Toujours plus de cambriolages en Seine-Saint-Denis

Publié le 15 Février 2013

cambriolage.jpgLes chiffres de la délinquance sont stables dans le département. Mais les cambriolages augmentent et les agressions restent à un niveau très élevé.

Cette année, le département n’a pas sacrifié à la traditionnelle annonce des chiffres de la délinquance. Pourtant, en donnant l’évolution nationale en janvier, le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a plaidé pour « plus de transparence sur ces chiffres ». Et selon l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, la délinquance n’a pas explosé dans le département en 2012. La tendance est à la baisse pour les vols à main armée (198 faits, -26%), les vols à la roulotte (16410 faits, - 6,8%), les vols de véhicules et de deux-roues (7500 faits, - 5,2%) et les incendies volontaires (1539 faits, - 7,1%). Mais, avec près de 140000 faits constatés (quelques dizaines de moins qu’en 2011), la délinquance reste préoccupante en Seine-Saint-Denis, avec des nuances selon les villes.

Plus de 10 600 cambriolages, soit près de 30 par jour, entreprises et habitations confondues. En hausse depuis 2007, ils ont encore augmenté en 2012 de 6,7%, dans la lignée de la hausse nationale (+ 8,5%). Selon les précisions que nous avons obtenues, ville par ville, Le Raincy enregistre une forte baisse (- 23%) à l’inverse de Montreuil, Les Lilas, Romainville, Bagnolet, Bobigny, Saint-Denis et La Courneuve où la hausse dépasse 20%. A lui seul, le commissariat d’Aulnay (qui couvre aussi Sevran) a recensé 1050 cambriolages, soit 10% du département. « Les policiers dédiés à la lutte contre le trafic de stupéfiants ne peuvent lutter sur tous les fronts », analyse un fonctionnaire.

Des cambriolages qui seraient le fait d’équipes plus ou moins organisées, locales ou pas. Les analyses varient. « Si un témoin n’appelle pas, c’est très difficile à endiguer », souligne un policier qui aimerait que le 93 se dote, comme Paris, d’un dispositif de caméras. Dans la capitale, (1,5 fois plus d’habitants que dans le 93), ces cambriolages baissent légèrement (12000 cambriolages, - 4,4%).

13 224 vols avec violence. Ils baissent de 2% — une première depuis 2008 — mais leur volume reste inquiétant. Rapporté à l’année, cela correspond à plus de 36 victimes par jour. Et c’est sans compter les 4782 victimes de vols à la tire, c’est-à-dire sans violence. « Les vols avec violence ont nettement diminué à Saint-Denis, qui était une des villes les plus touchées par ce phénomène, avec notamment de très nombreux vols de collier en or », insiste Serge Castello, directeur de la police dans le 93. La préfecture veut y voir les premiers effets de la zone de sécurité prioritaire, décidée à l’automne et dont l’objectif est notamment la lutte contre ces vols avec violence. Autres atteintes physiques inquiétantes : les viols. Leur nombre est certes en légère baisse mais la police a tout de même enregistré 494 faits en 2012.

611 armes à feu saisies. L’an passé, 1182 personnes ont été interpellées pour port d’arme. Saint-Denis et Bobigny arrivent en tête de ces découvertes avec un total de près de 250 faits. Cette classification englobe tout type d’arme, du couteau à l’arme à feu en passant par la bombe lacrymogène. « Il n’y a pas plus d’armes en circulation que les années précédentes », avance Serge Castello, qui voit dans ces saisies l’illustration d’une pression policière accrue, avec la multiplication des contrôles d’identité notamment. Toutefois, selon la préfecture, le nombre d’armes saisies est en augmentation. En 2012, 611 armes à feu ont été confisquées.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Sécurité publique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Romuald Weymann 16/02/2013 10:05

C'est bien beau d'énumérer la liste non exhaustive des méfaits perpétrés en Seine-Saint-Denis pour tenter de racoler de potentiels électeurs de droite, voire de gauche, affolés devant cette
insécurité grandissante; tactique éprouvée et bien utile à l'approche d'échéances électorales.

Mais quelles sont les solutions, ou au moins ébauches de solutions, que vous préconisez ?
Comment expliquez-vous cette grande insécurité ?
La pauvreté, les discriminations, la société qui stigmatiserait ces pauvres jeunes ?...

A propos du dernier paragraphe, il est cocasse de constater que ce sont les contrôles d'identité renforcés qui permettent de saisir toutes ces armes, car j'ai comme l'idée que la pression policière
ne s'exerce pas contre les cadres blancs allant travailler à la Plaine Saint Denis ou encore contre les « mamas » habillées en basin.
Hein, quoi, comment, la pression policière et les contrôles (au faciès) permettent d'entraver une trop grande circulation d'armes ? :o