Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 07:19

CANNABIS.jpgHier, à l'occasion d'une visite des parties communes d'un immeuble, rue du Docteur-Jean-Perlis, dans le quartier du Gros-Saule, à Aulnay-sous-Bois, les policiers ont découvert dans un box un sac contenant 29 sachets d'herbe de cannabis, pour un poids total de 2,5 kg. Le commissariat local est saisi de l'enquête.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans A vos quartiers !
commenter cet article
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 06:19

logo pole emploi 469 1905b1 990 chômeurs de plus en un mois. L'amélioration enregistrée le mois dernier n'était visiblement qu'un feu de paille. Le chômage repart à la hausse dans le département, avec +1,7 % de demandeurs d'emploi de catégorie A (n'ayant pas du tout travaillé dans le mois) entre fin août et fin septembre, ce qui porte le nombre total de chômeurs à 117 100. Si l'on ajoute les catégories B et C (ayant travaillé quelques heures dans le mois), la hausse est de 1,6 % et le total est de 156 030 personnes inscrites à Pôle emploi. Sur un an, le taux de chômage a augmenté de 7,6 % (catégorie A) et de 8,4 % (A,B,C).

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Emploi
commenter cet article
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 17:14

Comme nous vous l’annoncions dans nos colonnes mercredi soir, des journalistes de TF1 sont venus tourner un reportage avec les enfants du centre de loisirs Fontaine des Près à Aulnay-sous-Bois pendant la semaine du goût. Vous pouvez le découvrir ci-dessous en vidéo.

Source vidéo : site de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Education
commenter cet article
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 16:19

Voici venu le temps de l’énigme du week-end !

enigme.png

Où se trouve ce charmant décor ? A Aulnay-sous-Bois, c’est sûr ! Mais où exactement ? A vous de jouer !

 

 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Jouons un peu
commenter cet article
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 12:00

GS-JC.pngAlors que les municipales ont livré leur verdict depuis sept mois à peine, les appareils politiques locaux s’agitent déjà devant la perspective du prochain scrutin, à savoir les élections départementales en mars 2015 à Aulnay-sous-Bois. Et oui, les Aulnaysiens ne le savent peut-être pas encore mais nous sommes à nouveau en campagne électorale !

Les élections départementales de 2015 sont les premières élections permettant d’élire les conseillers départementaux de l’ensemble des conseils généraux. Elle remplacent les élections cantonales. Il s’agira à cette occasion d’élire un binôme de candidats constitué obligatoirement d’une femme et d’un homme au scrutin majoritaire à deux tours.

La grande nouveauté de ce scrutin est que la ville divisée auparavant en deux cantons, nord et sud, se trouvera réunifiée à cette occasion. Actuellement notre commune est représentée au niveau départemental par Gérard Ségura (PS) qui a remporté l’élection cantonale nord en 2011 et par Jacques Chaussat (UDI) vainqueur dès le premier tour de la cantonale sud en 2008.

Qui pour succéder à Gérard Ségura et Jacques Chaussat ?

LBC-GCLa vraie question qui se pose à gauche est de savoir si après sa lourde défaite lors de l’élection municipale de mars dernier ( à peine plus de 39 % des voix au second tour ) Gérard Ségura se lancera à la conquête d’un nouveau mandat. Certaines sources prétendent que, malgré le soutien de Claude Bartolone, l’ancien maire d’Aulnay-sous-Bois pourrait passer le flambeau. Le nom de Guy Challier, actuel conseiller municipal d’opposition, circule, mais ce dernier aura-t-il le charisme et l’envergure de son prédécesseur ? Côté féminin, Latifa Bezzaouya-Cotrie  semble indéniablement réunir les qualités requises de la parfaite candidate potentielle.

FC-MA.pngA droite, le point d’interrogation demeure la capacité ou non de l’UMP et l’UDI à s’entendre dès le premier tour pour présenter un binôme unique. En attendant d’y voir plus clair, côté UMP, le candidat légitime, bien que lourdement battu en 2011 par Gérard Ségura dans le canton nord (près de 2000 voix d’écart), reste Frank Cannarozzo. Son expérience et sa constance sur l’échiquier politique  Aulnaysien constituent des atouts de poids.

Une surprise n’est toutefois pas à exclure. Ainsi, la cote deSM-BG Mohamed Ayyadi, l’adjoint au maire en charge de la jeunesse, des sports et de la vie associative, semble grimper en flèche ces dernières semaines. De même, Benjamin Giami, récemment reçu par Nicolas Sarkozy,  pourrait être tenté de porter les valeurs libérales et progressistes de la droite d’avance. A moins qu’il ne décide de prendre de la hauteur et n’ambitionne des responsabilités nationales plus en rapport avec ses qualités naturelles. Séverine Maroun, en tant que première adjointe au maire, est évidemment la favorite pour la gente féminine côté UMP.

AP-SM.pngA l’UDI, faute de successeur réellement crédible, Jacques Chaussat pourrait peut-être se laisser tenter par un nouveau challenge électoral bien que les 14 % obtenus lors du dernier scrutin municipal puissent s’avérer une base insuffisante pour ambitionner la victoire. Dans cet optique, afin de préparer l’avenir, les centristes pourraient choisir pourquoi pas le renouvellement et miser sur la doublette Amélie Pinheiro - Sébastien Morin, respectivement adjointe en charge des jeunes et adjoint à la culture, qui ne manque pas de charme. Toutefois, l’élection prochaine du nouveau président de l’UDI et le nom de son futur vainqueur (Jean-Christophe Lagarde, favori de Jacques Chaussat et Amélie Pinheiro ou Hervé Morin, poulain d’Amar Amrane et Billel Ouadah) pourraient considérablement changer la donne localement.

L’abstention futur vainqueur du scrutin de mars 2015 ?

abstention.JPGFaute d’être en mesure de rivaliser à armes égales avec les grands partis, les candidats des autres formations politiques locales profiteront sans doute du premier tour de scrutin pour tester leur poids électoral. Pour mémoire, en 2011, dans le canton nord, François Siebecke (EELV) avec un peu plus de 7 % des voix et Miguel Hernandez (5,45%) pour le PCF n’avaient pu jouer que les seconds rôles. A l’instar de la percée fulgurante de Daouda Sanogo en 2011, des candidats sans étiquette pourraient peut-être aussi se laisser tenter par l’ivresse d’une aventure électorale. De ce point de vue, Moktar Fahrat, fer de lance d’Aulnay Vers Le Haut (5,42 % aux dernières élections municipales) parait le plus crédible.   

Enfin, demeure en suspens la question ultime : le Front National présentera-t-il des candidats à Aulnay-sous-Bois ? Pour rappel, en 2011, dans la cantonale nord, Didier Caron, illustre inconnu  extérieur à la ville était arrivé en troisième position lors du premier tour avec près de 16 % des voix sans avoir fait campagne ni distribué le moindre tract. Le FN pourrait peut-être rééditer ce score voire faire plus en surfant sur le climat de crise ambiant dans notre pays.

A moins que le futur vainqueur du scrutin de mars ne soit finalement déjà connu : à savoir l’abstention. Pour mémoire elle avait atteint par exemple 69,44 % et 64,77 % respectivement au premier et second tour des cantonales nord de 2011.

En attendant d’identifier les inconnues dans l’équation, à vos pronostics !

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans En route vers 2015 !
commenter cet article
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 10:19

psapoissy.jpgPoissy, hier midi. Le tract de la CGT en main, Luckson quitte l'usine en pestant à voix haute. « C'est la m... » lâche ainsi le salarié en rejoignant sa navette. Ce membre de l'équipe du matin, qui vient chaque jour des Andelys (Eure), où il réside, a une triste impression de déjà-vu. Arrivé en décembre à Poissy, il fait partie des quelque 600 ouvriers -- ceux que l'on appelle communément les ex-Aulnay -- à avoir connu les longs mois de grève de 2013 puis, pour finir, la fermeture totale de l'usine de Seine-Saint-Denis. Et pour lui, pas de doute : le site de Poissy prend le même chemin. « Cela avait commencé exactement comme ça à Aulnay, explique-t-il. Il y avait d'abord eu des travaux au sein de l'usine, puis l'arrêt d'une ligne de montage. Sincèrement, cela sent très mauvais. Si Aulnay a pu fermer, il n'y a pas de raison que ce soit différent à Poissy. » Luckson dit en avoir « plus que ras-le-bol » de vivre dans l'incertitude du lendemain. Et, selon lui, tout est fait pour préparer le terrain d'une vaste purge au sein des effectifs. « Ils passent leur temps à nous dire gentiment : allez voir ailleurs. On restera jusqu'au bout et on prendra le chèque s'il y en a un. Et on essaiera de faire autre chose. »

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Emploi
commenter cet article
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 08:50

aulnay18_540_360.jpgDans le cadre du plan national de traitement des foyers de travailleurs migrants piloté par la C.I.L.P.I. (Commission Interministérielle pour le Logement des Populations Immigrées), la transformation du foyer d’Aulnay-sous-Bois géré par COALLIA (ex AFTAM), situé 9 rue Calmette et Guérin (360 places) dans le quartier du Gros Saule, et son évolution vers un statut de résidence sociale ont été programmées.

L’évolution des foyers en résidences sociales a pour objectifs d’autonomiser les logements, contribuer lorsqu’elle existe à limiter la sur-occupation, améliorer fortement la qualité d’usage, la qualité environnementale et la qualité architecturale, requalifier, spécifier les usages et les modes de gestion des espaces collectifs, rechercher des économies de coût de gestion par une approche globale.

Le quartier du Gros Saule localisé au nord de la ville d’Aulnay-sous-Bois a été créé à la suite d’une urbanisation datant des années 70. Dans sa configuration actuelle, ce quartier constitué principalement de logements sociaux souffre d’un enclavement important. Il fait à ce titre l’objet de réflexions menées par la Ville. Mis en service en janvier 1973, le foyer COALLIA (ex AFTAM) est l’un des bâtiments les plus anciens du quartier du Gros Saule.

Le projet validé lors du comité de pilotage du 20 juin 2012 prévoit dans un premier temps la construction d’une résidence sociale de 171 logements au 4 rue Calmette et Guérin. Les travaux sont actuellement en cours. Dans un second temps est programmée la construction d’une deuxième résidence sociale de 180 logements avenue Suzanne Lenglen pour assurer le relogement du reste des résidents de l’actuel foyer.

La seconde résidence sociale sera édifiée sur la parcelle cadastrée DL 199 appartenant à  Immobilière 3F. Cette parcelle est actuellement utilisée en parking. Pour reconstituer une partie des places de parking supprimées en raison des travaux, la Ville s’est engagée à céder un terrain au profit d’Immobilière 3F. La maîtrise d’ouvrage de ces opérations est assurée par Résidences Sociales de France, filiale du groupe 3F.

Source photo : Sylvie Duverneuil / Badia Berger Architectes sur le site http://architopik.lemoniteur.fr/

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans A vos quartiers !
commenter cet article
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 06:48

Avec un peu d’avance sur le calendrier la rédaction d’Aulnaylibre ! vous propose de découvrir ci-dessous l’affiche officielle annonçant la commémoration du 96ème anniversaire de l’Armistice du 11 novembre 1918. Elle se déroulera à l’ancien cimetière d’Aulnay-sous-Bois.

11novembre.png

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Fêtes et Cérémonies
commenter cet article
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 19:05

econopark.jpgMoins de deux ans après son lancement à Orly, le parking low-cost Econopark développe son offre sur l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle. Le prix: 35 € les 3 jours.

Les emplacements de ce nouveau parking Econopark se trouvent à une dizaine de minutes de l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle sur le site de PSA à Aulnay-sous-Bois. La nouvelle installation est ainsi située à une dizaine de minutes de la plate-forme aéroportuaire. Les voyageurs d'affaires y déposent leur voiture puis rejoignent CDG grâce à un un système de navettes. 

Les tarifs pour Roissy restent sensiblement identiques à ceux pratiqués près d'Orly : 35 € les 3 jours, 70 € la semaine et 91 € les 10 jours. 

Une carte de fidélité est disponible et valable sur les deux parkings. Elle permet de gagner 7 jours de stationnement après seulement 5 séjours (sans durée limite de stationnement).

Source : http://www.deplacementspros.com/

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Transports
commenter cet article
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 12:38

Juin 2013, ils lancent le premier Tombouctou Fast Food à Aulnay-sous-Bois. Un an plus tard, ils s’apprêtent à lancer leur quatrième restau et même les stars africaines du foot s’y pressent pour manger leur mafé.

17h pile. Comme chaque après-midi, Mat vient de garer sa berline sportive devant l’enseigne rouge et noire située au 59 rue Maximilien Robespierre à Aulnay-sous-Bois. Il commence à décharger les courses en vitesse : sacs de riz, gros sachets de bananes plantains, packs de ketchup et bouteilles d’eau de fleurs d’oranger. Mat est co-gérant du Tombouctou, l’un des premiers fast-food africains de la région parisienne. Quelques minutes plus tard, le boss du lieu vient nous accueillir avec un grand sourire et un verre rempli d’une boisson rouge vif :

« Installez-vous, j’ai préparé du jus de bissap frais. Quand on va dans un restaurant africain, on ne peut pas prendre juste de l’eau ! »

tombouctou-aulnay-1.jpg

La suite et l'intégralité de cet excellent article sont à lire en cliquant : ici 

Source article et photo : http://www.streetpress.com/

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Commerce
commenter cet article
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 10:29

Notre camarade blogueur Jérôme Charré a mis en ligne sur son profil Facebook une photographie tout à fait édifiante. On y voit clairement une voiture emprunter en contre-sens le boulevard de Strasbourg à Aulnay-sous-Bois. Voici un exemple d’incivilité très agaçant certes, mais concrètement que peut-on faire ? Les policiers ne vont  tout de même pas rester en faction 24 heures sur 24 sur cette seule artère de circulation ? Quoi qu’il en soit, redoublez de prudence dans ce secteur où transitent, semble-t-il, des fous du volant…

bld-strasbourg.pngSource photo : profil Facebook de Jérôme Charré

 

 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Transports
commenter cet article
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 09:09

Des sept départements étudiés par la FNAIM, seule la Seine-Saint-Denis connaît une baisse des prix quasi-générale. Hormis Sevran et Bagnolet, les 38 autres villes du département ont vu le prix de leurs logements diminuer de 2 ou 3 % sur les six derniers mois. « Plus de 30 % des vendeurs en Seine-Saint-Denis déclarent vivre dans de mauvaises conditions », assure le vice-président de la FNAIM du Grand Paris, Pierre-Antoine Ménez, pour expliquer les difficultés de vente dans le département. Un état des lieux proche de celui dressé par les notaires franciliens, qui observaient au deuxième trimestre 2014 une baisse des prix allant de 1,5 à 8,2 % dans neuf des dix villes étudiées. D'après les chiffres de la fédération, c'est d'ailleurs en Seine-Saint-Denis que le prix médian de mise en vente est le plus bas (à 224 033 EUR), derrière l'Essonne (231 628 €) et le Val-d'Oise (245 556 €).

4234995_2.JPGContrairement aux notaires qui ne pointent qu'une « légère tendance baissière » en banlieue, la FNAIM estime que le marché immobilier reste figé dans la grande majorité des villes des départements franciliens. D'après elle, ce sont ainsi plus de 90 % des communes des Yvelines qui ont vu leur prix stagner sur les six derniers mois. Un laps de temps qui aurait tout de même permis aux montants pratiqués à Vélizy-Vilacoublay de flamber de 24 % !

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Logement
commenter cet article
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 07:02

Roms-Paris.jpgIl a convoqué les médias en hâte. Au lendemain de l'évacuation du camp rom des Coquetiers, à Bobigny, le préfet de Seine-Saint-Denis, Philippe Galli, a tenu à se justifier et à mettre les choses au clair, hier, alors qu'une partie des Roms concernés ont échoué mardi soir à Paris, où la mairie a dû ouvrir un gymnase.

Mardi après-midi, le bidonville de Bobigny où vivaient depuis plusieurs années 200 à 400 personnes, selon différentes estimations de la préfecture et des associations, a été évacué par les forces de l'ordre. Une expulsion programmée et anticipée par la préfecture, qui expliquait que deux diagnostics sociaux avaient été réalisés. Ainsi une trentaine de familles dont les enfants étaient scolarisés ont obtenu un relogement dans des foyers Adoma. Une dizaine d'autres, dont l'un des parents a un revenu fixe, devait recevoir une proposition de relogement en HLM dans le département. Les autres enfin devaient être hébergées à l'hôtel.

Mais voilà, hier soir, 57 Roumains et Bulgares -- dont 27 enfants -- s'apprêtaient à passer une deuxième nuit dans un gymnase de Paris, à deux pas de la gare du Nord. « Je n'ai plus aucun rôle à jouer, lâche le préfet du 93. Nous avons évacué le camp, pris en charge de nombreuses personnes, dépensé 320 000 € pour le placement de nombreux ménages en foyer, les autres ont le droit de circuler librement. Je ne me sens pas redevable. Et si je n'ai pas de conseil à donner à la Ville de Paris, je ne suis pas certain qu'ouvrir un gymnase soit une solution. » S'il est si cinglant, c'est parce que le bras de fer entre Paris et la préfecture du département s'est intensifié depuis la veille.

RomsRepubliqueLe préfet aurait ainsi reçu un appel musclé de la part du cabinet d'Anne Hidalgo, la maire PS de Paris. Le motif : pas question que la capitale prenne en charge ces Roms venus de Seine-Saint-Denis. Les associations présentes auprès des Roms assuraient hier que Paris maintenait la pression pour obtenir des solutions auprès de la préfecture du département. « Ce serait normal car Paris ne peut pas subir les évacuations de tous les terrains d'Ile-de-France », estime Christophe Louis, directeur de l'association les Enfants du canal. Réponse du préfet de Seine-Saint-Denis : « Cela n'a pas posé problème à la mairie cet été lorsqu'ils ont renvoyé 4 000 biffins de notre côté du périphérique. » Ambiance.

Quoi qu'il arrive, l'avenir des 57 Roms reste encore flou, aucune solution n'ayant été apportée pour les jours prochains. Parmi ces personnes, une femme enceinte de sept mois, un bébé de 3 mois et de nombreux enfants scolarisés notamment à Bobigny. Or, justement, la scolarisation des enfants a poussé la préfecture du département à se mobiliser depuis trois semaines pour trouver des foyers d'accueil aux familles concernées. « Celles qui étaient présentes sur le camp lors des diagnostics sociaux et dont les enfants sont inscrits à l'école ont eu des propositions », assure le préfet délégué à l'égalité des chances, Didier Leschi.

« Tout a été fait bien trop vite », critique Andrea Caizzi, du collectif Romeurope 93. A-t-il pu y avoir des failles dans la préparation ? « Peut-être, reconnaît-on en préfecture. Mais il y a des injustices partout. Il faut faire avec. » En clair : la Ville de Paris n'a plus qu'à gérer le problème.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans 93 Infos
commenter cet article
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 21:19

College-Simone-Veil-Aulnay-sous-BoisSur son profil Facebook officiel le Club Badminton d’Aulnay-sous-Bois (CBAB) informe que suite à l’incendie d’un projecteur le gymnase du collège Simone Veil d’Aulnay-sous-Bois est fermé jusqu’à la fin de la semaine.

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Soyons sport.
commenter cet article
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 19:49

tn_1347394610_6668.jpgDes journalistes de TF1 sont venus aujourd’hui faire un petit tournage pendant la pause déjeuner au centre de loisirs Fontaine des Près d'Aulnay-sous-Bois. Comme c’est la semaine du goût, le but a été de faire goûter des aliments bio à une dizaine d’enfants du centre âgés de 8 à 10 ans et d’organiser un jury. Ce reportage sera diffusé ce soir dans le journal de 20h. 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Education
commenter cet article
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 13:32

Faut-il élargir la rue Maximilien Robespierre à Aulnay-sous-Bois ? C’est la question que doivent probablement se poser les conducteurs qui empruntent régulièrement cette artère de circulation importante qui relie notamment le quartier Vieux-Pays aux secteurs nord de la commune ( Savigny, Mitry, Gros Saule, Rose des Vents).

Outre la limite de 30 km/h jamais respectée la plupart du temps, cette route offre un spectacle permanent entre les bus qui se croisent, les automobilistes qui s’arrêtent au milieu de la chaussée pour aller acheter un paquet de cigarettes au bar-tabac qui fait l’angle avec la rue Legendre, sans oublier les pompiers obligés de s’improviser agents de circulation en pleine intervention.

Cette fois-ci le show était assuré par un bus et un camion-citerne créant une jolie pagaille tristement habituelle dans cette partie de la ville malheureusement. L’occasion peut-être de rappeler qu’avant de densifier en construisant des logements et donc d’attirer toujours plus d’habitants faut-il songer à réfléchir si les infrastructures (voies de circulation, équipements…) suivent le rythme pour assurer un minimum de qualité de vie…

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Transports
commenter cet article
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 10:34

Abou.jpgÀ la sortie de l'avant-première, lundi, à Paris, son sourire avenant efface d'emblée le rictus effrayant sous lequel on l'a vu apparaître à l'écran. Dans le film « Bande de filles », de Céline Sciamma, qui sort aujourd'hui en salles, Djibril Gueye est Abou, un féroce caïd de cité qui s'intéresse à la jeune Marieme (Karidja Touré). « Ce n'est pas une racaille des bas-fonds, un cliché de plus sur les cités, mais un beau méchant, à la Al Pacino », juge le comédien. Son personnage règne sur ses troupes par la terreur. Djibril, lui, a plutôt « joué les nounous » auprès des quatre jeunes comédiennes qui tiennent les rôles principaux : « Pendant le tournage, on était tous logés dans un grand appartement à Bagnolet. Je m'occupais d'elles, un peu comme de mes petites sœurs ». « On a tissé un super lien, confirme Karidja Touré. C'est lui qui nous a fait connaître les ficelles du métier ! »

Des ficelles que Djibril a lui-même appris sur le tas. Rien ne prédestinait ce « métis sénégalo-italien », qui a grandi à la cité de l'Europe à Aulnay dans la même tour que le rappeur Sefyu, à embrasser une carrière de comédien. Comme Karidja ou la Bagnoletaise Mariétou Touré (qui campe l'une des héroïnes, Fily), repérées à la Foire du Trône, Djibril a rencontré le cinéma... dans la rue.


« J'avais quinze ans, je me baladais sur les Champs-Elysées, et on m'a proposé de passer un casting. C'est comme ça que j'ai débuté, dans la série Brigade de mineurs sur M 6 », raconte le trentenaire, qui a ensuite connu une longue traversée du désert. « J'ai décidé de reprendre il y a cinq ans, j'ai fait les choses sérieusement. J'ai pris un agent, des cours de théâtre... ».

De petits rôles en petits rôles, de séries en courts-métrages, Djibril s'est frayé un petit chemin dans le monde du cinéma. On l'apercevra bientôt dans plusieurs longs-métrages : « Tout, tout de suite » de Richard Berry, sur l'affaire Ilan Halimi, mais aussi « Le Père Noël », comédie d'Alexandre Coffre avec Tahar Rahim, ou encore « Après la bataille », de Simon Leclère.

Il confesse que le propos du film de Céline Sciamma l'a d'abord heurté. « En lisant le scénario, puis en découvrant le film, je me suis dit : c'est trop cliché... Quelle image donne-t-on des hommes, de la famille des cités ? », se souvient-il. C'est au fil des avant-premières qu'il a changé d'avis : « J'ai beaucoup discuté lors d'avant-premières, avec des militantes, noires ou blanches. En tant que mec, plutôt dominant dans mon quartier, je n'avais jamais eu de problème. Il faut prendre du recul pour admettre qu'une autre réalité existe. Et ce n'est pas une question de couleur de peau ou de religion, mais une question de conditions de vie ».

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Culture
commenter cet article
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 09:42

Malgré l’approche de l’hiver, le stade Vélodrome devrait être en ébullition ce dimanche 26 octobre 2014 à 14h30. En effet, dans le cadre du 6ème tour de coupe de France de football, le CSL Aulnay-sous-Bois sera opposé au Red Star F.C. Les Aulnaysiens ne sont clairement pas favoris puisque si le CSL évolue en Division Supérieur Régionale (CSR), le Red Star joue les premiers rôles en National aux portes de la ligue 2. Néanmoins tous les espoirs sont permis avant le match car il arrive souvent dans cette compétition que le favori morde la poussière face à un club réputé plus petit. A vos pronostics donc !

Pour mémoire, le CSL Aulnay était sorti de la coupe de France au 7ème tour en 2012 face aux normands de Mondeville (0-2) et au 6ème tour en 2011 aux penalties face à Versailles (6-7)

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Soyons sport.
commenter cet article
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 07:57

Montant de l'enveloppe : 12,7 M€. C'est ce que le Parlement européen souhaite verser pour « apporter un soutien aux travailleurs licenciés » du groupe automobile PSA. Les députés de Strasbourg ont voté en ce sens hier. Mais la décision doit encore être validée par le Conseil européen (représentant les gouvernements), pour que la somme, puisée dans le Fonds d'ajustement à la mondialisation (FEM), soient débloqués, dans un délai de quinze jours.  

Que recouvre exactement la notion d' « aide » ? Les fonds ne seraient pas injectés dans des actions à venir, en faveur de la formation d'anciens salariés encore sur la touche. Les 12 M€, gérés par la Délégation générale à l'emploi (DGEFP) dépendante du ministère du Travail, doivent couvrir une partie des dépenses déjà engagées en faveur du reclassement de 2 357 salariés des usines PSA de Rennes (Ille-et-Vilaine) et d'Aulnay-sous-Bois, touchées en 2012 par un plan social.

Plusieurs milliers de postes supprimés depuis 2012

Un porte-parole du groupe le confirme : « C'est une demande que nous avions présentée en septembre 2012, pour financer un programme de reclassement de qualité. » Il s'agit notamment des « pôles de mobilité professionnelle » qui avaient ouvert au sein des usines, mais aussi de l'emploi de conseillers chargés d'aider les salariés dans l'élaboration de leurs projets, ou encore des ateliers thématiques, formations diverses dispensées dès la mise en oeuvre du plan social en mai 2013. Entre 2012 et 2014, ce sont près de 11 000 postes qui ont été supprimés au sein du groupe PSA, dont 3 000 rien qu'à l'usine d'Aulnay, désormais fermée et en cours de démolition.

L'annonce fait grincer des dents du côté de la CGT : « On verse à nouveau des millions à PSA, qui avait promis un plan social exemplaire. On est très loin du compte », peste le délégué syndical Philippe Julien, évoquant de nombreux anciens aujourd'hui sans travail.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Emploi
commenter cet article
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 07:04

RomsRepublique.jpgUne cinquantaine de personnes, dont de nombreux jeunes enfants, se sont installés hier après-midi place de la République à Paris. Accompagnés par de nombreuses associations, elles ont interpellé le préfet de la capitale pour obtenir un hébergement d’urgence.

Ces réfugiés ont en effet été évacués du camp des Coquetiers à Bobigny.

Si une trentaine de familles ont été relogées dans des foyers Adoma (ex-Sonacotra) par le biais de la préfecture de Seine-Saint-Denis, une cinquantaine de personnes restaient sans solution d’hébergement. 

Le campement de Seine-Saint-Denis comptait entre 200 et 400 occupants.

Source : LeParisien.fr

 

 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans C'est dans le Journal
commenter cet article
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 18:08

Non, non il ne s’agit pas du nouveau modèle de la PS4 ou de la Xbox One. Cette petite boite est en réalité un piège à rats. Les rongeurs sont censés s’y introduire, ingurgiter un poison qui se transmet ensuite aux autres membres de l’espèce.

aulnay-deratisation.jpgAinsi, comme c’est le cas depuis quelques années déjà, la ville d’Aulnay-sous-Bois lance une campagne de dératisation à l’échelle intercommunale. Les réseaux, les espaces publics, le patrimoine des bailleurs sont traités de façon simultanée.

Pour plus d’efficacité, les villes situées à proximité d’Aulnay-sous-Bois sont associées à ce processus et conviées à traiter leur territoire à la même période.

Nous laissons bien entendu toute latitude à nos lectrices et lecteurs pour témoigner de ce fléau s’ils y sont confrontés dans leur quartier. 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans A vos quartiers !
commenter cet article
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 16:17

Une fidèle lectrice d’Aulnaylibre ! nous a envoyé ce joli cliché automnal de la mairie d’Aulnay-sous-Bois qui semble avoir revêtu les couleurs d’Halloween si on en juge par le nombre important de citrouilles présentes sur le parvis.

mairie-halloween.jpg

Et oui, il est vrai que le vendredi 31 octobre n’est pas si loin. Les rues de la commune devraient donc résonner du rire des enfants déguisés et lancés dans une course effrénée aux bonbons.  Alors Trick or Treat ? A vous de choisir ! 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Fêtes et Cérémonies
commenter cet article
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 13:33

Si Gérard Ségura et son exécutif municipal ont quitté la mairie d’Aulnay-sous-Bois depuis début avril 2014, les constructions impulsées sous leur mandature continuent à sortir de terre. Du nord au sud. Ainsi, nous évoquions récemment dans nos colonnes l’abominable aménagement des ilots Sisley et Delacroix qui sont sur le point d’enclaver totalement le secteur de la Rose des Vents le long de la RN2. Ces nouveaux immeubles sont de fait en totale contradiction avec l’un des objectifs fondamental du Plan de Rénovation Urbaine (PRU) qui était d’ouvrir ce quartier au reste de la ville.

Au sud de la voie ferrée ce n’est guère mieux. Regardez plutôt ci-dessus le tout nouveau bébé de béton, du nom de Villa Alexandra, sur le point d’être livré au 46 route de Bondy à Aulnay-sous-Bois à proximité du réputé restaurant l’Escargot. C’est un véritable monstre ! Outre l’étroitesse de la voie de circulation qui empêche tout recul, la hauteur du bâtiment donne littéralement le tournis. Après le centre-gare nord, voici donc un nouvel exemple des ravages de la densification à tout prix, marque de fabrique Ségurienne s’il en est, qui ont considérablement défiguré notre commune depuis 2008.

Espérons que la révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU) initiée par la nouvelle majorité stoppe le massacre et permette d’envisager la ville autrement…

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Urbanisme
commenter cet article
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 10:34

MEIFEUne partie des subventions publiques accordées à la maison de l'emploi (Meife) a-t-elle été détournée ? Y avait-il entente entre un ou plusieurs responsables de la structure et des organismes de formation extérieurs ? A qui auraient profité ces manœuvres ? Ces questions sont au cœur de l'enquête préliminaire ouverte en mai 2012. Une enquête toujours en cours, indique le parquet de Bobigny. Retour en arrière.

En 2011, le malaise des salariés... Exprimant leur mal-être au travail, des salariés s'adressent au maire PS, Gérard Ségura, en 2011. « Cela fait dix jours que des publics agressifs viennent dans notre structure et s'introduisent à l'étage pour menacer la direction. Il s'agit de jeunes parfois non-inscrits à qui, selon leurs dires, des formations ont été promises par notre directeur d'exploitation », indique un message. L'édile reçoit les salariés à la mairie : « Il était alors difficile de faire la part des choses, la Meife a toujours connu de grandes tensions internes et des clans », estime Gérard Ségura, qui assure avoir demandé à son premier adjoint, Abdel Benjana, qui présidait la structure, de mener une enquête interne.

... et deux audits sévères. Plus tangibles, deux audits réalisés au cours de l'année 2011 pointent plusieurs irrégularités. Un rapport provisoire, réalisé pour le compte du conseil régional, l'un des bailleurs de fonds de la maison de l'emploi, est remis en juillet 2011. Il souligne, pour la période 2008-2009, des décalages entre ce qui est déclaré à la région et la réalité. En présentant un nombre « gonflé » de jeunes suivis, la mission locale aurait alors perçu une subvention plus importante que ce à quoi elle avait droit. Un second audit, réalisé cette fois par un cabinet d'experts-comptables, est plus sévère. « De tels manquements pourraient être interprétés comme présentant des caractéristiques de détournement organisé », conclut l'expert, qui a épluché les listings de participants à des formations de 2008 à 2011. Il y décèle nombre de bizarreries : une même signature pour des stagiaires différents, des noms inconnus ajoutés de façon manuscrite. Il évalue alors le montant de « paiements qui pourraient être considérés comme indus » à 417 691 €, auquel s'ajoutent 291 532 € déboursés malgré les dysfonctionnements, avec un bon à payer presque toujours signé par Nasser O., directeur général par intérim de la structure en 2009, puis directeur d'exploitation à partir de 2010.

En 2012, enquête et perquisition. La crise prend de l'ampleur début 2012. Un tract du syndicat SUD dénonce une « utilisation abusive des fonds » à la maison de l'emploi. Gérard Ségura dépose une plainte, et est désigné président de la structure en mars. En mai, le parquet de Bobigny ordonne l'ouverture d'une enquête préliminaire. Le 3 juillet, les enquêteurs de la brigade financière perquisitionnent le domicile de Nasser O., les locaux de la Meife et des bureaux à la mairie.

En 2013, la valse des responsables. Dans un climat encore lourd, la directrice générale de la Meife est mutée à la Semad en 2013, société d'économie mixte en charge de la gestion des locaux. Un nouveau directeur arrive en septembre. Gérard Ségura cède son fauteuil de président à une élue (PRG) de son équipe, Karine Fougeray. Celle-ci aura la charge de signer le chèque de départ du directeur d'exploitation Nasser O. qui avait également un mandat de délégué du personnel. Il est licencié fin décembre pour motif économique. Personne, parmi le personnel de la Meife ou les élus ne semble avoir gardé son numéro de téléphone. Pour le questionner, il faut donc aller sonner chez lui. Sur le pas de sa porte, l'homme indique qu'il ne répondra pas, ayant coupé tous les ponts avec cette structure où il travaillait depuis sa création.

Source : Le Parisien

 

 

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Emploi
commenter cet article
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 08:13

MEIFE.jpg« On m'a coupé la tête », lâche-t-elle d'une voix tremblante au lendemain de sa mise à pied. Marie-Anne Cabanier, la directrice financière de la maison de l'emploi, de l'insertion, de la formation et de l'entreprise (Meife) d'Aulnay devrait être fixée sur son sort dans les jours qui viennent.

La cadre de 56 ans est menacée de licenciement. Le couperet est tombé de façon spectaculaire, le 10 septembre, sur ordre de l'adjoint au maire 
UMP Franck Cannarozzo, président de la structure. Pour avoir, semble-t-il, détenu de façon irrégulière les clés d'un local de vidéosurveillance, Marie-Anne Cabanier a été raccompagnée manu militari à sa voiture par un agent de sécurité qui a fouillé son sac à main avant de la laisser partir.

Message d'apaisement du maire UMP

La brutalité de la scène contraste avec le message d'apaisement distillé par la nouvelle municipalité. Le 18 septembre se tenait un séminaire de travail au parfum de thérapie de groupe, avec une psychosociologue. En préambule, le maire UMP présentait aux employés de la Meife leur « nouveau patron », Sébastien Aubry, directeur général adjoint, un ancien de la structure (2002-2006). Devant 25 salariés, Bruno Beschizza lâchait alors : « C'est comme la fermeture de l'usine PSA. Après un drame, soit on geint, soit on reconstruit. »

C'est plutôt un interminable psychodrame que les salariés de la Meife ont le sentiment de vivre depuis des années. L'association, créée en 2001 à la lisière de la cité de la Rose-des-Vents, était censée promouvoir l'emploi et l'entreprise et aider à l'insertion des chômeurs. Elle fut même la première maison de l'emploi labellisée de France... Puis elle s'est embourbée. Les dotations de l'Etat ont diminué, les effectifs aussi, dans un quartier pourtant particulièrement frappé par la crise.

Mais un autre mal a rongé la maison de l'intérieur, qui intéresse la justice. Depuis mai 2012, une enquête préliminaire, ouverte par le parquet de Bobigny, suit son cours. Elle se fonde sur de sérieux soupçons de harcèlement et de détournement des fonds. Depuis, les langues se délient un peu, toujours anonymement. Et décrivent un climat tendu, irrespirable. Le point d'orgue semble avoir été atteint dans les années 2010-2011, avec l'irruption de visiteurs agressifs, des pneus crevés, des menaces et plaintes croisées entre salariés, responsables, élus... La Meife vivote au gré des départs de ses responsables. L'ancien directeur d'exploitation a été licencié pour motif économique fin 2013. Son successeur, arrivé il y a un an, est en congé depuis des mois pour inaptitude. Marie-Anne Cabanier, qui avait été embauchée en 2009, sous l'ancienne mandature PS, s'était portée candidate cet été pour diriger la Meife. Avant d'être donc, aujourd'hui, sous la menace d'un licenciement. La nouvelle municipalité assure qu'elle ne se livre pas à une chasse aux sorcières.

Source : Le Parisien

Repost 0
Publié par Aulnaylibre ! - dans Emploi
commenter cet article

Présentation

  • : Aulnaylibre !
  • Aulnaylibre !
  • : L'information sur Aulnay-sous-Bois 100% libre et indépendante !
  • Contact

Contactez-nous !

Une info, une photo, une vidéo, une annonce à passer.

N’hésitez pas à nous contacter !

Mail : aulnaylibre@yahoo.fr

Tél : 06.81.95.11.50 / 06.07.86.09.11

Chaîne vidéo : http://www.youtube.com/user/Aulnaylibre/videos

Twitter : https://twitter.com/Aulnaylibre

Facebook : https://www.facebook.com/aulnay.libre?ref=tn_tnmn

Aulnay au fil de l'info

Ride On Time

Señor Météo

Agenda Aulnay-sous-Bois

Wikio

Wikio - Top des blogs - Multithématique