Le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza félicite les forces de police dans l’affaire de la Rom de 12 ans enlevée pour être mariée de force

Publié le 7 Août 2014

Vous trouverez ci-dessous un communiqué du maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza qui félicite les forces de police pour leur intervention dans l’affaire de la Rom de 12 ans enlevée pour être mariée de force. Nous relayons à la suite l’article du Parisien paru ce matin à propos de cet événement.

Communiqué de Presse

Trois personnes ont été interpellées mercredi dans un campement sauvage situé près du boulevard André Citroën d’Aulnay-sous-Bois pour avoir enlevé et séquestré durant une semaine une adolescente de 12 ans pour un mariage forcé.

Bruno BESCHIZZA tient à féliciter les forces de police pour cette intervention qui a permis de mettre un terme à un véritable trafic d’être humain.

Bruno BESCHIZZA se félicite que face à de telles pratiques tribales, l’ordre républicain puisse régner partout. 

Bruno BESCHIZZA

Maire d’Aulnay-sous-Bois

Conseiller régional d’Île-de-France

Une Rom de 12 ans enlevée pour être mariée de force

camp-romLes policiers sont intervenus hier dans un campement pour ramener Iova chez elle. Sa mère avait déposé plainte pour enlèvement et séquestration.

Iova, une jeune rom âgée de 12 ans, a été retrouvée hier dans le campement situé boulevard André-Citroën à Aulnay, face au centre commercial O'Parinor. Elle avait disparu le 29 juillet du squat où elle vivait avec ses parents à Bobigny. Trois personnes ont été interpellées et conduites au commissariat d'Aulnay. Hier, en milieu d'après-midi, la mère a déposé plainte au commissariat de Bobigny, affirmant que sa fille avait été enlevée et était séquestrée dans le camp dit du bassin de rétention à Aulnay, pour être ensuite conduite en Espagne où elle serait mariée de force. Elle explique que, mardi, les auteurs du rapt ont fait irruption chez elle à Bobigny pour lui proposer de l'argent en échange de son enfant et de son silence, mais elle aurait refusé. Dès le lendemain, elle se rendait au commissariat pour dénoncer les faits.

Le fiancé, âgé de 28 ans, a eu le temps de prendre la fuite

Hier, vers 18 heures, une quinzaine de policiers du commissariat d'Aulnay et un renfort de la police municipale ont encerclé cet immense campement rom et perquisitionné l'ensemble des baraquements. Situé en face du centre commercial O'Parinor, c'est l'un des derniers camps d'Aulnay et l'un des plus vastes du département, avec ses 420 occupants. Dans une atmosphère plutôt hostile, les enquêteurs ont également entendu des membres de la communauté avant de retrouver la trace de Iova. « Une jeune fille plutôt grande pour son âge mais avec un visage d'enfant », décrira un témoin. En découvrant que sa mère avait vendu la mèche à la police, l'adolescente lui aurait fait part de sa vive désapprobation. Le fiancé, âgé de 28 ans, a eu le temps de prendre la fuite. Hier, il était toujours introuvable.

En revanche, ses parents ont été interpellés ainsi que son frère. C'est ce dernier qui aurait proposé de l'argent aux parents de sa belle-soeur en échange de leur discrétion.

Les auditions des différents complices permettront de déterminer si la jeune fille a bien été retenue contre sa volonté -- les faits seraient alors constitutifs d'une séquestration -- ou s'il s'agit d'un simple détournement de mineur. La jeune fille devrait être remise à sa famille. En outre, lors des perquisitions, les policiers sont tombés sur un lot de bijoux volés de faible valeur et sur son receleur.

Sources : Communiqué de Bruno Beschizza et Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Communiqués

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

martin 09/08/2014 09:02

oui et je peux vous dire que les entreprises craignent le pire pour ce qui est stocké extérieurement matériel camions dans certaines entreprises et que ça risque de chauffer si des dégradations et
des vols sont commis

simval 09/08/2014 07:51

Comme il l'a dit lors de sa campagne : "je vais faire en sorte qu'ils n'aient plus l'occasion de s'installer". 2 camps ont été démantelés depuis avril. Un autre s'installe rue Blaise Pascal (gardé
nuit et jour par un maitre chien, déjà 3 ou 4 cabanes. Des "petits privilégiés" ? Une histoire sans fin ? Je crains le pire pour Aulnay qui va finir comme Aubervilliers