Un violeur de 14 ans identifié grâce aux caméras de vidéosurveillance au Bourget

Publié le 25 Février 2014

video-surveillance-4.jpgPendant un mois, la police municipale a scruté sans relâche les écrans de vidéosurveillance à la recherche d'un très jeune homme, à la stature imposante, qui sévissait dans le quartier de la gare du Bourget, agressant des jeunes femmes. Après des nuits interminables passées à visionner les images des 28 caméras de la ville, vendredi, les fonctionnaires ont retrouvé la trace du mineur, aux abords de la gare. Méfiant, le garçon a réussi à sortir du champ de vision des caméras et s'est évanoui dans la nuit. Il a été interpellé le lendemain au domicile familial du Bourget.

Les policiers ont découvert un adolescent mesurant 1,85 m, qui vivait avec ses parents et ses six frères et soeurs. Un jeune apparemment comme tous les autres, encore au collège, inconnu des services de police, mais qui, la nuit venue, sortait pour se mettre à l'affût de jeunes victimes.

Depuis un mois, les effectifs locaux, renforcés par la police judiciaire de Seine-Saint-Denis, ont pu réunir des preuves irréfutables. Dans la nuit du 24 janvier au Blanc-Mesnil, avenue de la Division-
Leclerc, une jeune femme est violée par un individu qui l'entraîne à l'écart et lui annonce tout de suite ses intentions : « Je vais te violer », lance-t-il à sa victime. Il n'est pas armé et opère à visage découvert.

De plus, les enquêteurs isolent son ADN. Le 7 février, au Bourget, l'agresseur se jette sur une jeune fille d'une vingtaine d'années. Elle échappera au 
viol et elle parvient à décrire le visage de son assaillant. Un portrait-robot du prédateur est dressé. Il est affiné avec le témoignage d'une autre femme, qui avait été agressée sexuellement le 2 janvier au Bourget.

L'étau se resserre autour du violeur. Entre-temps, les enquêteurs parviennent à le contrôler dans la rue et obtiennent ainsi son identité. Il faut maintenant l'interpeller en flagrant délit.

Vendredi dernier, le suspect est repéré par les caméras alors qu'il tente une fois de plus de passer à l'acte. Il déjoue la surveillance de la police. Celle-ci décide de l'arrêter dès le lendemain. « Il fallait qu'on agisse vite. Il pouvait recommencer à tout moment et était en train de monter en puissance », estime une source proche de l'affaire. Les policiers qui l'ont examiné sont convaincus d'avoir mis fin au parcours d'un agresseur sexuel en série. Le jeune homme a un profil inquiétant. Qualifié de très dangereux, il attendait que ses parents soient endormis pour se glisser hors du domicile familial. Il ciblait ses proies, « des jeunes femmes d'une vingtaine d'années, plutôt petites et frêles ».

En garde à vue, il a avoué le viol et les deux agressions sexuelles. Il n'aurait montré « aucune compassion » vis-à-vis de ses victimes. Hier soir, il a été placé en détention provisoire comme l'avait requis le parquet de Bobigny. Une information a été ouverte pour viol et agressions sexuelles.

L'enquête se poursuit. Les policiers le soupçonnent d'avoir sévi à d'autres reprises. Vincent Capo-Canellas, maire du Bourget, s'est félicité « du travail d'enquête remarquable de la police municipale et de la PJ ». Il a aussi saisi l'occasion pour vanter la pertinence de son réseau de caméras.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

arnaud 26/02/2014 09:40

Je pense qu'a aulnay la police n'aurait pas passée beaucoup de nuits a regarder la vidéo car 2 caméras en 6 ans on a vite visionnés les enregistrements
Comme vous remuald il a value beaucoup de courage a ces filles

Romuald Weymann 25/02/2014 20:06

Que dire face à actes barbares...
Courage à ces jeunes filles. :(