Vote des étrangers : en Seine-Saint-Denis où 20% des habitants sont étrangers la promesse du candidat Hollande est très attendue.

Publié le 26 Novembre 2012

carteelectorale.jpgC’était l’engagement n°50. « J’accorderai le droit de vote aux élections locales aux étrangers. » La promesse du candidat Hollande résonne sans doute avec plus de force en Seine-Saint-Denis, dont un habitant sur cinq est un étranger en situation régulière. Mais François Hollande, aujourd’huiprésident, a repoussé la mesure à plus tard. 

Ici, associations et élus de gauche ne veulent plus attendre et multiplient les initiatives. Depuis deux mois, le Parti radical de gauche (PRG) fait signer une pétition, comme vendredi à Aulnay. « Nous avons déjà recueilli 5000 signatures », souligne Ahmed Laouedj, élu aulnaysien et patron du PRG 93. D’autres idées émergent. Jeudi, les élus Europe Ecologie du conseil régional ont milité pour une large « votation citoyenne », procédé cher à la Ligue des droits de l’homme.

L’UMP et l’UDI s’y opposent

Au Parti communiste, la revendication est ancienne. Depuis 2004, la sénatrice Eliane Assassi a défendu au moins à cinq reprises un amendement en ce sens dans l’Hémicycle. Et des référendums locaux ont déjà eu lieu à Stains ou à La Courneuve. « Ce sera l’un des axes pour les municipales de 2014 », promet Hervé Bramy, secrétaire départemental du PC.

Dans les rangs du PS, après Mathieu Hanotin et Razzy Hammadi, un autre député s’empare du sujet. Daniel Goldberg, député de la 10e circonscription, vient d’écrire à des élus du centre et de la droite. Son objectif : gagner quelques soutiens supplémentaires à un éventuel projet de loi. Pour être adoptée, cette modification de la Constitution devrait en effet recueillir trois cinquièmes des voix des députés et sénateurs réunis en Congrès. « Peut-être avons-nous en Seine-Saint-Denis une responsabilité plus importante qu’ailleurs. La question est sensible, auprès des fils et petits-fils de ceux qui sont arrivés en France et sont encore privés du droit de vote. Cela permettrait que les maires soient élus par plus de monde, cela renforcerait la cohésion sociale », argumente Daniel Goldberg.

Son courrier n’a pas convaincu le sénateur UMP Philippe Dallier : « Payer des impôts n’est pas une condition suffisante pour voter. Et il n’existe pas de majorité en faveur de cette mesure, ni au Parlement ni dans le pays. Il suffit d’organiser un référendum pour le vérifier. Chiche? » « C’est une mesure qui divise, estime même Vincent Capo-Cannellas (UDI), sénateur centriste du Bourget. Dans le contexte actuel, fait de difficultés sociales, nos concitoyens en banlieue ressentiraient cela comme une perte d’influence, un abandon. » 

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

bessaguet 27/11/2012 17:54

Que des citoyens de nationalité étrangère et extra-communautaire européennes, vivant et travaillant en France depuis des années veulent participer aux scrutins locaux, cela se conçoit. Il serait
donc logique, de les inviter à demander la nationalité française, ou l'une des pays de l'union européenne. Ainsi, le principe de réciprocité serait respecté.
Que ce genre de droits soient offerts dans d'autres pays européens, cela ne doit pas non plus forcément entraîner que ce soit la règle à respecter.
Ainsi, les conditions à remplir pour être électeurs seront-elles aisées dans des pays où la transparence est plus qu'opaque.

Romuald Weymann 27/11/2012 13:38

S'il suffisait de payer des impôts pour décrocher le droit de vote, combien de Français devraient être déchus de ce droit ?...


J'adore les arguments de la gauche : « Cela favoriserait la cohésion sociale, le vivre-ensemble, l'intégration blablabla ».

Que l'on me rappelle les taux de participation constatés depuis des années dans les banlieues, massivement habitées par des Français d'origine immigrée.
Ces Français ont le droit de vote, mais sont peu à l'utiliser, tandis que le communautarisme n'a jamais été aussi fort.

Mais à la réflexion, peut-être est-ce parce qu'ils ne peuvent/veulent pas voter pour des gens qui ne leur ressemblent pas, physiquement, que ces taux d'abstention sont aussi élevés dans ces coins
de France ?...

Que cette gauche aille jusqu'au bout de sa logique égalitariste, et qu'elle défende aussi l'éligibilité de ces étrangers à qui elle veule accorder le droit de vote, comme cela se fait dans quelques
autres pays de l'Europe (UE ou non) !
Sauf que la gauche française ne le fera pas, consciente que si elle ouvre cette porte, les candidats « blancs » se feront éjecter, en banlieue en tout cas, par des candidats étranger/d'origine
étrangère, élus par leurs pairs qui voteront pour des gens qui leur ressemblent, ethniquement, voire qui partagent leurs convictions religieuses.


Et qu'on ne m'accuse pas de brandir un fantasme d'extrême-droite.
Je ne sais plus si j'en ai parlé, mais à Oslo (Norvège) à lors des Municipales en fin d'année dernière, les travaillistes ont réclamé une modification du scrutin à l'issue des résultats lorsqu'ils
se sont aperçus que 11 élus sur 20 de leur liste étaient des étrangers/origine étrangère...
http://www.thelocal.no/page/view/labour-party-looks-to-slash-oslo-immigrant-dominance


En Belgique, où les étrangers peuvent également non seulement voter mais également être éligibles (5 ans de résidence minimum), à l'occasion des Communales il y a quelques semaines, 130 candidats
marocains/d'origine marocaine ont été élus sur des listes de gauche, et le communautarisme a favorisé l'élection de ces candidats étrangers/d'origine étrangère.
hhttp://www.dhnet.be/infos/belgique/article/411582/le-vote-communautaire-a-battu-des-records.html


Je rappelle qu'en Ile-de-France la liste d'Europalestine avait connu un succès certain lors des Européennes 2004, dans les quartiers sensibles (près de 20% au Val Fourré par exemple, malgré un fort
taux d'abstention); idem avec la liste du Parti antisioniste (présidée par le chef des chiites de France, Gouasmi) aux Européennes 2009.
http://www.europalestine.com/spip.php?article1273



Bref, que la gauche française en général et aulnaysienne en particulier cesse de faire croire qu'elle agit par humanisme, alors qu'elle veut surtout capter un électorat qui lui serait favorable,
puisque l'électorat de nationalité française d'origine étrangère vote déjà à gauche - hormis l'électorat d'origine indochinoise, qui vote à droite par anticommunisme; dixit le rapport de Terra Nova
sur l'électorat à racoler en vue des Présidentielles 2012.

Ou que cette gauche française/aulnaysienne défende aussi l'éligibilité de ces étrangers.
Mais qu'elle ne vienne pas ensuite pleurnicher en réclamant une modification des modalités de scrutin comme leurs collègues travaillistes d'Oslo...

Francine 26/11/2012 15:23

Il faut vivre avec son temps. Le droit de vote des étrangers pour les élections locales fait partie des évolutions naturelles de la société. C’est une forme de reconnaissance nécessaire de toutes
celles et tous ceux qui au quotidien et souvent depuis des générations participent aux rouages de la vie de la Cité. Ils ont toute légitimité à participer au scrutin municipal pour prendre part et
peser sur les orientations qui les concernent puisqu’ils sont comme et autant que les autres habitants et acteurs de leur ville.

Lisa 26/11/2012 11:51

Le droit de vote des étrangers en France c’est comme les antibiotiques ça ne devrait pas être automatique !