Nouvelle tempête sur la Maison de l’emploi (Meife) à Aulnay-sous-Bois avec le licenciement de la directrice financière

Publié le 12 Novembre 2014

MEIFELe couperet est tombé. La directrice des affaires financières de la Maison de l'emploi (Meife) d'Aulnay a bel et bien été licenciée pour faute grave, au début du mois. Cette cadre, également en charge des ressources humaines, avait été mise à pied le 10 septembre dernier, sur instruction du maire adjoint UMP en charge du développement économique. Franck Cannarozzo est donc allé jusqu'au bout, en congédiant cette salariée de 56 ans, entrée dans la structure en 2009. « Les faits sont accablants », estime l'élu, tandis que l'intéressée dénonce « une faute totalement imaginaire » et pourrait donc répliquer sur un terrain judiciaire.

Marie-Anne Cabanier s'est vue reprocher de détenir les clés du local où sont stockées les images de vidéosurveillance. La Meife, structure où le climat a longtemps été délétère, a été équipée en 2011 d'un important réseau de 17 caméras, dont 15 situés à l'intérieur des locaux (et pas uniquement dans les parties ouvertes au public).

L'ancienne équipe dirigeante dans l'oeil du cyclone

« Conformément à l'arrêté préfectoral, un seul salarié était habilité à avoir les clés du local. M me Cabanier n'aurait pas dû les avoir. Et un audit a permis d'établir qu'elle a régulièrement consulté les images stockées depuis son ordinateur, au moins jusqu'en mars dernier. C'est problématique pour quelqu'un qui avait en charge les ressources humaines », affirme Franck Cannarozzo.

Au sein du personnel, on est partagé : certains dénoncent « une chasse aux sorcières », d'autres se réjouissent du départ de la responsable : « Elle avait commis des injustices », assure un salarié. Ce départ ne sera sans doute pas le dernier, parmi les membres de l'ancienne équipe dirigeante de la structure. Le directeur de la Meife, arrivé en 2013 et en congé pour « inaptitude définitive » depuis des mois, devrait quitter son poste également. Le directeur général adjoint Sébastien Aubry, arrivé en septembre, pourrait lui succéder. Sa mission : faire fonctionner la maison de l'emploi dans un contexte budgétaire restreint. Et tenter de faire oublier le lourd passé de la structure, toujours au coeur d'une 
enquête préliminaire, sur de possibles détournements de fonds, et du harcèlement moral.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Emploi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Frank cannarozzo 12/11/2014 21:53

il ne s'agit pas d'être pour ou contre la vidéosurveillance. Celle-ci fonctionne toujours. Mais il s'agit de la faire fonctionner en conformité avec la loi. Ici ce n'était pas le cas, tout
simplement.

Mdr 12/11/2014 19:25

Trop drole, tout d'un coup, la nouvelle Municipalité est contre les caméras et leurs utilisations qui finiront toujours par se faire... Moi j'aimerai bien une caméra dans mon quartier, il y en
avait une dans le temps, dans l'ancien temps, ça date des années de Mr Abrioux, mais fait étrange elle n'a pas été remplacée. Mon quartier a du devenir un paradis !
P.S. : j'habite dans la quartier du Gros Saule...