Le sujet tabou des suicides sur le réseau des transports en commun d'Ile-de-France

Publié le 21 Mars 2013

Si le nombre de suicides a diminué sur les lignes du RER gérées par la RATP, il a en revanche augmenté de 23 % dans le métro l’an dernier.

 suicideRER.jpg

A la RATP, on les qualifie pudiquement « d’accident de personnes » ou « d’accidents graves de voyageurs ». Véritable hantise des conducteurs de rame, les suicides ou les tentatives de suicide sur le réseau sont un sujet tabou à la Régie.

Les statistiques en ligne sur le net
Depuis quelques jours, le nombre de tentatives de suicides qui ont été recensées sur les lignes RATP (
métro et RER A et B) entre 2005 et 2011 est pourtant disponible en quelques clics sur Internet.  La société Data Publica — spécialisée dans la vente de tableaux de bord aux entreprises — qui a eu accès à certaines données internes de la RATP les a mis gratuitement à la disposition du grand public… pour montrer son savoir-faire. Chacun peut le consulter sur le site Data-publica.com.

Le nombre « d’accidents » en baisse depuis 2005

 Ce document, qui n’a pas été commenté par la RATP, fait cependant apparaître une baisse continue du phénomène des suicides sur le réseau. En 2011, comme l’année précédente, 71 tentatives de suicides (dont 23 décès) ont été recensées sur le réseau. Six ans plus tôt, en 2005, la RATP déplorait 185 tentatives.

64 faits recensés l’an dernier
Selon nos informations, cette diminution du nombre de suicides sur le réseau s’est poursuivie en 2012 avec « seulement » 64 tentatives enregistrées. Difficile pourtant de lier cette baisse à l’amélioration des équipements dans les stations (notamment à l’installation des portes palières qui ne s’ouvrent qu’à l’arrivée des rames sur l’ensemble de la ligne 1 automatisée en 2012 et dans certaines stations du nord de la ligne 13). Si le nombre de suicides l’année dernière a en effet diminué de moitié sur les lignes de RER gérées par la RATP, il a en revanche augmenté de 23 % dans le métro.

La SNCF a déjà tiré le signal d’alarme
Cette hausse est malheureusement conforme à celle constatée sur le réseau SNCF francilien où plus de 400 suicides ont été dénombrés l’an dernier (+ 30% par rapport à 2011). Elle a récemment conduit Guillaume Pepy, le président de la SNCF, à demander par courrier aux ministères de l’Intérieur, de la Justice et des Transports, la mise en place d’une « procédure d’exception permettant de traiter en urgence les accidents de personne survenant aux heures de pointe ». Mi-février, le suicide d’une femme dans un tunnel de la gare du Nord avait nécessité la neutralisation des voies pendant cinq heures. L’« accident de personne » avait entraîné des retards ou des suppressions pour 373 trains.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Transports

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article