Les militants du Front de gauche de Sevran, Tremblay et Villepinte réclament un dédommagement financier pour les usagers du RER B

Publié le 21 Janvier 2014

Ils réclament un « dédommagement financier » pour les usagers du RER B. Les militants du Front de gauche de Sevran, Tremblay et Villepinte étaient ce mardi matin dans plusieurs gares de la ligne : Vert-Galant, Villepinte, Sevran-Livry, Sevran-Beaudottes. Ils dénoncent la « recrudescence d’incidents depuis le début du mois de janvier » et demandent « des investissements massifs sur cette ligne sacrifiée par les pouvoirs publics ». Mercredi dernier, la fonte d’une caténaire à Aulnay a causé un véritable chaos sur la ligne, avec une longue interruption du trafic.

Source : Le Parisien / Vidéo d'illustration : Aulnaylibre !

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

bessaguet 21/01/2014 17:52

Ce n'est plus un dédommagement que devraient percevoir les usagers du RER b mais une réduction de 50% sur leur Pass NAVIGO puisque les transports en communs sont presque intégralement financés par
les deniers publics.
Au contraire, le STIF vient d'augmenter leur coût.
Le RER B + de dysfonctionnement est arrivé, des rames vides en direction de Roissy, tous ceci dans la deuxième région la plus riche de la planéte....

Romuald Weymann 21/01/2014 14:44

Question faussement naïve, ces militants communistes se sentent-ils également concernés lorsque le réseau est complètement tétanisé suite à des actes d'incivilités; ou leur intervention
relève-t-elle du pur opportunisme ?

Exemples l'an dernier, avec vol de câbles (comme le 17 mai 2013 vers les 16h00) et caillassage de la cabine du conducteur (2 juin 2013 vers les 17h00), faits qui ont bloqué le trafic durant de
nombreuses heures.

A-t-on vu à ces moments-là ces communistes réclamer plus de sécurité dans les transports de la même façon qu'ils réclament à très juste titre plus de fiabilité technique de la part des pouvoirs
publics ?

Parce que pour les usagers que nous sommes, il n'existe aucune différence entre une panne technique, une grève de cheminots, un suicide sur une voie ou des actes d'incivilités : cela génère
systématiquement une pagaille monumentale, que les responsables soient la RATP/SNCF ou des personnes tierces.