme actuel (PLU). En effet, de ce point de vue, le terrain est situé en zone UG pavillonnaire. Les habitants sont attachés à la conservation de cette caractéristique. Pour rappel en mars 2009, en deux jours, une pétition en faveur de la conservation de cette zone pavillonnaire avait récolté plus de 200 signatures des riverains.  

Ce projet ne nécessite donc pas de changement de zonage au niveau du PLU. Il suit de ce fait, les recommandations inscrites sur le rapport du commissaire enquêteur rédigé lors de la dernière modification du PLU. Dans ce rapport il est recommandé de " prendre toutes les mesures ponctuelles permettant quand cela est possible de préserver le caractère pavillonnaire ancien de certains quartiers".


Un projet urbain porté par les habitants et gratifiant pour l'image de la ville.  


Dans le programme "Aulnay renaît avec Gérard Ségura" il est écrit ceci en page 13 :


"Le local a partie liée avec le mondial. Nos actes, qu'ils portent sur l'environnement, le cadre de vie ou les transports, s'inscriront dans une démarche d'écologie urbaine et de développement économe. Ils auront une valeur pédagogique et une portée universelle".


Le projet soumis par les riverains de la rue des Saules suit les principaux objectifs d'aménagement fixés par la ville d'Aulnay-sous-Bois, prenant en compte les contraintes environnementales, sociales et démocratiques. Préserver notre environnement, densifier de manière raisonnable et raisonnée dans un souci de conservation du caractère pavillonnaire du quartier, et tout cela dans une démarche participative ambitieuse et innovante puisque ce projet est porté par les habitants.


A suivre Episode 2... dans lequel, Alain Amédro, cinquième adjoint au maire, élu vert, en charge de l'urbanisme et de l'environnement, adresse une lettre de soutien au projet des riverains de la rue des Saules...


Stéphane Fleury


Source programme : Aulnay renaît avec Gérard Ségura, liste de rassemblement à gauche, PS, PCF, PRG, les Verts et personnalités locales. Elections municipales Aulnay-sous-Bois 9 et 16 Mars 2008. 

Je signale que je dispose d'une version pdf de ce programme. Je peux l'envoyer par mail à quiconque en fait la demande à cette adresse :     aulnaylibre@yahoo.fr 


 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 8 Février 2010

La rue Maximilien Robespierre à Aulnay-sous-Bois est en pleine mutation. A cet égard, elle offre un panorama plutôt intéressant de ce qui se passe dans notre ville. Belle occasion de faire un petit tour d'horizon... Alors c'est parti ! 

Episode 1 : la circulation.

C'est un des grands classiques de la rue Maximilien Robespierre. A un moment ou un autre, quand vous roulez dans cette rue vous finissez par être coincé... La faute à qui ? Aux bus qui se croisent... Entre le klaxon des impatients, les manœuvres improbables pour se ranger en mordant sur les trottoirs tout en évitant les plots métalliques, ces quelques minutes où le temps suspend son vol valent toujours leur pesant de cacahuètes.

ROBERSPIERRE-BUS-CROISEMENT.jpg

(Photo 1 : rue Maximilien Robespierre. Quand deux bus se croisent, qu'est-ce qu'ils se racontent ? Des histoires de bus ! ).

Le drame de cette rue est que l'on ne peut pas l'élargir, évidemment. Et comme le parc automobile aulnaysien se situe aux alentours de 38000 véhicules et que celui-ci augmente d'environ 1% chaque année, forcement au bout d'un moment ça déborde... Nos 180 kilomètres de rues n'étant pas extensibles à l'infini, le bon sens voudrait que l'on envisage sérieusement une société de l'après-voiture. En voilà une chouette idée ! Mais, le réseau des bus est-il suffisamment bien organisé et fiable ? Les commerces de proximité sont-ils en nombre suffisants ? En résumé, les conditions de vie sont-elles réunies pour réellement pouvoir se passer d'une voiture lorsque l'on habite à Aulnay-sous-Bois ?  

En attendant la réponse à cette vaste question, une autre photo de la situation... ci-dessous...


ROBESPIERRE-VOITURE.jpg
(Photo 2 : toujours le même endroit quelques minutes plus tard... Bon ça passe ou quoi ? ... and the winner is : bus 617 ! )

Stéphane Fleury 



Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 20 Décembre 2009

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 27 Novembre 2009

















Comme indiqué ci-dessus nous sommes rue Legendre, une des nombreuses rues perpendiculaires à la rue Maximilien Robespierre. Située en zone pavillonnaire, cette rue d'apparence paisible ne semble pas se démarquer plus particulièrement d'une autre dans notre ville. Et pourtant au numéro 16 matérialisé sur la photo de droite, se trouve un terrain vide, très bien entretenu cependant. C'est le genre d'indice qui signifie qu'il y a de fortes chances que ce terrain appartienne à la Mairie.

 

En téléphonant à la direction des études urbaines 3 rue Charles Dordain, je n'ai reçu que des réponses plutôt floues concernant ce terrain. Pas moyen de savoir s'il avait été préempté et quelle était sa destination ( logement, équipement, espace vert...). En revanche, en allant directement demander à la direction de la réglementation des constructions au premier étage porte 135 du centre administratif de la Mairie la réponse a été claire et nette. Ce terrain appartient effectivement à la Municipalité et il a été préempté pour faire du logement.

 


















En allant un peu plus loin dans cette rue, entre les numéros 60 et 68 exactement, se trouve un autre terrain, immense celui-là, simplement occupé par quelques garages. D'après le bureau 135, ce terrain appartient à un particulier. Cela dit, il reste une cible intéressante pour toute Municipalité souhaitant constituer des réserves foncières, quelles qu'en soient les destinations.

Je vois déjà les critiques arriver. Pourtant, contrairement aux apparences, l'objet de cette note n'est pas de créer une psychose autour de la question d'urbanisation au centre des débats qui agitent notre ville en ce moment, mais plutôt de montrer l'état d'un quartier à un instant t et d'expliquer que parfois des élus bien intentionnés sortent de leur chapeau des esquisses, des plans, des études d'architecte qui peuvent en changer fondamentalement le visage. Et ceci au nez et à la barbe des premiers concernés, à savoir les habitants du quartier eux-mêmes.

Alors j'entends partout parler de consultation, de concertation, de dialogue. Hier soir, en réunion publique dans le quartier Savigny-Mitry, j'ai même entendu dire qu'il fallait prendre le temps de parler à la population pour présenter les projets et réfléchir ensemble, élus et habitants afin de prendre les meilleures orientations possibles... Ce sont de belles paroles, mais la réalité ne se juge pas sur des paroles, mais sur des faits.

Et les faits ne sont pas toujours là pour inspirer confiance. Rue des Saules, je n'ai rien à redire. Le dialogue et la rencontre entre habitants et élus ont eu lieu. Rien n'est réglé, mais au moins notre action aura servi à établir les connexions entre nous. Nous jugerons sur le résultat final. L'Arc en Ciel. Alors là ce sont les Verts qui pourtant font partie de la majorité municipale qui se battent contre le projet porté par les élus PS et PC... Oui ils se battent, le verbe n'est pas trop fort, puisqu'ils ont déposé un recours gracieux contre le permis de construire... A Balagny, même histoire, puisque les écologistes ont organisé une rencontre publique avec les habitants sur le lieu de la construction future d'une quarantaine de logements pour montrer leur désaccord.

Il faut bien mesurer l'impact que ces événements peuvent avoir à l'échelle de la population. L'Arc en Ciel et Balagny démontrent de manière flagrante que même au sein de la majorité municipale le consensus n'existe pas sur les questions d'urbanisme. Et après cela, on prétendrait que les habitants des quartiers devraient accepter que l'on construise tout et n'importe quoi, au nom de la densification inéluctable, parce que cela vient de l'exécutif en place alors que celui-ci n'affiche même pas son unité sur la question et ceci aux yeux de tous.

Tant qu'un certain flou sera entretenu sur les orientations urbanistiques de la ville, tant qu'un plan local d'urbanisme ambitieux ne sera pas sérieusement discuté, mûri, avec tous les acteurs nécessaires à la réflexion, élus, associations et plus largement la population, la confiance ne sera pas installée et chaque projet décidé dans l'urgence ou sans la concertation préalable des habitants concernés ne fera que tendre la situation et crisper la population sur tout ce qui a trait à l'urbanisation d'Aulnay Sous Bois.

Stéphane Fleury 



 
 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 12 Novembre 2009

Nous partagions donc un moment citoyen convivial lorsque soudain comme surgi de nulle part passe entre les mains un tract du Parti Socialiste d'Aulnay Sous Bois intitulé : Enfin de l'ambition pour Balagny ! Le tract n'a pas été formellement distribué, il est sorti comme ça, presque sous le manteau. Sans doute quelques militants socialistes sont-ils venus mesurer la mobilisation générée par cette invitation des Verts d'Aulnay. Il faut admettre que exceptés les élus et les habitués qui suivent la vie politique locale, il n'y avait pas grand monde et pas beaucoup d'habitants du quartier. La faute à une communication insuffisante ou inadaptée, le manque d'intérêt des riverains sur la question ? Je n'en sais rien.

 

Mais revenons plutôt au tract du PS qui défend le projet des 40 logements, ce qui est son droit le plus strict. Du reste, les socialistes avancent des arguments dont certains sont sans doute pertinents et permettraient de débattre si du moins l'occasion en était donnée. En effet, à la lecture du tract il semble que la porte du dialogue soit irrémédiablement fermée. Attachons-nous un instant au choix des mots employés. Le tract stigmatise le conservatisme et la rigidité naturelle des opposants au projet tel qu'envisagé actuellement par l'OPH. Sous prétexte que les Verts ne sont pas d'accord on affirme qu'ils sont rigides. En communiquant ainsi on démontre de manière flagrante sa propre rigidité puisque de fait on considère que seul son point de vue est le bon et que tous les autres sont forcement dans l'erreur. 

 

Il suffit donc de mettre un miroir en face de ce tract du PS local pour lui renvoyer le reflet de sa propre rigidité. Ce qui est dérangeant dans cette manière de communiquer c'est cette sorte de dictature de la pensée unique qui part du principe que seule sa vision des choses est la bonne et que même l'éventualité de pouvoir penser différemment n'est pas possible. Certains le matin dans leur bol de lait ne doivent pas mettre du chocolat en poudre mais plutôt du ciment, histoire d'avoir les idées en béton, dures comme les murs qu'ils érigent pour empêcher celles des autres d'arriver jusqu'à eux.

 

Certes, alors, il faut construire. Sans doute. Du logement social. Certainement. Mais les choix à venir en matière de développement urbain qui vont définir les orientations et donc décider du visage futur de notre ville méritent une discussion large et ouverte entre les élus, les associations et la population. Combien faudra-t-il d'avenue Coullemont, de cité Arc en Ciel, de rue Fernand Herbaut, de rue des Saules, de Balagny avant que le débat ne s'engage ? Même la majorité municipale vole littéralement en éclats autour des questions d'urbanisme (affaire Cyndi Vargin, recours des Verts contre le permis de construire de la cité Arc en Ciel et maintenant Balagny) alors que l'équation ne comporte que trois inconnues : construire certainement, mais pas n'importe quoi, n'importe où et n'importe comment.

Confisquer le débat citoyen sur ce sujet sensible c'est empêcher les habitants d'Aulnay Sous Bois d'être consultés, concertés et associés aux décisions qui les concernent pourtant directement. Le devenir de leur quartier, le devenir de leur ville. Il existe pourtant, parait-il, un outil qui s'appelle la démocratie participative et des conseils de quartier dans lesquels des idées et des points de vue différents peuvent s'exprimer. En principe. Car voilà, et j'y reviendrai plus tard avec un autre article, que l'on s'attaque même à cet espace de liberté. On prétend nous mettre au pas, en rang, bien alignés, marchant au son d'une musique à la rythmique unique.

Et si la mélodie jouée ne me plaît pas ? Je fais quoi ? Je me tais et supporte en silence... ou bien j'essaie de faire entendre ma différence pour pourquoi pas changer quelques notes à la partition. Après tout, il y a toujours des moyens de se faire entendre. Des blogs, des pétitions, des tracts, créer une association, regrouper un ensemble d'associations et puis il y a la rencontre directe avec les habitants, sur les marchés, dans la rue, n'importe où. Il n'y a pas de limite au champ des possibles. 

Les murs finissent toujours par tomber. Ce n'est qu'une question de temps et de volonté. La liberté se conquiert et se défend.

Stéphane Fleury.    

       



Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 9 Novembre 2009


Ce n'est pas un hypothétique espace vert, mais bel et bien un espace vert. De l'herbe, des arbres, et même des bancs, le tout situé en bordure de l'autoroute A3 et du quartier Balagny, bref c'est un poumon de verdure entre le bruit des voitures et les immeubles de brique rouge environnants.


Surligné en vert, voici un triangle abritant diverses espèces d'arbres, ceux de la première photo, et devinez quoi ? Et bien c'est exactement à cet endroit que l'OPH a décidé de construire ô divine surprise ... des immeubles. Deux ou trois... Décidemment c'est vraiment pas de bol ! Un coup ce sont des immeubles en pleine zone UG pavillonnaire (Rue des Saules) , l'autre fois des immeubles dans une zone UD composée uniquement de pavillons de logements sociaux (Arc en Ciel) et cette fois-ci à Balagny c'est un peu la passe de trois, la cerise sur le gâteau, le trophée des champions, c'est carrément sur un espace vert ! Dans la série osons il fallait oser tout de même !



Alors évidemment Alain Amédro aimerait sauver cet espace vert et qu'à la place du scénario envisagé par l'OPH, celui de la photo ci-dessus où le triangle de verdure doit faire place aux deux ou trois immeubles, on puisse travailler en collaboration avec les gens du quartier sur un projet alternatif. Le 5éme adjoint municipal qui s'occupe à la fois des questions urbanistiques et environnementales a rappelé samedi l'attachement des verts à la justice sociale. Son action n'est donc pas dirigée contre le logement, mais dans son optique l'urgence de construire ne justifie pas qu'on le fasse n'importe où et n'importe comment et en tout cas pas sans une vraie concertation avec la population.

 

 

Or, il se trouve qu'à proximité immédiate il y a des boxes, pas spécialement en bon état du reste, et qu'avec la modification du PLU survenue récemment, il est possible de construire dessus. Alain Amédro a donc demandé à l'OPH de bien vouloir travailler sur un autre projet pouvant à la fois offrir le même nombre de logements tout en préservant les arbres et l'espace vert.


Ci-dessus, les propositions des verts concernant un autre aménagement possible de cette zone. Le triangle de verdure est préservé. Cela fait dix mois que monsieur Amédro demande à ce que l'OPH étudie ces projets alternatifs sans que l'on semble daigner l'entendre.


    
Symboliquement les verts ont inauguré un panneau clairière de Balagny histoire de marquer le coup de cet événement, qui, il faut l'avouer, fut un beau moment de politique, où des élus viennent spontanément sur le terrain à la rencontre de la population pour échanger, dialoguer, expliquer en toute convivialité comment on peut envisager le devenir de notre ville... Ce type de rencontres est à renouveler à n'en pas douter.

Dans la seconde partie, j'évoquerai le tract distribué par les militants socialistes, lors de cette rencontre à Balagny. 

D'autres infos sur la démarche des verts sur ce sujet sont disponibles en cliquant ici.

Stéphane Fleury

 

Voir les commentaires

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 23 Octobre 2009


Juste un salut cordial et amical à tous les riverains de la rue des Saules, en cette veille de vacances scolaires... Nous allons très bientôt nous revoir...

Stéphane Fleury

Voir les commentaires

Rédigé par stefanfaith

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 22 Octobre 2009


C'est aussi simple que cela. Je vois le panneau rue des coquelicots et comme j'imagine que le nom des rues n'est pas donné au hasard dans notre bonne ville d'Aulnay Sous Bois, je me mets dans l'idée d'aller à la chasse aux coquelicots...


Je ne suis pas expert en botanique, mais la végétation que j'ai trouvée là-bas ne ressemblait pas vraiment à des coquelicots. Je suis tout de même resté épaté par le fait que des végétaux arrivent tout de même à pousser et à s'extirper du béton et du goudron. Dame Nature serait-elle finalement la plus forte ?


Pas de traces de coquelicots dans la rue des coquelicots, donc. Mais c'est vrai, nous sommes le 22 octobre, la saison des coquelicots est sans doute passée. C'est promis, je reviendrai au printemps, vérifier si les coquelicots poussent dans le goudron...


Stéphane Fleury

Voir les commentaires

Rédigé par stefanfaith

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 21 Octobre 2009

Nous l'avons vécu pour la rue des Saules, à travers l'union de riverains se regroupant massivement pour exprimer leur volonté d'être consultés et concertés sur un projet d'aménagement entraînant des modifications profondes dans leur cadre de vie. Désormais, nous le vivons à l'échelle de quartiers entiers à travers l'union de différentes associations créées autour des problématiques d'urbanisation ou d'environnement. C'est une expérience forte et passionnante que de rencontrer des aulnaysiens de tous horizons, réunis dans une volonté commune : débattre du futur de notre ville pour en relever les défis...

Voici le communiqué de ce collectif associatif :


Un collectif associatif, regroupant Aulnay Environnement, l'Association de sauvegarde de l'environnement de l'avenue Coullemont, l'Association de défense du cadre de vie des riverains de la rue F. Herbaut et de l'impasse des marronniers d'Aulnay Sous Bois, l'Association de défense des zones pavillonnaires d'Aulnay Sous Bois et les défenseurs de l'espace vert Arc en Ciel, s'est réuni le jeudi 15 octobre 2009 à Aulnay Sous Bois.

Il a décidé de mener une action commune pour empêcher par tous les moyens l'adoption de la modification du PLU en cours : recours gracieux au maire et recours au tribunal d'instance pour contester une modification abusive du PLU. Il demande :

- l'annulation des modifications concernant les éléments portant sur la zone pavillonnaire (UG), car il s'agit en fait d'une révision en profondeur des règles de construction en supprimant le C.O.S (article 14 du règlement supprimé) et facilitant la densification des parcelles, la division des logements et d'autres règles pour faciliter la densification.

- la tenue d'une enquête publique approfondie auprès des riverains concernés par l'augmentation en profondeur de la bande de constructibilité de 14 à 19 mètres (soit 35% de surface constructible en plus) dans la zone UD car ceci ne constitue pas qu'un simple aménagement des règles du PLU. Il en va de même pour les modifications de zonage comme à Balagny, UV devenant UC, qui ne sont pas acceptables sans les débats qu'imposent une révision.

Nous demandons une révision générale du PLU et l'ouverture d'un débat public large et ouvert sur le projet de ville. Nous sommes disposés à apporter tout le soutien utile à cette démarche nécessaire.

Stéphane Fleury


Voir les commentaires

Rédigé par stefanfaith

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 20 Octobre 2009

L'Arc-En-Ciel tout de Vert Vêtu... (Partie 2)

Occultons donc les petites polémiques politiciennes, tous ces règlements de comptes entre "amis" pour revenir sur le fond et les propositions des Verts.

La première est intéressante et pleine de bonnes intentions : revoir les modes de concertation et de consultation des habitants. Les Verts prétendraient-ils que les outils de la démocratie locale sont mal utilisés ? Dans le cas de la cité Arc-En-Ciel c'est le moins que l'on puisse dire. On peut même aller jusqu'à écrire que ce dossier constitue le premier exemple d'un échec total de la démocratie participative au niveau local.

En effet, la première instance de consultation, à savoir le conseil de quartier, n'a pas mesuré ou pas voulu mesurer l'opposition au projet d'aménagement de 24 logements sur le terrain concerné. Allez parler avec les défenseurs du square Arc-En-Ciel et ils vous expliqueront que le soir où le projet a été présenté en conseil de quartier, on leur a fermé la porte au nez. Comme méthode de concertation et de consultation on a vu mieux.

La conséquence immédiate d'absence de débat en conseil de quartier, c'est le climat de tension extrême qui a régné tout au long de la réunion publique qui a suivi. Toute l'opposition au projet a pu se cristalliser en un seul soir en un seul endroit. A moins d'avoir eu des oeillères, tout le monde dans la salle n'a pu que constater la même chose, à savoir que le projet n'a absolument pas fait l'unanimité et qu'il méritait d'être encore débattu. A l'instar du conseil de quartier, on a fait semblant que la consultation et la concertation avaient eu lieu durant cette réunion publique. La suite on la connait... Un permis de construire déposé en plein milieu de l'été et trois recours en cours, celui des défenseurs du square Arc-En-Ciel, celui des Verts et celui de l'UMP.

Le plus étonnant dans toute cette histoire c'est que le débat n'ayant pas réellement eu lieu avec les habitants du quartier, il a continué d'une manière plutôt inattendue sur internet, avec comme point culminant la fameuse affaire "Cindy Vargin" où la 6éme adjointe PS Françoise BOVAIS-LIEGEOIS sous couvert d'anonymat s'en est prise directement au 5éme adjoint des Verts Alain AMEDRO parce qu'il montrait ouvertement son désaccord sur le sujet.

Fallait-il en arriver jusque là et donner de la politique locale une bien triste image ? Il n'est pas utile d'en rajouter, mais peut-être faudrait-il retenir la leçon et engager un vrai débat sur l'urbanisation dans notre ville en y associant tous les acteurs majeurs locaux et bien évidemment le premier d'entre eux... la population aulnaysienne. 

Si l'on continue dans cette voie en escamotant volontairement la concertation, la consultation, en allant jusqu'à même nier l'existence d'une opposition et cela même au sein du bureau municipal, il ne faudra alors pas s'étonner que les citoyens réagissent et s'organisent, que les connections se fassent entre les habitants des différents quartiers, les associations, pour réclamer un débat d'ensemble sur le devenir urbanistique d'Aulnay Sous Bois, pas projet de construction par projet de construction mais à l'échelle de la ville pour avoir enfin une vision globale et répartir l'effort de construction dont on dit partout qu'il est nécessaire. Cette approche globale est d'ailleurs partagée par les Verts.

Il faut bien mesurer ce qui se passe dans la ville, parce que cette méthode de fonctionnement qui consiste à confisquer le débat citoyen dés que la moindre opposition se profile à l'horizon ne pourra pas perdurer très longtemps...

Stéphane Fleury   

Voir les commentaires

Rédigé par stefanfaith

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 16 Octobre 2009

En sortant de l'espace  jeux pour enfants du parc Dumont, se profile  à gauche, une grille où l'on devine un passage.... qui débouche en plein milieu de l'Avenue Coullemont.















Difficile d'échapper à la vue de cet immense espace désertique envahi par les mauvaises herbes et les tuiles rouges entassées sur le sol. Peut-être qu'en passant dans cette Avenue, les plus sceptiques se feront une idée plus précise de ce que peut représenter la destruction de pavillons.















Etonnamment, lorsque cela arrange, certains font  semblant de ne pas comprendre la notion de destruction d'un cadre de vie... Ils lèvent poliment le regard vers le ciel en disant : "tout de suite les grands mots !". Pourtant, quelques minutes en ces lieux, et tout cela prend un sens bien réel devant vos yeux et un silence désemparé vous étreint.

















Même le chat du quartier, qui viendra spontanément vers vous à la recherche d'une caresse, même le tournesol semblent chercher en vain les vestiges du temps passé.

Dans le supplément spécial PLU du numéro 33 d'Oxygène du Mercredi 15 Avril 2009, Alain Amédro, adjoint au maire chargé de l'urbanisme, des espaces verts, de l'environnement et du développement durable, déclarait en page 16 à propos de l'Avenue Coullemont : "il aurait mieux valu rendre impossible les conditions d'un tel gâchis".

Ce qui serait bien, ce serait de retenir la leçon afin d'éviter d'autres gâchis dans d'autres quartiers, si vous voyez ce que je veux dire...

Stéphane Fleury

Voir les commentaires

Rédigé par stefanfaith

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 25 Septembre 2009

Si un Arc-En-Ciel devait soudain surgir aujourd'hui dans le ciel d'Aulnay Sous Bois, nul doute que la couleur dominante en serait le vert. Sans doute boostés par le score historique obtenu lors des dernières élections européennes par Europe Ecologie, les Verts étant devenus pour l'occasion la seconde force politique d'île de France assez loin devant le Parti Socialiste, il était inévitable qu'à terme cette vague verte ne finisse par se matérialiser sur le plan local, dans notre cité aulnaysienne.

Depuis quelques mois, pour peu que l'on prenne la peine de suivre l'actualité politique de la ville, il est notable qu'Alain Amédro n'a eu de cesse de faire entendre sa différence, que cela soit sur la méthode employée pour lancer la pétition relative aux besoins de la ville en matière de sécurité ( nouveau commissariat central, effectifs policiers supplémentaires ), mais aussi maintenant sur les questions d'urbanisme. Ces derniers jours, le 5éme adjoint de la Municipalité  semble avoir déclenché un petit séisme en s'opposant publiquement au permis de construire déposé cet été pour l'aménagement final de la cité Arc-En-Ciel, en proposant à la fois sa médiation et un projet alternatif.

Il n'entre pas dans les intentions d'Aulnay Libre de se pencher sur les raisons purement politiques d'une telle opposition au sein de l'exécutif municipal. La politique prend parfois des allures de théâtre dont les acteurs ont tendance à sur-jouer les effets. Quoi ? Les Verts font certes partie d'une coalition plurielle, ce qui induit l'adhésion à des valeurs et des orientations de programme communes, mais cela signifie-t-il que le discours de la majorité doit être forcement monocorde et qu'il est de fait impossible de faire entendre une voix dissonante en cas de désaccord sur un dossier ? Le sens même de la démocratie n'est-il pas justement de confronter différents points de vue pour en débattre sur la place publique et apporter des solutions dans l'intérêt du plus grand nombre ? La ville d'Aulnay Sous Bois aurait-elle peur du débat ?

Par ailleurs, éludons la question faussement candide sur la prétendue précampagne électorale des Verts en vue des régionales. Parlez cinq minutes avec un politique et vous entendrez les mots suivants : passion, idée, combat, mais assez rarement élection, sauf à l'approche du scrutin... Pourtant, jusqu'à preuve du contraire, les élus n'existent qu'à travers leur mandat, et ce mandat se conquiert après une élection. C'est justement à travers ce mandat que peuvent s'exprimer cette passion, ces idées... Alors que Monsieur Amédro surfe sur la vague Europe Ecologie ou même sur les moustaches de Yann Arthus Bertrand pour relayer les positions des écologistes parait une action politique à la fois rationnelle et cohérente. Il est dans son rôle... Alors oublions la simple polémique politicienne, bien trop commode pour l'occasion, et concentrons nous plutôt sur les propositions énoncées par le parti des Verts...   



A suivre Partie 2 : A quand un vrai débat sur l'urbanisme à Aulnay Sous Bois ?

Stéphane Fleury

Voir les commentaires

Rédigé par stefanfaith

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 4 Septembre 2009


Il y a des rentrées plus difficiles que d'autres. Celle de la cité Arc-en-ciel doit être bien douloureuse. En effet, le terrain maintes fois évoqué sur la blogosphère aulnaysienne, en réunion publique ou au Conseil Municipal, est désormais nettoyé et entièrement grillagé. Le permis de construire a été accordé et la construction des 24 logements semble, en apparence, inéluctable. Restent les quatre tilleuls, plus isolés que jamais... Pour combien de temps ? Manque plus qu'un abattage en bonne et due forme de ces arbres centenaires et la main de l'homme triomphante pourra densifier à sa guise au nez et à la barbe de Dame Nature.


Au delà du débat de plus en plus vif que suscite la supposée nécessaire et inéluctable densification de notre cité, on ne pourra que déplorer la méthode employée pour faire aboutir ce dossier coûte que coûte. Il faut savoir que le collectif du Square Arc-en-ciel a été refoulé à l'entrée de son Conseil de Quartier le jour où ce projet a été présenté, ce qui est une pratique fortement contestable. De plus, la réunion publique qui a permis de présenter à l'ensemble de la population du quartier le plan architectural des 24 logements a démontré de manière éclatante l'hostilité d'une vaste majorité des habitants de la cité Arc-en-ciel à ce projet.


Il semblerait donc que dans toutes les étapes du processus de démocratie participative, à aucun moment l'avis des gens du quartier n'a été réellement intégré. Pas plus, d'ailleurs, que celui de Monsieur Alain Amédro, qui malgré les impérieuses nécessités de cohabiter au sein d'une majorité municipale plurielle avait fait entendre sa voix à la fois en réunion publique et au Conseil Municipal pour dénoncer ostensiblement la méthode employée pour gérer ce dossier. Il préconisait, en effet, un retrait pur et simple du permis de construire pour discuter dans la sérénité et offrir une vraie chance au débat entre élus et habitants du quartier. Il souhaitait même réduire le projet de 24 à 12 logements, ce qui aurait probablement suffi à satisfaire les riverains.


Que reste-t-il de tout cela aujourd'hui ? Rien ! Juste des grilles froides et hermétiques au dialogue.


Les événements qui touchent la cité Arc-en-ciel sont un signal très fort à l'égard de l'ensemble des aulnaysiens et, en particulier des collectifs de riverains, qui tentent par tous les moyens d'être associés au processus de décision entraînant des transformations profondes dans leur quartier. Dans ce dossier Arc-en-ciel, ô combien important, puisqu'il donnait l'occasion aux élus de la majorité actuelle de démontrer les vertus de la démocratie participative si chaudement vantées dans cette ville, des vertus de dialogue, d'association de la population au processus décisionnaire de la Mairie, nous ne pouvons que constater la dure réalité des faits : la démocratie participative a échoué.


C'est un revers sérieux dont il faut bien mesurer l'ampleur et la signification. Surtout dans le contexte actuel où d'autres projets de construction sont en cours... Si les riverains d'un quartier sont systématiquement écartés d'une manière ou d'une autre du processus décisionnel affectant de façon durable et dans des proportions importantes leur cadre de vie, dans ce cas, la démocratie participative et les conseils de quartier n'ont plus de raison d'être. 


Il sera vital de suivre attentivement l'évolution de la situation dans les semaines à venir, sinon la ville d'Aulnay Sous Bois n'a pas fini d'avoir mal à sa démocratie participative.


Stéphane Fleury

Voir les commentaires

Rédigé par stefanfaith

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 17 Juillet 2009

Déjà je ne vois pas pourquoi vous parlez de l’Arc en Ciel, chose qui n’était aucunement écrite dans mon article, mais peu importe cela va me permettre de parler de l’Arc en Ciel plus tard.

D’abord si ce monsieur n’a retenu que : je cite "la destruction d’un quartier pavillonnaire" c’est que pour M Joseph le reste était exact et je m’en félicite.


Il est bien entendu que pour moi lorsque je parle de la destruction d’un quartier pavillonnaire je ne parlais pas de détruire les pavillons à coup de dynamite mais je parlais de la  tranquillité, du plaisir  d’être chez soi, de connaître ses voisins.  Le quartier où nous vivons me fait penser à de petits villages à la campagne où l’on vit paisiblement, où tout le monde s’entre aide et l’on peut très bien détruire un quartier en détruisant cela et je pensais que tout le monde comprendrait,  mais peut être que M Joseph n’a jamais connu cela.


Maintenant il faut voir où se trouve l’honnêteté.

Dans son article il nous parle de construction à taille humaine mais quelle hauteur et quel volume ont la taille humaine dans une zone pavillonnaire ? Demandons aux  riverains de l’Arc en Ciel si 24 appartements sur le terrain qui était prévu à l’origine pour un local technique est de taille humaine ; bien sûr si l’on met un immeuble de 5 étages à la Défense il sera de taille humaine. Attention ce n’est qu’une image, je ne dis pas que la Mairie  voulait édifier cela rue des Saules, je précise cela pour M Joseph.


Vous parlez aussi qu Aulnay sous Bois est une ville qui doit vivre et vous pensez vraiment que c’est en détruisant des quartiers pavillonnaires  qu’Aulnay sous Bois continuera de vivre ? Vous pensez que les futurs  habitants d’Aulnay sous Bois préféreront vivre dans des immeubles collectifs plutôt que dans des petits pavillons avec jardin et même si l’on n’atteint pas les 100 000 habitants mais que l’on vit heureux à Aulnay sous Bois, vous ne pensez pas que c’est le plus important ?

Je pense qu’il faut quand même faire attention au bien être des habitants d’Aulnay sous Bois


Je reviens à votre dernier paragraphe :

Vous parlez de petites constructions à taille humaine. Ni plus ni moins ce qui est projeté dans les deux cas sus mentionnés ( c’est-à-dire l’arc en Ciel et la rue des Saules) Encore faut-il être assez honnête pour le reconnaître ;  Là je pense qu’il n’est pas honnête de laisser se répandre de telles rumeurs car M le Maire en effet a bien dit qu’il avait un projet pour la rue des Saules et qu’il ne le fera connaître qu’une fois finalisé, alors à moins que vous ne l’ayez déjà vu, vous ne pouvez juger de ce projet et je ne pense pas que M. le Maire laisse voir son projet à quelqu’un qui ne signe même pas de son nom ses articles, mais qu’il le fera plutôt voir aux personnes intéressées, à moins que sous votre pseudonyme ne se cache un riverain. Etonnant, car nous nous connaissons tous et nous parlons à visage découvert.

Par contre le nôtre sera bientôt finalisé et ne pourra que faire l’unanimité auprès des Aulnaysiens

Un point où je suis d’accord avec vous, je cite : et aussi assez courageux pour porter ces projets car dans le cas des riverains de la rue des Saules comme pour ceux de l’Arc en Ciel il faut vraiment beaucoup de courage pour porter leur projet.

 

Robert Ferrand.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par stefanfaith

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 16 Juillet 2009

Vacances obligent, la parution d'articles sur Aulnaylibre va prendre un rythme moins soutenu avant la rentrée de Septembre qui s'annonce riche en événements... Nous continuerons tout de même à publier en fonction de l'actualité ou de nos envies.

Nous en profitons au passage pour remercier chaleureusement toutes celles et tous ceux qui ont pris la peine de lire ce blog, de laisser des commentaires et parfois même d'y écrire. La fréquentation de notre site, dont le point de départ a été une simple photo d'une machine à sonder sur le terrain de la rue des Saules, ne cesse de nous surprendre. En cinq mois d'existence, nous en sommes à prés de 5000 visites et plus de 15000 pages lues. Pour le clin d'œil, nous sommes même classés dans le top blog wikio avec une jolie flèche verte pointée vers le haut en signe de progression. (Aulnaylibre est classé 59515éme sur 128767 blogs référencés).


http://www.wikio.fr/blogs/top?search=aulnaylibre

Même si les classements importent peu, la visibilité de notre blog qui est devenu en peu de temps un espace de libre expression sur la ville d'Aulnay Sous Bois ne peut que nous réjouir. Cette situation n'aurait pas été possible sans les bloggeurs Aulnaysiens qui ont mis notre site en lien ce qui a permis une exposition accrue et croissante. Nous leur en sommes reconnaissants également.

Enfin pour conclure, nous tenons à remercier tous les habitants du quartier de la rue des Saules et du Sausset pour leur grande réactivité, leur mobilisation constante, leur implication dans notre quartier. N'oublions pas le groupe de travail "rue des saules",  les membres de notre conseil de quartier et d'une manière générale tous nos voisins avec lesquels nous partageons au quotidien cette expérience citoyenne très forte.

Restons vigilants et mobilisés...

Aulnaylibre.

Voir les commentaires

Rédigé par stefanfaith

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 6 Juillet 2009

 http://aulnay.autrement.over-blog.com/article-33315468.html

J'aurais certes pu ignorer cet article d'Aulnay.Autrement, ce jeu de ping-pong entre nos deux blogs où chacun se renvoie la balle en pensant avoir raison pouvant tourner rapidement à l'affrontement stérile, mais quelques uns de vos propos m'ont choqué et je me sens le devoir d'apporter quelques réponses.

"Opposition obstinée à tout dialogue et à toute forme d'approche constructive." dites-vous.

Notre démarche dément totalement vos propos. Depuis le début nous avons souhaité avoir des informations sur le devenir du terrain de la rue des Saules. Nous nous sommes toujours heurtés au silence. Toujours nous avons souhaité rencontrer les élus pour dialoguer avec eux. Nous avons mis trois mois pour décrocher un rendez-vous à la Mairie ! Maintenant, enfin, nous sommes un peu plus visibles aux yeux de la Municipalité, et nous tentons de maintenir un dialogue aussi ouvert que possible. Nous avons rencontré Alain Amédro deux fois, discuté directement avec le Maire en réunion publique.

Nous essayons d'entretenir un climat de transparence et de confiance, malgré la défiance qu'éprouve notre collectif envers les politiques. Vous connaissez sans doute la chanson, paroles, paroles, paroles... J'ai même pu parler directement avec Monsieur Ségura après la réunion publique au Cap ce qui a sans doute permis d'aplanir quelques malentendus. De plus, nous utilisons tous les outils possibles pour travailler sur le projet, y-compris ceux de la Municipalité, à travers un groupe de travail et le conseil de quartier. Alors de grâce n'écrivez pas que nous sommes fermés et rigides. Nous sommes même prêts à participer à toute initiative de concertation qui pourrait permettre d'identifier tous les terrains disponibles dans la ville, et engager une réflexion globale à l'échelle d'Aulnay Sous Bois entre les élus, les conseils de tous les quartiers pour construire notre cité pour le bien de tous. Cette approche permettrait peut-être d'éviter certains drames, comme celui que ressentent les habitants de la cité arc-en-ciel en ce moment.

Nous ne nous prévalons d'aucune "légitimité historique et patrimoniale" quelconque. Et votre retour sur le passé, un comble pour un blog tourné vers l'avenir, n'apporte aucune pierre fondamentale de réflexion. Il y avait 3000 habitants à Aulnay un siècle auparavant ? La belle affaire ! C'est certainement grâce à ce nouvel élément primordial que nous allons avancer sur les problèmes de logements actuels ! Et élucider cette donnée presque irrationnelle : des logements ont été détruits dans la ville avant même qu'une offre alternative ne soit disponible pour compenser. Pendant que vous y êtes on peut aussi remonter jusqu'à Adam et Eve, où cette problématique était inconnue.

"Il n'y avait pas beaucoup de zones pavillonnaires un siècle auparavant", constatez-vous. Génial ! Vous avez un problème avec ce type d'habitat ? Peut-être pouvez-vous éclairer nos lanternes là-dessus ? Tout le monde doit vivre en appartement et en logement collectif alors, selon vous ? Là franchement je ne vous suis pas et ne décèle rien de pertinent dans votre approche. Même si cela ne vous plait pas des Aulnaysiens dans cette ville sont attachés au caractère pavillonnaire d'Aulnay Sous Bois  et c'est une réalité qu'il vous faudra bien intégrer.

Concernant le fait de "mépriser et fustiger les nouveaux arrivants", alors là je ne vous permets pas de tenir de tels propos sur un blog. C'est facile de se cacher derrière un pseudo et un ordinateur pour écrire de telles horreurs. Je ne méprise et je ne fustige personne. J'habite Aulnay, je fréquente tous les quartiers, je rencontre une grande diversité de personnes et je n'ai aucun à priori sur quiconque dans la ville et je ne laisserai certainement pas à une personne comme vous le soin de me juger là-dessus. Votre discours et vos sous-entendus sont franchement nauséabonds.       

"La réalité est qu'Aulnay Sous Bois est une ville qui doit vivre." Alors là bravo ! Comme si les Aulnaysiens avaient attendu après Aulnay.Autrement pour savoir ce qu'ils avaient à faire dans la vie et de leur vie. Votre théorie du village gaulois est assez grotesque. Et pourquoi pas celle du Village dans la série de Patrick McGoohan intitulée le Prisonnier ?. Ah mais j'y suis. Les Aulnaysiens étaient tous prisonniers dans la ville, et c'est la raison pour laquelle le vendredi 5 juin 2009 à la salle scohy s'est déroulée la fête de la victoire après la validation par le Conseil d'Etat des élections municipales. Les Aulnaysiens étaient enfin libérés !  Pourtant cette célébration fût un véritable fiasco que l'on a pris bien soin de camoufler d'ailleurs en n'en parlant pas dans Oxygène par exemple ! La vraie fête de la victoire avait lieu sur les plages de Normandie le 6 Juin, et c'est celle là que l'histoire retiendra.

Quant à "nos propositions", je crois que là nous sommes encore dans le registre du malentendu. Nous souhaitons proposer un projet pour le terrain de la rue des Saules, c'est l'objectif premier du collectif. Il peut paraitre minime à vos yeux, mais pour les habitants du quartier c'est un objectif primordial et tout à fait honorable. Notre collectif n'a pas vocation à résoudre tous les problèmes qui existent dans la ville ! Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, nous ne sommes pas des politiques.  Il y a des élus dont c'est le métier il me semble.

A l'occasion on pourra passer en revue plus de 50 ans de Vème République et pointer du doigt tous les manquements, toutes les erreurs, tous les déficits. Mais ce blog n'est pas le lieu indiqué pour cela, pour le moment. Néanmoins, si je décidais un jour d'entrer en politique, je vous enverrais mon programme, comptez sur moi ! En attendant nous n'avons pas besoin de la caution du moindre parti pour mettre les pieds dans le plat, aller à la rencontre des Aulnaysiens, pour discuter et relayer toutes les problématiques en cours dans la ville. Nous le faisons et nous le ferons à l'avenir que cela vous plaise ou non. Quant à ce que fait l'opposition c'est son problème, pas le mien. Combien de fois me faudra-t-il écrire que nous sommes totalement apolitique et qu'aucun parti n'est derrière notre action.

Quant à l'expression "destruction d'une zone pavillonnaire" si elle vous parait excessive, et bien sachez que c'est le sentiment qu'ont ressenti les gens du quartier lorsqu'on leur a présenté un projet de 30 logements et 51 places de parking sur 4000 mètres carrés dans une zone très enclavée. Un rez-de-chaussée et trois étages en face d'un pavillon et vous osez écrire petit programme de logements à taille humaine. Venez avec moi sur le terrain en discuter avec les riverains, après on verra. Pour un élu, être courageux c'est aussi savoir reconnaitre quand un projet est très mauvais et complètement inadapté à un quartier.

Maintenant, si vous avez des propositions, je vous écoute. Vous êtes militant de gauche parait-il ? Votre boulot c'est de trouver et de relayer des idées, afin d'offrir une véritable alternative crédible à notre pays, mais à part un anti-sarkozysme sommaire et primaire, je n'ai rien vu de transcendant comme projet de société sur votre blog. D'autres militants de gauche œuvrant sur la blogosphère aulnaysienne  ont eux déjà pointé du doigt ce manquement, cette absence de vision pour le futur, sanctionnés d'ailleurs régulièrement par les français lors des élections nationales ou européennes.

Pour Aulnay Sous Bois votre approche est de densifier la ville, d'attirer de nouveaux habitants ? Alors que vous constatez dans le même temps qu'actuellement il n'y a pas d'emplois, pas de places dans les écoles, que des milliers d'Aulnaysiens s'arrachent les cheveux tous les jours en prenant le RER B pour aller travailler et que la tension sur le logement est à son paroxysme. Franchement j'ai dû mal à comprendre. Je suis Aulnaysien depuis peu, mais je commence à cerner les carences dans la ville. Il y a trois familles dont je suis proche qui viennent justement de décider de quitter Aulnay Sous Bois, par dépit, parce qu'ils ne supportent plus de galérer dans les transports, parce qu'ils ont des enfants et qu'ils pensent que cette ville ne leur donnera pas tous les atouts pour réussir. Je retiens la phrase de l'un d'entre eux, un natif d'Aulnay : "je quitte cette ville parce que je veux offrir une vraie chance à mes enfants..."

Certes, vous avez pointé du doigt le passif de l'ancienne Municipalité, et vous avez sans doute raison. Quand on perd une élection, c'est que quelque part, on a échoué à fédérer les habitants autour de son projet et qu'ils ne croient plus en votre action. Maintenant que la gauche a les rennes, les Aulnaysiens ne demandent qu'à être éblouis !

En conclusion je dirai qu'avoir une réflexion de fond sur un blog est une ambition périlleuse. Mots contre mots finissent par s'annihiler et lorsque chacun campe sur ses positions, difficile d'avancer ensemble et de trouver une voie commune ou du moins satisfaisante pour tous. Rien ne vaut le terrain, la rencontre directe, moyen beaucoup plus rapide et réactif pour échanger des idées, les discuter, les tortiller dans tous les sens. Alors la prochaine fois, si vous voulez parler et aller au fond des choses, et bien prenons rendez-vous au monico et parlons de vive voix. Et si vous craignez pour votre identité, sachez que lorsque l'on m'a donné votre vrai nom il m'était totalement inconnu et que je saurai être discret. Mais peut-être ne souhaitez-vous pas me rencontrer, peut-être ne suis-je digne que de votre mépris ?

Pour revenir là-dessus, votre approche concernant le mépris que les habitants d'un quartier pourraient éprouver pour ceux d'un autre est totalement inacceptable. Dresser les quartiers les uns contre les autres, monter les Aulnaysiens contre les autres, n'apportera rien de bon et vous le savez. C'est un procédé choquant qu'il est dangereux d'utiliser. Alors arrêtez de véhiculer de tels propos sur votre blog. La blogosphère aulnaysienne ne s'en portera que mieux.

Stéphane Fleury

 

Voir les commentaires

Rédigé par stefanfaith

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 2 Juillet 2009

Par hasard je suis allé sur le blog « Aulnay autrement »

Le rédacteur parle du Nimby  en précisant ce que cela signifie et il a eu raison car pour moi cela ne me disait rien. J’ai appris, et je l’en remercie, que le NIMBY peut être la traduction de la vitalité d’une conscience citoyenne et du souci d’un environnement respecté, la manifestation d’une exigence de qualité de vie. Cela définit exactement notre « combat » comme l’appelle M. Bernard Joseph.

Alors pourquoi attaquer Aulnay Libre et surtout Stéphane Fleury ?

M. Joseph  parle  :

 

 - du relatif intérêt des Aulnaysiens pour la révision du PLU

 Je pense que cette personne n’a pas dû aller voir le rapport de M VITEL le commissaire enquêteur de la modification du PLU, car - je cite - :

* « la participation du public a été très dense, de nombreux Aulnaysiens ont manifesté leur intérêt pour apporter leur contribution »

* « la population s’est investie pendant la durée de l’enquête pour exprimer son avis »

Tellement d’Aulnaysiens sont venus que M VITEL a été obligé de demander des délais à M SEGURA pour remettre son rapport, délai qui lui a été accordé sans problème par M le Maire

 

Il dit aussi que

- il ne s’agit pas de mettre en doute, ni l’honnêteté de Stéphane Fleury, ni la légitimité de son combat

            Je pense qu’il n’avait même pas à préciser l’honnêteté  car personne n’en doute

            Si le combat est légitime alors pourquoi cette attaque ?

Echo inattendu parmi la population, sans doute pour certains mais pas pour les personnes intéressées

           

Il conseille même aux riverains !!!

- de prendre en compte les réalités du marché de l’immobilier à Aulnay et en île de France

Et pourtant M. le commissaire enquêteur du PLU, dans ses quatre recommandations précise -  je cite - « de prendre toutes les mesures ponctuelles permettant quand cela est possible de préserver le caractère pavillonnaire ancien de certains quartiers »

            Là je pense que c’est possible

Il faudrait agir en priorité sur la société ICADE qui est un des plus gros bailleurs sociaux et qui veut vendre plusieurs milliers de logements sociaux ce qui va coûter à l'OPH plusieurs années d’investissement pour les racheter.

 

Cette personne aurait vraiment dû attendre notre projet finalisé avant d’écrire son article.

 

Pour finir je tiens à signaler que jamais nous n’avons été contre les logements sociaux mais uniquement contre la destruction d’un quartier Pavillonnaire. L’occasion magnifique se présente ici pour la Mairie de construire des logements sociaux  dans des pavillons à taille humaine, intégrés dans un quartier pavillonnaire à préserver.

 

Robert FERRAND

 

Voir les commentaires

Rédigé par stefanfaith

Publié dans #A vos quartiers !