Mon 10 mai 1981

Publié le 10 Mai 2011

Les-Inrocks-HS-Mai-81-Jean-Jullien.jpgIl y a des jours comme ça dont on se souvient avec une précision étonnante malgré les années qui passent. Le 10 mai 81 en fait indéniablement partie. Sans que je sache vraiment pourquoi d'ailleurs. En effet, à l'époque, j'étais bien jeune et les choses de la politique n'avaient aucun intérêt pour moi. Tout au plus ce sujet animait les tablées familiales d'une manière assez singulière. Ce dimanche là il flottait pourtant dans l'air comme un parfum d'inconnu, comme si un souffle nouveau était sur le point de naître pour abattre les châteaux de cartes du passé.

 Il est 19h30, je suis avec mes parents chez un couple d'amis ou de supposés amis que nous avons bien entendu perdu de vue depuis, mais je me rappelle leur nom : les Borde. Tout le monde est à table pour diner et je m'ennuie ferme. En plus dans l'assiette c'est l'horreur. Des cuisses de grenouilles. En fermant les yeux je suis presque capable de visualiser leur aspect et l'odeur dans la pièce. J'ai la nausée.

Mon père qui me connait réussit à arracher de la maîtresse de maison une tranche de jambon. Il lit dans mes yeux ma gratitude. Il faut dire que le petit garçon que je suis voue une véritable admiration pour son papa. Issu d'une famille d'agriculteurs il est monté à Caen et Paris faire des études jusqu'à bien réussir dans la vie comme on dit. Il vote à droite (UDF-RPR) depuis toujours sans que je sache pourquoi, a eu Raymond Barre comme professeur d'économie et dans son esprit il ne fait aucun doute que Valéry Giscard d'Estaing va être réélu pour un second mandat.

10MAI1981FM.jpg

20h. Silence des couteaux et des fourchettes, le visage du prochain président de la République s'affiche laborieusement façon écran Minitel. Pour mon père c'est le choc. Comme l'effondrement d'un trop plein de certitudes. Le repas passe mal et se termine dans une ambiance de mort. Lorsque nous rentrons chez nous, c'est la folie dans les rues de Caen. Une vague humaine déferle, portée par je ne sais quel espoir d'une vie meilleure. La permanence du maire Jean-Marie Girault vole en éclats et Louis Mexandeau imagine sans doute secrètement à cet instant qu'il parviendra enfin à conquérir la mairie.  

C'est clair. Il se passe quelque chose. A quelques centaines de kilomètres de là, à Aulnay-sous-Bois, chez ma future belle famille, qu'évidemment je ne connais pas encore, l'ambiance est inverse à la nôtre. Eux sont dans le sens du courant. Le champagne se répand dans une ivresse joviale. Comme si la porte d'un nouveau monde venait de s'ouvrir...     

Evidemment, depuis, beaucoup de temps a passé. L'histoire m'a montré que même mon père pouvait aussi avoir tort et se tromper. Bref, je crois que tout simplement, j'ai grandi...

Stéphane Fleury

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

marc masnikosa 12/05/2011 21:35


tout a fait d'accord avec toi Romuald


Romuald Weymann 12/05/2011 07:37


Dobar dan Marc, kako ste ?


Pour info, à propos de la Bosnie : entre 1990 et 1995, sous mandat FORPRONU, plus de 80 soldats français ont été tués à cause de règles d'engagement qui, comme au Rwanda, n'ont pas permis d'éviter
d'effroyables massacres. Plus de 80 des nôtres, soit plus de la moitié du total des soldats de l'ONU tués sur ce théâtre d'opération, durant cette période.

Dès 1995, avec le changement de majorité en France, les opérations en Bosnie ont été transférées sous mandat OTAN (IFOR puis SFOR).

Par amitié historique entre la France et la Serbie, envers la Serbie, Mitterrand avait refusé de prendre position contre les dirigeants serbes qui pourtant ont mené de véritables épurations
ethniques.


Que l'on me parle également de cette guerre contre Saddam Hussein et de ce discours aux accents churchilliens, prononcé par feu Mitterrand le soir du 16.01.1991, veille du déclenchement de Desert
Storm : le dirigeant socialiste avait alors engagé dans ces opérations pas moins de 19.000 soldats, marins, aviateurs français; promettant du sang et des larmes.
Et ce, pour une guerre on ne peut plus capitaliste - ah non, j'oubliais, la défense du Bien.
A l'époque, seule une poignée de socialistes avait protesté, dont Chevènement alors MinDef et qui avait démissionné, et Mélenchon.

Quid également du Rwanda ?...


marc masnikosa 11/05/2011 23:20


En reponce a David,tu devrait lire les fait d'epoque l'otant doit bombarder les force qui entoure Sarajevo et mitterand les stop pour son voyage,passe ses accords et tu connais la suite des
evenements,neanmoins tu peu verifier en dehors du ps Francais tu le monde le sais et est d accord c est un faite etablis sinon tu peu essayer de reecrire l histoire mais comme je viens de dire le
faite est etablis et le general Gotovina que l on vient de comdane a 18ans pour crime de guerre etait bien un proche du gouvernement ps de l epoque et c est quelqu un d origine Croate qui te le dit
Mitterand n a rien de propre a son palmares sinon dit moi quoi?a+


Romuald Weymann 11/05/2011 20:19


Oublié, le passé cagoulard et vichyste de Mitterrand.
Occulté, son rôle en 1954 en tant que ministre de l'Intérieur puis de la justice (j'ai un trou de mémoire : dans quelle guerre a été embarquée notre pays entre 1954 et 1962 ?).
Tout comme sa participation aux gouvernements qui, entre 1947 et 1948, ont fait massacrer des dizaines de milliers de Malgaches.
Un détail, semble-t-il, puisqu'aucun socialiste n'a songé à une énième loi mémorielle.
Quid de l'accueil en 1986par Fabius d'un certain « Baby Doc » (qui était chef d'Etat ?

Et dire que Royal et Aubry revendiquent être héritières de Mitterrand : la gauche qui, sans cesse, exige aujourd'hui du peuple français repentance pour le colonialisme et l'esclavage, pourquoi ne
fait-elle pas de même pour les années sombres de Mitterrand ?


David Burlot 11/05/2011 09:03


Cher Marc,
Mitterrand est le diable.
Bien avant son voyage à Sarajevo, les balles fusaient déjà. C'est bien la preuve qu'il était pire que Machiavel, le diable !


marc masnikosa 10/05/2011 22:55


j'ai 15ans et demi,les radios vont devenir libre alors que l ont soutenaient (la voix du lezard,emition pirate) et que l ont avaient une radio pirate dans le quatier du pont de l union que l ont
arrivaient a faire fonctionner parfois, fin de la peine de mort pour mon anniversaire le 9 octobre 1981 et dans les temps qui viennent arrive les catastrophes fabius,qui ferat des emules qui dure
encore aujourdhui a Aulnay et dans le 93 et mitterrand en 92 les 27 et 28 juin 1992 il decide de faire de la politique internationnal en ce rendant a Sarajevo ce qui deviendra l'événement le plus
desastreux pour les territoires de l'ex yougoslavie car il est responsable des evenements qui suivront alors ce rejouir de ce qu'il a fait NON il a ete aussi mauvais que les autres etle pire si je
tiens compte de mes origines
En cloture mitterrand,chirac,sarkosy meme combat et c'est sans etiquette avec une 6eme Republique et de la Democratie que nous changerons notre avenir pour le bien de nos enfants.