Rue Maximilien Robespierre à Aulnay-sous-Bois... Episode 1.

Publié le 8 Février 2010

La rue Maximilien Robespierre à Aulnay-sous-Bois est en pleine mutation. A cet égard, elle offre un panorama plutôt intéressant de ce qui se passe dans notre ville. Belle occasion de faire un petit tour d'horizon... Alors c'est parti ! 

Episode 1 : la circulation.

C'est un des grands classiques de la rue Maximilien Robespierre. A un moment ou un autre, quand vous roulez dans cette rue vous finissez par être coincé... La faute à qui ? Aux bus qui se croisent... Entre le klaxon des impatients, les manœuvres improbables pour se ranger en mordant sur les trottoirs tout en évitant les plots métalliques, ces quelques minutes où le temps suspend son vol valent toujours leur pesant de cacahuètes.

ROBERSPIERRE-BUS-CROISEMENT.jpg

(Photo 1 : rue Maximilien Robespierre. Quand deux bus se croisent, qu'est-ce qu'ils se racontent ? Des histoires de bus ! ).

Le drame de cette rue est que l'on ne peut pas l'élargir, évidemment. Et comme le parc automobile aulnaysien se situe aux alentours de 38000 véhicules et que celui-ci augmente d'environ 1% chaque année, forcement au bout d'un moment ça déborde... Nos 180 kilomètres de rues n'étant pas extensibles à l'infini, le bon sens voudrait que l'on envisage sérieusement une société de l'après-voiture. En voilà une chouette idée ! Mais, le réseau des bus est-il suffisamment bien organisé et fiable ? Les commerces de proximité sont-ils en nombre suffisants ? En résumé, les conditions de vie sont-elles réunies pour réellement pouvoir se passer d'une voiture lorsque l'on habite à Aulnay-sous-Bois ?  

En attendant la réponse à cette vaste question, une autre photo de la situation... ci-dessous...


ROBESPIERRE-VOITURE.jpg
(Photo 2 : toujours le même endroit quelques minutes plus tard... Bon ça passe ou quoi ? ... and the winner is : bus 617 ! )

Stéphane Fleury 



Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #A vos quartiers !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

NIVARD Jacques 08/02/2010 08:51


En dehors des heures de pointe, les bus à rallonge sont presque vides.Sur certaines lignes un petit bus serait suffisant et faciliterait la fluidité de la circulation.Le prestataire fait-il une
analyse des taux d'oc- cupation et pourrait-il mieux adapter les moyens aux besoins?