Les larmes de crocodile du maire d’Aulnay-sous-Bois Gérard Ségura en soutien à l’adjoint Grégoire Mukendi !

Publié le 3 Octobre 2013

larmes-crocodileLorsque vous parlez des blogs d’Aulnay-sous-Bois aux élus de l’actuelle majorité municipale ils lèvent le plus souvent les yeux au ciel affectant une sorte d’indifférence polie sur laquelle on pourrait placer les mots suivants : oh la la les blogs, vous savez, très peu pour moi, je ne les lis jamais !  Pourtant, chaque fois qu’un article fait quelque peu polémique ils ne peuvent s’empêcher de réagir ostensiblement.

Dans ce domaine, Aulnaylibre ! a été plutôt bien servi. D’abord avec une mention dans la tribune PS, PRG et personnalités du magazine Oxygène du 4 février 2013 où Raoul Mercier semble peu goûter notre facétieuse impertinence à envisager que, compte-tenu de la manière dont s’est déroulée cette mandature, les électeurs qui ont voté Gérard Ségura en 2008 puissent ressentir l’impression d’avoir été pris pour des pigeons. Puis, plus récemment, c’est un communiqué du maire en personne qui a été émis en réaction à un de nos écrits sur l’étrange délégation aux archives de l’adjoint Grégoire Mukendi.

GregoireMukendiDans ce dernier document à lire ici, Gérard Ségura, en joueur de bonneteau aguerri, sort toutes les cartes de l’émotion poussée à son paroxysme tel Tartuffe devant Orgon. On imagine déjà l’édile dictant son texte, l’œil et le mouchoir humides, en versant ses larmes de crocodile sur la « violence inouïe » dont a été victime par notre faute Grégoire Mukendi et par ricochet ses proches jusqu’au moins la millième génération ! Si, sur la forme, il est concevable que notre ton grinçant ait pu indisposer quelques-uns, sur le fonds la question reste entière et fait beaucoup causer dans le microcosme Aulnaysien. En effet, au début de son mandat, Grégoire Mukendi était en charge de l’insertion sociale et professionnelle, du RSA et du contrat urbain de cohésion sociale. Gisela Michel, de son côté, se voyait attribuer la culture, l’histoire culturelle, les archives et la documentation. Deux délégations au périmètre cohérent et lisible pour tous.

C’est pourquoi le changement d’attributions en cours de route de Grégoire Mukendi, celui-ci héritant des archives, de la documentation et de la mémoire de la ville (avec l’ajout récent de la propreté de l’espace public, sans que l’on saisisse très bien le rapport) a tout l’air d’un placard doré et soulève un certain nombre de questions au-delà de nos colonnes (voir à ce sujet l’article de notre camarade blogueur Hervé Suaudeau sur MonAulnay.com ici). Que l’homme soit  qualifié de sympathique par ses pairs ne change rien à l’affaire. Du reste, depuis le forum des associations cette image a  été largement écornée puisque monsieur Mukendi  n’était pas le dernier à menacer un membre de notre rédaction, Marc Masnikosa, seulement parce qu’il filmait l’altercation musclée entre Gérard Ségura et deux associations exclues arbitrairement de cet événement sans aucune explication officielle et valable. Dès lors, à la lecture de ce communiqué, on pourrait croire Grégoire Mukendi victime d’Aulnaylibre ! En réalité, en cautionnant le système Ségura et ses dérives, monsieur Mukendi est avant tout victime de lui-même !

Quoi qu’il en soit, cette réaction très émotionnelle jouant à fond sur la corde sensible, est pour le moins surprenante voire incohérente au regard des méthodes employées par la branche armée fantôme en charge de la communication web du toujours non déclaré à sa succession sa majesté Gérard Ségura Ier. En effet, la Rédac de snippers en pantoufles planqués derrière leurs écrans d'ordinateurs, qui assure anonymement le service après-vente du programme Aulnay renait de 2008, ne fait pas vraiment dans la dentelle et les bons sentiments. Quand nous évoquons par exemple l’inopportunité de la nomination d’un membre prétendument indépendant de l’observatoire des engagements, l’instance en charge d’évaluer la tenue des promesses électorales de l’actuelle majorité municipale, au poste de président de l’office de tourisme d’Aulnay-sous-Bois, nous nous faisons traiter ni plus ni moins  de crapules ! De la même manière, certains élus ne sont pas épargnés comme notamment Alain Amédro passé régulièrement à la moulinette sans ménagement dans des articles aux allusions douteuses et infondées  qui sont plus de l’ordre du règlement de compte personnel que du débat démocratique.

En conclusion, nous méditerons cette pensée du jour : « Ne pas confondre la confrontation des points de vue avec le règlement de compte personnel. Il en va du respect des personnes comme des règles de bonne conduite devant régir nos actes citoyens ». Aussi étonnant soit-il ces mots sont de Gérard Ségura ! Le maire d’Aulnay-sous-Bois et son entourage seraient-ils des adeptes du faîtes ce que je dis mais surtout pas ce que je fais ?!

Stéphane Fleury

Rédigé par Stéphane Fleury

Publié dans #Humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JEAN LOUIS KARKIDES 07/10/2013 09:13

Il suffisait de le dire sur Aulnay Libre.....
C'est en ligne....
Je suis peut être trop réactif.
J'adresse aussi avec ces excuses toutes mes condoléances à la famille de Sylviane qui semble être tombée dans...l'anonymat ;)

Jean Louis Karkides 07/10/2013 07:55

De plus,les commentaires sont censurés depuis quelques temps sur ce blog d'anonymes.
Je n'ai pas eu le droit de commenter le fait que de critiquer la forme des écrits d'Hervé pour en détruire le fond était absurde.
Sur un autre site,même censure chez Laurent Comparot.
Pas très ouvert tout ça!

Hervé Suaudeau 06/10/2013 14:45

Tiens j'avais pas vu mais le blog de campagne du maire-candidat soupçonne de racisme Stéphane pour son article sur Grégoire Mukendi. Ceux-là même qui osent proposer un strapontin à leur adjoint
Grégoire Mukendi parlent de racisme pour l'un de ceux qui a osé pointer ce poste indigent. Excusez le terme mais ces méthodes du maire sont à gerber!

Hervé Suaudeau 06/10/2013 14:34

Il est vrai que cette accusation passe largement la barre de la diffamation et doit être condamnée. Ce discours extrême ne doit pas faire oublier que les quartiers nord ont été abandonnés des
décennies par la droite UMP qui a corrigé le tir lors du dernier mandat, mais trop tard. De là à parler de racisme, c'est se faire le perroquet de Gérard Ségura très habile pour diviser les
aulnaysiens alors qu'il devrait être le maire de tous plutôt que celui d'un clan.

A ce titre l'article de Stéphane est très intéressant car il démontre combien le maire d'Aulnay mélange le combat politique avec l'attaque personnelle y compris par des moyens anonymes. Une fois de
plus je suis moi même attaqué de manière personnelle ce week-end sur le blog de campagne du maire par... un anonyme! CQFD

frank cannarozzo 05/10/2013 19:52

Merci au rédacteur de me livrer par mail l'adresse IP d'Aulnaysien de sang afin que nous puissions déposer une plainte pour diffamation. Je suis sûr que cette personne sera capable prouver ce
qu'elle dit puisqu'elle l'écris ...

Rémi 05/10/2013 09:31

Un partisan de Segura qui traite Abrioux de raciste et mafieux c'est le monde à l'envers.
Qui a créé le cap, qui a lancé la rénovation des quartiers Nord......
Et pour la partie mafieuse, terme que je ne serais pas permis d'utiliser
Combien d'amis ont été embauchés à la mairie, combien d'emplois de complaisance, combien nous coûte les indemnités des conseillers municipaux par rapport à l'ancienne majorité et si vous voulez je
peux allonger la liste

Aulnaysien de sang 05/10/2013 00:18

Ce qui vous dérange en réalité sur segura c'est qu'il a aidé les gens du quartier nord trop longtemps abandonnés par une droite raciste et mafieuse!