Pas d’école la matinée du 13 octobre 2014 à Aulnay-sous-Bois ?

Publié le 4 Octobre 2014

love-pas-d-ecole-132855953687.pngParents d'élèves, prenez vos précautions. La matinée du lundi 13 octobre sera banalisée dans les écoles (sauf dans le privé) et, suivant les villes, les enfants ne seront pas gardés. Cette initiative a été décidée par le ministère de l'Education nationale pour permettre aux enseignants du primaire de donner leur avis sur la future réforme des programmes prévue l'année prochaine. Mais cette demi-journée sans élèves a provoqué la colère de certains maires et parents d'élèves qui s'élèvent contre le fait qu'il ne soit prévu aucun mode de garde.

Patrice Calméjane, maire 
UMP de Villemomble, n'est pas content. Et il l'a fait savoir à sa population à travers un communiqué. « Une fois de plus, on nous met devant le fait accompli, c'est insupportable, tempête-t-il. On a déjà dû s'adapter aux nouveaux rythmes scolaires, il faut maintenant faire face à une demi-journée sans cours. Eh bien non ! Nous n'avons pas les moyens matériels de nous occuper des enfants cette matinée-là. En revanche, nous accueillerons les enfants à la cantine. »

Et l'élu de se demander s'il n'y avait pas d'autres solutions moins contraignantes pour les parents. « L'Etat aurait pu instituer un service minimum comme lorsqu'il y a une grève ou alors proposer une concertation le mercredi après-midi lorsqu'il n'y a pas cours », propose-t-il. Certains se retrouvent dans ce discours et se posent les mêmes questions. Telle Véronique, mère de famille et par ailleurs... enseignante en primaire. « Je ne comprends pas pourquoi les parents se retrouvent pris ainsi en otage alors que cette concertation aurait pu tout bonnement se faire sur les 108 heures que nous effectuons annuellement sans les élèves, s'insurge-t-elle. Le ministère de l'Education nationale compte sur les mairies et les RTT des parents pour garder les enfants ? J'ai honte. Je pense qu'ainsi, on va encore plus adorer les enseignants... »

Du côté des syndicats enseignants, comme le Snuipp, majoritaire dans le primaire, on est ravi de l'initiative. « Nous sommes des professionnels chargés d'appliquer les programmes, il ne paraît pas aberrant de nous y associer lorsqu'il s'agit de les faire évoluer », insiste Rachel Schneider, délégué Snuipp. Quant à la date du lundi matin, elle a été choisie car c'est celle qui permet de réunir tout le monde. « Entre la suppression du samedi matin et les nouveaux rythmes, c'est un enfer pour trouver une date commune. Je rappelle d'ailleurs à ceux qui l'auraient oublié qu'avant le passage à la semaine des 4 jours, en 2008, il y avait des samedis matins banalisés toutes les trois semaines. Et personne ne s'était jamais plaint. » Quant à la direction académique, elle indique « qu'elle n'a jamais demandé aux maires de prendre en charge les enfants. »

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

msch 06/10/2014 15:48

Bonjour,

Etant parents dans le 93, je trouve honteux que nous soyons otage de l'éducation.

Nous n'avons pas tous des RTT... des congés....
La mairie peut mettre en place une "mini garderie" avec les animateurs comme ils ne sont pas à l'école le 13 octobre a Aulany sous bois