Publié le 18 Avril 2020

La chaine France 24 a réalisé un long reportage sur la cinquième semaine de confinement que traverse notre pays suite à la crise sanitaire du Coronavirus. La situation d’Aulnay-sous-Bois est évoquée avec une mise en avant de la solidarité locale, mais aussi l'action de l'ONG Médecins sans frontières ou encore les drones qui surveillent Paris. Vous pouvez le visionner ci-dessous.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 18 Avril 2020

Depuis le début de cette crise sanitaire, nous ne cessons de remercier ceux en première ligne, ceux qui permettent à notre pays de continuer à fonctionner.

Nous nous accordons tous à dire qu’après cette crise, plus rien ne sera jamais pareil. Qu’elle nous a changés profondément.

Mais ce matin, en allant faire mes courses, quel ne fut pas mon écœurement de constater que certaines comportements ne changeaient pas.

Depuis le début du confinement je reçois de nombreux messages, me disant que notre ville est sale, et bien permettez-moi de vous répondre que non, notre ville n’est pas sale, ce sont certains habitants, manquant cruellement de civisme qui le sont.

Nos agents municipaux se démènent jours après jours pour nous, pour notre ville que nous aimons tant. Avec ces comportements inacceptables, c’est leur vie qui est en danger.

Ce matin, je suis en colère, en colère car malgré ces temps troubles et difficiles, certaines n’ont toujours pas compris.

Je garde espoir que ces gens retrouvent la raison, et qu’ils arriveront à marcher 10 mètres pour trouver une poubelle.

Je pensais naïvement certainement, que la gravité de la situation appellerait chacun à un comportement digne et responsable, il n’en est rien pour certains.

Mes chers amis, je sais que vous n’agissez pas de la sorte et que vous savez faire preuve de civisme, et je ne veux pas que cette minorité de personnes viennent salir la majorité des habitants de notre ville.

Respectons nos agents, respectons notre ville et surtout respectons-nous.

Continuez à prendre soin de vous.

Source texte et photo : compte Facebook du député Alain Ramadier

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 17 Avril 2020

Un gros hématome, trois jours d'ITT pour… une boîte de lait de coco en pleine figure. Marie, 18 ans, caissière au Casino de Sevran, a déposé plainte mercredi dernier après avoir été agressée par une cliente du supermarché où elle travaille depuis un mois et demi. Symptôme évident des incivilités qui fleurissent, selon nombre d'employés de la grande distribution, durant ce confinement. Las des incivilités, le responsable du magasin menace de baisser le rideau jusqu'au déconfinement.

C'est Manon, sa sœur, qui raconte l'agression. « Cette cliente, qui est une habituée, est entrée en voulant se faire rembourser une conserve de lait de coco. Elle n'avait plus le ticket. Ma sœur, qui n'est vraiment pas quelqu'un d'agressif, lui a dit que sans ce ticket, ce n'était pas possible. Tout a dégénéré à partir de là », explique Manon.

Ulcérée, la cliente lui jette la conserve en métal au visage en hurlant : Tiens, le voilà ton remboursement ! Dans le choc, la boîte de conserve est enfoncée. Immédiatement, les collègues et le vigile du supermarché interviennent et calment le jeu, avant que cette cliente ne quitte les lieux, refusant de décliner son identité à la direction et à l'agent de sécurité.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article : journal Le Parisien / Source photo d’illustration : Wikipédia

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Publié le 17 Avril 2020

En prévision du déconfinement programmé le 11 mai 2020, la ville d’Aulnay-sous-Bois a passé une commande groupée de masques en tissu. Chaque habitant de la commune bénéficiera d’un masque réutilisable. Il sera offert gratuitement.

Un masque en tissu réutilisable offert gratuitement à chaque habitant à Aulnay-sous-Bois

Source information et image : compte Twitter de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 17 Avril 2020

[Escapade à la MDE] Aujourd’hui, place à notre exposition 🌼🌸🌺 « Le jardin, graine de vie ! » 🌼🌸🌺. Mise en place début mars, elle n’a malheureusement pas eu l’occasion d’être beaucoup visitée.

 Images de la prochaine exposition «Le jardin, graine de vie » à la Maison de l’Environnement à Aulnay-sous-Bois

Nous vous la présentons donc ici en photo !
Les thèmes abordés sont : la saisonnalité du jardin, le rôle de l’eau, la germination des plantes, les outils du jardinier, les cultures associées, les auxiliaires du jardin, les différents types de sols, le compostage et l’amendement des sols et les engrais et répulsifs naturels.

 Images de la prochaine exposition «Le jardin, graine de vie » à la Maison de l’Environnement à Aulnay-sous-Bois

Source information et images : compte Facebook de la Maison de l’Environnement

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 17 Avril 2020

Vigilance sur les escroqueries ! De FAUX fonctionnaires de la mairie font du porte à porte pour vendre des masques. Il s’agit de VRAIs escrocs.

En cas de doute, contactez la police municipale au 0 800 39 93 93.

Coronavirus : arnaque à la vente de masques à Aulnay-sous-Bois !

Source information et image : compte Twitter de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Divers

Publié le 17 Avril 2020

C’est une meneuse, une chef d’orchestre, au cœur de la gestion de cette crise sanitaire. Camille, cadre de santé, est la coordinatrice Covid de l’hôpital privé d’Aulnay-sous-Bois : "C'est un engagement à 200%. On est multi-fonctions".

Vidéo. L’intense lutte contre le Coronavirus à l’hôpital de l’est parisien à Aulnay-sous-Bois

Camille jongle entre prélèvements sanguins et coups de téléphone à l'Agence régionale de santé. Camille doit leur indiquer plusieurs fois par jour le nombre de lits disponibles au sein de son établissement pour accueillir de nouveaux patients atteints du coronavirus.

Depuis le début de l’épidémie, cette infirmière de formation est sur le pont, en soutien aux équipes médicales. Les équipes ont besoin de ça, de ce soutien-là. Il a fallu entièrement réorganiser les services, comme cette unité de chirurgie : "Il a fallu désencombrer les chambres pour éviter qu'il y ait trop de choses dedans. Il fallait pouvoir accéder facilement à la tête du patient, ce qui n'est pas forcément le cas dans des chambres faites pour des hospitalisations plus longues".

"Les journées passent à une vitesse folle"

Il a aussi fallu réadapter les règles d’hygiène en permanence pour protéger les équipes : "Il faut que les choses soient protocolisées, que ça devienne simple et qu'il n'y ait plus 1000 questions quand on met une blouse ou quand on l'enlève".

Un rythme effréné : "C’est très intense, on court partout toute la journée, on fait des heures pas possibles. Les journées passent à une vitesse folle, c'est vrai que ça commence à être long".

La jeune femme est éprouvée. Mais pour Camille ce métier est une vocation : "Cette crise sanitaire est difficile pour tout le monde, mais je pense que quand on est soignant, au fond de nous, on se dit qu'on a fait ce métier pour ça. Ça fait partie de notre métier d'être là à ce moment-là".

Ce qui compte pour elle, c’est d’être au plus près des patients et les accompagner jusqu’à la guérison.

Article complet de https://rmc.bfmtv.com à lire en cliquant : ici

Source article : https://rmc.bfmtv.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 17 Avril 2020

« Le plus important, ce n'est pas le ramadan, c'est la santé de tout le monde ! » D'emblée, Mizan, un papa de quatre enfants habitant avec son épouse à Pantin, l'assure : « Les mosquées sont fermées, et le président de la République a été très clair, il faut rester chez soi, c'est le seul moyen d'endiguer l'épidémie ».

L'homme, très croyant, impliqué dans une petite mosquée de tradition du Bangladesh à Pantin (Seine-Saint-Denis), s'apprête à vivre un mois de ramadan « compliqué », lui qui pratique, année après année, les prières collectives de Tarawhid dans son lieu de culte, et a aussi l'habitude de repas d'Iftar partagés à plusieurs familles.

«Nous irons déposer un colis-repas devant la porte de nos voisins»

« Mais cette année, il n'y aura pas cela : je serai avec mes quatre enfants et mon épouse, nous dînerons ensemble avant de faire nos prières. Je ne sais pas à quoi m'attendre : c'est la première fois qu'on vit cela », analyse, philosophe, l'homme. Qui a prévu des temps de partage : « Au lieu d'aller faire l'Iftar chez mes voisins, nous cuisinerons plus que nécessaire, et irons déposer un colis-repas devant leur porte, qu'ils dégusteront entre eux. C'est mieux que rien ! »

Même son de cloche chez Badia, une mère de famille d'Aulnay-sous-Bois. « Cela va être une période difficile, car d'habitude on se retrouve tous, même ceux que l'on voit peu. J'ai huit frères et sœurs, cela peut faire du monde à la maison en même temps », s'amuse la maman de trois enfants, qui vit à la Rose-des-Vents. Elle-même, son mari et ses trois enfants feront leurs prières « à la maison ». « C'est aussi l'occasion de se recentrer sur les valeurs familiales, de penser aux plus démunis, à l'essentiel », anticipe-t-elle.

Mais pas question de tout changer et Badia mettra les petits plats dans les grands : « Même si ça va être une fête en petit comité, je mets un point d'honneur à faire de bons repas : chebakiasellouzlabia (NDLR : pâtisseries marocaines)! Et pour partager virtuellement cela avec le reste de notre famille confinée, il y aura WhatsApp! »

Article complet du Parisien à lire en cliquant : ici

Source article : Le Parisien / Source photo : Aulnaylibre.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Fêtes et Cérémonies

Publié le 16 Avril 2020

Aujourd’hui le service Mission handicap a ouvert un espace ludique et verdoyant pour accueillir les petits en situation d’autisme. Ils seront encadrés par des auxiliaires d’intégration volontaires.

Ouverture d’un espace ludique pour les enfants en situation d’autisme à Aulnay-sous-Bois

Source information et image : compte Twitter de Séverine Maroun

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 16 Avril 2020

Pendant le confinement la ville d’Aulnay-sous-Bois poursuit le nettoyage des espaces publics.

Des gants, masques et mouchoirs abandonnés sur la voie publique à Aulnay-sous-Bois

Malheureusement de nombreux gants, masques et mouchoirs usagés sont abandonnés sur la voie publique.

Pour rappel, les déchets doivent être jetés dans une poubelle. C’est d’autant plus vrai dans cette période de Coronavirus.

La propreté c’est l’affaire de tous !

Source information et image : compte Twitter de la ville d’Aulnay-sous-Bois

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Environnement

Publié le 16 Avril 2020

Derrière le journaliste Madjid Khiat, en direct d’un centre de tri à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, la première équipe vient de partir, la seconde arrive pour remplir ces camions et aller distribuer ces colis. Cet entrepôt est gigantesque et représente trois terrains de football et chaque jour, ici, il y a 25 000 colis pour une grande partie de l’Île-de-France. Sur place, Laurence Naouri se prépare pour sa livraison.

Comment vit-elle cette période de confinement, elle qui est en première ligne ? "Oui, mais je suis fière parce que les clients ils sont heureux, ils sont contents qu’on les livre. Et puis c’est important parce qu’il y a les médicaments, on livre les pharmacies. C’est bien parce que l’on a la reconnaissance des gens, des clients", affirme Laurence Naouri.

Des livraisons de colis en baisse de 15 %

Que lui disent-ils ? "Pour ma part, j’ai des joggers, ils sont contents, ils s’arrêtent et me disent ‘merci pour ce que vous faites’". Dans l’ensemble de la France, en trois semaines, il y a eu 15 millions de colis distribués, c’est une baisse de 15 % par rapport à d’habitude, explique Madjid Khiat.

Article complet de https://www.francetvinfo.fr/ à lire en cliquant : ici

Source article : https://www.francetvinfo.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Publié le 16 Avril 2020

Prof de français dans un lycée de la banlieue parisienne, Mathilde Levesque est heureuse de faire ce métier. Et fière, parfois jusqu'à l'émotion, de ses élèves. A découvrir dans Je dis donc je suis sur France 3 ce jeudi 16 avril à 22h55. 

Est-ce que le métier de prof correspond à l'image que vous vous en faisiez avant de l'exercer ?

Mathilde Levesque : Oui. En revanche, la réalité qui est la mienne sur le terrain, dans le 93, est très différente de ce que les gens imaginent. Il y a un décalage avec les clichés sur la violence des élèves, le faible niveau des profs et leur mal-être. On est 240 enseignants dans mon lycée (Lycée Voillaume à Aulnay-sous-Bois, ndlr). Il y a peut-être des profs en souffrance à cause des élèves, mais pas plus qu'ailleurs. On est des profs globalement heureux au quotidien.

Le documentaire semble dire que "tenir" une classe repose surtout sur le fait d'intéresser les élèves...

Une gestion de classe est un équilibre jusqu'au moment où l'ennui mène les élèves au décrochage : dormir, dessiner, discuter... Il faut les intéresser tout le temps parce qu'ils sont 8 heures par jour sur une chaise à apprendre. C'est lourd pour eux. Donc dès qu'ils peuvent prendre une pause, ils la prennent. Avec moins d'heures de cours, ils seraient plus souples.

Comment se passe le confinement avec vos élèves ?

Mon interaction avec eux est importante. Avoir des élèves, ce n'est pas que leur apprendre un commentaire de texte, c'est aussi répondre à leurs questions : les cours vont-ils reprendre, le bac aura-t-il lieu... ? Il y a aussi l'angoisse liée au contexte : le virus va-t-il frapper la famille ? C'est violent et inquiétant pour eux. Ils sont en âge de comprendre que la situation est compliquée et grave. L'école a l'habitude d'éponger et d'endiguer beaucoup d'angoisse et de colère qu'ils ne peuvent exprimer chez eux. C'est important qu'ils aient toujours cette possibilité.

Article complet de https://www.telestar.fr à lire en cliquant : ici

Source article : https://www.telestar.fr / Source photo : Le Parisien (GB)

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Publié le 15 Avril 2020

Vous pouvez prendre connaissance ci-dessous d’une communication du Collectif des Riverains et Victimes du CMMP, nom de l’entreprise qui exploitait l’amiante à Aulnay-sous-Bois. Elle rend hommage au docteur Maurice Allouch suite à son décès.

Le Collectif des victimes de l’amiante à Aulnay-sous-Bois rend hommage au docteur Maurice Allouch

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Amiante

Publié le 15 Avril 2020

Des cartons de charlottes, de blouses posées sur un lit d’hospitalisation. Un vestiaire spécifique improvisé dans l’urgence à l’écart des autres services pour les soignants des deux secteurs Covid: "Nous sommes là pour soigner. En temps normal, c'est ce qu'on fait tous les jours".

Vidéo. Le personnel soignant de l’hôpital privé de l’est parisien à Aulnay-sous-Bois lutte contre le Coronavirus

Deux unités de soins de l'Hôpital Privé de l'Est parisien (Groupe Ramsay Santé) ont été entièrement réorganisées pour accueillir les patients atteints du coronavirus. Mireille est infirmière elle va y passer les 12 prochaines heures. A l’étage, des panneaux rouges pour indiquer les visites y sont interdites. Derrière les portes battantes, seul le personnel équipé est admis. Mireille court d’un patient à l’autre : "Il y a ceux qui craquent parce qu'ils sont très angoissés. Et il y a la peur, la peur de l'avoir".

"Il faut avoir la patience, se soutenir"

Il faut les écouter, les rassurer. Le visage en partie caché par son masque FFP2, Christophe aide-soignant apporte les petits déjeuners. Mais il doit interrompre sa distribution pour examiner un patient. Température, pouls, taux d’oxygène dans le sang, les patients atteints du coronavirus nécessitent une surveillance constante.

Jessica, l’infirmière de nuit, passe le relais. Elle a veillé sur eux de 20h à 9h ce matin : "Je suis fatiguée parce que je n’ai pas arrêté de la nuit". A la sortie de la salle de pause, elle croise Annie, aide-soignante, qui lui prend la main. Une étreinte. Du réconfort. "Ce n'était pas évident. On n'a jamais vécu ça, on a l'impression que c'est une histoire sans fin. Ce n'est pas facile, il faut avoir la patience, se soutenir. Si on ne vient pas travailler qui va le faire ?".

Jessica reviendra ce soir déterminée, comme l’ensemble de l’équipe médicale à venir à bout de ce "cauchemar".

Article complet de https://rmc.bfmtv.com à lire en cliquant : ici

Source article : https://rmc.bfmtv.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 15 Avril 2020

Vous pouvez prendre connaissance ci-dessous d’une vidéo de la chaîne France 24. Elle est consacrée aux associations La Chaine Fratern’elles et l’EMJF qui incarnent la solidarité face à la crise sanitaire du Coronavirus à Aulnay-sous-Bois.

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Associations

Publié le 15 Avril 2020

Nos commerces, cafés, hôtels et restaurants ne survivront pas si nous ne les aidons pas.
Le report de charge voulu par le gouvernement n’est pas suffisant.

Avec Les Députés Les Républicains, nous demandons l’annulation pure et simple des charges sociales pour les secteurs les plus touchés.

Le député Alain Ramadier appelle à sauver nos commerces, cafés, hôtels et restaurants

Source : compte Facebook du député Alain Ramadier

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Publié le 14 Avril 2020

Sigamary Diarra a malheureusement perdu sa maman des suites du Covid-19. L’ancien joueur du FCSM Villepinte et du CSL Aulnay-sous-Bois lui a rendu hommage et a par ailleurs lancé un message fort de prévention.

 Je n’ai pas les mots pour décrire ma peine. Que dieu lui ouvre les portes du paradis. Maman je t’aime. On peut parler de l’état mais nous ne valons pas mieux, quand je vois le nombre de personnes dehors et footing et promenade.

On nous l’a répété nous sommes en guerre et effectivement l’ennemi est invisible mais tue (elle, lui, eux, nous, moi , vous, nos aînés). #RestezChezVous les soldats qui mènent cette guerre sont les médecins, infirmières, infirmiers, éboueur, la police, les caissières, etc. Je n’en veux à personne, c’était son heure, j’ai mal mais je me dois de transmettre le message de nos morts, éradiquons ce fléau chacun à notre manière, la notre c’est de respecter le confinement quelque soit la météo et la durée du confinement. »

Article complet de http://www.actufoot.com à lire en cliquant : ici

Source article : http://www.actufoot.com / Source photo : compte Twitter de Sigamary Diarra

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Soyons sport.

Publié le 14 Avril 2020

BFM TV a réalisé un reportage au cœur d’un service de réanimation à Aulnay-sous-Bois. Bien qu’il soit d’une durée très courte il permet d’apercevoir la dure réalité du monde hospitalier aux prises avec le Coronavirus.

Pour accéder à la vidéo cliquez : ici

Vidéo. Coronavirus : BFM TV au cœur d’un service de réanimation à Aulnay-sous-Bois

Source information et vidéo : https://www.bfmtv.com

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Santé

Publié le 14 Avril 2020

Quatrième semaine de confinement au cinquième étage de mon bâtiment de la cité des Étangs, à Aulnay-sous-Bois. Deux bruits rythment mes journées. Celui des enfants du voisinage et celui de l'hélicoptère qui n'a de cesse de faire des rondes au-dessus de nos têtes.

Je n'en veux pas à mes voisins, j'ai moi-même du mal à faire entendre à mes parents qu'ils pourraient communiquer entre eux sans que leurs voix traversent les murs. Certes, ils ont perdu en audition avec l'âge — mon papa a 86 ans et ma mère, 83 — mais ils avaient, bien avant cette histoire de coronavirus, l'habitude de parler au téléphone comme s'ils s'adressaient à l'interlocuteur depuis leur fenêtre.

J'ai beau expliquer que le télétravail requiert un minimum de silence, je ne suis jamais à l'abri d'éclats de voix dignes d'un opéra confiné. D'autant plus que mon père me croit doté d'un pouvoir extraordinaire : celui de discuter au téléphone et avec lui simultanément. Agiter le smartphone n'y fait rien.

Malade d'Alzheimer, mon père a pour principale hantise d'être oublié par sa famille. Souvent, il m'interrompt pour s'inquiéter de ne plus voir ma sœur. Elle est infirmière à l'hôpital Bichat et, exposée aux malades du Covid-19, ne prend plus le risque de venir nous voir.

« Grâce à ma mère, je développe des compétences de négociateur »

Quant à ma mère, je développe grâce à elle des compétences de négociateur. Car la voilà obligée de gérer à flux tendu les stocks de nourriture : je lui répète devoir réduire le rythme de mes sorties pour aller faire les courses. Elle comprend l'idée… mais la juge peu applicable aux denrées qu'elle estime de première nécessité : pain, viande, légumes, herbes et yaourts.

Illettrée, elle a appris devant les informations à prononcer le mot « Corona » comme un élève apprendrait un nouveau mot à l'école.

En début de semaine, je les ai informés tous les deux de l'annulation du vol familial pour le Maroc prévu le 21 avril. Un rappel parmi tant d'autres de ce qui aurait pu être notre vie en temps normal.

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #A vos quartiers !

Publié le 14 Avril 2020

Depuis quelques jours l'association Cap'handi kids s'est retrouvée autour d'une polémique abjecte, malgré elle. On laisse courir le bruit que l'association Cap'handi kids récupère le local de l'association LNA, ce qui est totalement faux. Le local est réquisitionné par la ville pour le service de la mission handicap qui est un service ville et c'est une réquisition temporaire (en ce qui concerne cet accueil) pendant la période de confinement. Tout ce qui viendra après la période de confinement ne nous regarde pas et nous sommes au courant de rien.

L'association Cap'handi kids a juste été porteur d'un projet, celui de trouver une solution pour que les enfants atteints de TSA (autisme) puissent pouvoir sortir en toute sécurité et avoir des interactions sociales car tous les parcs à ce jour sont fermés. Quand la municipalité a accepté nous ne connaissions même pas le lieu de cet accueil temporaire, je l'ai appris sur les réseaux. La mission handicap accueillera des enfants par roulement, des auxiliaires d'intégration de la ville seront présentes sur la base du volontariat pour s'occuper des enfants par tranche horaire de 1h30. C'est d'un extérieur que les enfants ont besoin et depuis quelques jours on nous pointe du doigt en nous accusant je cite d'avoir récupéré ce local avec insistance.

Au risque d'en décevoir certains, nous sommes toujours dans l'attente de ce dernier nous n'avons pas de local nous n'avons pas signé de convention pour un local etc ... je pense qu'il y a plus important en ce moment que de polémiquer pour un local alors que l'urgence était de trouver une solution pour les enfants pour qui le confinement est très très difficile. L'association ne sera pas présente sur les lieux ni n'interviendra sur le temps d'accueil. A ce jour l'association Cap'handi kids n'a toujours pas de local et n'a signé aucune convention avec la municipalité.

Source : communiqué de l’association Cap’handi Kids

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Associations

Publié le 14 Avril 2020

Vendredi dernier le maire Bruno Beschizza a reçu Mehdi Maizate et Adnane Calife de la start-up Makagency.

Le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza reçoit la start-up Makagency

A l’aide de ses imprimantes 3D, l’entreprise a déjà fabriqué 130 visières de protection pour le personnel du centre ambulatoire Covid-19 et le personnel des centres municipaux de santé d’Aulnay-sous-Bois.

Source information et photo : compte Twitter de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Publié le 14 Avril 2020

Mes cher(e)s ami(e)s de Folies d’encre,

Depuis maintenant presque quatre semaines, votre librairie préférée a dû fermer ses portes suite au décret gouvernemental relatif à la crise sanitaire du CoVID-19.

Les librairies ainsi que le reste de la chaîne du livre sont totalement à l'arrêt, et le resteront aussi longtemps que nécessaire, un événement unique dans l’histoire de la librairie et de l’édition.

Avant la fin du confinement soutenez la librairie Folies d’encre à Aulnay-sous-Bois

Nous ressentons depuis le début de cette crise différents sentiments au fil des jours : de la stupeur au début avec la fermeture obligatoire de nos librairies, de la peur ensuite devant les ravages de l’épidémie, puis du désespoir devant la menace financière sur nos commerces et enfin de l’envie, l’envie de ré-ouvrir et de vous accueillir à nouveaux chez Folies d’encre…

Afin de mieux résumer la situation actuelle, je reprends les mots de nos collègues libraires dans le nord de la France et de notre syndicat professionnel, le SLF :

« L'unique et impérieuse nécessité aujourd'hui est celle de sauver des vies. C'est le monde entier qui est à l'arrêt, et ça se passe à deux pas de chez nous aussi, parmi nos clients, nos familles, nos amis. Ce n'est pas en vendant quelques livres que nous sauverons nos librairies. C'est en respectant les règles strictes du confinement que nous aiderons à sauver des vies. Soyons des exemples et non des incitations à sortir. Si le livre est de première nécessité alors qu'il le soit surtout quand tout repartira. Mobilisons nous, expliquons aussi souvent et aussi longtemps qu'il faudra. Nous avons la possibilité de prendre du recul et de changer les choses et si nous ne saisissons pas cette pause imposée pour penser demain autrement, nous ne le ferons plus jamais et nous tomberons aussi. Nous ne ferons pas de drive ni de livraisons parce que nos parents sont âgés et que nous avons peur pour eux, parce que nous avons des enfants que nous voulons pouvoir regarder dans les yeux en leur montrant l'exemple et le sens des priorités, parce que nous connaissons des livreurs et des caissières qui sont épuisés et ont la peur au ventre, parce que nous connaissons des proches gravement malades qui ont besoin que leurs soins continuent en dehors du covid, parce que nous connaissons des soignants qui nous supplient de rester chez nous. Ceux qui livrent ou proposent des drive pour des produits autres que ceux de première nécessité (même si nous comprenons leur profonde volonté de sauver leur commerce) ne sont pas des héros comme ils veulent nous le faire penser et comme la presse le montre, ils ne font qu'alourdir le bilan et le travail de ceux qu'ils applaudissent peut-être à 20h. Restons fidèles à que nous sommes humainement. »

Donc, je vous confirme que nous ne souhaitons pas pour l’instant effectuer de vente « drive » ou en livraison. Par contre pour ceux qui souhaitent nous aider dans ce moment très délicat pour nos trésoreries fragilisées, vous pourrez à partir de mercredi prochain vous procurer des bons d’achat de chez Folies d’encre valable « à vie » sur le site suivant :

https://soutien-commercants-artisans.fr

Nous avons incroyablement hâte de vous retrouver, parce que nous avons des tonnes de lectures et de jeux à partager.
En attendant, nous faisons en sorte de préparer la librairie dans l'idée d'un dé-confinement nécessitant de pouvoir vous accueillir dans des conditions sanitaires optimales.
Vous pouvez nous suivre sur notre page facebook.

Nous vous en parlerons un peu plus tard, mais soyez sûrs que nous serons fins prêts quand nous pourrons ouvrir de nouveau nos portes même si nous n’en connaissons malheureusement pas la date.

Beaucoup d’incertitudes imposent une grande prudence, notamment les conditions sanitaires qui seront imposées aux librairies à la réouverture (masques, vitres de protection, gel, nombre de clients limité) ainsi que l’état d’esprit général.

Jacques-Etienne Ully

Illustration pour Librairies confinés, réalisée par le scénariste Kid Toussaint et les illustrateurs Kenny Ruiz et Noiry. Les personnages sont issus de la série Télémaque aux éditions Dupuis) (libre de droits pour les libraires)

 

Pour soutenir votre librairie:

 

https://soutien-commercants-artisans.fr/products/bon-dachat-chez-librairie-folies-dencre-daulnay-bois?fbclid=IwAR12OVSfBxAdM7vL7fBGzCT-Q9EC5yCCK__YQy-y3Adf7VspU1VlxQIUvwE

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Publié le 14 Avril 2020

Un « infatigable travailleur », connu dans tout Aulnay-sous-Bois, qui a « mis sa vie au service de ses habitants », vient de s'éteindre. Le « docteur Allouch », Maurice de son prénom, est décédé le 10 avril. Médecin de profession, il avait été, alors retraité, au cœur du dispositif de recensement des victimes du CMMP (Comptoir des minéraux et des matières premières), une usine qui a broyé de l'amiante en centre-ville entre 1938 et 1975.

Aulnay-sous-Bois : hommage unanime au docteur Maurice Allouch après sa mort

A moins 173 personnes, voisins ou anciens pensionnaires de l'école proche de « l'usine-poison », sont décédées de cancers liés à l'amiante. Et les malades se comptent par milliers. En 2009, une dizaine d'années après la révélation du scandale, le docteur Allouch avait pris la tête d'un comité de pilotage local chargé de les retrouver, avant que l'Agence régionale de santé (ARS) ne se penche sur la question et recherche elle-même les malades potentiels.

«Sans lui, les victimes n'auraient sans doute jamais été indemnisées»

« Il a été le rouage essentiel de notre combat pour faire reconnaître les dégâts du CMMP, mais aussi dans la recherche de ceux qui ont été exposés à l'amiante, et, ce n'est pas rien, de leur indemnisation », résumé Gérard Voide, cofondateur du collectif des riverains du CMMP. Qui se souvient « de sa douceur » et de son « extrême empathie » au moment de prendre contact avec les victimes : « Il était bienveillant, mais déterminé : c'est lui qui a obtenu de l'ARS qu'elle fasse des recherches sur les milliers d'anciens élèves de l'école voisine de l'usine ».

Le docteur Allouch avait aussi bénévolement installé une permanence d'écoute et de contact au centre médico-social de la commune, ouverte chaque mercredi, à destination de victimes potentielles du CMMP. « Il a retrouvé au moins cent personnes en quelques années, chiffre encore Gérard Voide. Sans lui, les victimes n'auraient d'ailleurs sans doute jamais été indemnisées ! »

A Aulnay-sous-Bois, l'homme était connu bien au-delà de son rôle dans l'affaire de l'amiante. Il avait ouvert un cabinet de médecine en 1970 dans la cité de la Rose-des-Vents, après ses études de médecine en Algérie. Il a été élu conseiller municipal d'opposition (UDI) entre 2008 et 2014, sous le mandat du maire socialiste Gérard Ségura. « Sa mort me rend bien triste, explique Jacques Chaussat, chef de file du parti centriste dans la commune, aujourd'hui maire adjoint de Bruno Beschizza (LR). La ville a perdu un grand humaniste. »

Article complet du journal Le Parisien à lire en cliquant : ici

Source article et photo : journal Le Parisien

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Amiante

Publié le 11 Avril 2020

Pour le lundi de Pâques, la collecte des déchets est maintenue à Aulnay-sous-Bois. Les poubelles peuvent donc être sorties normalement en suivant bien entendu le calendrier habituel.

Collecte des déchets maintenue à Aulnay-sous-Bois le 13 avril 2020 lundi de Pâques

Source information et image : compte Twitter de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié le 11 Avril 2020

En raison d’un arrêté préfectoral, les commerces devront fermer leurs portes au public à 13h les dimanche 12 et lundi 13 avril 2020.

Fermeture à 13h des commerces à Aulnay-sous-Bois dimanche 12 et lundi 13 avril 2020

Source information et image : compte Facebook de la ville d’Aulnay-sous-Bois

 

Voir les commentaires

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce