Les salariés de Roissy subissent les désagréments du chantier du centre commercial Aéroville !

Publié le 11 Octobre 2013

Aeroville-embouteillages.jpgL’ouverture du nouveau centre commercial Aéroville ne fait pas que des heureux. A quelques centaines de mètres de l’immense bâtiment, les salariés de la zone de fret de Roissy (95) en subissent même les conséquences en termes de circulation. Et ce en raison d’un changement de sens de circulation. « Nous nous levons plus tôt et devons trouver de nouvelles routes, faire des détours pour nous rendre sur notre lieu de travail, racontent certains salariés. Des pétitions circulent, on n’en peut plus! » Aux travaux liés à la mise en service du centre commercial, qui ouvrira la semaine prochaine, s’ajoutent ceux d’aménagement des rues, prévus depuis longtemps.

« L’ouverture d’Aéroville va nettement améliorer cette situation, soutient-on à Aéroports de Paris (ADP). Un parking de 4500 places va ouvrir, il réglera les problèmes de stationnement qui participent à la perturbation du trafic. » Car en plus de nouveaux sens interdits et de déviations, les ouvriers du chantier se garent le long de la route, réduisant la largeur des files. « Entre nous, on a surnommé le centre commercial Aéromerde, poursuit un salarié de la zone. Personne ici ne profitera de ses magasins, mais on hérite de ses désagréments. » Les transporteurs accusent de nombreux retards de livraisons et les employés sont à bout. « Ces travaux ont mis une énorme pagaille dans notre organisation, confie un employé. L’autre jour, un transporteur a mis quarante minutes pour faire 500 m! »

La question est de savoir combien de temps la situation va durer? « C’est une situation temporaire », assure ADP. Mais impossible de connaître l’échéance exacte du retour à la normale. « Nous avons peur que ces changements soient définitifs, poursuit une automobiliste. Il est question de sécuriser la zone de fret pour que les clients d’Aéroville n’y accèdent pas. » Les salariés attendent l’ouverture du centre commercial pour constater l’évolution de la situation. Si rien ne change, ils envisagent de monter au créneau.

Source : Le Parisien

 

 

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article