Une pétition pour le retrait de l’arrêté anti-mendicité à Aulnay-sous-Bois

Publié le 7 Juillet 2014

 

PETITION 

POUR LE RETRAIT DE L’ARRETE ANTI-MENDICITE A AULNAY-SOUS-BOIS 

« Luttons contre la pauvreté, pas contre les pauvres »

A Monsieur le Maire d'Aulnay-sous-Bois, 

IbFGdvwRFzdDyQf-556x313-noPad.jpgNous, citoyennes et citoyens d’Aulnay-sous-Bois, nous prononçons contre l’arrêté municipal anti- mendicité que vous avez pris le 29 Avril 2014.

Nous souhaitons vivre dans une ville solidaire envers les plus démunis et ne cautionnons pas la stigmatisation et le rejet de ceux d’entre nous qui n’ont que la mendicité pour survivre.

Depuis 1994, la mendicité ne constitue plus un délit. Depuis 2003, des arrêtés anti-mendicité répressifs et sécuritaires ont été pris notamment dans des villes touristiques et balnéaires de France. Ils ont été souvent contestés par la société civile locale et rejetés par la Justice parce qu'ils constituaient un excès de pouvoir ou parce qu'ils remettaient en cause les libertés individuelles.

Dans ce contexte de crise sociale et démocratique qui s’aggrave, nous voulons faire vivre l’un des piliers de notre devise républicaine : « Fraternité ».

Il faut combattre la pauvreté et non les pauvres. Pour cela, vous disposez, Monsieur le Maire, de moyens et êtes soumis à des obligations. C’est pourquoi, nous vous appelons à :

- Renforcer les moyens du Centre communal d’action sociale (CCAS) dont vous êtes le président

- Domicilier les sans-abris au CCAS, comme la loi vous y oblige, afin qu’ils accèdent aux minima sociaux et au droit commun

-Scolariser tous les enfants, sans exception, vivant sur le territoire de notre ville, conformément aux textes fondateurs de notre Ecole républicaine

-Développer les missions de médiation de notre Police Municipale auprès des personnes en grande précarité

-Engager une réflexion et des actions en faveur d’une politique locale dynamique de lutte contre la pauvreté et la grande précarité

Nous ne reconnaissons pas le trouble à l’ordre public causé par la mendicité à Aulnay-sous-Bois et encore moins son caractère agressif. Un tel arrêté risque d’augmenter la fragmentation sociale de notre ville qui a besoin de cohésion et d’apaisement.

Nous, citoyennes, citoyens, personnalités, associations, organisations syndicales, politiques, spirituelles, caritatives et religieuses, vous demandons solennellement de retirer votre arrêté.

Le 2 Juillet 2014

Site de la pétition :

https://www.change.org/fr/petitions/mr-le-maire-d-aulnay-sous-bois-pour-le-retrait-de-l-arrete-anti-mendicite-a-aulnay-sous-bois-2

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Sécurité publique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JLK 13/07/2014 09:22

Je ne suis qu'un colibri...
Comme beaucoup d'autres.

simon 12/07/2014 20:22

JLK, à part critiquer systématiquement tous les commentaires, vous faites quoi à Aulnay ? vous proposez quoi pour eux ?

yousri 12/07/2014 11:23

donc on arrete tout , en direction de la population, et on donne tout au rom, desole, je marche pas au chantage car c est de cela dot il s agit, ou vous vous occupez de nous, ou on s installe de
force, on vole, on mendie( tout en insultatnt quand on est pas content), on degrade, on fait des feux nocicfs que bien sur vous nettoierez, on est agressif avec les gens, les adolescents qui
agressent les collegiennes, bien sur, et on va aussi ouvrir nos portes, (ca sera plus facile pour voler), aucune envie de se "melanger", des regards bizarres aux abords du camp, toilettes en plein
air, ya pas a dire, c est du "vivre ensemble"....que ceux qui veulent les eduquer les prennent chez eux, (ils ne veulent pas l etre), apres l agrandissement des maisons, le parking a dispo, a quand
les noms de rues????

JLK 11/07/2014 15:21

Ah!Simon!Si on pouvait mettre la misère hors de notre vue!
Quel bonheur!
Ce qui me plait dans cette lettre,c'est qu'elle réunit des personnes de toutes confessions et d'horizons politiques différents.
Une bonne claque à tous les autistes politiques ou religieux.

Mehdi 10/07/2014 20:02

« Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher
quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau
que tu vas éteindre le feu ! »

Et le colibri lui répondit :« Je le sais, mais je fais ma part. »

simon 09/07/2014 21:26

Vous, citoyennes, citoyens, personnalités, associations, organisations syndicales, politiques, spirituelles, caritatives et religieuses, demandez leurs adresses, allez les aider chez eux, ou mieux,
dans leur pays, vous leur serez beaucoup plus utiles et vous nous rendrez service.

Paolo Naysien 08/07/2014 10:38

Ah oui je les oubliais eux, ceux de la gare et du carrefour de l'europe ! Pour la gare, je ne comprends toujours pas ceux qui achètent les produits du vendeur à la sauvette... Pour ceux du
carrefour de l'europe, j'espère que le problème sera éradiqué avec l'expulsion du camp de roms voisin en début de semaine prochaine.

simval 07/07/2014 21:43

De toutes facons, au carrefour de l'europe, ils sont toujours là. Au sous-terrain de la gare, ils sont toujours là. Devant le monoprix, il est toujours là. J'ai pas encore vu de différence avec ou
sans arrêté municipal

Paolo Naysien 07/07/2014 17:08

Cet arrêté n'est pas appliqué parfaitement. Le mendiant devant le Monoprix n'est jamais délogé, malgré son caractère agressif. Et il se trouve bien dans la zone couverte par l'arrêté, puisque
d'autres mendiants (notamment Roms) sont délogés à quelques mètres de là. Le bruit court que la police ne touche pas à cette personne car elle est devenue une sorte d'institution, une habitude pour
les habitants. Et qu'il garderait les chiens de certains pendant qu'ils font leurs courses.
Le problème, c'est qu'un arrêté doit s'appliquer à tous et non pas à certaines personnes. D'autant plus lorsqu'il s'agit d'une personne qui devient de plus en plus pénible et aigrie.
Pour revenir à cette pétition: Ils sont bien gentils ceux qui font des propositions, mais le problème c'est qu'ils n'expliquent pas comment on finance leurs idées. La France n'a plus un rond,
qu'est ce qu'on va aller aider les plus pauvres ?