Nicolas Sarkozy Gérard Ségura

Publié le 25 Novembre 2010

Etonnant non ?

 

nicolas-sarkozy-president.jpgphotogerardsegura.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo Gérard Ségura in Oxygène n°109 Jeudi 25 novembre 2010

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Jouons un peu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Léon l'empêcheur de tourner en rond... 26/11/2010 11:44


C'est le jeux des sept différences ?
A première vu il n' en a pas! Il y en a un qui copie l'autre?
Nicolas a pleins de livres, il est donc forcement très instruit !
Gérard a pleins de dossiers, il est forcement très à l'écoute !


Xavier 26/11/2010 02:14


@ Stéphane,

Je comprends bien le message subliminal que tu veux faire passer.

Mais la simple juxtaposition des deux photos, avec l'esprit critique et observateur qui est le mien, m'amène à faire les observations picturales suivantes :

1.N. Sarkozy pose devant une bibliothèque tellement bien rangée qu'on a l'impression qu'il ne les a pas lus. Mitterrand avait lui aussi posé devant une bibliothèque, mais il était permis de penser
qu'il avait davantage lu. Cela ne veut pas dire qu'il était plus honnête intellectuellement, seulement qu'il était plus érudit.

Mais deux fauves politiques restent toujours deux fauves politiques. C'est probablement l'hommage inconscient de Sarkozy à Mitterrand.

L'un a su rassembler "la gauche" à force de capacité de persuasion, de rouerie et de semi mensonges. Un de ses objectifs était d'utiliser les voix du P.C.F. pour mieux l' affaiblir ensuite, ce
qu'il fit à merveille, avec l'aimable complicité de l'évolution du capitalisme mondialisé. Depuis les autres ont échoué, tel L.Jospin, alors qu'il fut un premier ministre très honorable. Mais
précisément n'avait-il pas la rouerie de F. Mitterrand pour tisser dès le premier tour des "arrangements opportunistes" qui lui auraient peut-être permis de gagner.

L'autre a su rassembler " la droite", peut-être pour un temps, par son impétuosité volontariste, sorte de 'libido dominandi" qui sont la caractéristique des " hommes de pouvoir ". Il en voulait
tellement de ce pouvoir qu'il finit par dire : "Ensemble, tout devient possible" Oh, le beau slogan ! Mais lui, aussi, est venu se fracasser sur l'implacable réalité d'un capitalisme financier
mondialisé qui n'a que faire d'un Président fût-il celui de la cinquième puissance économique mondiale.

G. Ségura n'a pas de livre derrière lui. Il est vrai que Trotsky, à la tête un temps, je crois, de l'armée bolchévique a assez peu écrit. Quant à Marx, sa pensée plus complexe qu'il n'y parait
était déjà trop avance sur son temps pour qu'elle puisse encore véritablement s'appliquer aujourd'hui. Mais autant l'analyste économique fut génial, bien que probablement incomplet, autant ceux qui
se réclamèrent de lui, par pure opportunité historique, furent soumis au démon de l'autoritarisme, toujours prêt à renaître ici ou là.

Quant aux goûts littéraires et aux lectures de G. Ségura, je ne les connais pas. Aussi ne saurais-je me prononcer sur ce point !

2. N. Sarkozy ne travaille pas et n'est pas à son bureau. G. Ségura, lui est à son bureau et travaille avec plein de dossiers. Il a même un petit air bonhomme et vaguement facétieux de quelqu'un
qui ne se prend pas trop au sérieux. Est-ce une illusion ou un instantané?. Je ne sais.

Alors on se pose tout de même la question de savoir pourquoi, en réunion, on a l'impression qu'il fait presque toujours le " coup de poing "? Pourquoi, donne-t-il le sentiment de ne pas écouter
ceux qui pourraient, peut-être, ne pas tout à fait penser comme lui ? Mystère !

Réminiscence de vieux militant qui pense, peut-être inconsciemment, être toujours dans la lutte ? Qui pense au fond qu'il n'a toujours pas gagné les élections ? A vrai dire, je m'interroge. Mais
c'est tellement complexe le cerveau d'un homme politique que peut-être une chatte n'y retrouverait pas ses petits !

3. Autant il est probable que G. Ségura a dans son bureau, le portrait de N. Sarkozy (je crois que c'est une obligation) autant il est permis de penser que N. Sarkozy n'a pas le portrait de G.
Ségura dans son bureau. A moins que... le monde est parfois si surprenant ! Mais à vrai dire, je crois qu'il y a peu de chances...

4.Dans le jeu des sept erreurs il y a à la fois une similitude : le drapeau de la France et le drapeau de l'Europe, et une différence de taille. Sur la photo de N. Sarkozy, les deux drapeaux sont à
sa droite mais à notre gauche, alors que pour G. Ségura, les deux drapeaux sont à sa gauche mais à notre droite ! Je ne sais pas ce qu'en pense le protocole, mais il faudrait creuser la question
!...

5. Le prix du costume de N. Sarkozy semble plus élevé que celui de G. Ségura, ce qui est bien normal, compte-tenu de la différence d'émoluments. En plus, je ne suis pas sûr que N. Sarkozy paye
lui-même ses costumes. Quant à G. Ségura, je ne sais pas, car je n'ai pas eu connaissance de ses notes de frais. Je ne sais d'ailleurs pas s'il existe un R. Dosière à la Mairie. Sinon, je suis
preneur d'informations tant pour lui, que pour son cabinet, son secrétariat, ses adjoints.

6. G. Ségura n'a pas d'ordinateur sur son bureau, ce qui, aujourd'hui ne fait pas moderne. Mais il est probable qu'il a beaucoup de données dans sa tête, d'après ce que j'ai pu voir en réunion. Je
suis donc rassuré. Quant à N. Sarkozy, je ne sais pas. En revanche, je sais que F.FIlllon en a un. Mais en réalité, je pense que cela ne signifie pas grand chose.

7. Pour conclure, je dirai que nous avons là probablement deux expressions, somme toute pas si éloignés que cela, d"hommes de pouvoir".

Et c'est probablement ce qui t'a frappé. Deux volontés de se mettre en avant. Deux volontés de commander, de diriger. Deux tempéraments prompts à s'emporter facilement. Deux caractères qui aiment
bien les gens dociles autour d'eux. Deux personnages qui semblent assez facilement s'accommoder d'un esprit de cour, qui n'aiment pas trop les esprits bien trempés qui pourraient leur tenir tête,
même pour le bien du pays ou de la commune. Deux esprits qui ont des idées assez arrêtées sur les choses et me semblent assez peu ouverts aux idées des autres qui pourraient les déranger. Deux
hommes, enfin qui pratiquent assez bien la simplification des discours et des arguments comme deux bateleurs de foire qui feraient ensemble une partie de bonneteau, pour mieux attirer le chaland,
l'un qui se situerait "à droite" et l'autre qui se situerait " à gauche"
sans bien voir que finalement personne n'appartient à personne et surtout pas les électeurs à ceux qu'ils veulent bien élire.

Voilà donc pour ce vaste panorama que m'a inspiré la vision de ces deux photos. Cela étant, si certains ont le courage d'exprimer une opinion semblable ou contraire, ils sont les bienvenus. Nous
aurons alors coeur à débattre en bonne intelligence si possible.


drode 25/11/2010 22:30


Ha oui y a de la ressemblance sur les photos.Même sourire, même drapeaux,mais pas le même environnement.Sinon ils ont aussi le même discours avec promesse mais de partie différente. Ha la la !!! ou
est la gauche qu'on nous avait parlé.


Hervé Suaudeau 25/11/2010 21:33


A part que les deux sont des hyper', autoritaires... et de droite, tout les séparent... enfin presque.
Vivement qu'on ait un maire de gauche.