Trois actions en Seine-Saint-Denis lors de la journée internationale contre la violence envers les femmes

Publié le 25 Novembre 2014

femmes-battues-violences-conjugales_425778.jpgAujourd'hui, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence contre les femmes, trois initiatives ont lieu en Seine-Saint- Denis.

Femmes sans voile à Aubervilliers. La première de ces manifestations est associative. Le collectif Femmes sans voile sera présent à 11 h 45 en centre-ville d'Aubervilliers. Ce collectif créé le 8 mars par des femmes d'origine maghrébine, à Aubervilliers, a décidé de se constituer pour faire entendre la voix de ces femmes de leur communauté qui estiment que le voile perpétue une discrimination sexuelle. Elles distribueront des tracts devant la brasserie Au Chien qui fume (situé 193, avenue Victor-Hugo) et échangeront avec les habitants.

Un court-métrage sur 
Internet. Par ailleurs le conseil général dévoilera de son côté sur son site Internet le court-métrage choc intitulé « Ligne de protection », qu'il a réalisé autour du téléphone portable d'alerte. Par une simple touche, ce téléphone permet à des femmes en très grand danger de prévenir la police que leur agresseur tente de les approcher. Cette aide, mise en place il y a cinq ans, a permis à 172 femmes d'en bénéficier. Fait nouveau, ce téléphone, destiné dans un premier temps aux seules victimes de violences conjugales, peut désormais être attribué à des victimes de viol.

Le film est en ligne sur le site du conseil général : www.seine-saint-denis.fr/ ligne-de-protection.

Une exposition à Bagnolet. Le maire (PS) Tony Di Martino inaugure aujourd'hui, à 17 h 30, l'exposition « l'Une et l'autre », dans laquelle sont présentées une centaine de photos réalisées par 25 femmes en détresse, hébergées par l'association Aurore (présente dans toute l'Ile-de-France), sous la houlette des photographes Sarah Moon et Flore-Aël Surun.

L'exposition est présentée dans la salle des pas perdus de l'hôtel de ville, jusqu'au 4 décembre, du lundi au vendredi de 9 heures à midi et de 13 h 30 à 17 heures, et le samedi de 9 heures à midi.
Entrée libre.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Romuald Weymann 25/11/2014 13:59

Il vous a échappé que je ne suis pas membre de ce collectif Femmes sans voile, formé par des femmes d'origine maghrébine; vos accusations sont donc grotesques, adressez-les à ce collectif.

Par ailleurs, les violences faites aux femmes ne sont pas seulement physiques, elles peuvent également être psychologiques.
Le port imposé du le voile islamique, intégral ou non, les mariages forcés; le harcèlement subi dans la rue ou sur le lieu de travail par tel patron ou tels collègues.

Une femme qui se jette du 5e étage d'une HLM ou sous un train parce qu'elle ne supporte plus le harcèlement sexuel incessant de son patron, par exemple, c'est aussi violent qu'une femme tabassée à
mort par son conjoint.

A ce propos, je note qu'il est possible en France de cogner à mort sa conjointe, et de se produire de nouveau sur scène quelques années après une courte peine (cf Bertrand Cantat).

JEAN LOUIS KARKIDES 25/11/2014 11:49

Le port du voile intégral n'est pas une violence faite à la femme qui le porte mais un asservissement voulu.
Les choses devraient être claires.
Voile permis lorsqu'il n'est pas porté dans des lieux représentant l'Etat.
Voile intégrale interdit.
Le non respect de ces lois par des particuliers est regrettable.
Le non respect de ces lois par des personnes ayant autorité est inadmissible.
Le reste n'est qu'amalgame,recherche de créer de la confusion chez les lecteurs....comme d'hab.
Ne confondons pas la violence faites aux femmes qui tue 3 d'entre elles par jour et le besoin débile de l'homme de se croire au dessus de la femme....

Romuald Weymann 25/11/2014 11:21

Cette action menée par ce collectif opposé au port du voile islamique est certes louable, mais se heurtera je le crains à une hostilité certaine.

Il n'aura échappé à personne que, dans le département, les islamisto-salafistes ont le vent en poupe. A Aulnay, ils sont même aimablement reçus par le maire, et, au niveau départemental, l'UAM93
est un interlocuteur privilégié des élux locaux. Je rappelle que l'UAM93 prône le port du voile islamique intégral (« niqab ») et qu'elle considère la charia comme supérieure aux lois de la
République. Sans oublier la lapidation dont l'assoc vante les bienfaits sur son site.

Comment donc penser que de louables initiatives pourront éradiquer ce type de violences conjugales - port imposé du voile islamique -, alors que, dans certains coins du département - comme à la
Rose des Vents que je traverse régulièrement - on voit 80% de femmes voilées, des gamines voilées notamment les jours d'école, voire des créatures portant le voile islamique intégral *...

Sans oublier les supposés gens et syndicats d'éducation de gauche qui ne trouvent rien à redire au port du voile islamique lorsqu'il s'agit des sorties scolaires... Ce sont les mêmes qui ricanent
dans un article relatif à la fermeture d'une maison close, à Aulnay.


* Anecdote surréaliste il y a plusieurs semaines au Carrefour O'Parinor.
Je me trouvais près de l'endroit où l'on fait sceller ses sacs pour éviter les vols.
La vigile empêchait un couple d'entrer, car la femme tenait à la main un bouquet de fleurs, acheté j'imagine à l'extérieur de Carrefour.
La scène durait depuis quelques minutes lorsqu'est arrivé un couple de musulmans. Lui portant la djellabah, la barbe touffue, elle - ou lui ? - un voile islamique intégral. Un autre vigile leur a
scellé un sac ou deux, et le couple de musulmans a pu entrer sans probème... Réflexion amère de l'homme empêché avec son épouse d'entrer dans le magasin.