Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 13:47

Magasintati-18624.jpgDepuis 2011, Emmanuel Deroude, PDG de Tati, a repris les rênes de l'institution créée en 1948 par Jules Ouaki. Après un dépôt de bilan en 2004, elle a été rachetée par la famille Bioteau qui possède le groupe Eram. Tati a fait le ménage dans ses bacs et se réinstalle en banlieue.

En septembre ouvrira Tati Aubervilliers au Millénaire. Tati a aussi choisi la Seine-Saint-Denis pour y implanter son siège social et 200 salariés depuis mai 2012, à La Plaine-Saint-Denis. Tandis que ses entrepôts ont élu domicile à Garonor à Aulnay. Sur ses 130 magasins hexagonaux, 60 ont été rénovés depuis deux ans. La formule XXL parie sur les surfaces de 3 500 m2. Pour la première fois, elle va s'exporter dans les mois à venir dans les Emirats Arabes Unis à Abou Dabi puis à Bahreïn et à Dubaï. Comme son concurrent Primark, Tati écrase les prix et a révolutionné son fonctionnement. « Nous n'achetons plus de produits démarqués des saisons précédentes. Nos stylistes regardent ce qui se passe sur les podiums et en deux mois, nous pouvons lancer les modèles en fabrication. » Le cycle de vie d'un article, surtout dans l'habillement, est de plus en plus court. « Toutes les deux semaines, nous lançons plus de 100 nouvelles références », ajoute le PDG. Un modèle copié sur ses concurrents, Primark ou H & M. « Notre mode est moins junior et moins anglo-saxonne. Nous ne proposons pas que des vêtements mais aussi tout l'univers de la maison », souligne-t-il.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 09:58

C'est la fréquentation du centre commercial de Tremblay après six mois d'ouverture. « Nous sommes dans nos objectifs. Nous voulons arriver à 8 millions en 2014 », se félicite la directrice, Elodie Arcayna. La plupart des clients viennent des bureaux alentour -- Roissy et Paris-Nord 2.

« Nous fonctionnons également très bien le week-end et surtout le dimanche », poursuit-elle. Nike, Redskins et Swarovski ont de très bons résultats. A noter une bonne fréquentation de la petite restauration avec pas moins de trente points de vente, ainsi que pour le cinéma Europacorp et ses douze salles.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 07:56

carac photo 1En cette huitième Semaine européenne de la vaccination, le conseil général de Seine-Saint-Denis rappelle que « la vaccination permet de réduire les inégalités face à la maladie ». Le département organise des séances de vaccination gratuite pour tous les habitants. Il y a six centres agréés en Seine-Saint-Denis. Il est possible d'y recevoir tous les vaccins pour adultes et enfants de plus de 6 ans, y compris ceux pour les voyages à l'étranger. Il faut téléphoner avant de s'y rendre. Vous pouvez retrouver la liste des centres sur le site Internet de la ville de Rosny, www.rosny93.fr.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Santé
commenter cet article
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 07:24

novotel.jpgQuatre personnes, dont un mineur, ont été interpellées dimanche en pleine transaction de drogue. Le montant de la marchandise pourrait atteindre le million d’euros.

Les toilettes messiers de l'hôtel Novotel, à Aulnay-sous-Bois, servaient de planque pour la cocaïne. Telle est l'incroyable découverte faite dimanche après-midi par les policiers du commissariat de la ville : 8,8 kg de drogue étaient dissimulés dans les WC du quatre-étoiles. Selon la pureté de la drogue, la valeur marchande peut être estimée entre 300 000 EUR et 1 MEUR. Ce Novotel, plus prisé par les visiteurs du parc des Expos de Villepinte que par des trafiquants, était devenu un lieu idéal parce qu'insoupçonnable pour leurs activités illicites. En particulier ses toilettes du rez-de-chaussée, accessibles à tous.

Pourtant, le manège de ces trafiquants originaires de cités voisines n'a pas échappé à la police. En passant à l'heure du déjeuner devant le Novotel, ils remarquent des va-et-vient suspects de scooters. L'établissement est situé au carrefour de l'Europe, un noeud routier qui permet de rejoindre rapidement les autoroutes A 1 et A 3. Il est également situé à la lisière des deux cités de l'Europe et de la Rose-des-Vents (ex-3 000).

Une surveillance policière discrète est mise en place. Deux heures plus tard, la même agitation règne toujours devant l'hôtel. Les forces de l'ordre décident d'intervenir. Ils ont déjà repéré un jeune homme, le portable vissé à une oreille, qui disparaît vers les toilettes. Quand ils tentent de pousser la porte, elle résiste. L'effort conjugué de plusieurs fonctionnaires libère l'accès. L'homme au portable tient encore entre ses mains un petit paquet de la taille d'un livre. Le volume se révélera être un pain de cocaïne de plus d'un kilo.

L'inspection des lieux s'avère surprenante. Six autres pains de cocaïne, empilés les uns sur les autres, sont découverts dans cet endroit insolite. L'homme pris en flagrant délit n'est pas venu seul. A l'extérieur, trois autres complices sont interpellés. Pendus eux aussi à leur téléphone, ils surveillaient les abords du Novotel. Le suspect arrêté dans toilettes est âgé de 17 ans. Originaire de Sevran, il est connu pour des affaires de stupéfiants.

Selon les premiers éléments, il aurait été chargé par les trafiquants de récupérer la drogue en vue d'un approvisionnement local, notamment dans les deux cités avoisinantes. L'un de ses comparses, originaire également de Seine-Saint-Denis, était pourtant sous le coup d'une interdiction de séjour dans le département à la suite d'une condamnation pénale.

En garde à vue, certains suspects auraient nié farouchement être impliqués dans un quelconque trafic, indiquant être venus « manger un grec à la cité de l'Europe ».

L'enquête a été confiée à la police judiciaire.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans C'est dans le Journal
commenter cet article
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 18:37

3784285_ide-aulnay-sous-bois.jpgLes policiers de la direction territoriale de la sécurité de proximité (DTSP) de Seine-Saint-Denis ont réalisé un joli coup de filet, ce dimanche 20 avril, à Aulnay-sous-Bois. Vers 15 h 30, quatre hommes au comportement suspect ont été interpellés à proximité d’un hôtel, situé carrefour de l’Europe. Dans une voiture, les enquêteurs ont découvert un sac contenant près de 9 kg de cocaïne. Les quatre trafiquants présumés ont été aussitôt placés en garde à vue dans les locaux du service départemental de police judiciaire (SDPJ). La valeur à l’achat de la drogue saisie est estimée à 315 000 €. Les investigations se poursuivent.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans C'est dans le Journal
commenter cet article
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 14:49

3781579_11-1-7427489_545x341.jpgUne montre boussole pour faire la prière en direction de La Mecque, avec un rappel cinq fois par jour, des bonbons halal pour les enfants, des maillots de bain pour femmes qui recouvrent tout le corps ou encore une halalbox qui proposent des activités certifiées « halal »... Hier, dans les allées de la Foire de la 31 e Rencontre annuelle des musulmans de France, organisée jusqu'à demain soir au Parc des expositions du Bourget par l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), des milliers de musulmans sont venus faire leurs emplettes pour trouver ce qu'il est souvent difficile de dénicher dans les commerces traditionnels. 

Des veilleuses qui lisent le Coran aux bébés

Cette année, le salon a particulièrement misé sur l'éducation et les enfants. Les stands de livres regorgent d'albums éducatifs pour apprendre à lire le Coran et l'on trouve quantité de jeux de société pour connaître l'islam en s'amusant. « On est venus trouver des jouets pédagogiques », glisse Fatima, qui compte dépenser près de 100 EUR au stand du site Internet Mooslim-univers.com. On y vend des veilleuses qui lisent le Coran en français aux bébés, des trotteurs où les touches sonores lancent des « qui est ton seigneur ? C'est Allah ! » ou des doudous sans visage mais avec un foulard.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans 93 Infos
commenter cet article
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 09:45

3780207_1_545x341.JPGLa météo ne sera pas aussi ensoleillée que ces jours derniers. Cela n'empêchera pas les cloches de Pâques de disperser des oeufs et autres lapins en chocolat dans les parcs et jardins. Les enfants pourront aller les chercher avec leurs petits paniers. Voici le programme du week-end.

Aulnay. Au parc du Sausset, activités pour tous demain. Chasse aux oeufs pour les enfants dès 2 ans, puis quiz de l'oeuf mystère pour adultes et enfants dès 8 ans et atelier fabrication de chocolat avec un pâtissier pour adultes et enfants dès 4 ans.
Aujourd'hui de 9 heures à 11 heures, de 11 heures à midi et de 14 h 30 à 17 heures. Inscription obligatoire pour le quiz et l'atelier au 01.48.19.28.28. Rendez-vous à la maison du Sausset.
Gratuit.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Fêtes et Cérémonies
commenter cet article
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 13:17

L'association Bingo boxing Aulnay en partenariat avec la Fédération Fighting Full Contact Kickboxing & disciplines associées organise ce samedi 19 avril 2014 le championnat régional de kick boxing féminin en catégorie junior senior. 

Premiers combats à partir de 13 h 30.

Egalement à l'affiche vers 16 h, les finales nationales Junior et Espoir garçons.

Ce samedi de 13h à 19h au gymnase Pierre Scohy d’Aulnay-sous-Bois rue Aristide Briand.

Source : site de la ville d’Aulnay-sous-Bois / Vidéo : Aulnaylibre !

 

 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Soyons sport.
commenter cet article
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 10:01

radars-home_headerphoto3.jpgA l'occasion des départs en week-end prolongé de Pâques, la sous-direction régionale de la circulation de la préfecture de police déploie 694 policiers dans l'ensemble de l'Ile-de-France. Le dispositif, installé dès hier soir, prévoit la mise en place de 171 points de contrôle sur les principaux lieux de passage vers les axes autoroutiers de sortie de la région. Dans la ligne de mire des policiers, les infractions liées aux comportements dangereux comme l'alcoolémie, les excès de vitesse, les franchissements de feux rouges ou l'usage du téléphone portable.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans C'est dans le Journal
commenter cet article
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 12:22

roms-aulnay-1Ils avaient fait de l'évacuation des camps un thème de campagne. Les maires UMP du Blanc-Mesnil et d'Aulnay, Thierry Meignen et Bruno Beschizza, ont été reçus hier en préfecture pour « une réunion technique » sur l'un des principaux camps du département (700 Roms recensés), situé en bordure de l'A 3, à cheval sur les deux communes. Les élus prendront un arrêté d'expulsion cette semaine, qui permettra d'avoir recours à la force publique. « L'évacuation aura lieu en mai », confirme le préfet, Philippe Galli. Le représentant de l'Etat dans le département en a profité pour faire le point sur la situation des Roms du 93.

Combien de camps sont recensés dans le 93 ?
PHILIPPE GALLI.
 Il faut se rappeler qu'il y avait plus de 8 000 ressortissants roms sur 135 camps fin 2012, et que nous étions descendus à 2 700, sur un peu moins de 45 sites, en novembre. Il y a ensuite eu une trêve des évacuations autour de la période de Noël, ce qui a provoqué un reflux du nombre d'occupants. Selon les chiffres de la semaine dernière, on compte 48 camps dans le département, dans lesquels vivent 3 439 personnes identifiées, dont 720 enfants. 236 font l'objet d'une obligation de quitter le territoire.

Les expulsions vont-elles reprendre ?
Nous avons huit demandes d'expulsion de camps en attente de recours, et nous avons étudié onze recours à la force publique. Des évacuations sont prévues à Aulnay, au Blanc-Mesnil, à Montreuil, Saint-Denis, La Courneuve, Aubervilliers... Il y aura une évacuation quasiment chaque semaine, ou au moins une toutes les deux semaines. Il y a toujours une évaluation sociale préalable. Nous respectons la circulaire opposable.

Les changements 
politiques à la tête des communes ont-ils accéléré le mouvement ?
Avant les élections, toutes les municipalités, quelle que soit leur couleur politique, avaient déjà demandé des expulsions, à l'exception de Bobigny. Le mouvement ne fait que se poursuivre.

Quelles solutions pour le relogement des familles ?
C'est doublement compliqué. Il n'y a pas de logement disponible. Chaque nuit, il y a 8 000 places en hébergement d'urgence dans le département. Mais, le plus souvent, les populations roms souhaitent rester en groupe. Sur un camp comme celui de l'A 3, avec 700 occupants, seuls 10 ou 20 seront hébergés. Il n'y a pas d'obligation d'hébergement de l'Etat pour ces populations qui ne sont pas des demandeuses d'asile.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans A vos quartiers !
commenter cet article
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 10:11

3776459_11-1-1467063_545x341.jpgLa ville, désormais UDI, a saisi la justice pour demander l’évacuation des bidonvilles installés sur les terrains municipaux. C’était une promesse de campagne de De Paoli.

Assis sur une chaise de bureau éventrée, il patiente à l'entrée du camp de la Folie, à Bobigny. Au-dessus de sa tête, une grande affiche prévient que les travaux de la future ZAC (zone d'aménagement concerté) Ecocité devraient bientôt commencer. Mais les fillettes qui transportent des planches de bois à l'intérieur de l'un des plus grands camps de Roms de la ville-préfecture n'y prêtent pas attention. « Je ne sais pas quand ce sera la fermeture du camp, murmure le père de famille dans un français approximatif. Ça m'inquiète. » Il n'en dira pas plus. Les autres ne sont pas non plus enclins à s'exprimer avec la presse.

Mais, depuis l'élection de Stéphane De Paoli, le nouveau maire UDI, les associations de soutien aux Roms s'inquiètent. Car, sous l'ère communiste, « Bobigny était un peu une ville d'accueil des Roms », admettent-elles. Les expulsions y restaient épisodiques. Catherine Peyge aurait même été la seule maire du département à n'avoir jamais demandé d'expulsion sur les terrains municipaux, selon le préfet Philippe Galli. Désormais, le ton devrait se durcir. « Sur le programme de De Paoli, il y avait la fermeture des camps, lance Véronique Decker, membre du collectif de soutien aux Roms. Nous, on n'est pas contre la fermeture des bidonvilles, mais on veut savoir si les gens qui vivent ici depuis longtemps seront relogés. »

Mobilisés, les soutiens ont distribué ces derniers jours un tract dans les boîtes aux lettres pour sensibiliser les habitants à la question des Roms. A Bobigny, ils seraient entre 400 et 500, selon les associations, répartis sur deux camps illégaux (la Folie et les Coquetiers) et une aire d'accueil légale installée rue de Paris.

Stéphane De Paoli a séduit une grande partie de ses électeurs grâce à cette promesse de campagne. Alors, en mairie, on assume ce changement de ton. « Il y a quelques jours, des familles roms qui s'installaient près de la cité Karl-Marx ont été invitées à quitter les lieux rapidement », relate un proche du maire. Déjà, des entrevues ont eu lieu entre le préfet et Stéphane De Paoli et des procédures judiciaires ont été lancées par la mairie pour fermer les camps illégaux.

Quand ? Selon le préfet, celui des Coquetiers pourrait être évacué « avant l'été ». Celui de la Folie ? « Il est installé sur la future ZAC, donc il sera amené à être fermé », concède le maire, sans donner de date. Mais il tient à rester rassurant, mentionnant sa rencontre hier matin avec les associations en charge de l'insertion des Roms. « On n'est pas des sauvages, clame-t-il. On ne va pas les brusquer ! Mais ils ne pourront évidemment pas tous rester. » Seule inquiétude, dans l'entourage du maire : que les associations « de toute la France débarquent à Bobigny pour s'enchaîner à l'entrée des camps et éviter leur fermeture ». Dans les villes voisines, on anticipe le démantèlement des bidonvilles de Bobigny et l'on craint la venue des familles. A Noisy-le-Sec, par exemple, la mairie fait poser des blocs de béton sur les terrains vides pour empêcher toute création de campement.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans 93 Infos
commenter cet article
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 08:09

BBSCOHYLes équipes municipales passent, les priorités changent. Mais à Aulnay, un impératif demeure : serrer les cordons de la bourse. Ce sera le credo du nouveau maire UMP Bruno Beschizza, lors du conseil municipal de ce soir, consacré au débat d'orientation budgétaire. Le compte à rebours est lancé, puisque la commune, comme les autres villes, a jusqu'au 30 avril pour adopter son budget. Son prédécesseur socialiste, Gérard Ségura, voulait « serrer les boulons partout ». Bruno Beschizza est lui aussi parti à la chasse aux économies. Il lui faut trouver... 7,5 MEUR ! « C'est ce qu'il faut pour équilibrer le budget de fonctionnement ( NDLR : qui comprend les salaires et les sommes nécessaires pour faire tourner les services municipaux) », indique l'élu, qui accuse l'ancienne équipe d'avoir « laissé complètement dériver les dépenses » et emprunté sans compter -- la dette de la commune est passée de 44,45 MEUR en 2008 à 108 MEUR en 2014.

Pas d’augmentation d’impôts

Comment faire ? Bruno Beschizza a examiné les différents scénarios bâtis par les services de la ville, avant qu'il soit élu. « On a commencé par me dire qu'il fallait augmenter les impôts de 20 % pour boucler le budget. C'était hors de question. Les impôts n'augmenteront pas, je m'y étais engagé ». Pas question non plus dans l'immédiat d'emprunter davantage. Le maire a donc lancé une opération de « toilettage » pour supprimer toute dépense jugée superflue. « On ne peut rien écarter. Le journal municipal paraîtra peut-être une fois par mois au lieu de deux. Plus question de grands voeux somptuaires, on va revoir la voilure sur le feu d'artifice du 14 juillet, les subventions aux associations », détaille-t-il, en annonçant aussi un « travail sur la grille tarifaire » des services rendus à la population.

L'opération L'été à Ballanger, mise en place sous la municipalité socialiste, devrait en revanche être maintenue, tout comme la subvention versée à l'Association des centres sociaux (ACSA). Bruno Beschizza mise aussi sur une série d'audits « menés très prochainement », sur les finances et plusieurs services de la ville (marchés publics, ressources humaines, communication, informatique) pour trouver de nouvelles pistes d'économies. Un plan d'austérité qui ne sera sans doute pas indolore pour la population : « Peut-être pas, admet l'élu. Mais je m'en expliquerai auprès des habitants ». Le conseil municipal a lieu ce soir à 20 heures, à l’hôtel de ville.

Davantage d'élus indemnisés, mais une enveloppe stable. Autre sujet débattu ce soir, les indemnités des élus. Si l'enveloppe globale reste inchangée par rapport à la précédente mandature (58 448 EUR bruts mensuels), ses bénéficiaires sont plus nombreux : les 43 membres de la majorité UMP-UDI toucheront une indemnité. Elle sera de 799 EUR bruts pour les 22 conseillers délégués, et de 1 710 EUR bruts pour 19 maires adjoints. La première adjointe Séverine Maroun touchera 2 687 EUR bruts et le maire 5 308 EUR bruts (3 254 EUR nets).

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Conseil municipal
commenter cet article
17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 09:17

3773925_11-0-4293103542_545x341.jpgL'irruption des Hommes du Raid au beau milieu du marché d'Aulnay-sous-Bois a produit son effet. Vingt-cinq superflics, le visage toujours dissimulé par une cagoule, sont intervenus hier à 12 h 30 auprès d'un forcené qui s'était retranché dans son appartement du 4 e étage, au 22, rue Jacques-Duclos, dans le quartier de Vieux-Pays. Vers 11 heures, Gérard, âgé de 71 ans, avait refusé d'ouvrir aux ambulanciers et aux policiers qui venaient le chercher pour le placer dans un hôpital spécialisé. Cet homme diagnostiqué schizophrène « fait l'objet d'un arrêté d'hospitalisation d'office, a précisé Serge Castello, patron de la police de Seine-Saint-Denis. Il a d'abord menacé de faire usage d'une arme. Puis, il s'est tenu tranquille et n'a plus bougé. » « La mesure d'hospitalisation sous contrainte avait été prise quelques jours auparavant par le préfet, car le patient avait interrompu son traitement médicamenteux », ajoute une source judiciaire. Il devenait donc potentiellement dangereux.

Tout autour de l'immeuble, les forces de police renforcées par la brigade de recherche et d'intervention (BRI) a déployé un périmètre de sécurité. Pendant que le septuagénaire maintient le quartier en haleine, derrière les banderoles, les badauds échafaudent les rumeurs les plus fantaisistes : « C'est un fou, il est armé et il a pris six personnes en otages. » Un autre tente d'amuser la galerie, fanfaronnant « qu'Al-Qaïda est dans le coup ». Une autre théorie recueille un franc succès : « C'est un vieux à qui on a voulu prendre son appartement. Il n'a pas supporté. » Pendant que chacun se livre à une surenchère, Bruno Beschizza, nouveau maire 
UMP d'Aulnay, franchit le dispositif. L'ancien policier salue ses anciens confrères, embrasse les Aulnaysiennes qui viennent aux nouvelles et évalue la situation : « Le site est neutralisé, il n'y a plus de risque pour les riverains. En revanche, il y existe toujours un danger pour les forces d'intervention et pour le forcené. Il pourrait mettre fin à ses jours. »

En effet, la police dispose des antécédents du septuagénaire. Ils incitent à la prudence. « Il était répertorié par nos services, il y a une vingtaine d'années, comme collectionneur d'armes à feu », indique une source. Pendant les deux heures et demie que durera l'intervention, la police ignore si le retraité n'est pas enfermé avec un arsenal. Le suspense prendra fin à 13 h 30. Le forcené se laisse interpeller. Il n'est pas armé. Et il sera admis directement à l'hôpital, dans un service spécialisé. 

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans A vos quartiers !
commenter cet article
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 14:17

3772767_11-0-4292292101_640x280.jpgUn homme de 71 ans s’est retranché dans son appartement du centre-ville d’Aulnay-sous-Bois depuis 11 heures ce mercredi matin. Atteint de troubles psychiatriques, il s’est barricadé chez lui lorsqu’une infirmière s’est présentée devant sa porte pour lui rendre visite. Il a menacé de faire usage d'une arme à l'arrivée des policiers.

Selon Séverine Maroun, 1 re ajointe au maire (UMP), le septuagénaire « refuse de prendre le traitement lié à ses troubles mentaux depuis un certain temps ». Il serait par ailleurs connu dans le quartier pour collectionner des armes à feu.

Un périmètre de sécurité a été formé autour de son immeuble de 3 étages situé dans le quartier du Vieux Pays. Vers 12 h 30, une vingtaine de policiers du Raid étaient sur place.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans A vos quartiers !
commenter cet article
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 10:50

radars.jpgMaintenant que la limitation de vitesse est passée à 70 km/h, les 16 boitiers installés autour de la capitale se déclenchent désormais à 1200 reprises chaque jour.

C'est un chiffre qui ne surprend personne... mais qui va pourtant raviver la colère des automobilistes opposés à l'abaissement des vitesses autorisées sur la route. Depuis le 10 janvier, date à laquelle la vitesse maximale sur le périphérique a été ramenée à 70 km/h (au lieu de 80), le nombre de flashs recensés sur l'anneau parisien a bondi de 20 %.  Selon le site Autoplus qui a révélé cette hausse, les 16 boitiers installés autour de la capitale (soit un tous les 4 ou 5 km selon le sens de cirulation) se déclenchent désormais à 1 200 reprises chaque jour. Avant l'abaissement des vitesses, la moyenne quotidienne n'était « que » de 1 000 flashs.

Une mesure « pompe à fric »

La préfecture de police, qui confirme ces résultats, relativise cependant l'ampleur du phénomène. Rapporté au trafic journalier du périphérique (qui dépasse fréquemment 1,3 millions de véhicules), c'est moins d'un automobiliste sur mille qui se fait verbaliser.

Pas de quoi rassurer les associations de conducteurs qui avaient dès janvier dernier dénoncé une mesure « pompe à fric ». « Depuis quelques semaines, nous recevons très régulièrement des appels de personnes qui se plaignent d'avoir été flashées sur le périphérique -- la plupart du temps de nuit -- pour avoir roulé un tout petit trop vite », note Christiane Bayard, la secrétaire générale de la ligue de défense des conducteurs.

Cette dernière est d'autant plus agacée par cette hausse qu'elle ne s'est accompagnée d'aucun bilan sur l'accidentologie du périphérique. « L'abaissement de la vitesse était pourtant supposé rendre le périphérique plus sûr », rappelle t-elle.

L'impact du passage à 70 km/h pour réduire la pollution de l'air et les nuisances sonores n'a pas encore été évalué. « Nous estimons que le bruit va baisser d'environ 1 dB ; une réduction trop faible pour être perçue par l'oreille humaine », reconnaît-on au siège de Bruiparif. L'association recommande de baisser la vitesse à 50 km/h la nuit pour que les 100 000 riverains du périphérique « entendent » une réelle différence.

Airparif, l'organisme qui mesure la qualité de l'air, est tout aussi réservée. « Il y aura une réduction des émissions de polluants de seulement quelques pourcents. Mais c'est toujours mieux que rien. » Dès janvier dernier, la ligue de défense des conducteurs et l'automobile club des avocats avaient argué de ce manque d'impact pour attaquer en justice le changement de limitation de vitesse. Leur recours pour « erreur manifeste d'appréciation » ne sera pas examiné par le Conseil d'Etat avant au moins un an. Beaucoup de flashs risquent de se déclencher d'ici là.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans C'est dans le Journal
commenter cet article
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 07:58

DocPSA.jpgCaméra colée à l'œil, elle s'est glissée plus d'une fois à l'intérieur de l'usine PSA... en jouant au chat et à la souris avec les cadres chargés de mettre dehors les intrus. La documentariste Françoise Davisse a suivi durant plus de deux ans des syndicalistes et salariés du site industriel d'Aulnay -- dont la fermeture est en cours --, et s'apprête à en tirer un documentaire. Le film est en cours de montage et a été largement financé par le « crowfunding » (appel au financement participatif sur Internet)*. Il devrait sortir au cinéma cet automne, ainsi que sur quelques chaînes de télévision locale.

La réalisatrice assure que le film ne prend pas parti

Compagne du maire (PC) de Saint-Denis, Françoise Davisse est entrée rapidement en contact avec Philippe Julien, conseiller municipal sous l'étiquette Lutte ouvrière au sein de la commune, mais aussi délégué syndical CGT à l'usine PSA. « La CGT avait dévoilé le plan secret de la direction(NDLR : une note planifiant la fermeture de l'usine) en juin 2011. J'ai commencé à les suivre en novembre. » A l'époque, la direction du groupe automobile assurait que la disparition du site d'Aulnay n'était pas d'actualité. « On était en pleine campagne présidentielle. Les militants de la CGT ne se faisaient aucune illusion sur la fermeture. » En collant aux talons des syndicalistes, Françoise Davisse a pu filmer les réunions, la préparation de la grève déclenchée en janvier 2013, des manifs, mais aussi les rencontres avec les ministres, le PDG de PSA, ou encore les difficiles négociations de fin de conflit... Elle s'est également attachée à suivre de simples ouvriers, s'engageant dans la grève. « Ce n'est pas une chronique, mais une aventure humaine », explique-t-elle. « Ceux qui se sont battus ont gagné un peu plus d'argent (NDLR : une indemnité de 19 700 € a été versée à une partie d'entre eux) et surtout, je les ai sentis bien plus en forme que les autres salariés , même à la fin. » Françoise Davisse assume volontiers d'être une militante. En 2004, elle avait réalisé le film « Des gens comme nous », qui suivait les démarches d'habitants de Saint-Denis dénonçant des violences policières. Mais elle assure que ce documentaire ne sera pas partisan. « Je ne l'ai pas fait pour convaincre, mais pour que chacun se demande : Qu'aurais-je fait à leur place  ? » * Les donateurs peuvent encore adresser leurs chèques à l'adresse suivante : Films du Balibari, 23, rue de Cronstadt, 75015 Paris.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Emploi
commenter cet article
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 09:06

classes.png

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Education
commenter cet article
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 18:05

Voilà le guide Michelin des lycées. Un classement, rendu public le 4 avril 2014 par l'Education nationale. Cette année encore, le privé est en tête en Seine-Saint-Denis avec quatre établissements qui ont obtenu 100 % de réussite au bac l'an dernier. A la 5 e place, on trouve un lycée public, René-Cassin au Raincy, qui a lui aussi 100 % de réussite en 2013. Il n'était que 24 e l'an dernier. Une progression de 19 places ! Le deuxième lycée public est Nicolas-Joseph-Cugnot, de Neuilly-sur-Marne, avec 97 % de réussite (+ 5 places). En 15e position, on trouve un autre lycée général et technologique, Lucie-Aubrac à Pantin avec 95 % de réussite. Et cela alors que l'établissement était en queue de peloton l'an dernier, à la 53 e place avec seulement 60 % de réussite !

 1LYCEES93.png

2LYCEES93.pngD'une manière générale, le taux de réussite au bac des lycées de Seine-Saint-Denis a progressé par rapport à l'an dernier. Ils n'étaient que 31 à dépasser les 80 %, ils sont 44 cette année. Même les derniers ont eu de meilleurs résultats, à l'instar de Jean-Moulin au Blanc-Mesnil.

Mais si les résultats à l'examen final peuvent faire rêver les parents, mieux vaut rester vigilants. Car certains lycées sélectionnent leurs élèves sur dossier avant l'entrée en seconde. D'autres écrèment largement entre la seconde et la terminale pour booster leurs taux de réussite au bac. Au lycée privé Fénelon de Vaujours, par exemple, seuls 63 % des élèves de seconde obtiennent leur bac trois ans plus tard, et cela alors que le taux de réussite est de 98 %. Cependant, des taux d'accès de la seconde au bac trop faibles ne reflètent pas toujours la réalité. Surtout pour les lycées aux filières générales et technologiques, qui ne poursuivent pas toutes les filières jusqu'en terminale.

Ce qu'il faut surtout regarder ? La différence entre le taux de réussite au bac attendu par l'Education nationale et celui obtenu réellement en fin d'année. « Il montre les établissements où les équipes enseignantes se battent pour les jeunes, via des projets notamment », observe François Cubizol, le président de la FCPE 93.

Ainsi, Utrillo à Stains a 14 points de réussite en plus qu'attendu, Louise-Michel à Bobigny, 13 points, Voillaume à Aulnay, 11 points, Mozart au Blanc-Mesnil, 10 points, Le Corbusier à Aubervilliers, 8 points.

Comment lire le tableau du Parisien

Ce palmarès est établi à partir des statistiques du ministère de l’Education nationale. Nous avons croisé pour cela plusieurs critères. Le premier est le taux de réussite au bac, toutes séries confondues (2e colonne). Le deuxième critère est le taux de réussite attendu, déterminé par le ministère en fonction de l’origine sociale des élèves, leur âge ou encore leur niveau scolaire (3e colonne). Si le taux de réussite au bac est meilleur que le taux attendu, cela signifie que l’équipe éducative a été performante pour faire progresser les élèves. C’est ce que l’on appelle aussi la valeur ajoutée de l’établissement. Enfin, le troisième critère est le taux d’accès de la seconde au bac (dernière colonne). Il permet de savoir si l’établissement garde la plupart de ses élèves jusqu’à l’examen ou s’il a tendance à se séparer des jeunes les moins performants pour qu’ils ne fassent pas « chuter la moyenne ».

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Education
commenter cet article
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 12:09

BBSCOHY.jpgOvation et embrassades. Les joues rosies, Bruno Beschizza a savouré le moment, samedi matin. Le gymnase Scohy a accueilli des centaines de spectateurs -- « un millier » selon le nouveau maire -- venus assister au retour de la droite, évincée en 2008 d'une commune qu'elle dirigeait depuis 25 ans. Sous l'oeil de l'ancien député Gérard Gaudron, et du sénateur-maire (UMP) des Pavillons, Philippe Dallier, aux premiers rangs, Bruno Beschizza a conservé le ton adopté au soir du second tour : « Nous ne serons pas les élus d'un clan, mais de tous les Aulnaysiens, quel que soit leur quartier ». Critique implicite adressée à son prédécesseur socialiste, accusé maintes fois d'avoir « divisé la ville ».

La police municipale renforcée

Avant même de distribuer les écharpes d'adjoints, le nouveau maire distille ses premières annonces. La remise en discussion de projets de construction « qui n'ont pas fait le consensus », une promesse « faite par écrit » aux habitants des quartiers concernés : Croix-Blanche, 
Hôtel de ville, Mitry-Princet. Il annonce également la révision du Plan local d'urbanisme, et l'envoi « dès lundi » d'une lettre au nouveau ministre de l'Education, Benoît Hamon, sur les rythmes scolaires : « Je ne vois pas actuellement comment nous pourrions appliquer le décret dans des conditions satisfaisantes ». Mais c'est en annonçant le renforcement de la police municipale, « avec des brigades 24 heures sur 24 », que Bruno Beschizza suscite les applaudissements les plus nourris.

Vient ensuite la distribution des écharpes -- parfois enfilées à l'envers -- à ses 20 maires adjoints, dont trois de l'UDI : Jacques Chaussat (6 e place), Amélie Pinhero (15e), Sébastien Morin (20e). La place de première adjointe revient à l'UMP Séverine Maroun, qui a largement piloté la campagne, suivie par Franck Cannarozzo, lui aussi pilier de la droite locale. Parmi les nouveaux venus, le blogueur aulnaysien Stéphane Fleury devient 10e adjoint. Un peu plus tôt, Bruno Beschizza s'est adressé à l'opposition, lui promettant qu'elle serait « respectée » et « écoutée ». L'édile indique d'ailleurs qu'il va confier la présidence de la commission des finances à un élu du camp adverse. Sur l'étroit banc occupé par les opposants (dix sièges dévolus au PS, PRG, PC), Gérard Ségura a pu prendre la parole. S'il reconnaît sa défaite, l'élu se lance dans l'exercice risqué du bilan, énumérant ses réalisations sous les huées d'un public agacé. « Je dis sans rougir qu'il aura davantage été fait durant ce mandat que durant les 25 années précédentes », affirme-t-il. « Menteur, menteur », entend-on même, alors que Gérard Ségura revendique d'avoir « tenu tête à PSA », dans les négociations autour de la fermeture de l'usine aulnaysienne.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Conseil municipal
commenter cet article
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 09:52

LeChantilly.jpgLes jours sont comptés pour les patrons du restaurant Le Chantilly, avenue des Pavillons-sous-Bois, au sud d'Aulnay-sous-Bois. Ces commerçants dénoncent la mise en place d'un chantier aux abords de leur établissement. Depuis le 17 février, une parcelle de la rue, où se situe l'affaire du couple Vincent, est bloquée par des travaux engagés par la mairie.   Accéder au restaurant est devenu compliqué. Le sens de la circulation a été modifié. Des panneaux, qui ont été volés à plusieurs reprises, ont été posés pour réguler le trafic. Des automobilistes, parfois déboussolés, prennent souvent les rues en sens interdit, « ce qui entraîne un risque élevé d'accidents », selon les propriétaires.

A cause de cette perturbation, le restaurant, repris depuis cinq mois par le couple Vincent, a vu le nombre de ses clients chuter. Selon le couple, son chiffre d'affaires a diminué d'environ 40 % à cause du chantier. « Je vis mal cette situation car je ne sais pas si je pourrais rester », déplore Stéphane Vincent, également cuisinier du Chantilly.

Mi-mars, Gérard Ségura, l'ancien maire 
PS de la commune, avait rendu visite aux restaurateurs après plusieurs appels du pied. L'élu avait alors réclamé le déplacement de palettes de chantier, déposées depuis quelques jours à l'intersection des rues. Du côté de la mairie, on pointait la nécessité d'un lieu sécurisé pour les ouvriers. « Un chantier génère toujours une gêne. Malgré cela, les travaux ont une utilité », expliquait un responsable en charge des espaces publiques. Ils visent à mettre modifier la chaussée et le rond-point entre l'avenue des Pavillons-sous-Bois et l'allée circulaire. Un espace vert est aussi en cours d'aménagement.

Depuis, selon le couple, la situation s'est quelque peu améliorée. La fin des travaux est prévue d'ici quelques jours. « On espère être encore là en mai », soupire Stéphane Vincent.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 08:44

Mairie_de_Aulnay-sous-Bois.jpgEn Seine-Saint-Denis, ces municipales ont rebattu radicalement la carte politique. Dix mairies sur quarante ont viré de bord. Du jamais-vu dans le département. Dans le sillage de ces révolutions de palais, s'amorce le grand mercato des collaborateurs de cabinet. Exemples à Saint-Ouen, bastion communiste depuis l'après-guerre, est passé à droite et à Aubervilliers redevenu communiste. .. « Lundi prochain, je serai au chômage », lâche Mickaël Dahan, directeur de cabinet de Jacques Salvator, maire PS d'Aubervilliers battu dimanche par son challenger communiste. Dans son bureau jonché de cartons, il est sur le départ. « Nous sommes engagés sur des contrats qui nous lient à la personne du maire et donc ils se terminent à la fin du mandat », précise-t-il. Une relation privilégiée et précaire. « La confiance avec l'élu est déterminante. Si elle est rompue, nous pouvons être remerciés du jour au lendemain. » Le bras droit de Jacques Salvator avait signé en connaissance de cause. « Nous savons que nous sommes sur un siège éjectable. » Il avait devancé l'appel en 2008. Il avait quitté son poste de chef de cabinet à la mairie du 20e à Paris pour rejoindre Salvator en pleine campagne électorale. Un coup de poker qui colle à l'état d'esprit de ces « mercenaires » de la politique. Ce sont avant tout des militants. Mickaël Dahan a fait ses armes à l'Unef où il a été secrétaire général et affiche 20 ans de fidélité au PS.

« Une fois qu'ils ont accepté ce job ils sont marqués. Ils assument les conséquences qui peuvent être brutales », reconnaît l'un de ses collègues. Mickaël Dahan ne peut pas espérer rebondir en douceur dans l'administration, il n'est pas fonctionnaire.

Pour ces collaborateurs engagés à gauche, les lendemains de défaite s'annoncent difficiles en Seine-Saint-Denis. D'autant plus que beaucoup ne l'avaient pas vu venir. « C'est douloureux. Le téléphone s'arrête de sonner. Le monde tourne sans vous. Ce qui me met un coup sur la tête ce n'est pas tant un échec personnel que de voir un bastion PC passer à droite », confie un conseiller à Saint-Ouen.

« Avec la Bérézina du PS cela va être plus compliqué de trouver du travail », reconnaît Mickaël Dahan. Au cabinet de Stéphane Troussel, président PS du conseil général de Saint-Denis, les CV affluent depuis dimanche. « Nous en avons reçu une vingtaine émanant de villes de Seine-Saint-Denis. Désormais, il nous en arrive du 92 et même de la ville de Paris. Et nous nous attendons à en recevoir maintenant de toute la France. »

A cette hécatombe, il faut ajouter les assistantes. Détachées auprès du cabinet du maire ou affectées à un élu, il faudra leur retrouver une place dans les services. Leur retour est toujours délicat car elles risquent d'être placardisées par la nouvelle équipe. Omar Aït-Bouali, maire-adjoint à la jeunesse à Aubervilliers prévient : « Les collaborateurs connaissent les règles du jeu. Pas elles. Si on ne s'occupe pas d'elles, elles vont être broyées. »

Source : Le Parisien / Photo : Wikipédia

 

 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 20:13

Bruno-Beschizza-Aulnay-copie-1Le prochain conseil municipal se déroulera le samedi 5 avril 2014 à 9h00 à la salle Pierre Scohy située rue Aristide Briand à Aulnay-sous-Bois. Quatre points sont à l’ordre du jour : l’élection du maire, la fixation du nombre des adjoints au maire, l’élection des adjoints au maire, les délégations du conseil municipal au maire. C’est à l’issue de cette séance que le nouveau maire de la commune Bruno Beschizza et son équipe prendront officiellement leurs fonctions.

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Conseil municipal
commenter cet article
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 12:58

BRER-copie-1.jpgUne personne s’est suicidée ce jeudi matin, vers 9 heures, en gare d’Aulnay-sous-Bois. Elle s’est jeté sous un train qui ne transportait pas de passagers. Elle a été tuée sur le coup. La circulation des trains dans les deux sens, entre Paris Nord et l’aéroport Charles de Gaulle et entre Paris Nord et Mitry Claye a été perturbée pendant plus de deux heures. Le trafic est redevenu normal vers 11 h 30.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Transports
commenter cet article
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 11:19

Selon le baromètre qui sera dévoilé ce matin, la capitale décroche à nouveau la palme des loyers les plus chers de la région. La Seine-Saint-Denis reste le département le plus accessible de la petite couronne.

Immobilier93.JPG

Se loger à Paris et en Ile-de-France s'avère toujours aussi compliqué et onéreux. C'est ce que confirme une étude menée par le site de mise en relation entre locataires et bailleurs particuliers LocService.fr, sur la base de près de 10 000 transactions réalisées l'an dernier en Ile-de-France, dont plus de 2 300 à Paris. Dévoilé à l'occasion de l'ouverture du Salon de l'immobilier, ce matin, porte de Versailles (Paris XV e), cet observatoire a la particularité de prendre en compte les loyers charges comprises et distingue les biens selon leur taille. Voici, en avant-première, ses principaux enseignements.


A Paris, on loue plus petit et plus cher
Sans surprise, la capitale décroche la palme des loyers les plus chers, avec un montant moyen de 947 € (+ 1,56 % par rapport à 2012) pour une surface moyenne de 28 m 2. Par comparaison, en Seine-Saint-Denis, le loyer moyen est de 789 € pour une surface moyenne de 38 m 2. Les disparités au sein de l'Ile-de-France sont importantes. « Si plus de 20 % des logements sont loués moins de 500 € en Essonne ou en Seine-et-Marne, ils ne sont que 10,9 % à Paris », souligne l'étude. A l'inverse, « Paris et les Hauts-de-Seine proposent l'offre locative la plus chère, avec plus de 30 % des logements à plus de 1 000 € par mois. »

Le XIX e, arrondissement le moins coûteux
Mais, à Paris intra-muros, les prix varient significativement d'un arrondissement à l'autre . C'est le populaire XIX e qui offre les loyers les plus intéressants, avec 27 €/m 2. Ceux du très chic VI e sont... 67 % plus chers, à 40 € le mètre carré. Le centre de Paris reste largement inabordable, avec cinq arrondissements à plus de 38 € le mètre carré : les II e, V e, VI e, VII eet VIII e. « Chaque arrondissement dispose de son propre micromarché », précise l'observatoire.

Les appartements spacieux sont les plus prisés en banlieue
Lorsqu'on examine la typologie des appartements parisiens les plus loués via LocService.fr, ce sont presque une fois sur deux des studios ou des T1. Un tiers sont des appartements et 17 % des chambres. « Plus l'arrondissement concentre de petites surfaces, plus le loyer est élevé, car les chambres ou les studios sont loués plus chers au mètre carré », fait remarquer Richard Horbette, fondateur du site. Cela se vérifie notamment dans le XVIe arrondissement, où près de 38 % des biens loués sont des chambres. A l'inverse, dans tous les autres départements franciliens, ce sont les « grands » appartements (deux pièces et plus) qui sont les plus loués. Par exemple, ils représentent 50 % des locations en Seine-Saint-Denis.

Les grandes villes d'Ile- de-France restent prisées
C'est la capitale qui concentre le quart de l'activité locative francilienne, contre 36 % pour la petite couronne et 38 % pour la grande couronne.

Mais, selon l'étude, les grandes villes franciliennes restent attractives, avec néanmoins des différences. « Ainsi, Cergy truste 18 % des locations du Val-d'Oise alors que Créteil ne représente que 7,5 % de celles du Val-de-Marne. » Melun reste la ville la plus sollicitée de Seine-et-Marne (16 % des locations). Et 13 % des locations des Yvelines se font à Versailles.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Logement
commenter cet article
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 17:38

C’est une petite surprise. Le numéro 199 d’Oxygène daté du mardi (vendredi) 4 avril 2014 est déjà en ligne. S’il n’a pas encore atteint votre boite aux lettres vous pouvez le lire en cliquant ici.

oxy199couv.png

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Oxygène
commenter cet article

Présentation

  • : Aulnaylibre !
  • Aulnaylibre !
  • : L'information sur Aulnay-sous-Bois 100% libre et indépendante !
  • Contact

Contactez-nous !

Une info, une photo, une vidéo, une annonce à passer.

N’hésitez pas à nous contacter !

Mail : aulnaylibre@yahoo.fr

Tél : 06.81.95.11.50 / 06.07.86.09.11

Chaîne vidéo : http://www.youtube.com/user/Aulnaylibre/videos

Twitter : https://twitter.com/Aulnaylibre

Facebook : https://www.facebook.com/aulnay.libre?ref=tn_tnmn

Aulnay au fil de l'info

Ride On Time

Señor Météo

Agenda Aulnay-sous-Bois

Wikio

Wikio - Top des blogs - Multithématique