Les Verts accusent le maire d’Aulnay-sous-Bois Gérard Ségura de censure

Publié le 25 Février 2013

EELVLe clash a eu lieu vers minuit, après plusieurs heures de débat. Jeudi dernier, le ton est monté au conseil municipal d’Aulnay entre le maire PS, Gérard Ségura, et le groupe Europe Ecologie, autour d’un vœu sur le GrandParis Express. Les sept élus qui souhaitaient soumettre un texte soutenant la réalisation de la ligne rouge du futur métro automatique, mais réclamant la suppression de la gare du triangle de Gonesse (Val-d’Oise), ont essuyé un refus du maire. Ils ont fini par quitter l’assemblée, qui s’est terminée plus tôt que prévu, faute de quorum.

C’est loin d’être le premier accrochage entre l’édile et les Verts, qui ont quitté la majorité municipale en 2010. Mais cette fois, le groupe accuse Gérard Ségura d’avoir « censuré » son vœu, « dans un climat de violence ». « Nous avons écrit au préfet », indique le conseiller régional Alain Amédro, qui évoque des « tensions dangereuses pour la démocratie ». Dans les rangs de l’opposition, le conseiller (non inscrit) Alain Boulanger, ou encore l’élu UMP Franck Cannarozzo reprochent eux aussi au maire de conduire les débats avec agressivité.

Deux délibérations pour le site de PSA adoptées

« Il n’a jamais été question de censure », rétorque Gérard Ségura, qui assume le fait d’avoir refusé le vœu : « Ils l’ont présenté au dernier moment. Notre mode de fonctionnement prévoit que les textes sur des questions sensibles soient discutés avant. » Selon Alain Amédro le vœu des Verts gênait : « Il aurait obligé le maire à afficher son soutien au projet Europa City » — du nom d’un complexe de commerces et de loisirs qui doit pousser sur les terres agricoles du Triangle de Gonesse —, décrié par plusieurs élus et associations. Selon Gérard Ségura, le débat aurait été ouvert, puisque la majorité avait elle aussi préparé un vœu de soutien au Grand Paris Express. Il aura peut-être lieu lors du prochain conseil.

Les deux délibérations relatives au site de PSA ont en revanche été adoptées en début de séance. 8000 € seront attribués à l’association Soutien aux salariés de l’automobile du 93, qui aide les grévistes de l’usine d’Aulnay. A noter que les 6 élus communistes, membres de la majorité, se sont abstenus sur l’installation de la société ID Logistics sur le site de PSA. Le texte approuve, sur le principe, l’arrivée de l’entreprise. « Pour nous le compte n’y est pas, explique Miguel Hernandez, adjoint au maire PC. Ce ne sont pas des emplois industriels, les salariés perdront en salaire. La meilleure solution pour réindustrialiser le site, c’est le maintien de la production de la C3 jusqu’en 2016, qui laisse le temps d’envisager des reconversions ou la production d’un autre modèle. » Les élus verts se sont également abstenus sur ce point.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Conseil municipal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Hervé Suaudeau 25/02/2013 18:20

Les partisans aulnaysiens d'Europa City avancent masqués et certains, dont le maire, usent d'agressivité et de censure. On les comprends en effet l'installation de ce centre commercial géant serait
une catastrophe pour notre commerce de proximité déjà mal en point. La population aulnaysienne ne peut pas accepter que des élus sensés les représenter jouent autant contre leur intérêt pour des
raisons d'alliance politicienne.
Et autre question: Que deviendrait le centre commercial O'Parisnord avec ses 220 boutiques lorsque Europa-City et ses 500 boutiques s’installerait tout contre? Aulnay a-t-elle besoin d'une autre
friche à côté de PSA?