Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 15:51

Bruno-Beschizza-AulnayDans cette ville de 81 000 habitants, en Seine-Saint-Denis, le candidat UMP a obtenu 41,3 % des suffrages au premier tour.

Il sourit avec gourmandise, serre les mains à tour de bras, tapote sur ce qu'il faut d'épaules, donne du " salut chef ! " à chaque étal, et sert le tout avec sa gouaille charmeuse d'ancien " flic " syndicaliste. En retour, commerçants et chalands l'apostrophent par son prénom, comme s'il arpentait le marché depuis des lustres. C'est sa fierté.

Ce jeudi matin, le soleil brille au-dessus d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et le baromètre personnel de Bruno Beschizza est au beau fixe. " On peut passer à 54 % ", pronostique-t-il. " Quand j'ai été parachuté ici, il y a moins d'un an, je savais qu'il ne fallait surtout pas que je sois le gars de l'UMP. Il fallait que je sois “Bruno”. "

C'est pourtant bien rue de Vaugirard, à Paris, au siège du parti, qu'a été lancée il y a un an et demi l'" opération Beschizza ", pour partir à la reconquête d'Aulnay-sous-Bois, perdue par la droite en 2008. Les stratèges de l'UMP, en se penchant sur la carte électorale de l'Ile-de-France, n'ont pas eu besoin de réfléchir longtemps pour cocher la troisième ville de Seine-Saint-Denis (81 000 habitants) parmi leurs objectifs prioritaires.

Dans la marmite aulnaysienne, ils ont vu foison d'ingrédients qui étaient autant de raisons d'espérer : un édile socialiste vieillissant (65 ans), Gérard Ségura, en conflit avec les écologistes de sa majorité ; une ville bercée par la triste complainte de la fermeture de l'usine PSA, symbole d'une certaine impuissance gouvernementale ; et une sociologie potentiellement sensible à un air du temps, où il ne fait pas bon être socialiste.

Aulnay-sous-Bois est un cas d'école de ville coupée en deux. Au sud, de coquets pavillons accueillent une petite bourgeoisie aisée, plutôt à droite, sensible aux sirènes des discours sur l'" insécurité ". Dans le nord, les grands ensembles d'immeubles, célèbres depuis les émeutes de 2005, sont à l'inverse une terre de gauche. Quand les électeurs se rendent aux urnes.

Nord contre sud, sud contre nord : en 2008, le match était équilibré. M. Segura s'est imposé d'une courte tête, avec 50,43 % des voix. Quatre ans plus tard, en 2012, Aulnay a plébiscité François Hollande (62,7 %). Mais ce 23 mars, lors du premier tour, la balance s'est renversée. Brutalement.

Aulnay la pavillonnaire s'est mobilisée. Aulnay la populaire, elle, a boudé. M. Beschizza en a profité pour virer en tête (41,29 % des suffrages), très loin devant M. Segura (26,66 %). Jusqu'à faire désormais figure de grand favori. C'est en janvier 2013, pour le candidat de l'UMP, que l'aventure a commencé. " Je n'ai rien demandé. J'ai été convoqué par Jean-François Copé et Valérie Pécresse. Ils m'ont dit : “tu as le bon profil pour t'implanter à Aulnay-sous-Bois”. " Il y est allé.

Bruno-Beschizza-Aulnay-copie-1Son profil ? Celui d'un ancien secrétaire général de Synergie, l'un des deux principaux syndicats d'officiers de police, marqué à droite. " Je n'ai même pas besoin d'en parler, il y a écrit sécurité sur mon front ", s'amuse-t-il. Celui, aussi, d'un enfant du " 9-3 ", à défaut d'être d'Aulnay-sous-Bois.

" Mon père est italien. Il est arrivé à Paris, s'est installé chez des marchands de sommeil. Il a rencontré une petite Française. Ils ont déménagé en Seine-Saint-Denis, à Montreuil, pour avoir les toilettes et la salle de bain. Le parcours classique, quoi… ", raconte-t-il.

Durant l'été 2013, M. Beschizza a quitté son domicile de la ville voisine de Rosny, avec sa femme et ses cinq enfants, pour filer s'installer à Aulnay-sous-Bois. " J'emmène mes enfants à l'école tous les jours. C'est aussi ça, faire campagne. En cette période de crise, les gens ont besoin de contact, qu'on leur fasse la bise ", théorise-t-il.

Et de lister les raisons, selon lui, de son succès : " Les gens veulent entendre des mots simples : entreprise, famille, insécurité. Contrairement à ce qu'on imagine, ici, ils sont obnubilés par la réussite scolaire de leurs enfants. Ils ont peur de la réforme des rythmes scolaires et de la théorie du genre. "

Avant d'être un " bébé Copé ", M. Beschizza a surtout été un " bébé Sarkozy ". C'est l'ex-président de la République, qu'il avait côtoyé dans ses fonctions précédentes de ministre de l'intérieur, qui l'a poussé à entrer en politique en 2010, lors des élections régionales, avec la Seine-Saint-Denis pour terrain de jeu. Il lui a octroyé au passage un avantageux statut de sous-préfet hors cadre. Ses débuts, en dépit de ce parrainage, ont été un rude apprentissage. Eric Raoult, le vieux baron UMP du Raincy, attendait au tournant ce concurrent adoubé par le " Château ". Jean-Christophe Lagarde, le maire UDI de Drancy, a aussi sorti les dents.

S'il s'impose à Aulnay-sous-Bois, M. Beschizza peut devenir, de fait, le fer de lance de l'UMP dans ce département de mission. Avec un profil qui permet de ratisser large, de la droite " classique " à l'électorat du FN, dont l'appareil est à la peine en Seine-Saint-Denis.

Dans son bureau de la mairie, M. Segura, son adversaire socialiste, veut cependant croire que la messe n'est pas dite. " Au premier tour, son électorat était très mobilisé. Il faut qu'on mobilise le nôtre. "

Le combat, à quelques jours du vote, se joue dans les quartiers nord. M. Segura attaque le profil " droite dure " de son adversaire. " Il n'y a plus eu à Aulnay d'explosion sociale depuis 2007. On a apaisé la ville. Il la clive ", poursuit-il, en guise d'avertissement. En attendant, en coulisses, les deux camps s'accusent d'achats de voix.

Source : Le Monde

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 14:05

DANS SEPT ANS, ce sera le seul endroit d'Ile-de-France où l'on pourra skier, faire des descentes en luge, glisser sur des patins, escalader un mur de glace et pratiquer de nombreux sports d'hiver, même le très acrobatique half-pipe !

 3712967 11-0-4227785944EuropaCity, le complexe de loisirs, tourisme et commerces de 2 Mds€ portés par le groupe Auchan, qui doit voir le jour en 2020-2021 sur 80 ha du Triangle de Gonesse, non loin d'Aulnay, lève le voile sur son parc des neiges. « Il n'est que l'un des éléments de l'offre de loisirs, avec un parc d'attractions, un parc d'aventures, un parc aquatique et une ferme pédagogique », rappelle Christophe Dalstein, le directeur d'EuropaCity.

Ce parc sera construit sur 20 000 m 2 plus grand que celui que s'est offert Dubaï (Emirats arabes unis) en 2005 au beau milieu du désert. « Comme tous les équipements de loisirs, il sera accessible à tous les publics, avec notamment des tarifs et des horaires préférentiels pour les scolaires, précise Christophe Dalstein. Le parc comprend d'ailleurs une aire d'initiation et de jeux pour les enfants mais aussi des activités ludiques, comme des ateliers de sculpture sur glace ou de réalisation d'igloos. »

Le projet sera-t-il gourmand en énergie ? Comment maintenir à température la neige artificielle et la glace tout en préservant l'environnement ? « EuropaCity s'est engagé dans une démarche de développement durable forte et un projet positif, en recherchant l'exemplarité à l'échelle locale, souligne son directeur. La particularité de ce projet, conçu avec le cabinet d'architectes danois BIG et le bureau d'études Transsolar, permet que tous les flux d'énergie, d'eau et de déchets interagissent pour créer un véritable écosystème. À titre d'exemple, la chaleur résiduelle générée par le besoin de froid du parc des neiges est canalisée vers les installations du parc aquatique. Cette complémentarité permet de diviser les besoins en énergie par deux pour chacun de ces programmes ».

A Aulnay, deux associations ont questionné, avant le premier tour, la quasi-totalité des candidats sur le projet Europa City. L'association Capade et celle des commerçants du boulevard de Strasbourg affirment que les têtes de listes sont en général hostiles au projet. Elles ont toutefois choisi de ne pas interroger le maire sortant.

Elles réclament la tenue d'une concertation avant le débat public autour du projet, prévu au second semestre 2014.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 10:03

Europe_ecologie_les_Verts_logo_2011.pngC'EST UN SOUTIEN EXPLICITE que la direction nationale d'Europe Ecologie vient d'apporter au maire PS d'Aulnay. Le logo et un mot de sa secrétaire nationale Emmanuelle Cosse apparaissent en bonne place sur la profession de foi de Gérard Ségura, en ballottage défavorable face à l'UMP. Mais la prise de position fait bondir Alain Amédro, ex-tête de liste écologiste, vice-président du conseil régional. Avec 9,12 % des voix, celui-ci ne pouvait se maintenir au second tour. Il a en revanche fait savoir dès lundi qu'il n'appellerait pas à voter pour le sortant PS, qu'il qualifie de « maire autocratique et clientéliste ».

« Ce que fait Emmanuelle Cosse est scandaleux, et va à l'encontre de nos statuts qui laissent la primauté des décisions aux militants locaux », martèle Alain Amédro.Ce dernier affirme avoir fait l'objet de « pressions et menaces ». Il accuse Emmanuelle Cosse de lui avoir laissé entendre qu'il pourrait perdre son fauteuil de vice-président régional. « C'est faux, je lui ai simplement dit qu'il n'était pas un militant lambda. Les socialistes lui en veulent beaucoup, il ne devra pas s'étonner s'ils tentent de lui retirer sa vice-présidence », s'agace la patronne d'Europe Ecologie. Elle précise : « Nous avons pris la décision lundi d'attribuer le logo à Gérard Ségura. Nous sommes ancrés à gauche. On ne regarde pas ailleurs quand il y a des combats électoraux. »


« On ment aux électeurs en prétendant faire barrage à la droite. Mes voix additionnées à celle de Gérard Ségura ne suffisant pas à empêcher la droite de passer », rétorque Alain Amédro.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 09:13

Les associations cultuelles ont officiellement pris position pour les candidats UMP ou PS, qui les écoutent mais se défendent pourtant de tout clientélisme religieux.

3713227_1_545x341.JPG« POURQUOI NOUS ne soutenons pas Gérard Ségura. » Tel est l'intitulé du communiqué publié juste avant le premier tour des municipales par l'association Espérance musulmane de la jeunesse française (EMJF) à Aulnay-sous-Bois. Jamais encore cette association cultuelle, ancrée dans les quartiers nord, n'avait aussi nettement pris position à la veille d'un scrutin. Plus encore, elle assume son engagement lors des précédentes municipales en faveur du maire PS sortant : « La campagne de 2008 fut très rude et a demandé de gros efforts. »

Des efforts dont elle estime ne pas avoir été récompensée : l'élu avait selon elle pris des engagements, notamment sur la vente d'un terrain pour y construire une école privée. Le terrain a bien été vendu, mais avec des clauses qui déplaisent à l'association, laquelle dénonce d'un ton acerbe la condescendance et l'arrogance de la majorité sortante.

A l'approche du second tour, le président de l'EMJF, Hassen Farsadou, vient de franchir un nouveau pas : « Je le dis publiquement. A titre personnel, je soutiens Bruno Beschizza », le challengeur UMP arrivé en tête dimanche. Hassen Farsadou devait hier assister au meeting de campagne du candidat de droite et promettait d'y entraîner « 70 à 100 personnes ». « Il m'a dit qu'on pouvait revoir les clauses de la vente du terrain », affirme-t-il.

Une campagne électorale se gagne-t-elle à coups de promesses auprès d'associations cultuelles ? Le maire PS comme son challengeur UMP se défendent de tout clientélisme. « Le terme d'engagements n'est pas exact », affirme Gérard Ségura, certain qu'une partie des membres de l'EMJF le soutiennent : « Je ne suis pas sûr qu'Hassen Farsadou ait consulté tout le monde. » « Je ne suis pas entré dans une relation de deal, assure de son côté Bruno Beschizza. Je discute avec eux depuis six mois, ils ont peut-être apprécié ma constance. »

Bien entendu, l'EMJF n'est pas la seule association à faire campagne, mais sa prise de position publique est nouvelle. Il y a six ans, confirme Gérard Ségura, le message était resté plus discret : « Dans les cercles d'amis, elle disait qu'il valait mieux voter pour moi. » Un ancien adhérent de l'EMJF était alors sur sa liste. « Je ne l'avais pas choisi pour représenter l'association, mais parce que c'était un délégué syndical d'une entreprise de la ville. » On ne peut reprocher au maire sortant un travail exclusif avec l'association.

Si celle-ci a pu installer dès 2010 ses cours d'arabe dans une ancienne école de la Rose-des-Vents, c'est une autre structure, l'Association culturelle des musulmans d'Aulnay, qui a pu faire construire sa mosquée sur un terre-plein de la N 2. Une troisième association, des Musulmans de la Rose-des-Vents, a bénéficié de l'aide de la ville pour remettre aux normes le bâtiment industriel abritant ses salles de prière. « Il a fait avancer les choses pour nous, on soutient Gérard Ségura », indique d'ailleurs son président Mohamed Aït Hammou.

Mais le maire sortant le répète : « Je ne chasse pas les voix des associations religieuses. » Et d'accuser son rival de droite d'avoir fait « une proposition plus intéressante » à l'EMJF, qui expliquerait le revirement de cette dernière.

Ce que Bruno Beschizza dément avec assurance : « Je ne suis pas dans le contractuel. J'ai approché toutes les associations et je n'ai proposé aucune place à l'EMJF sur ma liste. » Toutefois, sa campagne, comme celle d'autres candidats de droite dans le 93, a sans doute eu un écho favorable auprès de certains membres de l'association musulmane. Il a notamment publié un tract contre la théorie du genre, dont la rumeur voulait en janvier qu'elle soit enseignée à l'école et qui avait suscité la crainte de quelques familles.

Quel est le poids d'un tel soutien ? « Il y a cinquante ans, dans les villages italiens, le prêtre disait pour qui voter, et tout le monde obéissait. Aujourd'hui, on n'est plus dans cette situation », minimise Bruno Beschizza. Gérard Ségura revendique de son côté un lien « direct et presque naturel avec les habitants, musulmans ou non, des quartiers nord, où j'ai enseigné pendant quarante ans ».

Source : Le Parisien

 

 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 07:59

logo_pole_emploi_469__1905b.jpg1 010  chômeurs de plus en un mois. Le chômage a progressé de 0,9 % en Seine-Saint-Denis entre fin janvier et fin février. Le département compte 111 760 demandeurs d'emploi de catégorie A (n'ayant pas du tout travaillé). Si l'on prend en compte les catégories A, B et C (y compris les personnes ayant travaillé quelques heures), on atteint un total de 148 410 personnes, stable par rapport à janvier. Le nombre de demandeurs d'emploi continue à baisser légèrement pour les moins de 25 ans. C'est pour les femmes de plus de 50 ans que la situation s'aggrave le plus. En Ile-de-France, le chômage a augmenté de 1,1 % en moyenne, c'est dans les Hauts-de-Seine qu'il a progressé le plus (+ 1,6 %).

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Emploi
commenter cet article
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 16:07

Alliance-Chaussat-Beschizza-contre-Segura-montage-93600INF.jpg

LA DROITE UNIE en démonstration de force à Aulnay-sous-Bois ce soir. L'UMP Bruno Beschizza et l'UDI Jacques Chaussat tiennent une réunion publique à partir de 19 h 30 à la salle Chanteloup. Le sénateur-maire (UMP) des Pavillons, Philippe Dallier, et le maire (UDI) du Bourget, Vincent Capo-Canellas, devraient être présents pour soutenir ces anciens rivaux, désormais alliés pour affronter le maire sortant (PS), Gérard Ségura.

Source article : Le Parisien. Source Photo : http://www.93600infos.fr/


Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 07:57

Alain Amédro

Vice-président de la région Ile-de-France

Candidat Vivre mieux ensemble à Aulnay-sous-Bois

Communiqué de presse

Mardi 25 mars 2014

 

A Aulnay, chantage au soutien

Alain-AMEDRO-280x300Les résultats du premier tour des élections municipales sont tombés sans appel. Alors que le maire sortant ne réalise que 26% des voix, le candidat de l'UMP est à quelques jours d'une victoire quasi certaine depuis sa fusion avec la liste UDI.

Si cette situation ne me surprend pas, elle m'attriste évidemment. Je suis écologiste et de gauche, je ne peux que déplorer de voir la droite aux portes de ma ville, une droite dure, celle des amis de Jean-François Copé, une droite qui divise et qui manipule les peurs.

Je n'ai cessé, depuis 2010, de mettre en garde contre les dangers de politiques et de méthodes dangereuses dans notre ville, loin de l'idéal démocratique qui est le mien. Je l'ai dit au soir du premier tour : ces résultats révèlent le rejet d'un système.

Notre liste a décidé de ne pas apporter son soutien à l'un des candidats de second tour. Les adhérents des partis politiques qui soutenaient Vivre Mieux Ensemble à Aulnay-sous-Bois (EELV, Ensemble, Front de Gauche) ont pris la même décision.

Je suis choqué d'apprendre que se retrouvera le logo Europe Ecologie – Les Verts sur les tracts et documents de Gérard Ségura. Cette décision a été prise par les instances nationales d'EELV en dépit des règles de notre parti qui rendent souverains les militants locaux.

Il m'est demandé avec insistance depuis dimanche soir d'apporter mon soutien à la liste Aulnay avance. Je m'y refuse. Un système s'effondre et ce n'est pas à moi, pas à mes colistiers, de le remettre sur pied. Notre responsabilité est de construire l'alternative, de gauche, citoyenne, écologiste, solidaire.

Parce que je ne soutiens pas Gérard Ségura au second tour, les instances nationales d'EELV menacent de me faire retirer ma délégation de vice-président à l'aménagement de la région Ile-de-France. Ce chantage ne m'effraie pas. Je travaille en bonne intelligence avec mes collègues de l'exécutif de Jean-Paul Huchon. Je suis un élu intègre et fier des avancées obtenues pendant ce mandat. Je ne cèderai pas aux pressions, d'autant plus qu'elles sont disproportionnées.

Après avoir dénoncé, sobrement mais fermement, les méthodes de l'équipe sortante, je ne pourrais aujourd'hui faire la girouette et apporter mon soutien à cette même équipe. Il est trop tard pour appeler à « faire barrage à la droite » car aucune digue ne le permettra.

Je ne mentirai pas aux électeurs aulnaysiens.

Contact presse : Alain Amédro : 06 12 84 03 34

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 17:21

Moktar-Fahrat-copie-1.pngChères aulnaysiennes, chers aulnaysiens, 

Vous venez d'assister à la naissance du mouvement Aulnay Vers Le Haut : il pèse 5,42% et mesure 1203 voix !
Nous adressons nos remerciements les plus sincères à tous les citoyens qui nous ont soutenus dans cette élection. Vous avez écrit avec nous une page importante de l'histoire d' Aulnay-Sous-Bois.

En dépassant le seuil des 5% au 1er tour, nous sommes entrés dans la vie politique et faisons désormais partie des acteurs incontournables de cette ville. Dorénavant, plus rien ne se fera sans nous!

Nous nous sommes engagés à ne faire aucun ralliement, et vous le constaterez par vous-même, notre parole sera tenue.
Aulnay Vers Le Haut ne sera récupéré par aucun parti. Plutôt qu'une écharpe ou une délégation, nous préférons l'honneur, la dignité, la justice et la loyauté!
Notre mouvement bouleverse les moeurs politiques, nous plaçons le citoyen au coeur de nos préoccupations avec l'éthique comme socle de nos actions.
De plus, aucune consigne de vote n'est donnée pour le second tour. Nos électeurs sont libres et feront le choix qui leur semble le plus juste.

Nous sommes déterminés et nous vous inviterons dans quelques semaines à rejoindre l' équipe AVLH.
Ni de droite, ni de gauche...mais toujours plus haut!

Moktar Farhat et son équipe

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 15:54

Alain-Amedro-2014

9,12% : un très beau résultat !

Notre liste a réalisé 9,12 % des suffrages. Nous remercions les 2023 électeurs qui nous ont fait confiance et apporté leur voix. Cela nous conforte dans nos objectifs : construire une gauche combattive, démocratique à Aulnay.

A travers notre score, l'intégrité et la morale politique sont enfin reconnues dans notre ville et nous en sommes fiers.

Le résultat de premier tour des élections municipales à Aulnay-sous-Bois est sans appel : les électeurs ont massivement sanctionné l'équipe sortante. Avec moins de 27% des suffrages exprimés, Gérard Ségura n'a aucune chance de remporter le second tour. C'est le mode de gestion municipale des six dernières années qui est totalement désavoué.

La droite la plus dure, celle qui divise, oppose les populations, et qui s'attaque aux plus faibles, est à quelques jours de remporter la ville. C'est une nouvelle menace pour les aulnaysiens, nous la combattons et la combattrons.

La gauche aulnaysienne est à reconstruire. L'ensemble des colistiers de la liste Vivre Mieux Ensemble à Aulnay-sous- Bois est déterminé à poursuivre le travail engagé. La gauche humaniste, écologiste et solidaire a su faire ses preuves pendant la campagne, elle poursuivra !

Contact presse : Alain Amédro : 06 12 84 03 34

www.vivremieux-aulnay.fr 29 rue Anatole France 93600 Aulnay-sous-Bois

contact@vivremieux-aulnay.fr ou 06 12 84 03 34

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 11:03

Mairie_de_Aulnay-sous-Bois.jpgLE SCÉNARIO d'une élection n'est jamais écrit à l'avance. C'est en tout cas ce dont les militants socialistes, réunis hier soir à Aulnay, tentent de se convaincre. Mais le maire sortant (PS) Gérard Ségura est décidément en délicate posture. Arrivé en deuxième position lors du premier tour, il devra faire face dimanche prochain à une droite rassemblée, rêvant de reprendre une ville perdue en 2008.  

L'UMP et l'UDI fusionnent

Hier matin, le centriste Jacques Chaussat, arrivé troisième avec 14,4 % des voix, s'est rangé derrière le candidat UMP Bruno Beschizza, en 
tête avec 41,3 %. Six places d'élus ont été réservées à l'UDI, dont trois de maires-adjoints. Voilà de quoi mettre un peu de baume au coeur du centriste : « Nous avons fait un beau score. On n'a jamais tout ce qu'on souhaite », glissait hier le conseiller général qui avait un temps cru pouvoir prendre la tête du peloton.

Gérard Ségura aura du mal à renverser la tendance. Son appel au soutien de « tous les candidats de gauche » semble résonner dans le vide... Alain Amédro, candidat Europe Ecologie, se refuse à donner la moindre consigne de vote aux électeurs qui lui ont accordé 9,1 % des voix. « On est face à une gauche désavouée et une droite dure. On sait déjà qu'on est dans l'opposition », affirme l'élu régional, pour qui « la défaite de Gérard Ségura est acquise ». Le soutien ne viendra pas non plus de Moktar Farhat, qui ne donnera « aucune consigne », lui non plus. Candidat sans étiquette, ce dernier a fait un score non négligeable, dépassant les 5 %. Dans les quartiers nord, il a sans doute capté une partie des voix qui s'étaient portées en 2008 sur Gérard Ségura.

Le maire PS mise sur les abstentionnistes

Celui-ci a pâti d'un double phénomène. Une forte mobilisation de l'électorat de droite, dans les quartiers pavillonnaires : dans le canton sud, il ne recueille que 16,47 % des voix, tandis qu'un électeur sur deux a voté Beschizza. Quant à l'électorat de gauche, il a boudé les urnes. L'abstention, qui atteint 48,8 % sur l'ensemble de la ville, culmine à 53 % sur le canton nord, où Gérard Ségura avait fait le plein des voix il y a six ans... et où il est cette fois au coude à coude avec l'UMP. L'analyse des scores semble redonner un peu de courage au camp socialiste : « Il faut trouver 2 500 voix parmi les abstentionnistes de gauche. C'est faisable. Certains regrettent déjà aujourd'hui de ne pas être allés voter », assure-t-on dans l'entourage du maire sortant. « On va essayer de convaincre notre entourage de se mobiliser pour Gérard Ségura », confiaient dimanche soir Fatou et Ibtissam, deux habitantes trentenaires de la cité de la Rose-des-Vents, effrayées du retour annoncée de l'UMP. « On a vécu 25 ans avec la droite, on a senti la différence. Il y avait une barrière dans la ville », assure Fatou. Mais dans le camp d'en face, on est tout aussi mobilisé : « On va se battre pour le second tour. Le changement c'est maintenant », ironisait dimanche un partisan de l'UMP.

Source article : Le Parisien / Photo : Wikipédia

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 17:56

Des surprises au soir du premier tour des élections municipales. La socialiste Aulnay pourrait rebasculer tandis que l’UDI et l’UMP arrivent en tête dans trois bastions rouge : Bobigny, Le Blanc-Mesnil et Saint-Ouen.

3702083_11-0-4218227401.jpgL'ancien maire (DVG) Jean-Pierre Brard en tête avec 25,5 % à Montreuil, l'UMP Bruno Beschizza qui cartonne avec 41,3 % des suffrages à Aulnay. Plus étonnant encore l'UDI qui double le PC... à Bobigny et l'UMP qui arrive en tête au Blanc-Mesnil. Et même si hier, pas moins de 51,3 % des électeurs du 93 ont boudé les urnes, la soirée a été pleine de rebondissements au 1er tour des élections municipales.  


La droite en force. Dans le 93, la droite est en tête dans six villes de gauche. « Quand un maire sortant fait 26 %, cela exprime un rejet. C'est le rejet du système Ségura mis en place depuis six ans », d'après l'analyse de Bruno Beschizza qui verrait bien Aulnay, 3 e ville du département, perdue en 2008, revenir dans le giron de la droite. Même son de cloche du côté deVillepinte où l'ancienne maire (UMP), Martine Valleton, jouit d'une avance généreuse (48,3 %). « Même dans les quartiers, on arrive en tête, c'est gagné ! », fanfaronnait hier soir un colistier. Plus surprenant encore àBobigny, l'UDI Stéphane de Paoli vient menacer la maire (PC) sortante, Catherine Peyge, dans son fief. Avec ses 11 % Pierre Ramos (DVD) pourrait jouer les arbitres. A Saint-Ouen aussi, le candidat (DVD) William Delannoy est en tête. Le duel UMP-PC s'annonce en revanche plus serré au  Blanc-Mesnil, où l'UMP Thierry Meignen a séduit 46,5 % des électeurs contre 44,5 % pour le communiste Didier Mignot. A Livry-Gargan aussi, l'historique Alain Calmat (DVG) se fait doubler par l'UMP Jean-Yves Martin et devra compter sur un report de voix de... Lutte ouvrière (6,1 %) pour être réélu.

Des sortants menacés. A Aubervilliers, le maire sortant (PS), Jacques Salvator, qui a révélé qu'il souffrait d'un cancer en janvier, est devancé par celui qu'il avait battu en 2008, le communiste Pascal Beaudet (32,9 %). A Bagnolet, pour le maire (DVG), Marc Everbecq, qui n'a pas eu l'investiture du PC, c'est la dégringolade avec 15,9 % des voix. Son 1 er adjoint (PC) Laurent Jamet affiche le meilleur score avec 21,3 % des suffrages, talonné d'une voix par le socialiste Tony Di Martino. Ici, six candidats sont en mesure de se maintenir au second tour ! Du côté de Coubron, le maire sortant UMP Raymond Coënne (36,2 %) a du souci a se faire, loin derrière le candidat (DVD) Ludovic Toro avec un beau 48,2 %. Au  Raincy, le maire UMP Eric Raoult, récemment mis en cause par une ancienne collaboratrice qui l'accuse de harcèlement sexuel et moral, est en danger avec un maigre 32,9 % (NDLR : il avait fait 48,8 % au 1 er tour en 2008 ), juste devant Jean-Michel Genestier (DVD) (32,2 %). Dès hier soir, Roger Bodin arrivé en 3 e position avec un généreux 20,8 % a fait savoir qu'il était prêt à fusionner avec Genestier.

Duel gauche-gauche annoncé à Saint-Denis. La droite ne siégera plus au conseil municipal. Seuls le maire sortant (PC) Didier Paillard, doté d'une confortable avance (40,2 %) et le député (PS) Mathieu Hanotin (34.3 %) s'affronteront dimanche prochain.

C'est le sénateur-maire (UMP) des Pavillons-sous-Bois, Philippe Dallier, qui a été réélu avec les plus gros scores : 82,8 % des voix. Les autres édiles à avoir réussi dès le 1 er tour sont Vincent Capo-Canellas (UDI) au  Bourget, Olivier Klein (PS) à Clichy-sous-Bois, Gilles Poux (PC) à La Courneuve, Jean-Christophe Lagarde (UDI) à Drancy, André Veyssière (UMP) à Dugny, Hervé Chevreau (DVD) àEpinay, Michel Teulet (UMP) à Gagny, Daniel Guiraud (PS) aux  Lilas,Michel Bourgain (EELV) à l'Ile-Saint-Denis, Xavier Lemoine (UMP) àMontfermeil, Christian Demuynck (UMP) à Neuilly-Plaisance, Jacques Mahéas (DVG) à Neuilly-sur-Marne, Bertrand Kern (PS) à Pantin, Michel Fourcade (PS) à Pierrefitte, Gérard Cosme (PS) au Pré-Saint-Gervais,François Asensi (FG) à Tremblay, Dominique Bailly (UDI) à Vaujours,Patrice Calméjane (UMP) à Villemomble.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 15:55

Bruno-Beschizza-Aulnay

1. Bruno Beschizza (UMP)   9150 voix soit 41,29 %

2. Gérard Ségura (PS)        5910 voix soit 26,66 %

3. Jacques Chaussat (UDI) 3183 voix soit 14,36 %

4. Alain Amédro (EELV)       2023 voix soit 9,12 %

5. Moktar Farhat (AVLH)      1203 voix soit 5,42 %

6. Marc Darsy (LO)               407 voix soit 1,83 %

7. Michel Lefebvre (POI)  284 voix soit 1,28 %    

 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 13:32

LE MAIRE PS D'AULNAY a-t-il d'ores et déjà décidé d'augmenter les impôts juste après les municipales ? L'intéressé s'en défend, mais c'est pourtant ce que laisse entendre le candidat Europe Ecologie, Alain Amédro. Dénonçant « une situation financière dissimulée et catastrophique », l'élu d'opposition a publié sur Internet, à quelques jours du premier tour des municipales, deux documents internes de la ville : une note de la direction des finances adressée au maire en février 2013 et un « point d'étape » sur la préparation du budget 2014, présenté lors d'un bureau municipal en janvier.« Il est temps que tout cela soit sur la table et que les Aulnaysiens sachent où ils vont », assène-t-il.

 JDN1.png

« Il s'agit de documents classiques comme nous en rédigeons chaque année, rétorque le maire socialiste Gérard Ségura. Les décisions restent à prendre ». L'élu n'a procédé à aucune hausse d'impôts depuis son élection en 2008.

Or, le « point d'étape » publié sur Internet envisage, comme une piste parmi d'autres, d'« appliquer une augmentation significative de l'ensemble de la fiscalité en début de mandat ». Plusieurs calculs ont été réalisés, envisageant une hausse de 5 à 20 %. Dans ce dernier cas, une famille de deux enfants pourrait payer de 173 à 256 € de plus par an.

« Un maire a l'obligation d'envisager toutes les hypothèses. Nous l'avions fait les années précédentes. Nous ferons tout pour l'éviter », assure Gérard Ségura, qui défend sa gestion « extrêmement saine et extrêmement serrée ».

JDN2.png

Reste une situation délicate. Les dotations de l'Etat ont fondu : de 97,45 M € versés entre 2002 et 2007 à... 39,76 M € entre 2008 et 2013. Le départ de PSA a déjà fait perdre cette année 640 000 € de recettes fiscales. A l'horizon 2016, la perte sera de 3 M €. Pour ne pas être dans le rouge, la ville devra donc « serrer les boulons partout », note Gérard Ségura, qui espère obtenir des subventions de Fonds structurels européens et de la région.

De son côté Alain Amédro entend mettre en oeuvre, s'il est élu, « un audit financier sur toutes les dépenses de la ville » et dénonce « la gestion opaque de certains marchés ». Sur les mesures à prendre il est en revanche prudent : « Ce serait totalement démagogique de promettre de ne pas augmenter les impôts. On peut aller chercher des subventions, mettre en place une intercommunalité de projet... ». C'est au futur maire d'Aulnay qu'il reviendra de trancher, au mois d'avril.

Source article : Le Parisien du 19 mars 2014. Graphiques : Journal du Net

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 15:48

affichetteCouleur.jpg

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 15:07

COMMUNIQUE DE PRESSE

Rom-Cirque-4Une lettre ouverte du maire d’Aulnay-sous-Bois au premier ministre concernant la présence de campements de populations d’origine Roms sur le territoire de la ville a été diffusée ces jours-ci, accompagnée d’une lettre du maire aux habitants d’Aulnay.

La section PCF d’Aulnay-sous-Bois et le groupe communiste au conseil municipal condamnent sans limite les présupposés stigmatisant qui président à de tels propos tout comme ils condamnent l’objectif annoncé de règlement de la situation par l’expulsion pure et simple de ces familles !

Lors du conseil municipal de janvier dernier, le Président du Groupe communiste a pris une position ferme pour dénoncer l’expulsion des Roms et le référé du maire. Il a rappelé la nécessité de donner à la population Rom de bonnes conditions sanitaires et de sécurité. Les Roms ne sont pas responsables de cette situation, ils sont chassés de chez eux. C’est un problème qui dépasse le cadre local, un problème national et européen.

Le groupe communiste a également dénoncé la politique d’expulsion systématique de Valls qui a conduit en 2013 au déplacement forcé de 20 000 Roms pour les obliger à quitter la France et à rentrer dans un pays qui n’en veut pas.

Ces situations humainement dramatiques mettent en exergue l’impossibilité de mettre en œuvre des solutions civilisées dès lors que les politiques d’austérité sévissent dans notre pays et en Europe. Ce ne sont pas les populations quelles qu’elles soient qui sont de trop, ce sont les moyens de les accueillir qui sont insuffisants !

Le recours systématique à l’expulsion vise avant tout à ne pas remettre en cause ce dogme de l’austérité pour l’ensemble des populations qui vivent en France et en Europe.

Aulnay-sous-Bois, le 20 mars 2014

 

 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 17:00

1.JPG

2.JPG

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 11:38

BUSPROPRES.jpgEnvironnement. En pleine période de pic de pollution, la RATP a annoncé hier le remplacement de ses véhicules diesel au profit de l’électrique et du biogaz.

«  C'EST UNE AMBITION énorme », « un bouleversement massif », « un pari ». Un brin solennel après avoir annoncé des résultats florissants, le PDG de la RATP Pierre Mongin a détaillé hier son plan bus qui prévoit d'abandonner le diesel pour ses 4 500 bus pour arriver en 2025 à un parc de véhicules totalement écologique, à 80 % électrique et à 20 % roulant au biogaz. « Ce n'est pas un gadget », prévient le PDG, candidat à un nouveau mandat en juillet, pour qui « la tolérance au pétrole en zone urbaine dense va devenir de plus en plus difficile ». « Ce plan bus sera le marqueur urbain du Grand Paris comparable à ce qu'a été le Vélib' à une autre époque », assure enthousiaste Pierre Mongin.

La transition va d'abord passer par le déploiement d'ici à 2017 de 600 bus hybrides (diesel et électrique), conformément à la décision du Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) qui avait officialisé en décembre dernier la sortie du diesel pour les bus franciliens. Ensuite, Pierre Mongin décrit deux scénarios. Le premier, « au fil de l'eau », prévoit d'aller « au bout de l'amortissement de ces bus hybrides ». Le second, plus volontariste et que prône le PDG, serait de lancer des « appels d'offres massifs en tout électrique dès 2017 ».

A partir de cette année, un test grandeur nature de bus électriques sera mené sur quatre lignes « denses » du réseau (soit 80 véhicules) qui ne sont pas encore choisies. Car le défi industriel est de taille, le marché des bus électriques étant quasi inexistant. « Il faut que les industriels comprennent qu'on doit rejoindre le prix d'un bus standard en électrique le plus vite possible. Pour que ça fonctionne, il faut un donneur d'ordres massif en un temps restreint : c'est la RATP. Cela n'a jamais été fait à cette échelle », souligne le PDG. Ce dernier annonce qu'un partenariat est sur le point d'être signé avec EDF et qu'un autre de même nature le sera avec un industriel du gaz.

Autorité organisatrice des transports en Ile-de-France, la région a pris acte de ces annonces... en en revendiquant la paternité. « C'est en cohérence avec ce que l'on avait demandé à la RATP en décembre, souligne-t-on au cabinet du président PS Jean-Paul Huchon. Pour la première fois, le Stif a assorti une enveloppe financière de conditions sur la motorisation des bus. Une véritable révolution copernicienne. »

Reste que si la RATP passe au vert pour ses bus empruntés par un milliard de voyageurs par an, Pierre Mongin assure que l'abandon du diesel s'étendra à d'autres capitales. « Paris est la première destination touristique du monde. Si la ville envoie ce signal, les autres suivront. »

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Transports
commenter cet article
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 09:56

ILS ONT GARDÉ leur nationalité d'origine et pourtant, ils n'hésitent pas à s'engager en politique dans leur pays d'accueil. Près de 70 Européens sont sur les listes en Seine-Saint-Denis pour les élections municipales, sur un total de 7 645 candidats, soit 0,9 %. En effet, depuis 2001, les habitants de l'Union européenne peuvent devenir conseillers municipaux, mais ni maire, ni adjoint. 

 3683237_2.JPG

Si on regarde dans le détail, la nationalité portugaise est, de loin, la plus représentée (trente-quatre candidats) suivie par les Italiens (douze) et les Espagnols (neuf). On trouve aussi, cette année, cinq Belges, quatre Polonais, trois Roumains, un Britannique, un Danois et un Allemand. Qu'est-ce qui pousse des étrangers à s'engager en politique en Seine-Saint-Denis ? Comment sont vécues les différences de fonctionnement des institutions avec leur pays ? Pourquoi n'ont-ils pas demandé la naturalisation ? Témoignages de candidats.

Raoul, le Portugais à Drancy. Raoul Rosa, 64 ans, est presque un vieux routier de la politique française. Il a en effet intégré la liste de Jean-Christophe Lagarde, à Drancy, en 2001, date à laquelle le n° 2 de l'UDI a emporté la mairie. « Quand je suis arrivé dans cette ville, j'ai tout de suite voulu participer à la vie de la cité, se souvient-il. J'ai donc assisté aux conseils municipaux, j'ai participé à des associations... » Rapidement, il croise la route d'un certain Jean-Christophe Lagarde qui le convainc de le rejoindre. Raoul s'occupait des questions de sécurité. « Quand j'ai été élu, j'ai considéré cela comme un grand honneur, ce fut pour moi, le Portugais, l'ultime étape de mon intégration, se rappelle-t-il avec émotion. Pour chaque émigré, j'étais devenu un exemple. » Reparti dans son pays en 2008, Raoul quitte le conseil municipal. Il finit par revenir en France l'année dernière et s'engage à nouveau, en 2014, aux côtés de Jean-Christophe Lagarde, en 33e position sur sa liste. Mais cette fois-ci, il vient de demander la naturalisation... pour pouvoir avoir plus de responsabilités.

Séverine, la Belge à Bagnolet. A 43 ans, Séverine Lebrun a déjà passé près de vingt ans en France dont les huit dernières années à Bagnolet. « J'ai découvert l'action collective au travers de mon engagement comme parent d'élèves, analyse-t-elle. En France, et surtout à Bagnolet, tout est politique contrairement à la Belgique où celle-ci est moins présente. J'ai commencé à me sentir vraiment citoyenne dans la ville et j'ai voulu aller plus loin. » C'est ainsi qu'elle se retrouve cette année sur liste PC de Laurent Jamet au 14e rang. « En Belgique, aux municipales, il n'y a qu'un tour, à la proportionnelle, poursuit-elle. Ici, c'est un scrutin majoritaire à deux tours. Ça change radicalement le fonctionnement au quotidien. » Comme Raoul, elle aussi vient de demander la naturalisation. « C'est plus simple quand on s'engage en politique mais je l'ai fait aussi car je peux garder ma nationalité belge ».

Stella, l'Italienne à l'Ile-Saint-Denis. Stella Cornic connaît bien la politique. Avant la France, elle la pratiquait déjà en Italie. « J'ai toujours été passionnée par la politique et je trouve qu'il n'y a pas meilleur moyen pour s'intégrer, souligne-t-elle. Car cet investissement permet de prouver notre volonté de vivre dans notre pays d'accueil. » Cette année, Stella est donc candidate en huitième position sur la liste socialiste à l'Ile-Saint-Denis, aux côtés de Christophe Rosé. Cependant, Stella n'a pas demandé sa naturalisation. « Je suis citoyenne européenne avant tout, affirme-t-elle. Et j'aime bien quand on m'appelle Stella, l'Italienne », sourit-elle.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 08:43

citeeuropefromsky.jpgUN AUTOMOBILISTE s'est fait interpeller, dans la nuit de dimanche à lundi, à Aulnay-sous-Bois en face de la cité de l'Europe, après un accident avec un motard de la police. Il circulait rue Joseph-Marie-Jacquard lorsqu'il aurait été surpris par une Fiat qui quittait son stationnement soudainement. Le motard a percuté l'avant gauche de la voiture et a été éjecté de son deux-roues. Il a chuté sur le dos, mais ne souffrirait pas de graves blessures. D'autres policiers sont intervenus, et ont essuyé des jets de projectiles. Les assaillants ont été repoussés et l'automobiliste, interpellé. Il aurait été dépisté positif à la cocaïne.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans A vos quartiers !
commenter cet article
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 18:36

pollution-la-circulation-alternee-ne-sera-pas-reconduite-ma.jpgLe Premier ministre a pris la décision de ne pas reconduire mardi la circulation alternée en Ile-de-France, qui prendra fin lundi à minuit, a annoncé lundi 17 mars à la presse le ministre de l'Ecologie, Philippe Martin. La gratuité des transports en commun cessera à la fin du service, dans la nuit de lundi à mardi, a également indiqué le ministre. Cette décision a été prise "au vu des résultats" lundi, qui montrent "une nette tendance à l'amélioration" de la pollution de l'air aux particules, a expliqué le ministre. Les niveaux de pollution aux particules seront mardi "inférieurs au seuil d'information", a-t-il précisé. "La circulation alternée pour Paris et les 22 communes de la petite couronne prend donc fin ce [lundi] soir à minuit, ainsi bien sûr, à la fin du service, que la gratuité des transports publics communs", a déclaré le ministre. Philippe Martin a par ailleurs salué "le civisme et la coopération des Franciliens".

90% des véhicules en circulation dans la capitale avaient une plaque impaire", a-t-il souligné.

 Il a également relevé que "les craintes de pagaille et de blocage de Paris nés du souvenir de 1997 ne se sont pas confirmées, bien au contraire". "La fluidité de la circulation en Ile-de-France et à Paris a été assurée", a-t-il dit. "Mieux, les bouchons ont été moins importants que pour un lundi habituel avec une diminution de 62% par rapport à lundi dernier de ces bouchons", a-t-il poursuivi. Un bilan "plus complet et plus détaillé" doit être fait dans les jours qui viennent, a encore indiqué le ministre.

Plus de 5.700 PV

Près de 4.000 procès-verbaux (3.859) pour non-respect de la circulation alternée, et 1.884 infractions pour d'autres motifs, ont été relevés lundi 17 mars à 12 heures, selon la préfecture de police de Paris. Parmi les autres motifs figurent le non-respect de la réglementation par les poids lourds en transit. "Le comportement de 27 contrevenants a nécessité l'immobilisation administrative de leur véhicule", est-il précisé. La PP se félicite que "les appels au civisme et au respect de la réglementation ont été largement respectés et suivis d'effet, 90% des véhicules en circulation dans la capitale se révélant être des véhicules autorisés à circuler". Pour veiller au respect de la circulation alternée, quelque 700 policiers sont mobilisés, sur une soixantaine de points de contrôle. Les automobilistes et motards qui bravent l'interdit sont passibles d'une amende de 22 euros (35 si elle est payée plus tard). S'ils refusent de faire demi-tour, leur véhicule sera immobilisé.

"Deux fois moins" de bouchon "que d'habitude"

La mise en oeuvre de cette mesure a engendré une diminution très significative du trafic dans la capitale (-25% aux heures de pointe) et sur les voies d'accès à celle-ci (25 à 30% de baisse selon les axes), selon la PP. La mesure "a entraîné 60% de congestion en moins sur les axes franciliens, ce qui est vraiment énorme", a déclaré Françoise Hardy, chargée de la circulation et la sécurité routière, lors d'un point presse. "Nous sommes dans les moyennes les plus basses jamais atteintes", a assuré Françoise Hardy, précisant que vers 9 heures, seuls 40 km de bouchons avaient été relevés contre 120 km en temps normal. Peu avant 8 heures, le Centre national d'information routière comptait 90 km de bouchons dans la région. C'est "deux fois moins que d'habitude", commentait un porte-parole. La mesure, décidée ce week-end, pourrait être reconduite mardi, jour pour lequel Airparif prévoit une "nette amélioration" de la qualité de l'air.

Gratuité des transports : 4 millions d'euros par jour

Jean-Paul Huchon, président PS de l'Ile-de-France, a déclaré que la gratuité des transports franciliens instaurée depuis vendredi coûtait à sa région 4 millions d'euros par jour et qu'il allait demander un effort à l'Etat. "C'est le Stif, donc la région, qui paye" cette gratuité qui restera en place "jusqu'à la fin du pic de pollution", a indiqué le responsable sur LCI. Jean-Paul Huchon, qui préside aussi le Stif (Syndicat des transports d'Ile-de-France, autorité organisatrice des transports), a relevé que cette gratuité "coûte 4 millions d'euros par jour". "Je suis en discussion avec le gouvernement" pour "qu'il prenne sa part de la charge", a-t-il noté. Jean-Paul Huchon était arrivé au siège de LCI en voiture à immatriculation paire - interdite en ce jour de circulation alternée - mais il a indiqué qu'il s'agissait d'un véhicule hybride, comme tout le parc de la région, et donc autorisé en tout temps. Cette circulation alternée est "une bonne mesure" mais décidée "peut-être un tout petit peu trop tard", selon lui. 

Hausse des consultations dans les hôpitaux

Les consultations liées à la pollution ont augmenté depuis vendredi dans les hôpitaux franciliens, particulièrement pour de jeunes enfants, a indiqué la ministre de la Santé Marisol Touraine, sur RTL. "Depuis vendredi, de manière mesurée mais significative, nous avons constaté qu'il y avait davantage de consultations en particulier de jeunes enfants dans les hôpitaux, uniquement de la région parisienne, et cela a pesé" dans la décision de mettre en place la circulation alternée, a déclaré la ministre. "Chaque jour qui passe de pollution fait grandir les risques" pour la santé, a ajouté Marisol Touraine. Concernant les mesures prises depuis le début du pic de pollution jusqu'à l'instauration de la circulation alternée, le gouvernement s'est inscrit dans "une démarche progressive et graduée", a-t-elle affirmé. "Face à un risque avéré, il est nécessaire de prendre des décisions importantes. (...) Lorsque la mesure a été appliquée en 1997, on a constaté une diminution assez forte de la pollution", a-t-elle ajouté.

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Environnement
commenter cet article
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 10:10

sefyu.jpgLA MATINÉE COMMENCE PAR UN FILM et se termine par une chanson et quelques photos-souvenirs. Entre les deux, un moment studieux. Vendredi matin, les élèves de 4e des trois collèges de Sainte-Geneviève-des-Bois se sont retrouvés réunis pour la première fois, au centre Noureev pour un débat sur l'égalité hommes- femmes, animé par le rappeur Sefyu et la militante de Ni putes ni soumises, Loubna Méliane.

« J'ai vu en distribuant des tracts du conseil général qu'il y avait du boulot chez les jeunes en matière d'égalité », note le conseiller général (PS) Frédéric Petitta, en attendant l'arrivée de la star. Casquette vissée sur la tête, Sefyu est accueilli par une salve d'applaudissements et de grands cris. Mais la salle est immédiatement plongée dans l'obscurité, le temps de diffuser un documentaire. « Bon, pas de timidité à avoir parce que j'ai des vidéos qui passent sur YouTube, lance Youssef, alias Sefyu, lauréat aux Victoires de la musique en 2009. On va discuter entre nous là. Alors qui veut parler ? » Kenza se lance : « Moi, je veux faire médecine et je ne vois pas pourquoi ce serait à moi et pas à mon mari de s'occuper des enfants et rester à la maison. »

Un garçon derrière elle la hue. Sefyu intervient. « Eh ! les mecs, faites gaffe, c'est fini l'image de Cendrillon, rigole-t-il. Chacun parle à son tour et après, promis, je chanterai. » Le débat est intense. « On est plus forts, on se complète si vous voulez, mais il n'y a pas d'égalité », répond un garçon face aux filles. « On n'est pas dans la confrontation, attention, on a tous besoin des autres et il y a force physique et force psychologique », répond le rappeur d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

« On parle d'égalité des sexes, mais pourquoi il n'y a que des garçons dans le rap et les femmes sont juste des objets dans les clips ? » interroge Marie. Rires de Loubna Méliane, la militante. « Cela évolue progressivement, estime Sefyu. Et puis, regarde, il y a eu Diam's par exemple ». « Moi, en tout cas, je veux bien qu'on parle d'égalité, mais pourquoi c'est forcément le garçon qui doit faire le premier pas pour sortir avec une fille », glisse un beau gosse au fond de la salle. « C'est difficile de changer ça », répond Kenza.

Source : Le Parisien du 15 mars 2014

 

 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans 93 Infos
commenter cet article
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 09:24

Rroms : Agir plutôt que de stigmatiser

Rom-Cirque-4Il y eut les Bretons, il y eut les juifs, il y eut les yougoslaves, il y eut les portugais, il y eut les arabes, il y eut les noirs...

Aujourd'hui il y a les Rroms.

Tous sont des femmes et hommes, tous vivent de leur travail, tous sont en butte à l'arbitraire des puissants.

Où sont­ils ceux qui nous disaient « de droite » ? Pensent-­ils qu'ils font gagner « la gauche » lorsqu'ils en appellent à l'expulsion pure et simple des campements illégaux ?

De gauche nous sommes, humanistes et solidaires.

A l'heure où le Maire sort ses muscles, « monte le ton » comme dit le blog­-corbeau, nous clamons haut et fort qu'il y a des solutions plus humaines, plus justes, plus fraternelles, plus constructives que l'appel à la haine à une semaine d'un scrutin municipal.

Membres du comité de soutien, nous disons aux citoyens attachés aux valeurs de la gauche, aux valeurs de l'internationalisme et de la solidarité qu'il est temps de dire que ce ne sont pas les campements Rroms qui ne doivent plus durer.

Ce qui ne peut plus durer, c'est l'inaction complice des autorités pour trouver des solutions dignes pour les dizaines de famille qui vivent sur le bord de la nationale 2.

Ce qui ne peut plus durer c'est la démagogie qui s'est emparée d'une partie du Parti Socialiste et qui consiste à surfer sur les thématiques de l'exclusion. Plutôt qu'une manifestation pour l'expulsion, c'est de manifestations de solidarité dont ces familles ont besoin. C'est la raison pour laquelle le comité de soutien a organisé la venue de Médecins du Monde, collabore avec l'Association pour la Scolarisation des Enfants Tsiganes, avec le Secours Catholique et le Secours Populaire.

Des choses simples peuvent être faites par les autorités : fournir des toilettes et douches de chantier, accompagner la scolarité des enfants, déléguer des personnels municipaux pour aider les hommes et les femmes dans leurs démarches administratives, relayer le travail de médiation du Collectif afin de réguler les tensions entre habitants du campement et voisins

Des choses plus pérennes aussi doivent être envisagées. Nous devons mettre en œuvre d'urgence un plan d'insertion négocié avec l'Etat et la Région, en concertation avec les villes voisines, afin de reloger dans des conditions moins dramatiques des familles... comme la loi l'exige. Des villes petites et grandes nous montrent l'exemple : Gardanne, Montreuil, Nantes ,Cesson , Aubervilliers...

Quand M. Ségura prend les accents d'un populisme dangereux, c'est toute la perspective de justice sociale qui est attaquée, c'est l'idée même de la Gauche qui est affaiblie.

François Siebecke et SébastienVille

Membres du Collectif de soutien aux familles Rroms, candidats sur la liste Vivre Mieux, Ensemble, à Aulnay­-sous-­Bois. 

Aulnay-­sous-­Bois, le 15 mars 2014

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 08:10

Une réunion publique de présentation du 7ème collège d’Aulnay-sous-Bois, qui ouvrira ses portes à la rentrée 2014, s’est tenue le 10 mars dernier en présence de nombreux parents.

Pour répondre à la hausse des effectifs dans les collèges d’Aulnay, le Conseil général de la Seine-Saint-Denis a lancé la construction d’un nouvel établissement. L’établissement, qui ouvrira ses portes pour la rentrée 2014, pourra accueillir 700 élèves.

aulnay720-b91c5.jpg

Le nouveau collège comprendra notamment :

  • 1 pôle collège ouvert accessible depuis la route de Bondy et ouvert aux associations en dehors des heures d’ouverture du collège.
  • 1 gymnase et 1 plateau sportif extérieur accessibles pour les pratiques sportives même en dehors des heures de cours.
  • 1 salle de restauration pouvant servir plus de 400 repas par jour.
  • 1 système de chauffage par géothermie et des toitures végétalisées.
  • 1 Espace Parents implantée au sein du collège, lieu d’échange et de rencontre pour les parents.

Les travaux, débutés en juillet 2012 avec la démolition et le désamiantage d’anciens pavillons, ont permis la réalisation du pôle sportif inauguré en septembre 2013. Ce grand gymnase, rattaché au collège, est aussi ouvert sur la ville car il est en mesure d’accueillir des manifestations en dehors des activités scolaires. Le collège accueillera quant à lui ses premiers élèves à la rentrée 2014. Le défi relevé par le Conseil général, l’architecte Barbara Dumont et l’entreprise de construction Eiffage consiste à réaliser les travaux dans un laps de temps très court : 2 ans qui comprennent les phases de démolition, de désamiantage et de construction. Cette nouvelle structure recouverte de bois répond aux normes BCC (Bâtiment Basse Consommation). Elle utilise pour cela un système de toitures végétalisées pour l’isolation et de géothermie pour le chauffage (récupération de la chaleur naturellement produite en sous-sol). Le 7e collège d’Aulnay répond aux nouveaux besoins démographiques de la ville avec une capacité d’accueil de 700 élèves. Son restaurant scolaire est quant à lui en mesure de servir jusqu’à 400 repas par jour.

Source : http://www.seine-saint-denis.fr/
Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Education
commenter cet article
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 21:58

Alain-Amedro-2014

A Aulnay, une situation financière

dissimulée et catastrophique !

Alors que les tracts se multiplient pour annoncer la bonne santé financière de la ville (1) , Alain Amédro, las d'affirmer le contraire, a mis en ligne des documents prouvant ses inquiétudes (sur  http://vivremieux-aulnay.fr/?p=933). On peut y lire le “scénario budgétaire préconisé” du bureau municipal du 23 janvier qui demande de baisser les programmes d’équipement et “d’appliquer une augmentation significative de l’ensemble de la fiscalité en début de mandat”. Cette hausse importante des impôts, prévue par l’équipe sortante, est estimée - dans la seule de leur hypothèse détaillée - à une évolution de 20% de la fiscalité. Cette hausse correspondrait, selon leur propre calculs à 173 à 256€ d’augmentation d’impôts par an pour un ménage aulnaysien avec deux enfants.

Alain Amédro explique la situation: “Depuis notre démission en 2010, nous dénonçons certaines dérives financières et la gestion opaque de certains marchés, dont pour l’un d’entre eux la ville a été condamnée par la justice. L'adjointe aux finances refusait depuis de nombreux mois de présider la commission d’appel d’offre. Il n’est pas normal que cette situation soit cachée. Dès mon élection, j’ordonnerais un audit indépendant des finances de la ville afin de faire toute la transparence sur la situation réelle des finances de la ville. Les résultats seront rendus publics et je confierais la présidence de la commission des finances à un membre de l’opposition conformément à la charte Anticor que j’ai signée 2 .”

Contact presse : Alain Amédro - 06 12 84 03 34

www.vivremieux-aulnay.fr 29 rue Anatole France 93600 Aulnay-sous-Bois, contact@vivremieux-aulnay.fr ou 06 12 84 03 34

1 Dans son dernier tract en date (“Le magazine Capital salue la gestion de Gérard Ségura”), le candidat à l’étiquette socialiste dément une “prétendue mauvaise gestion de la ville ou sa mauvaise santé financière”.

2 A ce jour, Alain Amédro est le seul candidat aulnaysien à avoir signé la charte anticorruption de l’association ANTICOR.

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2014 !
commenter cet article
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 21:32

3676929_11-0-4191214945_545x341.jpgUNE CINQUANTAINE de cyclistes ont manifesté hier après-midi au Blanc-Mesnil contre le stationnement régulier de 13 000 wagons par an contenant des produits toxiques à la gare de triage de Drancy. En avril dernier, le préfet a pris un arrêté interdisant toute nouvelle construction dans un périmètre de 620 m autour de la gare. « C'est notre 10e manifestation en un an et nous n'arrêterons pas tant que la menace existe », tonne Alain Ramos, président du collectif de riverains en colère. Il réclame la suppression du danger soit par le contournement de l'Ile-de-France, une solution à 3 Mds EUR, soit par la création de tunnels étanches sur le site. « Nous avons remporté une première bataille avec la création d'un comité d'information qui s'est réuni en février dernier, souligne le maire PC du Blanc-Mesnil, Didier Mignot. Il faut maintenant que RFF et la SNCF comprennent le désarroi des habitants. »

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Environnement
commenter cet article

Présentation

  • : Aulnaylibre !
  • Aulnaylibre !
  • : L'information sur Aulnay-sous-Bois 100% libre et indépendante !
  • Contact

Contactez-nous !

Une info, une photo, une vidéo, une annonce à passer.

N’hésitez pas à nous contacter !

Mail : aulnaylibre@yahoo.fr

Tél : 06.81.95.11.50 / 06.07.86.09.11

Chaîne vidéo : http://www.youtube.com/user/Aulnaylibre/videos

Twitter : https://twitter.com/Aulnaylibre

Facebook : https://www.facebook.com/aulnay.libre?ref=tn_tnmn

Aulnay au fil de l'info

Ride On Time

Señor Météo

Agenda Aulnay-sous-Bois

Wikio

Wikio - Top des blogs - Multithématique