Municipales 2014 Aulnay-sous-Bois : le candidat UMP Bruno Beschizza déclare « je ne viens pas comme une star à Aulnay »

Publié le 11 Juin 2013

Vous trouverez ci-dessous un article paru sur le Bondy Blog concernant Bruno Beschizza le candidat UMP aux prochaines élections municipales à Aulnay-sous-Bois en 2014.

Bruno-Beschizza-bis-640x320.jpgAnnoncé la semaine dernière dans la presse, le conseiller régional UMP Bruno Beschizza briguera le mandat de maire aux prochaines élections municipales en 2014 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Pas de primaires et l’UMP Locale semble bien l’accepter.  

L’info est tombée mardi dernier à l’AFP. Bruno Beschizza, conseiller régional UMP a été investi par la commission nationale d’investiture de son parti politique dans la ville d’Aulnay-sous-Bois. Un parachutage  pour cet ancien officier de policier et ancien secrétaire général du  syndicat « synergie officiers ».

Marié et père de cinq enfants, cet homme politique qui a vécu à Montreuil (Seine-Saint-Denis), était étudiant en classe préparatoire des grandes écoles (maths sup, maths spé) avant de réussir le concours d’officier de la police nationale. « A 20 ans, j’étais à mille lieux de m’imaginer dans une carrière politique. » Il s’était aussi présenté aux élections législatives de 2012 dans la troisième circonscription du département, face à Michel Pajon (député PS et maire de Noisy le Grand).  Il perdait au deuxième tour, face au candidat sortant, réélu à 60,38% des voix.

« Jean-François Copé et Valérie Pécresse ont pensé à me faire venir ici », explique-t-il, lorsqu’on lui demande ce qui l’amène dans cette ville, qui vit la fermeture de PSA Peugeot Citroën depuis un an.

Pourtant, à Aulnay-sous-Bois,  d’autres candidats locaux étaient pressentis et avaient déposé leur candidature, comme l’ancien maire Gérard Gaudron et Franck Cannarozzo (tous deux conseillers municipaux d’opposition). Le choix est fait, pas de primaires et Bruno Beschizza défend son point de vue sur ce mode électoral : « c’est un outil moderne mais un rituel qui fait que l’autre est un adversaire, on tape pour faire mal et la droite n’est pas dans ce rituel » et ajoute : « je n’arrive pas comme une star à Aulnay-sous-Bois ».

Pas encore Aulnaysien, le politique voudrait prendre le temps de rencontrer les habitants et de définir un programme : « laissez-moi trois mois, un moment où je vais sentir la ville.  Pendant cet été, je vais aller à la rencontre des Aulnaysiennes et Aulnaysiens, écouter les uns les autres et travailler en interne avec les militants et sympathisants ». Pas encore de programme défini mais quelques pistes de réflexion «  le développement économique, la protection et l’urbanisme », des thématiques qu’il n’a pas classées  « par ordre de préférence ».

Une des thématiques au cœur de la campagne de François Hollande était le non-cumul des mandats. Le politique va-t-il abandonner son poste à la région Ile-de-France et se consacrer pleinement à son mandat de maire, s’il était élu ? « Si on veut incarner la fonction, on ne peut pas se dire qu’être maire est une fonction parmi tant d’autres » avoue celui qui souhaite « incarner positivement cette ville ».

A l’UMP d’Aulnay, le nouveau candidat semble être accueilli les bras ouverts : « il faut avoir deux soucis : d’abord celui de l’intérêt général et ensuite celui de la situation de la ville d’Aulnay-sous-Bois », déclare Franck Cannarozzo (conseiller municipal d’opposition à Aulnay).

« Je perçois cette candidature comme une compétence complémentaire, la ville est à un tournant dans son histoire ». Le conseiller municipal d’opposition ajoutait même dans un communiqué que la candidature du conseiller régional « offre de nouvelles perspectives pour Aulnay. En s’appuyant sur nous, sur les talents Aulnaysiens et en apportant sa compétence de conseiller régional, sa candidature va permettre de répondre aux grands enjeux qui se présentent à nous, comme le Grand Paris ou le devenir du site de PSA ». Convaincu, Franck Cannarozzo pense que « Bruno Beschizza  peut apporter des compétences différentes » et ne souhaite pas non plus de primaires dans cette ville de Seine-Saint-Denis : « je ne souhaite pas de primaires, nos concitoyens non plus ne souhaitent pas ça ».  La bataille Copé-Fillon semble avoir laissé des traces…

« Bruno Beschizza peut amener ses compétences régionales, il est jeune, il a 45 ans, c’est quelqu’un de très ouvert, il a un regard différent et c’est ce regard qui peut nous intéresser. Sa venue n’annule pas tout notre combat, nous serons derrière lui », explique le conseiller municipal d’opposition.

Le candidat UMP est déclaré. Le maire sortant, Gérard Segura (PS) n’a pas encore donné sa réponse. Sera-t-il candidat à sa propre succession ?

Source : http://www.bondyblog.fr

 

 

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #En route vers 2014 !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

CHRISTIAN 13/06/2013 19:20

Sans connaître ce candidat parachuté, peu importe, mais on vient de connaître en 2008 un candidat non parachuté et l'on voit ce qu'est devenue cette pauvre ville en seulement 5 ans.
Excepté le PS qui n'a pas la côte actuellement, (mais pourquoi donc?), les radicaux et le PC qui ne représentent pas grand chose à eux deux, les mains liées obligatoirement au PS pour seulement
exister, tous les autres, tous, souhaitent 'virer" ce maire, alors évitons les polémiques à ce sujet et unissons toutes les forces, sinon, vous faites le jeu de qui vous savez.

bessaguet 12/06/2013 14:16

Tous ce que j'espère est que la star ne soit pas l'abstentionniste et que l'électeur quel qu'il soit devienne la STAR de ce scructin.

JEAN LOUIS KARKIDES 11/06/2013 18:45

Nous,les commentateurs,les voyantes extra lucide,les météorologistes,ne nous trompons pas.
L'électeur Lambda connait-il les élus locaux?
Beshizza ou Canarrozo,Goldberg ou Segura.....
L'électeur Lambda votera t'il en fonction d'opinions politiques ou de réalités locales?
Autrement dit:où en est l'electorat socialiste?
L'electeur Lambda acceptera t'il les petites combines de l'entre deux tours?
Chaussat-Beschizza,Hernandez-Segura.....
Une seule chose me semble certaine et il suffit d'aller sur les marchés:
La côte de popularité de notre Maire n'est pas au beau fixe.
Pour le reste,mars est loin.

wilfrid 11/06/2013 16:27

Ce qui est sûr c'est que la star ce ne sera pas l'UMP

Rémi 11/06/2013 15:57

On rêve, des propos de M. Beschizeza :" je vais sentir la ville pendant 3 mois, mais pas de programme défini quelques pistes de réflexion, des thématiques qu'il n'a pas classé par ordre de
préférence
On est dans une élection municipale où des élus ont travaillé sur le terrain pendant toute la mandature et eux ils n'ont pas besoin de cerner les problèmes ils les connaissent
Si seulement au bout de trois mois M. Beschizza comprenait qu'il va faire perdre la ville alors que le rejet de l'équipe actuelle est réel.
Je ne peux imaginer que les représentants de l'opposition ne sentent pas le rejet de ce choix, allons un peu de courage et d'audace, j'ai souvenir d'un maire M. Abrioux qui ne se pliaient pas
devant des décisions qu'il ne considérait pas bonne pour sa ville.

Michel Senicourt 11/06/2013 14:22

La star ce sera Jacques Chaussat ni plus, ni moins.

sylviane 11/06/2013 11:47

c’est clair que la star ce sera Gérard Ségura dont la réélection ne fait aucun doute