Municipales de 2014 à Aulnay-sous-Bois : la Gauche divisée, la Droite aussi !

Publié le 7 Juin 2013

coupeendeux.jpgPour un certain nombre d’entre nous le printemps 2014 aura des parfums de renouveau. Celles et ceux qui sont lassés par six longues années de mandature sous l’ère Gérard Ségura auront en effet enfin l’occasion d’utiliser leur bulletin de vote au moment du scrutin municipal pour changer la donne et renverser le maire sortant. Il faut dire que sur le papier ce scénario est tout à fait plausible dans la mesure où la Gauche locale est totalement morcelée. La belle union sacrée de 2008 fédérée autour du programme Aulnay Renaît a littéralement volé en éclats au fil des années au point que la majorité actuelle ne tient plus qu’à un fil désormais. La meilleure illustration en est que les deux derniers conseils municipaux ont été interrompus faute de quorum comme si la fin de règne était proche.

Si le PRG et le PS devraient en principe  finir par faire cause commune au premier tour en 2014, dans les coulisses le Front de Gauche semble bien plus hésitant et pourrait on ne sait jamais créer la surprise. En revanche, le positionnement des écologistes ne fait aucun doute.  Dans la logique de leur spectaculaire démission de 2010 et des déclarations publiques tonitruantes d’Alain Amédro, appelant ni plus ni moins à « virer le maire » l’an prochain, ils seront forcément obligés de faire bande à part. Il en va de leur crédibilité déjà quelque peu entachée localement lors de l’entre-deux tours des cantonales nord de mars 2011 et de « l’affaire » Jean-Vincent Placé. Ainsi, Gérard Ségura et son équipe, du moins ce qu’il en reste aujourd’hui, doivent se sentir parfois bien seuls. Cela est d’autant plus vrai que l’actuel exécutif a non seulement cristallisé les mécontents notamment autour des questions d’urbanisme et de démocratie locale mais a en plus réussi l’exploit de se mettre à dos progressivement pléthore d’électeurs de Gauche déçus par un maire finalement peu à l’écoute et incapable de supporter la contradiction.

Dans ces conditions et compte-tenu du contexte national peu favorable au pouvoir en place c’est presque un véritable boulevard qui s’ouvre à l’opposition. Oui mais voilà. La Droite elle aussi semble partir divisée. L’UMP Bruno Beschizza et l’UDI Jacques Chaussat pensent à tort ou à raison disposer des meilleures chances de l’emporter. Chacun parait donc décidé à lancer ses forces dans la bataille au risque de les éparpiller en perdant au passage beaucoup de temps et d’énergie alors qu’elles ont pourtant et ce n’est pas le moindre des paradoxes un objectif commun ! De quoi déboussoler et décevoir bon nombre d’électeurs aspirant au changement qui choisiront peut-être la voie du bulletin blanc et de l’abstention face à ces querelles d’egos ou petits calculs électoraux bien loin de leurs préoccupations quotidiennes. N’excluons pas enfin non plus, même si cela reste à cette heure une simple hypothèse, l’émergence d’une liste du Front National qui indirectement viendrait porter main forte à la majorité actuelle au détriment de la droite républicaine.

En conclusion, rappelons qu’une légende urbaine parcourt en ce moment Aulnay-sous-Bois du nord au sud prétendant que Gérard Ségura a déjà perdu l’élection de 2014. Cette certitude présumée ne se confirmera cependant pas avant le verdict des urnes. Alors, en attendant, toutes celles et tous ceux qui prétendent incarner ou aspirent réellement à l’alternance ont tout intérêt à bien mesurer leur responsabilité en utilisant intelligemment les atouts dans leur jeu. Sinon ils risquent d’écoper de six nouvelles longues années pour ruminer sur l’infortune de leur échec…

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #En route vers 2014 !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Laurent Comparot 08/06/2013 10:53

"(...) il ne faut jamais vendre la peau de l'Ours qu'on ne l'ait mis par terre. "

Jean de la Fontaine