Publié le 9 Octobre 2020

Le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza aura tout tenté pour maintenir la fête de l’arbre 2020 dans le strict respect de mesures barrières renforcées. (Voir ici l’article du Parisien).

Et pourtant la préfecture de Seine-Saint-Denis a pris la décision de l’annuler à la dernière minute, ce soir même sur les coups de 18h.

Annulation de la fête de l’arbre 2020 à Aulnay-sous-Bois par la préfecture à la dernière minute !

Bien que la crise sanitaire du Covid-19 soit plus que jamais d’actualité, on s’étonnera de cette annonce extrêmement tardive qui prive les habitants d’un événement incontournable, les exposants et les commerçants d’une source d’activité potentielle, sans oublier la déception légitime des agents de la ville qui avaient comme toujours travaillé d’arrache-pied pour le bon déroulement de ce moment festif.

Vous trouverez à ce propos, ci-dessous, le communiqué de la ville d’Aulnay-sous-Bois publié sur son compte Facebook.

[DERNIÈRE MINUTE]

En application de l'arrêté préfectoral n°P093-20201006 du 5 octobre 2020, la Préfecture a finalement décidé, vendredi 9 octobre à 18h, d'interdire notre Fête de l'arbre.

Robert Ferrand

Source photo : Aulnaylibre.com

 

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 9 Octobre 2020

Le Covid-19 ne doit pas tuer les centres-villes de banlieue. C'est, en substance, le message d'un courrier récemment envoyé au préfet de Seine-Saint-Denis, Georges-François Leclerc, par le maire (LR) d'Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza.

 
Le maire Bruno Beschizza se mobilise pour maintenir la vitalité d’Aulnay-sous-Bois

Alors que l'évolution de l'épidémie rend de plus en plus incertaines les possibilités de rassemblement public pour cause de sécurité sanitaire, le maire veut des garanties pour les événements municipaux. Sous peine, craint-il, que le virus ne tue aussi le lien social dans sa commune.

Dans sa missive, il demande « une autorisation de principe » au préfet pour toutes les fêtes organisées par la ville cet automne. À commencer par la très prisée « Fête de l'arbre », samedi et dimanche, qui brasse depuis des années des milliers de personnes dans le parc Dumont, en centre-ville.

Maintenir les événements pour la « vitalité » du territoire

« Annuler les grands événements festifs, culturels et commémoratifs porterait un coup fatal à nos commerçants, nos prestataires, et plus largement, à la vie locale d'Aulnay-sous-Bois », explique Bruno Beschizza au préfet, se disant par ailleurs, déterminé à organiser ces événements « dans le plus strict respect des préconisations sanitaires ».

S'appuyant sur la nécessaire « co-construction » animant élus et Etat depuis le début de la crise — le fameux « mariage -maire-préfet » — il demande donc à ce que les services de l'Etat n'interdisent aucun de ces événements pour ne pas porter atteinte à la « vitalité » du territoire.

Outre la fête de l'arbre, ce week-end du 10 et 11 octobre, à laquelle sont attendues « 2 000 à 3 000 personnes », Bruno Beschizza anticipe aussi les célébrations du 11 novembre, ou le futur musée éphémère dédié au général de Gaulle, qui sera installé à partir du mois de novembre et doit durer jusqu'en décembre.

Pas plus de 1 000 personnes

Selon nos informations, la préfecture - qui n'a pas répondu à nos sollicitations - n'a pas donné suite au courrier du maire. Dans sa batterie de nouvelles mesures sanitaires annoncées le 5 octobre dernier, et valables jusqu'au 19 octobre, l'Etat interdit les événements rassemblant plus de 1 000 participants en même temps. La ville devrait donc s'en tenir à cette règle. « C'est en extérieur, nous respecterons la jauge », indique-t-on en mairie.

« Indispensable », juge-t-on unanimement du côté des commerçants et des habitants d'Aulnay-sous-Bois. « La ville a besoin d'événements qui créent du lien. Sinon elle redeviendra une cité-dortoir », maugrée Marc, croisé ce jeudi matin sur le marché du centre-ville. Il habite « depuis trente ans » à Aulnay-sous-Bois. « Sans fêtes, sans brocantes, on ne parle plus que de nous en mal. Il ne reste que les voitures brûlées et un taux de chômage délirant. C'est pas avec ça qu'on unit une commune, en somme, qu'on fait corps », décrypte l'octogénaire, impliqué dans plusieurs associations locales.

« Supprimer les fêtes serait un coup de massue »

Karima, vendeuse sur un stand du marché, abonde : « L'an dernier, on a été élu plus beau marché d'Île-de-France par la chaîne TF1. C'était une super pub ! On a vu des gens venir d'autres villes pour nous voir. Ça développe une attractivité, il ne faut pas stopper cet élan. D'autant que le confinement a été très dur pour nous, supprimer les fêtes à venir serait un coup de massue… »

C'est exactement ce que redoute Kamel Lakal, responsable de l'association Au cœur des commerces d'Aulnay, qui fédère une soixantaine d'enseignes. « Quand vous avez la Fête de l'arbre, ou la Fête du chocolat, deux événements locaux rassemblant des milliers de personnes sur quelques rues, c'est excellent pour les boutiques », plaide-t-il, arguant que « tous les commerces profitent de l'effet de ces événements ».

« On fait des affaires, quoi », insiste-t-il. Or, faire des affaires est en ce moment indispensable pour les magasins indépendants du centre-ville. « On n'est pas sortis de la crise, certains n'ont pas encore épongé leurs dettes et on craint beaucoup pour les achats de Noël ! La période est incertaine… Il est donc vital de préserver les endroits de vie ! »

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Publié le 9 Octobre 2020

[GRAND PARIS EXPRESS] Le premier tunnelier de la ligne 16 du Grand Paris Express, baptisé Armelle, poursuit son chemin en direction du Blanc-Mesnil et a traversé il y a quelques jours l'ouvrage Europe à Aulnay-sous-Bois. Sur ce même ouvrage cohabite depuis peu le tunnelier Houda assemblé cet été dans notre ville.

Le tunnelier Houda, qui rend hommage à Houda DADA (cheffe de secteur de la ligne 16 au sein de la Société du Grand Paris), creusera la portion de tunnel de la ligne 16 en direction de Sevran. Cette étape représente une réelle prouesse technique pour le chantier du futur métro automatique.

En 2024, grâce aux nouvelles lignes de métro 16 et 17 du Grand Paris Express, Aulnay-sous-Bois sera à 11 minutes de Saint-Denis Pleyel, 23 minutes de la gare Saint-Lazare et 25 minutes de La Défense ! De nouvelles opportunités d'emplois s'ouvriront pour de nombreux habitants de la ville.

Source information : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois / Source vidéo : YouTube

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Publié le 8 Octobre 2020

Samedi 10 octobre 2020 de 13h-18h
Dimanche 11 octobre 2020 de 10h-18h

La Fête de l’arbre est de retour dans le parc Dumont.

En tenant compte des nouvelles instructions préfectorales, cet événement est maintenu, sauf avis contraire du Préfet de la Seine-Saint-Denis.
Un protocole sanitaire spécifique sera mis en place à l’entrée et au sein du parc afin de garantir le respect des gestes barrières et des distanciations physiques

Une exposition-vente se tiendra sur la place centrale.

Différents espaces seront organisés autour d’un parcours des sens en lien avec les arbres :

  • Le toucher : Exploration des sensations que l’on peut avoir au contact des arbres, de leurs écorces et de leurs fruits. Un atelier créatif se tiendra autour de la pomme de pin.
  • L’odorat : Reconnaissance des arbres via des essences odorantes, et atelier de création de parfum ou d’encens.
  • La vue : Exposition photographique et bâches présentant la beauté des arbres et des écorces. L’activité sera couplée à un atelier de semis. Les participants pourront récupérer des graines d’arbres.
  • Le sport et la détente : Parcours dans les arbres, mur d’escalade et jeux.
  • La médecine, la psychologie et la sylvothérapie : Pour en savoir plus sur les bienfaits des arbres sur notre santé. Il sera aussi question des croyances liées aux arbres et des allergies.
  • Fête de l’arbre, samedi 10 octobre de 13h à 18h et dimanche de 10h à 18h. Entrée libre.
  • Lieu : Parc Dumont
    Horaires : Samedi : 13h-18h - Dimanche 10h-18h
    Entrée libre - Parc Dumont Boulevard Gallieni/Avenue Dumont 

Source information et image : site internet de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 6 Octobre 2020

La toujours très active association Créo propose un programme prometteur afin d’accélérer la réussite des entrepreneurs.

Aulnay-sous-Bois : l’association Créo accélérateur de réussite des entrepreneurs !

Des formations, des ateliers pratiques, des rendez-vous avec des experts sont ainsi prévus spécialement à l’attention des entrepreneurs afin de les aider à propulser leur business.

Pour participer l’entrepreneur doit avoir une activité (de moins de 3 ans) à développer, habiter ou être immatriculé en région Ile-de-France, être motivé et disponible durant les formations, événements et expériences immersives.

170 places sont disponibles !

Les inscriptions s’effectuent en ligne sur www.crdt.fr avant le 13 novembre 2020.

Marc Masnikosa

Voir les commentaires

Rédigé par Marc Masnikosa

Publié dans #Economie

Publié le 6 Octobre 2020

Après une victoire convaincante obtenue face aux voisines de Noisy Le Grand, Aulnay-sous-Bois a confirmé son début de saison canon avec un nouveau succès 28 à 18 en déplacement à Rosières St-Julien, près de Troyes.

La presse locale (voir : ici) n’a pu que constater la supériorité des Aulnaysiennes titrant « Rosières Saint Julien boit le bouillon ! ».

Handball Nationale 2 Féminine : début de saison canon pour Aulnay-sous-Bois !

Après cette seconde journée, les Amazones occupent la deuxième place de leur poule, à égalité de points avec Nancy.

La prochaine rencontre de nos joueuses locales est programmée ce samedi 10 octobre 2020 avec un nouveau déplacement à Reuil. Nous leur souhaitons bien entendu le meilleur résultat possible.

En attendant, vous pouvez prendre connaissance, en cliquant sur l’image ci-dessus, du compte-rendu du week-end prolifique du Aulnay Handball.

Robert Ferrand

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 6 Octobre 2020

7 au 31 octobre 2020

Chaque année le service santé de la ville s’inscrit dans la campagne nationale de lutte contre le cancer du sein : Octobre Rose.

Cette année, trois actions de sensibilisation sont menées pour dialoguer, informer et échanger sur l’importance du dépistage précoce de ce cancer qui touche une femme sur huit.

  • 7 au 31 octobre
    CMES Louis Pasteur - 8-10, avenue Coullemont
    Panneaux d’information et sensibilisation
  • Vendredi 9 octobre

Marché de la Rose des Vents

de 9h à 12h
Stands d’information et de sensibilisation

  • Mercredi 14 octobre
    Marché de Mitry
    14h à 17h
    Stands d’information et de sensibilisation

INFORMATIONS
Atelier santé ville : 01 48 79 41 20

Source information et image : site internet de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 5 Octobre 2020

Dans le kebab de Sofiane, ça ne sent pas le graillon. Mais les effluves de persil, de citron et de chou rouge frais, qui le disputent aux odeurs d'épices d'une marinade maison dans laquelle baignent du veau et de la dinde. « Ici, tout est fait maison », sourit Sofiane — que tout Aulnay-sous-Bois connaît sous le nom de Piou-Piou.

Ouverture d’un restaurant de Kebab maison à Aulnay-sous-Bois

A 25 ans, il vient d'ouvrir sa petite échoppe — entre le food-truck et le restaurant miniature — en bordure de la cité de l'Europe. L'aboutissement d'un parcours hors-norme : déscolarisé à 13 ans, Sofiane a sorti la tête de l'eau en organisant, la même année, un barbecue au cœur de sa cité. Première centaine d'euros gagnée et début d'une ascension éclair qui lui vaut aujourd'hui d'être désigné meilleur kebab de la ville par les amateurs, dans une commune qui s'est fait une spécialité des food trucks qualitatifs.

«Je ne savais pas rester en place, je provoquais et je séchais les cours»

« Je veux que mon parcours serve de leçon à tous les gamins qui peuvent faire des conneries : avec du boulot, tout est possible », résume, sans morale, avec sincérité, Piou-Piou, sous le barnum de son restaurant.

En cinquième, il est viré du collège Christine-de-Pisan. Trop turbulent. « Je ne savais pas rester en place, je faisais des bêtises, je provoquais et je séchais les cours… » se souvient-il. Dans un autre établissement, la direction tient quatre mois, avant de le renvoyer. Sa mère décide de le placer dans un foyer de réinsertion. Là, il suit un stage de quinze jours dans une pizzeria d'Aulnay-sous-Bois. Une révélation.

L'été suivant, alors qu'il n'a pas quinze ans, il organise un barbecue au pied de la cité de l'Europe. Sans argent, il fait appel à la débrouille : « Je suis allé voir tous les grands, leur ai demandé quelques pièces. J'ai récolté quarante euros et acheté un petit barbecue à Carrefour », se souvient Piou-Piou.

Le boucher avance les merguez, et le boulanger quelques baguettes. « J'ai démarré mon barbecue à 12h30 et ça a cartonné ! Tout le monde était dehors, m'achetait mes sandwiches à 4 euros, avec formule obligatoire merguez ketchup-mayo. À 17 heures, j'avais plus de viande, alors j'ai utilisé l'argent gagné pour rembourser les commerçants et leur racheter de la viande. Mon barbecue s'est finalement terminé à… 1h30 du matin ! »

5000 euros récoltés en un été

Piou-Piou remet le couvert tout l'été, économise le moindre euro. À la rentrée, il fait ses comptes : « J'avais 5 000 euros de côté. Alors, j'ai acheté mon premier camion, un vieux food-truck pas très hygiénique dans lequel je faisais de la plancha, du burger… Je faisais ça à la sauvette, sur un parking de la cité ».

Jusqu'au jour où la municipalité lui demande de se mettre en règle. « Ils sont venus me voir, m'ont dit que sans autorisation, je pouvais pas faire mon business. Alors je suis allé voir les services de la ville pour faire les choses proprement : stage d'hygiène, formation, déclaration de mon entreprise… »

Sofiane s'achète un nouveau food-truck et obtient un emplacement plus visible. Mais se heurte à un nouvel obstacle : l'hiver. « Les gens sortaient peu », se souvient-il. Le coup de froid n'arrête pas Piou-Piou. « J'ai acheté une voiture et je me suis lancé dans la livraison à domicile. Je cuisinais mes burgers dans le camion, je les conservais au chaud dans un four installé dans la voiture, et j'allais livrer, jusqu'à 4 heures du matin », poursuit-il. Il cartonne et en quelques années, sa carte de visite fait le tour du 93.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Publié le 4 Octobre 2020

Perdue dans ses pensées, une main sur son caddie, l'autre sur sa béquille, Feyza s'arrête devant la porte vitrée automatique du magasin Intermarché de la Rose-des-Vents, à Aulnay-sous-Bois. Elle patiente. Lève un œil. La porte ne s'ouvre pas.

Ce jeudi matin, le rideau est en partie baissé. À l'intérieur, on aperçoit des rayons vides, des cartons entassés, et un début de fatras. « C'est fermé ? » lance Feyza aux badauds assis devant le supermarché. « Oui, depuis quelques jours », répond un homme tirant sur sa cigarette.

Fermeture brutale du Intermarché de la Rose des Vents à Aulnay-sous-Bois

À la Rose-des-Vents, le supermarché ouvert il y a dix ans a brutalement fermé ses portes en fin de semaine dernière. En cause : un litige entre les gérants franchisés et la maison mère propriétaire des locaux, le groupe Immo-Mousquetaires, la foncière qui gère l'immobilier pour l'enseigne Intermarché.

Un repreneur attendu, mais quand ?

Un repreneur est bien prévu, mais « on ne sait pas quand il pourra s'installer, à cause de détails administratifs à régler entre les anciens gérants et le propriétaire », explique Séverine Maroun. La première adjointe au maire LR déplore « une fermeture brutale qui prive de très nombreuses familles d'un magasin de proximité ».

Car, entre 15 000 et 20 000 personnes vivent à la Rose-des-Vents, le nom officiel de cette cité auparavant appelée « les 3 000 », en référence au nombre de logements. La plus grande de la ville, l'une des plus grandes de Seine-Saint-Denis. Pour les habitants, le départ soudain de leur supermarché, qui avait pallié la fermeture du centre commercial du Galion, signe le début d'une grosse galère.

« On voyait bien que les rayons s'amenuisaient, n'étaient pas réapprovisionnés. Il y a même eu des grosses opérations de promotion récemment, sur les produits frais… mais on ne se doutait pas que cela allait fermer aussi vite », s'étonne Tarik, un trentenaire du quartier, habitué à venir faire ses courses ici. Comme tous les riverains, le jeune homme a fait ses comptes.

Une fermeture qui «va faire beaucoup de mal » aux mères de famille seules et aux personnes âgées

« Le plan B, désormais, c'est le Lidl de la cité de l'Europe, à presque 1 km. Il y a aussi O'Parinor et son immense Carrefour, mais c'est à trois kilomètres. Il faut une voiture ! Reste l'Exotic center, dans le quartier des Étangs, un poil moins loin certes… mais on n'y trouve pas la même chose que dans un supermarché classique », détaille Tarik, qui fait chaque semaine les courses pour ses parents âgés.

Pour lui, cette fermeture « va faire beaucoup de mal » aux mères de famille seules et aux personnes âgées : « Dans le quartier, il y a beaucoup de gens qui n'ont pas de voiture. Or, même 500 m avec les bras chargés de courses, c'est pas jouable quand on a des enfants en bas âge à gérer, ou qu'on est vieux et malade ».

Pour Nordine, un ancien de la Rose-des-Vents, cette situation renforce le sentiment d'abandon vécu par les habitants. Il rappelle la fermeture pour démolition de la mythique barre du Galion, un ensemble de logements bâtis sur un rez-de-chaussée entièrement commerçant.

Cité-dortoir

« Il n'y a pas si longtemps, jusque dans les années 2010, on avait pléthore de commerces en plein cœur de la cité. Puis, avec le projet de rénovation urbaine, ils ont fermé et démoli le Galion. Un déchirement pour beaucoup… À la place, on a eu cet Intermarché. C'était un vrai magasin de proximité. Mais ils le ferment d'un coup! Résultat : à la Rose-des-Vents, on n'a pas de boulot, pas de magasin où faire ses courses… C'est une vraie cité-dortoir. »

Le maire LR Bruno Beschizza a envoyé, il y a quelques jours, un courrier à Thierry Cotillard, celui qui était jusqu'à ce vendredi le président d'Intermarché. Il tacle le calendrier de fermeture certes annoncé, mais non respecté de la part du groupe : « Mes services ont été informés au mois d'août qu'une solution à l'amiable avait été trouvée (NDLR : entre Intermarché et les deux franchisés) pour une cessation d'activité au mois de décembre », écrit-il, expliquant que la ville s'est donc mise en quête d'un repreneur.

Mais ce « changement soudain de calendrier menace de plonger tout un quartier dans une situation économique et sociale particulièrement difficile », poursuit l'édile. Qui rappelle que le supermarché constitue « l'unique commerce de proximité du secteur » et absorbe « les besoins de première nécessité des familles alentour ».

Des navettes vers un autre supermarché

Le souhait de Bruno Beschizza de voir le groupe poursuivre le réapprovisionnement du magasin ou assurer une gestion par intérim le temps de trouver un repreneur n'a pas été entendu.

« La fermeture s'est faite en dépit du bon sens et surtout, de l'intérêt de milliers de familles », déplore sa première adjointe Séverine Maroun.

Reste que, le temps qu'un repreneur relance l'activité - ce qui pourrait prendre plusieurs mois -, la ville est en train de mettre en place une solution d'urgence : des navettes. « C'est à l'étude. Elles partiraient de la place de la Rose-des-Vents vers le supermarché Lidl de la cité de l'Europe. Nous avons déjà une navette qui fonctionne bien à la cité des Mille-Mille », rappelle Séverine Maroun.

Car ce n'est pas la première fois qu'un géant de l'alimentaire quitte brutalement une cité d'Aulnay-sous-Bois : début 2018, Netto - propriété du groupe les Mousquetaires - avait déserté la cité des Mille-Mille, obligeant la ville à mettre en place un système de navettes pour les clients sans voiture.

« Cela a très bien marché… avant le Covid-19, qui a rebattu les cartes. Les mamans seules et les plus âgés notamment s'en servent. Mais avec la crise, il faut redoubler d'imagination, notamment à cause des mesures d'hygiène », développe encore l'élue. La navette de la Rose-des-Vents devrait être, selon elle, opérationnelle mi-octobre.

Contacté, le groupe des Mousquetaires confirme le litige avec le point de vente d'Aulnay-sous-Bois. Mais ne souhaite faire « aucun commentaire », conclut une porte-parole.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Publié le 29 Septembre 2020

Le maire d’Aulnay-sous-Bois et conseiller régional d’Ile-de-France, Bruno Beschizza, s’est rendu ce matin au lycée Jean Zay pour une remise d’ordinateurs à l’attention des élèves de seconde. Vous pouvez prendre connaissance, ci-dessous, de cet événement à travers les quelques mots et photos postés par l’édile sur son compte Facebook.

Des ordinateurs pour les élèves de seconde du lycée Jean Zay à Aulnay-sous-Bois

« Ce matin, je me suis rendu avec Séverine Maroun au Lycée Jean Zay d’Aulnay-sous-Bois pour remettre des ordinateurs aux élèves de 2nde. Bravo à Valérie Pécresse pour cette volonté de moderniser les outils pédagogiques à destination de nos plus jeunes.

Nous nous sommes ensuite au rendus au Lycée Voillaume pour également distribuer du matériel pédagogique aux élèves, aux côtés des équipes de La Poste qui assure la distribution dans l’ensemble des lycées de la Région Ile-de-France.

Des ordinateurs pour les élèves de seconde du lycée Jean Zay à Aulnay-sous-Bois

Cette visite a été l’occasion d’échanger avec la direction du lycée sur les travaux menés dans l’établissement. La situation est particulièrement suivie par les services de la Région. Un plan de résorption est en cours depuis la rentrée et un point sera fait sur place début octobre concernant l’avancée des travaux de finition. Objectif : assurer de bonnes conditions d’études pour les élèves et les équipes pédagogiques. »

Source information et images : compte Facebook de Bruno Beschizza

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 28 Septembre 2020

Tout neuf, mais inutilisable. Près d'un mois après la rentrée, les équipes enseignantes du lycée Voillaume d'Aulnay-sous-Bois ne peuvent toujours pas s'installer dans un nouveau bâtiment de l'établissement, pourtant livré début septembre.

Dans un courrier qu'ils viennent d'envoyer à Valérie Pécresse, la présidente (Libres!) de la région Ile-de-France — en charge de la gestion des lycées — et au recteur de l'académie de Créteil, le personnel dénonce les conditions dans lesquelles s'est effectuée la rentrée des élèves de cet établissement accueillant des jeunes en filières générales, technologiques et professionnelles.

Des défauts de travaux exaspèrent élèves et enseignants du lycée Voillaume à Aulnay-sous-Bois

« Le bâtiment a été livré inachevé quelques jours après la rentrée, expliquent-ils au Parisien. Le chantier avait déjà un an de retard. Ces nouveaux locaux sont censés accueillir les cours en atelier des lycéens en filières pros et des étudiants en BTS. En bac pro, les élèves suivent à la fois des cours théoriques et des cours techniques en atelier. Jusqu'alors, ces ateliers étaient dispensés dans un autre bâtiment qui va être détruit. Tous les équipements ont été déménagés dans le nouveau, mais en arrivant, on a découvert des salles inutilisables, voire dangereuses. Il y a des fils qui pendent, des installations non terminées, des câbles électriques qui ne mènent nulle part… »

«Danger de mort»

Dans leur courrier, les professeurs évoquent même « un danger de mort » pour les élèves. « Actuellement, de nombreuses boîtes de dérivation 400 volts pendent du plafond à hauteur d'homme au lieu d'être coffrées », écrivent-ils.

D'après eux, 700 élèves scolarisés en bac professionnel seraient ainsi privés de cours. « Mon fils, inscrit en seconde pro systèmes numériques, n'a pas eu un cours en atelier depuis le début de l'année. Cela représente entre 15 et 20 heures de cours par semaine perdues », se désole ainsi une mère de famille, membre de l'association des parents d'élèves du quartier de la Rose des vents, qui a également écrit à Valérie Pécresse pour l'alerter.

Un chantier à 46 millions d'euros

Pour les enseignants, « le non-respect du quota annuel de formation » pourrait « empêcher les élèves et étudiants de pouvoir présenter leur examen final ». « Il y a un vrai risque de décrochage scolaire », pointent-ils.

Si des contacts à la région leur ont indiqué de manière « très informelle » que les travaux pourraient être finis pour la rentrée des vacances de la Toussaint début novembre, l'entourage de Valérie Pécresse ne communique aucune date officielle de fin de chantier pour le moment.

« Nous avons bien conscience des aléas que traverse l'établissement, mais nous avons rencontré des difficultés avec les entreprises mobilisées sur ce chantier. Il y a eu des retards sur la finalisation des installations électriques », explique la région. Rappelant que le confinement a également retardé le chantier de rénovation du lycée débuté en 2018 et s'élevant à 46 millions d'euros. Elle précise par ailleurs qu'une commission de sécurité a autorisé l'ouverture des locaux en août.

De son côté, le rectorat de Créteil, peu enclin à la critique, précise que l'équipe pédagogique « met tout en œuvre pour que les élèves puissent bénéficier des cours nécessaires à leur apprentissage par la priorité mise sur les cours théoriques, un soutien par la création d'un blog dédié et la mise en place d'aides aux devoirs en fin de journée scolaire ». Et se veut rassurant : les « cours en atelier sont dispensés durant trois ans pour les lycéens de la voie professionnelle, et deux ans pour les étudiants de BTS. Cette réorganisation temporaire n'est donc pas bloquante pour la réussite de leurs examens. »

Article du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 28 Septembre 2020

Un, deux, trois : partez !

La rentrée à l’école d’art, c'est à partir d'aujourd'hui.

Les inscriptions des enfants et des adultes à l’école d’art Claude Monet se sont déroulées au mois de septembre. Plus de 400 élèves participeront à la vie des ateliers lors du premier trimestre. Cependant Les inscriptions restent ouvertes en octobre et des places sont encore disponibles, plus particulièrement dans certains cours d’expressions artistiques, de bande dessinée ou de dessin-peinture aussi bien à Scohy qu’à Avérino.

Si vous souhaitez vous initier au dessin, à la peinture, à la BD, réaliser des collages ou de petits volumes avec différents matériaux, ces cours de 1h 30 pour les enfants ou de 3h pour les adultes sont faits pour vous !

Rentrée 2020 pour l’école d’art Claude Monet à Aulnay-sous-Bois !

Les professeurs de l’école d’art vous accompagneront pour développer des projets individuels ou collectifs en lien avec le thème du sport (thème pédagogique de l’école d’art pour l’année scolaire 2020-21) et pour vous permettre de trouver votre « écriture » artistique personnelle.

Inscriptions à l’école d’art Claude Monet

Du lundi au vendredi de 9h à 12h puis de 14h à 17h 30

1, rue Aristide Briand - Tel : 01 48 79 65 26

e-mail : eacm@aulnay-sous-bois.com.

Source information et photo : compte Facebook de l’école d’art Claude Monet d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 28 Septembre 2020

[COMMERCES] Il y a quelques jours, un nouveau restaurant a été inauguré dans le quartier Chanteloup : "Parenthèse", 4 avenue Eugène Schueller à Aulnay-sous-Bois, face à L'Oréal.

Arrivée du restaurant Parenthèse à Aulnay-sous-Bois

Vous pourrez y déguster de la cuisine traditionnelle revisitée : œuf poché et crumble parmesan, carpaccio de poulpe, charcuterie espagnole ou encore tarte aux pommes et au caramel… Tous les plats sont faits maison. L’établissement dispose d’une terrasse extérieure.

Ouvert du lundi au samedi de 11h30 à 14h30 et de 18h30 à 23h. Tél. : 01 85 10 51 90. Mail : contact@restaurant-parenthese.com

Arrivée du restaurant Parenthèse à Aulnay-sous-Bois

Source information et photos : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Publié le 28 Septembre 2020

C’était un curseur marquant de son premier mandat. En effet, le maire Bruno Beschizza ne manque jamais une occasion de mettre en avant les commerçants et artisans locaux.

Abygaelle et Eden nouveau traiteur au marché de la gare à Aulnay-sous-Bois !

La seconde mandature semble visiblement s’inscrire dans cette même lignée puisque l’édile était une nouvelle fois en première ligne ce dimanche matin pour inaugurer l’arrivée d’un nouveau traiteur installé dans la halle alimentaire du marché de la gare. Bienvenue donc à Abygaelle et Eden à Aulnay-sous-Bois !

Abygaelle et Eden nouveau traiteur au marché de la gare à Aulnay-sous-Bois !

La carte du traiteur propose notamment des pizzas mais aussi des pâtes, des desserts ainsi que des vins italiens. Alors, laissez-vous tenter !

Robert Ferrand

Source photos : compte Facebook de Bruno Beschizza

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #Commerce

Publié le 28 Septembre 2020

Bien que la crise sanitaire liée au Covid-19 ne soit pas encore terminée, le sport de haut niveau a fait sa rentrée. C’est le cas aussi dans notre commune avec par exemple les Amazones du Aulnay Handball qui ont repris la compétition ce dimanche 27 septembre 2020.

Nos championnes locales ont parfaitement réussi leur entrée en matière dans le championnat de Nationale 2 féminine en s’imposant avec sérieux et maitrise face à Noisy le Grand 29 à 26.

Le prochain match des Aulnaysiennes est prévu le dimanche 4 octobre 2020 avec un déplacement à Rosières Saint-Julien, commune située non loin de Troyes.

En attendant vous pouvez prendre connaissance ci-dessous du compte rendu de la journée que nous a adressé le Aulnay HB. (Pour agrandir, cliquez sur l'image).

Handball Nationale 2 féminine : Aulnay-sous-Bois l’emporte 29 à 26 face à Noisy le Grand !

Robert Ferrand

Source compte-rendu et image : Aulnay HB

Voir les commentaires

Rédigé par Robert Ferrand

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 24 Septembre 2020

Agent de sécurité n'est pas un métier facile, et particulièrement en temps de Covid. L'agression d'un employé du supermarché Intermarché, dans le quartier de la Rose-des-Vents à Aulnay-sous-Bois, vient allonger la liste des professionnels violentés pour avoir voulu faire respecter l'obligation de porter un masque.

Vers 13 heures, le vigile se trouve aux portes du magasin et il fait remarquer à un client qu'il ne peut pas entrer sans masque sur le visage. Ce dernier n'apprécie manifestement pas d'être interpellé de la sorte.

Le ton monte et le client se précipite au rayon cuisine du supermarché où il saisit un couteau. Mais la lame de l'ustensile se brise, lorsqu'il tente de blesser l'agent au niveau du torse. Direction le rayon bricolage ensuite pour y dérober une autre arme, à savoir un tournevis. C'est là que plusieurs clients réussissent à le désarmer.

Un vigile victime d’une violente agression chez Intermarché à Aulnay-sous-Bois

«Ils lui ont réglé son compte sur le parking»

« Il s'est fait sortir du magasin et ça ne s'est pas bien passé pour lui. Ils lui ont réglé son compte sur le parking », résume un membre du personnel.

Selon lui, une vingtaine de personnes prennent à partie le client et certains le passent à tabac. À l'arrivée des policiers, celui qui refusait de porter son masque présente des bleus et dit souffrir de nombreuses douleurs. Il est transporté à l'hôpital Robert-Ballanger d'Aulnay et placé en garde à vue. Ses agresseurs ne sont plus sur les lieux.

Le salarié du magasin n'avait jamais vu ça : « On a des gens qui râlent à cause du masque mais un gars qui pète un câble comme ça, c'est la première fois. Il était très énervé, il a fait des gestes brusques tout de suite. »

Son collègue agent de sécurité, légèrement blessé au visage, a déposé plainte ce jeudi. « C'est quelqu'un de calme, pas bagarreur. Il est choqué mais réconforté car il a reçu le soutien de tout le monde, poursuit-il. Les clients ont bien défendu l'agent, face à cet homme qui n'est pas un habitué du magasin.

»

Selon lui, environ 2500 personnes fréquentent quotidiennement l'Intermarché.

Depuis le 20 juillet, et l'entrée en vigueur de l'obligation de porter le masque, plusieurs agressions ont émaillé le territoire : le 2 août, un homme est roué de coups dans une laverie de Soisy-sous-Montmorency (Val-d'Oise). Dix jours plus tard, c 'est une infirmière qui est blessée, dans un bus à Neuilly-sur-Marne, car elle demande à trois jeunes de mettre un masque. Le paroxysme de ces violences avait été atteint un mois plus tôt, avec le meurtre du chauffeur de bus Philippe Monguillot à Bayonne (Pyrénées-Atlantique).

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Publié le 24 Septembre 2020

Chimirec, société du territoire depuis des lustres, se voit sommer de quitter son site de Dugny pour faire place au village des jeux olympiques et paralympiques qui auront lieu à Paris en 2024. C'est donc à Aulnay-sous-Bois qu'elle fera sa nouvelle implantation sur les friches de PSA. 

Exclusivité : visite du site Chimirec à Dugny avant son installation à Aulnay-sous-Bois !

Alors, que font-ils dans leur usine ? Chimirec a ouvert ses portes à la rédaction d'Aulnay Libre le 17 septembre 2020. Nous avons pu observer in vivo leur cœur de métier à savoir : le regroupement des déchets provenant d'activités économiques de TPE, PME, artisans de la région, le tri, le stockage ou encore la préparation au transit vers d'autres sites de transformation.

Exclusivité : visite du site Chimirec à Dugny avant son installation à Aulnay-sous-Bois !

Par exemple, lorsque l'on dépose nos huiles de vidange à la déchetterie d'Aulnay-sous-Bois, elles sont récupérées, analysées, regroupées puis expédiées soit vers un centre de régénération, soit pour une utilisation de substitution énergétique convenant plus particulièrement aux cimentiers.

 

 

Exclusivité : visite du site Chimirec à Dugny avant son installation à Aulnay-sous-Bois !

Autre exemple : les pots de peinture. Ils sont broyés. En ressort une pâte d’où l'on sépare le métal à destination des activités de fonderie. Quant à la pâte restante, c'est en combustible haute calorie qu'elle sera transformée.

Exclusivité : visite du site Chimirec à Dugny avant son installation à Aulnay-sous-Bois !

Ainsi, quand à la déchetterie d'Aulnay, Mr Djamel, qui est en première ligne du tri vous donne des conseils pour le dépôt de vos anciennes peintures ou autres aérosols, suivez ses recommandations.

Actuellement, dans notre bonne ville d’Aulnay-sous-Bois, nous avons pu entendre des anti-recycleurs, des nostalgiques néo-conservateurs de la pollution à outrance hurler avec les loups pour attiser les peurs autour de l’usine Chimirec de Dugny.

Pourtant, l’unité qui va s’implanter prochainement à Aulnay ne sera pas classée Seveso. Une telle classification pour ce type d'usines est calculée essentiellement sur la quantité de PCB, donc les aérosols qu'ils ont en stock. Les normes, hautes ou basses, changent d’ailleurs très régulièrement dans la réglementation.

Nous avons également pu constater l’existence de systèmes de sécurité conformes dans l'usine. Quant à une explosion de type AZF, nous en sommes loin car Chimirec ne traite pas le même genre de produits.

Enfin, concernant la question cruciale de l’emploi, a fortiori en ce moment avec la crise sanitaire du Covid-19, Chimirec arrive avec ses 200 collaborateurs, mais devrait aussi créer environ 70 postes sur 3 ans à Aulnay-sous-Bois.

Maintenant que la transition écologique est en marche en France, Aulnay-sous-Bois y participera-t-elle avec Chimirec ? Telle est la question…

Marc Masnikosa, rédacteur en chef du blog Aulnaylibre.com

Voir les commentaires

Rédigé par Marc Masnikosa

Publié dans #Un autre regard par Marc Masnikosa

Publié le 22 Septembre 2020

« N'ayez pas peur. » Pas de doute, Agnès Van de Walle connaît ses classiques. Quand on demande à la directrice de l'entité Partenaires et start-up de Microsoft France, ses conseils aux chômeurs qui hésiteraient à rejoindre la première Ecole Cloud Microsoft en France, qui va voir le jour mi-novembre à Aulnay-sous-Bois, elle cite spontanément le pape Jean-Paul II.

Microsoft lance son école Cloud à Aulnay-sous-Bois en novembre 2020 !

« Notre école est ouverte à tous, reprend-elle, et, contrairement à ce que beaucoup pensent, les métiers du numérique sont extrêmement accessibles. Pas besoin d'avoir un Bac + 5 ou de sortir d'une école d'ingénieurs, il n'y a ni critères de niveau ni prérequis pour entrer. Le plus important, c'est de s'intéresser à l'informatique, d'avoir l'esprit vif, d'avoir envie d'apprendre, de se former car, dans le numérique, on apprend tout le temps, on se forme en continu. Tout change tellement vite… »

Une formation très attendue par un secteur en manque de main-d'œuvre

Surtout pour les ignares en informatique qui ont très vaguement entendu parler de « cloud ». Un terme (signifiant « nuage » en anglais) qui recouvre l'ensemble des solutions de stockage à distance. Quèsaco? Les données, au lieu d'être stockées sur des disques durs, sont disponibles sur des serveurs et accessibles par Internet. Un système de plus en plus répandu parmi les entreprises et en passe de devenir indispensable, Covid oblige, avec le développement tous azimuts du télétravail et du e-commerce.

Ce type de formation, certifiante, est donc très attendu par tout un secteur en pénurie de main-d'œuvre. En France, en 2019, il y a eu 46 000 projets d'embauches dans le numérique tandis que, sur la même période, 68 % des sociétés spécialisées n'arrivaient pas à recruter.

Vous tergiversez? Vous n'êtes pas encore sûr de postuler? Sachez que la formation est gratuite. Créé par Microsoft en partenariat avec Simplon.co, un réseau d'écoles numériques solidaires, l'établissement s'installera au 1, rue Auguste-Renoir, dans les locaux de l'école Simplon d'Aulnay.

Dans les écoles Microsoft, «93 % des étudiants ont trouvé un CDI à l'issue de leur formation»

Après six mois de formation intensive suivis d'un contrat de professionnalisation de douze mois en alternance (une semaine d'école, trois semaines en entreprise) chez un partenaire du géant américain du numérique, vous aurez un contrat presque dans la poche. « C'est ce qui s'est passé en tout cas avec nos apprenants qui sont sortis depuis 2018 de nos 17 écoles IA (NDLR : écoles d'intelligence artificielle, gratuites elles aussi), assure la responsable de Microsoft. Sur 362 apprenants, 93 % ont trouvé un CDI à la sortie de leur formation. »

Ça y est, vous êtes fin prêts à actualiser votre CV ? Avant de vous jeter à l'eau, il vous faut savoir tout d'abord que cette école Cloud qui réunira, pour sa première promotion, 20 à 24 heureux élus, pas encore désignés, vise un public précis. Les apprenants devront donc, condition indispensable, être inscrits à Pôle emploi. Et la primauté sera donnée aux bénéficiaires du RSA, aux résidents en quartier prioritaire de la ville, aux personnes ayant un handicap et aux réfugiés. Dans un souci de parité, les femmes représenteront au moins 30 % des apprenants.

Pour postuler, rendez-vous sur Simplon.co. Le formulaire de candidature sera bientôt mis en ligne sur cette page : https://simplon.co/formation/ecole-cloud-microsoft-by-simplon-parcours-developpeur-se-cloud/331

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Technologies

Publié le 15 Septembre 2020

A l’instar du premier ministre britannique Boris Johnson, par exemple, le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza a été testé positif au Covid-19. Il n’a pour le moment développé aucun symptôme de la maladie. La rédaction d’Aulnaylibre.com lui souhaite bien entendu un prompt rétablissement. Vous pouvez prendre connaissance ci-dessous des quelques mots rédigés par l’édile sur son profil Facebook.

« J’ai été informé être une personne contact d’une personne testée positivement au COVID-19. Je suis donc allé me faire tester. Le résultat du test à la COVID-19 s’est révélé positif bien que je n’ai, à l’heure actuelle, développé aucun symptôme.

Conformément aux recommandations sanitaires, je respecterai ainsi une période d’isolement cette semaine, jusqu’à lundi prochain. Les membres de mon entourage proche familial et professionnel, susceptibles d’être positifs, ont aussi été contactés afin qu’eux aussi puissent se faire dépister.

Bien évidemment, je continuerai à assumer mes fonc tions de maire durant cette période d’isolement. Je souhaite qu’elle soit aussi productive que possible au service des Aulnaysiennes et des Aulnaysiens, par téléphone et visio-conférence, pour la santé de toutes et tous.

Prenez-soin de vous et de vos proches ».

Source information compte Facebook de Bruno Beschizza / Source photo : site internet de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Conseil municipal

Publié le 14 Septembre 2020

[CENTRE AQUALUDIQUE] Initialement prévue pour l’été 2020, la livraison du nouveau centre aqualudique d'Aulnay-sous-Bois est désormais prévue pour le printemps 2021.

Ce retard s’explique par des aléas de chantier provoqués par la découverte inattendue de vestiges de fondations non déclarées de l’ancien stade nautique, et par une interruption des travaux de plus de 2 mois causée par la crise du COVID-19. Cette interruption s’est suivie d’un retour progressif, en effectifs réduits, des personnels de chantier et des différents prestataires au mois de mai 2020. Depuis le début de l’été, le chantier a repris un rythme normal dans le respect des règles sanitaires en vigueur et de la sécurité des ouvriers.

La nouvelle piscine d’Aulnay-sous-Bois terminée pour le printemps 2021

DÉCOUVREZ LES ACTUALITÉS DU CHANTIER en cliquant : ici

Source information et image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 28 Août 2020

Ce matin, la préfecture de police a précisé les modalités d'application de l'arrêté préfectoral rendant obligatoire le port du masque de protection sur l'ensemble de l'espace public à Paris (75), Seine-Saint-Denis (93), Hauts-de-Seine (92) et Val-de-Marne (94).

Le port du masque ne sera finalement pas exigé pour les personnes exerçant une activité physique au titre de la course à pied ou du vélo.

Dans tous les autres cas, sauf si vous avez moins de 11 ans ou que vous êtes à l'intérieur des véhicules à moteur (voitures des particuliers, camionnettes ou poids lourds des professionnels), le port du masque est obligatoire sur l'ensemble de l'espace public. Le non-respect de cette mesure est passible d'une amende 135€.

Le masque n’est pas obligatoire à Aulnay-sous-Bois pour la pratique sportive

Source information et image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 28 Août 2020

Le maire Bruno Beschizza, entouré de la municipalité et des associations militaires, organise une cérémonie ce samedi 29 août 2020 à 11h45 sur la Place du Général Leclerc à l'occasion du 76ème anniversaire de la Libération de Paris et de sa banlieue.

Cette cérémonie sera ouverte au public dans le respect des gestes barrière et des règles de distanciation physique. Port du masque obligatoire.

Célébration de la libération de Paris et sa banlieue ce samedi 29 août 2020 à Aulnay-sous-Bois

Source information et image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 28 Août 2020

Cette semaine, le maire Bruno Beschizza fait une visite des principaux chantiers de l'été : rénovation et extension d'écoles, travaux de voirie, opérations de végétalisation, entretien des bâtiments et espaces publics...

Plus de 45 millions d'€ sont consacrés cette année aux investissements d'aujourd'hui qui amélioreront demain votre cadre de vie !

Le maire Bruno Beschizza continue d’investir massivement pour l’avenir d’Aulnay-sous-Bois

Voici ce que monsieur Beschizza a posté sur son compte Facebook à propos des chantiers en cours.

« À quelques jours de la rentrée, visite cette semaine des écoles et des chantiers de l’été à Aulnay-sous-Bois. Cette année, plus de 45 millions d’€ sont consacrés au programme d’investissement avec la réalisation de plusieurs actions phares destinées à améliorer votre quotidien : réfections de chaussées dans plusieurs rues, végétalisation aux abords de l’église Saint-Sulpice, nouvelles places Abrioux et rue du 8 mai 1945...

Le maire Bruno Beschizza continue d’investir massivement pour l’avenir d’Aulnay-sous-Bois

Pour nos enfants, 4,5 millions d’€ sont consacrés cette année à l’extension et la rénovation des écoles Savigny et Perrières, et 1 million d’€ pour la poursuite de l’aménagement de la nouvelle école Jean d’Ormesson avec notamment la création d’un préau bioclimatique et la végétalisation des espaces extérieurs. Un clin d’oeil tout particulier a été apporté avec la plantation de jeunes chênes dans la cour de l’école élémentaire en référence aux vestiges de l’ancienne forêt de Bondy présents dans la cour de l’école maternelle. Enfin, plus de 3 millions d’€ sont par ailleurs consacrés à la rénovation des autres écoles, et des équipements culturels et sportifs : réfection de sols, remise aux normes, étanchéité, travaux de toiture... »

Source information et images : comptes Facebook de Bruno Beschizza et de la ville d’Aulnay-sous-Bois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 27 Août 2020

[ACTU COVID] À compter du vendredi 28 août, à 08h00, le port du masque sera obligatoire dès l'âge de 11 ans, à Paris et en petite couronne, pour tous les piétons circulant dans les espaces publics, les utilisateurs de vélos, deux-roues, trottinettes et autres engins de mobilité personnels, motorisés ou non. Les usagers circulant à l’intérieur des véhicules à moteur (voitures des particuliers, camionnettes ou poids lourds des professionnels) seront dispensés de cette obligation.

Le port du masque devient obligatoire à Aulnay-sous-Bois sinon c’est 135 euros d’amende

Suite au Conseil de Défense qui s’est tenu ce mardi, le Premier Ministre a demandé au préfet de Police d’étendre, en concertation avec les élus concernés, l’obligation de porter le masque dans la totalité de l’espace public à Paris et sur l’ensemble des trois départements de la petite couronne : la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne.

La dégradation de la situation sanitaire, avec une circulation active du virus dans l’agglomération parisienne, qui tend à s’accélérer, conduit le préfet de Police et les préfets de la Seine-Saint-Denis, des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne, à prendre cette mesure forte, dans l’intérêt général.

Source information et image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié le 26 Août 2020

[INFORMATION CORONAVIRUS]  La Ville d'Aulnay-sous-Bois a appris ce jour qu'un animateur de la structure jeunesse Tabarly a été testé positif au Coronavirus COVID-19 mercredi 26 août 2020.

Immédiatement, la Ville s'est rapprochée de l'Agence Régionale de Santé, conformément au protocole sanitaire exigé par la Direction Départementale de la Cohésion Sociale garante des Accueils Collectifs de Mineurs.

Fermeture du SMJ Tabarly à Aulnay-sous-Bois suite à un animateur testé positif au Coronarivus

Les coordonnées de l'ensemble des familles, mais aussi des personnels mobilisés sur cette structure jeunesse, ont été transmises à l'ARS et à la CPAM-Assurance Maladie pour une prise de contact et application du protocole sanitaire en vigueur.

L'ensemble des familles des jeunes accueillis dans ce SMJ sont actuellement contactées par la Direction de la Jeunesse. Les autorités sanitaires recommandent aux familles de se faire dépister.

Afin de prévenir tout risque de propagation du virus, le Maire Bruno Beschizza a décidé de fermer par précaution et de manière préventive le SMJ Tabarly à partir du mercredi 26 août 2020, et ce jusqu'à la fin des vacances scolaires d'été.

La Direction de la Jeunesse se tient à la disposition des familles concernées par téléphone au 01 48 79 41 41 / 41 44.

Source information et images : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé