Publié le 30 Avril 2020

Une collecte de sang se déroulera le lundi 4 mai 2020 de 12h à 17h salle Chanteloup à Aulnay-sous-Bois.

Avant de vous déplacer prenez rendez-vous sur le site internet de l’Etablissement français du sang en cliquant : ici

Collecte de sang salle Chanteloup à Aulnay-sous-Bois ce 4 mai 2020

Source information et image : compte Twitter de la ville d’Aulnay-sous-Bois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 29 Avril 2020

1504 personnes encore hospitalisées en Seine-Saint-Denis

Le 29 avril 2020, les hôpitaux en Seine-Saint-Denis faisaient état de 1504 hospitalisations dues au Covid-19, soit 18 de moins que la veille.

Cela représente 90 hospitalisations pour 100 000 habitants en Seine-Saint-Denis. A titre de comparaison, il y a 114 patients hospitalisés pour 100 000 habitants à Paris, département français le plus touché par l’épidémie, et 225 en Ile-de-France, région à laquelle appartient la Seine-Saint-Denis.

Mort de 817 personnes du Coronavirus à l’hôpital en Seine-Saint-Denis

192 patients placées en réanimation en Seine-Saint-Denis

A cette même date, en Seine-Saint-Denis, 192 malades étaient placés en réanimation après avoir contracté le virus. C’est 6 personnes de moins par rapport au 28 avril 2020. Cela représente 1 patients en réanimation pour 10 000 habitants en Seine-Saint-Denis, contre 2 patients pour 10 000 habitants à Paris et 4 en Ile-de-France, dont fait partie la Seine-Saint-Denis.

817 décès à l’hôpital en Seine-Saint-Denis

Les hôpitaux en Seine-Saint-Denis enregistrent 817 décès liés au coronavirus au 29 avril 2020.

Le 29 avril 2020, c'est 6 décès de plus que la veille.

Pour ce département, cela représente 5 décès pour 10 000 habitants, contre 7 décès pour 10 000 habitants à Paris, département français enregistrant le plus de morts, et 4 en Ile-de-France.

Vous pouvez consulter l’ensemble de ces chiffres sur le tableau de bord que nous avons publié pour suivre l’évolution de l’épidémie par département .

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 29 Avril 2020

C'était l'un des aspects les plus attendus du discours d'Edouard Philippe… En tout cas chez les parents. Ce mardi, le Premier ministre a présenté les grandes lignes du plan de déconfinement et confirmé la réouverture des écoles à partir du 11 mai. En Ile-de-France et dans l'Oise, les maires, qui ont la responsabilité des écoles primaires, sont, quelle que soit leur couleur politique, perplexes.

 
Réouverture des écoles le 11 mai 2020 : les maires dans le flou après le discours du premier ministre

« Pas assez précis », « trop de questions encore en suspens » : voilà en résumé, la réaction d'un grand nombre d'élus locaux, coincés entre les demandes des parents, les réponses encore imprécises de l'Etat et la crainte d'être responsables en cas de nouveaux cas parmi les élèves. « Nous recevons tous les jours des appels et des messages innombrables de parents inquiets. Le problème, c'est que nous ne pouvons pas leur répondre », confie un élu de Seine-Saint-Denis. Pas sûr qu'ils soient plus rassurés après avoir lu ce tour d'horizon des réactions des maires de la région.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et image : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Publié le 29 Avril 2020

Ce matin, le maire Bruno Beschizza était présent en gare d’Aulnay-sous-Bois pour distribuer aux voyageurs les premiers masques mis à la disposition du public par la Région Ile-de-France et Valérie Pécresse.

Le maire Bruno Beschizza distribue des masques à la gare RER à Aulnay-sous-Bois

Un geste apprécié et très attendu des habitants.

Le maire Bruno Beschizza distribue des masques à la gare RER à Aulnay-sous-Bois

Source information et images : compte Facebook de Bruno Beschizza

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 29 Avril 2020

« C'est quand même regrettable que les maires, les premiers au contact des populations, soient si peu concertés alors que le sujet les concerne en premier chef », déplore Laurent Russier, le maire PCF de Saint-Denis, à l'issue du discours du Premier ministre Edouard Philippe sur le déconfinement prévu le 11 mai.

La question de la rentrée à l'école a particulièrement agacé l'élu communiste : « On va tout droit au fiasco ! »

Les élus du 93 pas convaincus par le plan de déconfinement du gouvernement

Ainsi, Laurent Russier estime que le troisième et dernier trimestre 2020 « n'en est plus un ». « Envisager de rouvrir les écoles pour moins de dix jours de classes si l'on respecte les demandes du gouvernement, à quoi cela sert ? Au regard de la prise de risque, c'est insensé… » Ainsi, l'édile aurait préféré un déconfinement « beaucoup plus progressif », en guise d'échauffement pour « la vraie rentrée » de septembre. « A Saint-Denis, j'ai quarante groupes scolaires. En rouvrir cinq ou six et y accueillir les élèves les plus en difficulté sur la continuité pédagogique aurait eu plus de sens selon moi et les directeurs d'école », développe-t-il.

Même son de cloche chez Yannick Hoppe, le maire UDI du Bourget, qui fait partie des huit maires centristes à avoir envoyé un courrier au préfet de Seine-Saint-Denis stipulant leur refus d'ouvrir les écoles maternelles et les crèches le 11 mai. « Je ne suis pas anti-gouvernement, loin de là… mais à l'issue de ce discours, je ne suis pas beaucoup plus avancé », grince l'édile.

« On fera partie des départements en rouge »

« On sait très bien, au vu des chiffres de Santé-Publique France, que la Seine-Saint-Denis est en difficulté face au Covid-19. On fera partie des départements en rouge selon la grille de lecture annoncée par le gouvernement, c'est-à-dire ceux qui seront soumis à un déconfinement plus strict, poursuit encore Yannick Hoppe. En cela, je reste convaincu de la nécessité de garder nos écoles maternelles fermées le 11 mai. Cela aura le mérite, aussi, de mobiliser les personnels, même les enseignants, sur la gestion des écoles élémentaires. Et ce, pour limiter la casse ! »

De son côté, Philippe Dallier, sénateur LR et conseiller municipal aux Pavillons-sous-Bois, pose la question de la « territorialisation » du déconfinement avancée par le Premier ministre. « C'est bien beau… mais en Île-de-France, comment on fait ? Peut-on sérieusement envisager de déconfiner l'un des départements mais pas le voisin, alors que l'on connaît les flux de personnes, notamment de travailleurs, entre chacun d'entre eux ? »

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article : journal Le Parisien / Source photo d’illustration : Wikipédia

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Publié le 28 Avril 2020

Le nom de cette association « Citoyens de Demain » ne vous dit rien ? C’est aussi notre cas. Il semble après quelques recherches… qu’elle n’ait que deux adhérents : Mustapha Rezzaki et Mohamed Ayyadi. Au moins, les assemblées générales sont vite faites. Si l’engagement de cet enseignant peut être salué, il est assez troublant de découvrir qu’à chacune de ses actions, même la plus minime, il veuille y donner le plus large écho. Nous vous laissons regarder dans google…

Aujourd’hui, celui-ci a envoyé, de son propre chef un article pour publication à la rédaction d’Aulnay Cap. Cet article publié nous a laissé pantois…

D’abord, par les auto-éloges que son auteur y fait de son action ! Celui-ci allant même jusqu’à écrire, parlant donc de lui-même à la 3ème personne qu’il a montré (pardon, son association) « une solidarité citoyenne exceptionnelle ».

Mieux, ne tarissant pas d’éloge que sur lui-même, il en fait profiter son camarade : « la participation de Monsieur Mohamed AYYADI au côté de Monsieur Mustapha REZZAKI (…) était précieuse ». Du monsieur par ci, par là… Il n’est point d’éloge plus flatteur que celui-ci fait par soi-même, c’est connu. [NDLR : Nous passerons sur la faute de grammaire… L’enseignant en question l’étant en sciences physiques et non en français].

Et puis ensuite, ou plutôt surtout par le fait que derrière cette distribution de denrées, nous pouvons voir les arrière-cuisines. Et là, nous avons été choqués. Oui, excusez-nous, mais en voyant ces images, nous avons pris peur pour nos pompiers, nos soignants, nos infirmiers et nos médecins ! Comment peut-on cuisiner dans des conditions sanitaires aussi dangereuses en cette période de crise sanitaire ? 

Aulnay-sous-Bois : l’association de Mohamed Ayyadi solidaire… mais ne respecte pas la loi sur les normes sanitaires

Il y a 7 gravissimes erreurs de base au niveau sanitaire sur ces images :
 

  • 1. Sur la première image de gauche… Vous pouvez voir que la pièce dans lequel sont assemblées les plats est un… garage. Miam… Non ?
  • 2. Même image, l’un et l’autre de nos apprentis cuisiniers ne portent aucun masque… faisant ainsi courir le risque aux soignants d’être contaminés par leurs postillons.
  • 3. Toujours à gauche, vous remarquerez qu’ils sont mains nues. Mais c’est un garage ! Il y a des poignets de portes, des tables pas franchement nettoyées… et le conseiller départemental manipule la nourriture avec sa main… très propre à n’en pas douter.
  • 4. Passons à l’image du milieu ! Formidable, le cuisinier a trouvé un masque, c’est mieux pour ne pas contaminer les denrées… mais n’a toujours pas de gant. Il manipule ainsi comme notre conseiller départemental la nourriture avec ses 5 doigts de la main gauche. Si pour une cuisine familiale, cela peut passer, cela n’arrive jamais en cuisine.
  • 5. Image de droite, sitôt le masque mis, notre enseignant de collège semble avoir oublié que le masque doit couvrir le nez, sinon il ne sert à rien ! Avec la réouverture des collèges qui doit arriver prochainement, espérons qu’il sache mieux le mettre dans des classes avec des élèves pour ne pas les contaminer !
  • 6 & 7. Nous vous laissons trouver :-)


La générosité est une chose formidable. Mais la meilleure des générosités, c’est celle qui est discrète. D’autres collectifs, des élus départementaux, régionaux et municipaux s'engagent pour aider les habitants comme les soignants. Mais d’une part, ils font mieux attention aux consignes sanitaires dans l’élaboration des denrées, et d’autre part dès qu’ils font une action, ils n’en font pas un article tout entier dédié à leur gloire sur les réseaux sociaux !

Avant de terminer cet article, nous vous rappelons les gestes barrières que ces messieurs seraient bien inspirés d'apprendre par coeur !

Aulnay-sous-Bois : l’association de Mohamed Ayyadi solidaire… mais ne respecte pas la loi sur les normes sanitaires
Aulnay-sous-Bois : l’association de Mohamed Ayyadi solidaire… mais ne respecte pas la loi sur les normes sanitaires
Aulnay-sous-Bois : l’association de Mohamed Ayyadi solidaire… mais ne respecte pas la loi sur les normes sanitaires

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Associations

Publié le 28 Avril 2020

[IMPORTANT]  Précisions suite à la déclaration du Premier Ministre concernant le déconfinement

Le Premier ministre a présenté ce jour à l’Assemblée nationale le cadre général de la stratégie de sortie du confinement. Ce samedi, un nouveau Conseil des ministres décidera du prolongement de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 21 juillet prochain. Ce prolongement sera ensuite soumis au parlement.

Précisions de la ville d’Aulnay-sous-Bois suite à la déclaration du Premier Ministre concernant le déconfinement

Transports, commerces, établissements scolaires, crèches, déplacements, dépistages, travail, culture, lieux de convivialité, vie collective… Les thématiques abordées dans le discours politique du Premier ministre étaient nombreuses car ce confinement affecte de façon globale nos vies en société.

Cette vision politique doit être traduite administrativement par des instructions ministérielles : décrets, règlements, circulaires pour les ministères concernés avec par exemple des protocoles sanitaires décidés par les services de santé. Ces directives nationales connues, les préfets pourront dès lors les décliner dans les territoires selon les circonstances locales.

Cette sortie du confinement est progressive. Le calendrier de sortie du confinement sera d’ailleurs réajusté pour chaque région et chaque département toutes les 3 semaines par les services de l’Etat.

En ce qui concerne la Seine-Saint-Denis et Aulnay-sous-Bois en particulier, vous êtes nombreux à vous poser des questions par exemple sur les modalités de la réouverture des écoles et des crèches. Ces questions sont légitimes. La mairie ne pourra y répondre que lorsque le Préfet de la Seine-Saint-Denis aura traduit au nom de l’Etat ces instructions gouvernementales.

Ce jeudi, le Préfet de la Seine-Saint-Denis réunira les maires et parlementaires du département. Nous vous tiendrons au courant au fil de l’eau.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Communiqués

Publié le 28 Avril 2020

[Déconfinement]

Alors que le plan du Gouvernement est présenté en ce moment à l’Assemblée Nationale, avec mes collègues Les Députés Les Républicains, nous avons travaillé sur un plan de déconfinement s’articulant autour de 50 propositions que vous trouverez ici : bit.ly/3eTUpHg

Les Français se posent et à juste titre, bien des questions sur la stratégie gouvernementale. Vous pourrez compter sur moi et mes collègues pour qu’elles soient toutes posées.

Le député d’Aulnay-sous-Bois Alain Ramadier demande un déconfinement clair et sous protection

Source information et image : compte Facebook d’Alain Ramadier

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 28 Avril 2020

Confiné depuis un mois et une semaine au cinquième étage de mon bâtiment de la cité des Étangs, à Aulnay-sous-Bois. Avec l'arrivée des beaux jours, j'entends par mon balcon des enfants jouer dans l'aire de jeu face à mon immeuble et, par la fenêtre de la cuisine, ce sont les vroum vroum des deux roues qui rivalisent d'intensité sonore le long de la nationale 2.

Journal d’un confiné à Aulnay-sous-Bois : le ramadan est presque venu sur la pointe des pieds

Ma mère de 83 ans rêve de repartir au Maroc où sa condition sociale est autre, où elle coulait une douce retraite avant l'aggravation de l'état de santé de mon père, atteint d'Alzheimer, il y a quelques années, et leur retour en France. Elle semble ne pas vouloir complètement accepter d'être devenue dépendante de ses enfants.

Mon père, un lion en cage

Pourtant, elle va devoir s'armer de patience, avec le covid-19 : je me demande combien de temps encore mes parents resteront enfermés.

Mon père, lui, est un véritable lion en cage. Il veut bouger. Tout le temps. Malgré son déambulateur. Peu lui importe où il est, il ne se sent jamais chez lui, tant Alzheimer met à mal ses repères. Il a besoin de bouger et de contact social. Il a besoin de saluer les voisins qu'il reconnaît, de leur claquer des bises. Chaque rencontre est une aventure.

Très tôt, quand la maladie a été diagnostiquée, j'ai remarqué qu'il était plus éveillé dehors qu'à la maison. Comme si reconnaître des gens et des lieux reconstruit dans son esprit une nouvelle mémoire du quotidien. Cette mémoire a besoin d'être active.

Là, depuis un mois et demi, je vois qu'il tourne en rond. Il va être difficile de le garder en cage très longtemps. J'ai bien pensé à le sortir tôt le matin ou tard le soir. Mais il veut du contact, il veut rencontrer des gens, il veut vivre, tout simplement.

On croise d'anciennes connaissances en faisant nos courses. Une ex-voisine d'origine turque m'interpelle alors que j'attends Moha, un voisin et ami habitant au rez-de-chaussée. Après une question introductive sur l'état de santé de mes parents, elle me demande si j'habite encore le quartier et m'interroge sur le nombre d'enfants que j'ai. Quand je lui dis que je fais partie des « résistants pas encore mariés », elle répond que j'ai eu raison. Cela m'interroge, mais je n'ai pas le temps d'approfondir.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Publié le 28 Avril 2020

Cher(s) clients de Folies d’encre,

Devant le succès de notre opération « Drive » de samedi dernier, nous vous proposons une nouvelle session sur ce mode ce samedi entre 16h et 18h.

Opération drive le samedi 2 mai 2020 chez Folies d’encre à Aulnay-sous-Bois

Vous pouvez donc nous envoyer vos commandes des aujourd’hui via le site www.placedeslibraires.fr ou www.librairies93.fr

Je vous rappelle que nous pouvons vendre uniquement les livres en stock dans la librairie de Folies d’encre d’Aulnay/Bois et Gagny.

Notre servics de commandes n’étant pas encore opérationnel chez nos fournisseurs.

Merci pour votre soutien.

Jacques-Etienne Ully

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 28 Avril 2020

Lutter contre le Coronavirus est une responsabilité partagée. C’est pourquoi H Market à Aulnay-sous-Bois renforce ses mesures en matière de sécurité sanitaire.

Gel hydroalcoolique et distribution de masques pour les clients H Market à Aulnay-sous-Bois

Les caddies sont désinfectés en entrée de magasin, du gel hydroalcoolique est mis à disposition et des masques sont proposés aux clients non-équipés.

A notre connaissance, un tel dispositif n’était pas mis en place par exemple au Carrefour City du Vieux-Pays à Aulnay-sous-Bois ou encore chez Grand Frais à Villepinte

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Publié le 28 Avril 2020

Vous pouvez prendre connaissance ci-dessous d’une vidéo. Elle adresse un immense merci aux agents municipaux de la ville d’Aulnay-sous-Bois qui restent mobilisés au service des habitants pendant la crise sanitaire du Coronavirus.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Divers

Publié le 28 Avril 2020

En matière de confinement, il y a les bons et les mauvais élèves. Les chiffres fournis par la préfecture de police de Paris, compétente sur l'ensemble de la petite couronne, sont sans appel : les mauvais sont en Seine-Saint-Denis et les meilleurs… à Paris.

 
Le 93 mauvais élève du confinement avec 41 103 amendes pour 242 259 contrôles !

Entre le début du confinement et le 25 avril, les forces de l'ordre ont contrôlé 1 104 060 personnes à Paris et en ont verbalisé 69 082 soit 6,3 % du total. En Seine-Saint-Denis, les 242 259 contrôles ont donné lieu à 41 103 amendes, soit… 17 % du total ! Les Hauts-de-Seine, avec 8,7 % d'amendes sur 210 863 contrôles, s'en sortent avec les honneurs alors que le Val-de-Marne, 13,7 % de personnes verbalisées sur 163 353 contrôles, s'en sort tout juste.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et carte : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Publié le 28 Avril 2020

« Nous refusons de mettre les enfants et les agents en danger, et de relancer l'épidémie de Coronavirus ! » Les maires centristes de huit villes de Seine-Saint-Denis annoncent qu'ils n'ouvriront pas les écoles maternelles ni les crèches le 11 mai, date du début du déconfinement progressif annoncé par le gouvernement.

 
Les maires de Drancy et du Bourget refusent de rouvrir crèches et maternelles le 11 mai 2020

Ces villes sont Bobigny (54 000 habitants), Drancy (72 000), Saint-Ouen (49 000), Noisy-le-Sec (44 000), Le Bourget (17 000), Livry-Gargan (45 000), Coubron (5 000) et Le Raincy (15 000).

Dans un courrier envoyé au préfet de Seine-Saint-Denis et à l'Education nationale, les élus - tous centristes - expliquent que leurs écoles maternelles et les crèches « resteront fermées jusqu'en septembre ». En cause : « Les conditions de sécurité et de sérénité impossibles à assurer » pour l'accueil en classe et en crèche des plus petits, résume Aude Lagarde, l'une des signataires du courrier. Le sénateur Vincent Capo-Canellas et le député Jean-Christophe Lagarde, tous les deux UDI, soutiennent cette prise de position.

Des parents « inquiets »

« Le virus ne va pas s'arrêter le 11 mai, rappelle Aude Lagarde. Les conditions pour un retour à l'école, alors que le virus est toujours là, ne sont pas réunies ! Il en va de la responsabilité pénale des élus… » Et selon elle, tous les maires du 93 « croulent » sous les mails, SMS, et messages de parents « inquiets » des modalités du déconfinement pour leurs enfants.

« La première des conditions indispensables pour assurer le retour à l'école serait que le personnel adulte, enseignants, agents ou prestataires privés comme celui dédié à la restauration, soit dépisté préalablement, puis régulièrement. Peut-on prendre le risque qu'un adulte infecté vienne contaminer nos enfants et le reste du personnel », questionne Aude Lagarde.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 28 Avril 2020

CORONAVIRUS] 🧑💼 Plusieurs dispositifs ont été mis en place par l'Etat et la Région Ile-de-France pour venir en aide aux entreprises durant la crise sanitaire et économique. Un fond d’urgence de 10 millions d'€ a également été débloqué pour l’achat de matériel pour les médecins, sagefemme, infirmiers libéraux et pharmaciens. La liste de ces dispositifs est régulièrement mise à jour sur le site internet de la Ville. 💼

POUR EN SAVOIR PLUS 👉 cliquez : ici

Les dispositifs pour aider les entreprises à Aulnay-sous-Bois pendant le Coronavirus

Source information et image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Economie

Publié le 27 Avril 2020

 Cet après-midi, le maire Bruno Beschizza a accueilli la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse. Elle est venue offrir un respirateur et 1 000 masques FFP2 pour le personnel soignant.

Un respirateur et 1 000 masques FFP2 offerts par la région Ile-de-France à Aulnay-sous-Bois

Source information et image : compte Twitter de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Publié le 27 Avril 2020

« Dans mon placard, j'ai une boîte de spaghetti. Dans mon frigo… rien. Vous ne sauriez pas où l'on peut trouver une aide alimentaire ? » Au bout du fil, « madame Tandian », une mère de famille habitant la cité de l'Europe d'Aulnay-sous-Bois, appelle à l'aide. Dignement.

Pour le bailleur Emmaüs habitat pas de report de loyers automatique cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois

« On est le 23 du mois, et je n'ai absolument rien pour acheter à manger », se désole son mari. Avec leurs deux enfants , ils font partie de ces familles de Seine-Saint-Denis durement touchées par la crise sanitaire et économique, délestées d'une partie de leurs revenus déjà modestes.

Emmaüs-Habitat, le bailleur de cette cité de 800 logements du nord de la ville, met sur la table une série de propositions, dont le report de loyers « dans certains cas ». « Pas suffisant », pour l'amicale des locataires.

« Je suis à découvert. Quand ils voudront prélever mon loyer, la banque ne passera pas le paiement. »

« Je suis femme de ménage. Habituellement, je gagne environ 900 € par mois. Avec le confinement, je ne peux plus travailler, donc je n'ai aucun revenu depuis plusieurs semaines », explique la mère de famille. Son époux, lui, est au chômage partiel. « J'ai perdu 263 € sur ma paie de 1 500 €. Il me reste donc moins de 1 250 € pour payer un loyer de presque 700€, sans compter l'électricité, le gaz, le téléphone, et évidemment, l'alimentation », détaille-t-il.

Avec ses deux enfants qui ne bénéficient plus de la cantine, la facture alimentaire a grimpé. Mais ce qui le hante le plus, c'est qu'il ne peut plus envoyer d'argent - environ 150 € chaque mois - à sa mère de 85 ans restée en Afrique. « Là-bas, elle n'a rien elle non plus, il n'y a pas d'aide, elle n'a même plus un sac de riz », se désole-t-il.

Pour autant, la famille Tandian « refuse » de faire l'aumône. « Supprimer le loyer, si ce n'est pas possible… je peux le comprendre. Mais il faut absolument créer des facilités de paiement durant la crise. De toute façon, je suis à découvert. Quand ils voudront prélever mon loyer, la banque ne passera pas le paiement. »

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article : journal Le Parisien / Source photo : Aulnaylibre.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 27 Avril 2020

Le violeur présumé du parc du Sausset à Aulnay-sous-Bois a été interpellé alors qu'il venait de faire une nouvelle victime. La jeune femme qu'il venait d'agresser a réussi à lui échapper et à alerter la police. Il a été interpellé par la brigade anti-criminalité d'Aulnay peu de temps après.

 
Le violeur du parc du Sausset à Aulnay-sous-Bois interpellé après une nouvelle agression sexuelle

Vendredi en fin d'après-midi, cette femme de 25 ans se promène dans le parc départemental quand elle est abordée par un inconnu qui engage la conversation, puis se fait beaucoup plus pressant, l'agresse sexuellement et se sauve.

Il reconnaît les faits et un précédent viol

Au commissariat, la jeune femme réussit à donner un signalement très précis de son agresseur, un homme jeune âgé de 25 à 30 ans. Interpellé dans la foulée, l'homme veut faire croire qu'il est mineur. Placé en garde à vue, il reconnaît l'agression mais également le viol d'une femme de 45 ans commis mercredi dernier dans ce même parc à la nuit tombée. La première victime l'a aussi formellement reconnu. Elle n'avait en revanche pas réussi à échapper au prédateur.

Il l'avait attaqué par l'arrière et tenté de l'étrangler. Puis il l'avait roué de coups jusqu'à lui faire perdre connaissance. Quand elle avait recouvré ses esprits, elle était dévêtue. Des lésions importantes avaient été constatées par l'unité médico-judiciaire (UMJ) et une enquête ouverte pour viol, confiée au service départemental de la police judiciaire (SDPJ).

L'homme a été présenté ce lundi à un magistrat de Bobigny après une garde à vue prolongée.

Jeudi dernier, au lendemain de l'agression d'Aulnay, une jeune femme de 20 ans avait été violée rue Buffon à Montreuil à 22 heures. Deux hommes avaient maîtrisé leur victime avant que l'un d'eux n'abuse d'elle.

En période de confinement les femmes qui circulent seules dans des rues souvent vides sont devenues des proies faciles.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié le 27 Avril 2020

Ce matin-là, sur la feuille scotchée à même le conteneur à ordures, la mention « héros » s'accompagne du dessin enfantin et très coloré d'un éboueur. « Ça m'a fait chaud au cœur, j'ai eu le sourire direct ! Les gens réalisent enfin qu'ils ont besoin de nous », réagit Edouard *. Il est « ripeur », en Seine-Saint-Denis.

 
Face au Coronavirus les éboueurs à Aulnay-sous-Bois et dans le 93 sont des héros

Autrement dit, il est l'un de ceux que les habitants aperçoivent perchés à l'arrière des camions de collecte. Chargés de lever et vider les poubelles. Lever et vider. Encore et encore.

Edouard, le super-héros n'a pourtant pas toujours les bons équipements pour faire face aux risques professionnels de contamination au coronavirus. « En ce moment, nous n'avons plus de gants jetables pour nous protéger les mains lorsque l'on retire nos gants de collecte, que l'on monte dans la cabine ou que l'on touche une barre d'appui. En attendant d'en recevoir, on a obtenu le droit de changer la paire de gants de collecte à la fin de chaque journée. »

« Toux, perte de l'odorat et du goût… » Arrêté depuis trois semaines, Valentin*, qui est conducteur de benne à ordures dans une société concurrente à celle d'Edouard, a développé tous les symptômes du Covid-19. « J'ai respecté le confinement, les gestes barrière à la maison. Les seuls risques que j'ai été amené à prendre, c'est au travail », constate froidement Valentin qui intervient dans une ville de Seine-Saint-Denis de 50 000 habitants. « Il y a beaucoup de cités et beaucoup de conteneurs à récupérer et vider. »

« On nous a donné une savonnette mais pas d'eau pour l'utiliser »

« On n'a pas de masques, poursuit-il. Le gel hydroalcoolique n'est disponible que dans les locaux. Dans les camions, on nous a donné une savonnette pour nous laver les mains, mais pas d'eau pour l'utiliser ! À la place, on ramène chacun nos petits flacons personnels de désinfectant quand on en a. »

Les ripeurs de l'entreprise d'Edouard bénéficient en revanche d'un masque chirurgical par jour. « Mais ça ne sert pas à grand-chose si on inhale des particules contaminées, en manipulant les conteneurs. Il nous faudrait des FFP2 qui ont des filtres », estime Edouard.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article : journal Le Parisien / Source photo : Aulnaylibre.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Publié le 27 Avril 2020

COMMERCES] 🛍🍊🍉🧀 Pendant le confinement, vos commerçants de proximité restent à votre service. Chaque jour, la liste des commerces ouverts est mise à jour sur le site internet de la Ville d'Aulnay-sous-Bois.

 Retrouvez également la liste des restaurants et des commerçants des marchés forains qui font de la vente à emporter ou de la livraison à domicile.

À CONSULTER  👉 ici  

Pendant le confinement soutenons les commerçants de proximité à Aulnay-sous-Bois

Source information et image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Publié le 27 Avril 2020

Dans la perspective du déconfinement programmé le 11 mai prochain, l’association Aulnay à vélo travaille à la promotion du vélo comme mode de déplacement adapté à la distanciation sociale.

Préparons le déconfinement en créant des pistes cyclables temporaires à Aulnay-sous-Bois

L’association porte le projet de pistes temporaires car cette solution présente l’avantage d’avoir un faible coût et une adaptabilité réelle aux besoins des habitants qui doivent réapprendre à vivre ensemble en respectant des exigences sanitaires de distanciation.

Préparons le déconfinement en créant des pistes cyclables temporaires à Aulnay-sous-Bois

Vous trouverez dans cet article leurs principaux axes de travail en ce sens.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 27 Avril 2020

Depuis le 17 mars, Le Relais a suspendu la collecte du textile. Ainsi, il est demandé de conserver chez soi vos sacs fermés en attendant la reprise de l’activité afin d’éviter un engorgement des conteneurs. Le non-respect de ces consignes est passible d’une amende pouvant atteindre 450 euros.

 

Le Relais à Aulnay-sous-Bois suspend la collecte de textile pendant le confinement

Source information et image : compte Twitter de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Divers

Publié le 26 Avril 2020

La joie se lit sur le visage de Mahiedine, 6 ans, et Isaq, 4 ans. L'un sur une rutilante petite moto en plastique rouge, le second sur une trottinette, ils s'égayent dans un grand jardin, à l'ombre de deux grands arbres. Ce vendredi après-midi, à Aulnay-sous-Bois, ils profitent d'une heure et demie de bonheur… sous l'œil attentif de deux auxiliaires d'insertion de la Mission handicap municipale.

 
Autisme à Aulnay-sous-Bois : une structure adaptée pour les enfants pendant le confinement

« Un grand bol d'air pour eux », souffle Rahma, la maman de Mahiedine. Les deux bambins sont atteints de troubles dans le spectre de l'autisme (TSA). Pour eux, le confinement est un enfer. En France, on estime à 700 000 le nombre de personnes autistes, dont 100 000 enfants.

Alors, à destination d'une vingtaine de familles concernées, la municipalité de Bruno Beschizza (LR) vient de réquisitionner un local attenant au gymnase Ormeteau, où s'est installée la Mission handicap. Deux fois par semaine, à raison d'une heure et demie, deux enfants autistes sont pris en charge par des agents spécialisés. Objectif : maintenir une interaction sociale et éducative pour ces enfants qui nécessitent un suivi personnalisé, et dont l'école ou l'institut médico-éducatif dans lequel ils sont habituellement inscrits sont fermés, confinement oblige.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 26 Avril 2020

Asperges des sables sur gribiche-mimosa, tourte feuilletée de pintade au son da chi (un agrume japonais), poivrades et grenailles, et enfin un Paris-Brest de gastronome… Vendredi soir, à Aulnay, Marc Notarianni a invité toute son épouse et ses deux enfants au restaurant. A un détail près toutefois : le menu de haute volée, concocté par le seul chef étoilé du 93, a atterri… sur la table familiale. « Et c'était très bon, comme toujours ! »

 
Des menus à emporter pour 32 euros à l’Auberge des Saints Pères à Aulnay-sous-Bois

C'est l'un des résultats inattendus du confinement. Faute de pouvoir recevoir les clients, L'Auberge des Saints-Pères, institution culinaire nichée dans le sud pavillonnaire d'Aulnay, se lance dans la vente à emporter*. Les premiers menus se sont écoulés ce week-end. « Il faudra du temps pour que la confiance revienne, même après la fin du confinement, estime le chef Jean-Claude Cahagnet. En attendant, pourquoi ne pas se payer un repas étoilé à la maison ? »

Pourquoi pas, en effet ? L'initiative, discrètement annoncée sur la page Facebook du restaurant, a fait mouche. Pour le premier week-end, Jean-Claude Cahagnet tablait sur 30 commandes… Il en a eu 120. « Vous vous rendez compte, un menu étoilé à 32 euros? C'est le prix d'un Hippopotamus! », glisse Marc Notarianni.

Ce samedi, en fin de matinée, c'est donc le coup de feu dans la cuisine refaite à neuf du restaurant. Le pâtissier et le bras droit du patron s'activent au-dessus des portions, déposées au creux de grandes fleurs de carton, qui se referment façon origami. Son épouse gère les commandes.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Publié le 26 Avril 2020

Ce matin, le maire Bruno Beschizza s’est rendu Place L’Herminier et devant la plaque de la rue des Frères ASPIS afin de déposer une gerbe au nom du conseil municipal de la Ville d'Aulnay-sous-Bois à l’occasion de la Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la Déportation.

Célébration des victimes et héros de la Déportation à Aulnay-sous-Bois par le maire Bruno Beschizza

En raison de la crise sanitaire, cette cérémonie publique n’a pas pu être organisée cette année. C’est pourquoi le maire invite les Aulnaysiennes et les Aulnaysiens à avoir aujourd’hui une pensée particulière pour les familles de victimes.

Célébration des victimes et héros de la Déportation à Aulnay-sous-Bois par le maire Bruno Beschizza

Source photos : compte Facebook de Bruno Beschizza

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Fêtes et Cérémonies