Pose 1ere pierre du futur commissariat d’Aulnay-sous-Bois (4): discours du député Daniel Goldberg

Publié le 9 Juin 2013

Nous poursuivons notre couverture de la cérémonie de pose de la première pierre du futur commissariat d’Aulnay-sous-Bois qui s’est déroulée le 1er juin dernier avec cette fois-ci l’intervention du député Daniel Goldberg à voir en vidéo ci-dessous.

Pour monsieur Goldberg cet acte symbolique est important parce que le droit à la sécurité ne doit pas être virtuel mais un sentiment réel éprouvé par les habitants quel que soit le quartier où ils vivent. De ce point de vue , il a vanté l’action municipale conduite sous la mandature de Gérard Ségura expliquant qu’elle avait réorganisé le travail de la police municipale, remis en place un système de vidéosurveillance à l’abandon depuis 2008 et repensé la sécurité globalement notamment par des actions de prévention sur le terrain. En conclusion, il espère que l’impulsion conjointe de la ville d’Aulnay-sous-Bois, de la région Ile-de-France et la sienne débouchera sur une construction rapide du futur bâtiment de la police nationale boulevard Marc Chagall. Il a enfin, par ailleurs, déploré l'absence de l'opposition locale à cette célébration oubliant au passage que les élus de la majorité communiste n'étaient eux aussi pas présents. 

 

 

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Sécurité publique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

henri 10/06/2013 09:19

Bravo pour la réorganisation de la police municipale plus de police le soir
Pour la vidéo il fallait tout simplement en 2008 ne pas arrêté l entretien
Pour l absence du groupe communiste il a eu raison de mentionner son absence comme vous avez eu raison de donner la raison de celle-ci

Hernandez 10/06/2013 00:52

Bonjour,

Je tient à vous signaler que la non présence des élus du groupe communiste d'Aulnay est due à des circonstances particulières de calendrier.
Il n'y a donc pas lieu d'émettre quelques suppositions. D'ailleurs ceci aurait pu facilement être éclairci si le groupe avait été contacté avant la parution de ce billet.

Cordialement,

Miguel Hernandez