Les projets de PSA pour l’ancienne usine d’Aulnay-sous-Bois

Publié le 20 Mai 2014

Le nouveau maire d'Aulnay-sous-Bois n'a pas tardé à reprendre la main sur le dossier PSA. Hier, moins de deux mois après son élection, Bruno Beschizza a organisé une conférence de presse en mairie avec les responsables de PSA pour présenter le projet d'aménagement des terrains de l'ancienne usine, dont le chantier de démolition vient de démarrer. 

 projet-psa-aulnay.jpg
« D'autres avant moi ont choisi la voie du conflit. Moi, j'ai voulu que la ville redevienne l'interlocuteur privilégié de PSA. Je ne veux pas écrire l'histoire du déclin, je veux écrire l'histoire d'un début de quelque chose. Je veux faire revenir la richesse, l'investissement, l'entreprise, et de fait les emplois », a martelé le nouvel édile. Oublié le projet de rachat des terrains par l'Etablissement public foncier d'Ile-de-France, porté par son prédécesseur (PS), Gérard Ségura, mais aussi par le député PS Daniel Goldberg ou le président PS de la région, Jean-Paul Huchon. Hier, le cabinet Constructa a présenté à l'hôtel de ville, devant des journalistes mais aussi des acteurs du monde économique local, le « préprojet » d'aménagement du site.

Une cité industrielle

Les 180 ha de PSA doivent avoir une vocation industrielle mais ne doivent pas devenir une enclave dans la cité, indique Constructa. Il est donc impératif de relier le site à la ville actuelle, via des moyens de transports notamment. Ces nouveaux quartiers devront mêler activités industrielles, logements, commerces, services publics... Ils devront également être à la pointe en termes de développement durable. Enfin, pour ne pas oublier l'héritage Peugeot, le cabinet prône comme ligne directrice les secteurs d'activités liés à la mobilité.

Un parc linéaire de 20 ha

Les deux parcs actuels, Ballanger et Sausset, ne doivent pas être une barrière qui sépare la ville actuelle des futurs quartiers. Pour Constructa, il faut donc réinvestir les espaces verts de l'usine Peugeot et créer un parc linéaire de 20 ha, trait d'union entre les parcs existants. A terme, les trois parcs seraient donc reliés entre eux. Le parc linéaire pourrait accueillir des concerts, des expositions et aurait une orientation culturelle. Il pourrait voir le jour d'ici à 2018.

La halle du ferrage, future pépinière d'entreprises

Cette halle où étaient assemblées les pièces de carrosserie des automobiles pourrait accueillir des entreprises dont l'activité est la mobilité : mobilité physique avec les transports, mobilité virtuelle avec des entreprises liées à Internet. La halle pourrait ouvrir ses portes d'ici à 2018. Le cabinet Constructa veut conserver l'héritage PSA. Peugeot installera sur le site un de ses centres de formation. Le futur Grand Paris Express pourrait y avoir ses ateliers de maintenance.

Un campus de formation

C'est la seconde étape pensée par Constructa. Entre 2019 et 2023, un campus de formation pourrait voir le jour. Dans quel domaine ? Cela reste à déterminer. Le conseil de PSA imagine aussi une cité Passion mobilités : « On pourrait faire venir toutes les entreprises qui restaurent les voitures anciennes, ouvrir des ateliers de customisation des voitures... » détaille Constructa.

Pour l'heure, les habitants d'Aulnay attendent l'arrivée d'ID Logistics et de ses 590 emplois en 2015. C'est le seul projet confirmé. Les autres sont encore en suspens pour ce site qui abritait en juillet 2012 plus de 3 000 salariés.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

martin 20/05/2014 09:17

parc du Sausset et non saussaie