Menaces sur le site PSA d'Aulnay-sous-Bois : Gérard Ségura et Daniel Goldberg demandent des explications à Gérard Gaudron quant à la reconversion des salariés

Publié le 11 Mai 2012

psachainemontage

Signe que la campagne des législatives 2012 a vraiment commencé, le maire Gérard Ségura et le député PS Daniel Goldberg ont conjointement réagi à la publication d'un rapport produit par le député UMP sortant de la 10e circonscription de Seine-Saint-Denis, Gérard Gaudron, à propos de la survie du site PSA d'Aulnay-sous-Bois. Dans ce document, évoqué dans les colonnes du journal Le Parisien d'aujourd'hui et remis le lendemain de l'élection présidentielle du 6 mai au ministre de l'Industrie Eric Besson (lire ici), l'ancien maire de la ville se montrerait dubitatif quant à l'avenir de l'usine. Il plaiderait ainsi pour une reconversion des salariés.  

Le déroulé des événements a semble-t-il surpris Daniel Goldberg qui s'interroge sur la motivation du rapport de Gérard Gaudron, tandis que Gérard Ségura demande à ce dernier de s'expliquer. Ils ont produit à cette fin deux communiqués à lire respectivement ici et .

Sur un dossier aussi sensible on aurait sans doute pu espérer que les clivages politiques s'estomperaient et que toutes les forces convergeraient vers le même objectif à savoir le maintien à tout prix de l'usine et des emplois. Cet épisode semble au contraire entretenir un certain flou au moment même où les plus de 3 000 salariés de l'entreprise ont un besoin légitime de certitudes sur leur avenir...  

Source photo : Le Parisien

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Emploi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Laurent Comparot 14/05/2012 18:07

Avoues qu'on peut comprendre que David puisse nourrir certains doutes quant à la position de notre député sortant. Ce qui est étonnant Stéphane, c'est que je pensais t'avoir vu à la réunion UMP du
27 juin 2011 (la réunion au cours de laquelle une certaine association du quartier Croix Blanche avait été portée sur les fonds baptismaux). Le député Gérard Gaudron nous avait alors dit tout le
grand bien qu'il pensait des salariés du site PSA d'Aulnay-sous-Bois et de leurs représentants syndicaux...
Quoiqu'il en soit, la mobilisation future et les actes à venir seront bien plus parlants.

Stéphane Fleury 12/05/2012 09:35

David,

en fait sur le fond ma conclusion est juste. Dans cette histoire de fermeture du site PSA d'Aulnay l'intérêt des salariés, la préservation des emplois directs et indirects, l'appréciation des
conséquences sociales, pour la ville notamment, auraient dû passer avant toute autre considération. Tout le monde aurait dû faire corps au delà des clivages politiques pour sauver l'usine ou
inventer un projet industriel alternatif limitant au maximum la casse. C'est en ce sens que j'explique que les petits calculs de stratégie électorale sont vains et incompréhensibles. Je n'ai aucune
mérite à camper sur cette position qui me parait être de l'ordre du bon sens même.

Maintenant de ton côté et tu l'as développé ici ( http://www.sistraer.net/2012/05/la-patate-chaude-de-gerard-gaudron.html ) sur ton blog, tu as la curieuse impression que Gérard Gaudron n'a pas
joué le jeu. Il a mis un temps fou (6 mois) pour rédiger un rapport où il se montre finalement particulièrement pessimiste sur la suite des événements concernant l'avenir de l'usine PSA d'Aulnay ou
de l'industrie automobile française en général (il suffit d'ailleurs de lire par exemple les Echos pour s'en apercevoir) et qu'il sort finalement du chapeau au moment précis du changement de
majorité qui hérite de ton point de vue d'une patate chaude. C'est une manière de voir les choses qui peut se concevoir, même si l'intéressé s'en défend.

Ceci étant écrit, si on regarde les choses d'un peu plus haut, la multiplication des communiqués de presse est relativement agaçante et peu productive face à l'angoisse légitime des salariés de PSA
et de ceux qui dépendent de son activité. Mais bon passons. De toute façon ces gesticulations par voie de presse ou blogs interposés ne pourront durer éternellement car bientôt les leaders
politiques devront de toute façon faire face à leurs responsabilités. Chacun sera alors libre de juger qui est responsable et/ou coupable...

Christophe 11/05/2012 23:32

"Sur un dossier aussi sensible on aurait sans doute pu espérer que les clivages politiques s'estomperaient et que toutes les forces convergeraient vers le même objectif à savoir le maintien à tout
prix de l'usine et des emplois" écrit l'animateur du blog. Mais alors que tous les syndicats du site (y compris le SIA !!) sont unis depuis un an, avec le soutien de la Ville et de l'essentiel des
forces politiques, seule l'UMP a joué en solo. Gérard Gaudron a toujours refusé de soutenir les actions unitaires pour le maintien du site. Pire, il se propose de rédiger son épitaphe ! Et voudrait
qu'on soutienne celui qui renonce ?

Boubou 11/05/2012 18:01

Je pensais que M. Goldberg était député de la Courneuve. Il est député de la Courneuve ou d'Aulnay ? Je ne comprends vraiment plus rien. J'ai encore dû me tromper...

Ah oui ça y est : il est député de la Courneuve mais il candidate à Aulnay ! D'ailleurs pourquoi ? il a déménagé, il habite dans la circonscription ? On peut m'éclairer là-dessus ?

David Burlot 11/05/2012 17:21

Stéphane,
je ne peux pas être d'accord avec ta conclusion.
Le député Gaudron avait 6 mois pour rédiger un rapport. Il le rend quand le gouvernement qu'il soutenait démissionne. Les réunions d'information ou se sont retrouvés en même temps messieurs Gaudron
et Ségura, n'étaient faites à chaque fois que pour rassurer les auditoires sur la pérénnité du site d'Aulnay.
Maintenant que la majorité peut changer en juin, le député remet son rapport sans doute pour se décharger d'une patate trop chaude pour lui et ses amis du gouvernement.