Le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza dénonce des pressions dans les conseils d’école à propos des rythmes scolaires

Publié le 12 Juin 2014

Bruno-Beschizza-Aulnay-copie-1Pour le maire UMP Bruno Beschizza d'Aulnay, il s'agit d'une « atteinte aux principes démocratiques ». L'élu a écrit au ministre de l'Education, Benoît Hamon, pour dénoncer les conditions dans lesquels les conseils d'école sont consultés sur l'application de la réforme. Selon lui, dans une école, la directrice a refusé de soumettre au vote « le projet porté par la mairie ».Projet qui consiste à demander la « non-application cette année du décret Hamon ». La directrice en question aurait de la même manière refusé de mettre aux voix un texte proposé par les représentants de la FCPE (principale fédération de parents d'élèves). Bruno Beschizza indique dans son courrier que la directrice aurait agi « sur demande de l'IEN » (NDLR : l'inspectrice de circonscription). Il dénonce de la même manière la convocation tardive des membres des conseils d'école (quatre ou cinq jours avant la réunion dans trois écoles de la ville).

S'il ne fait aucun doute que la direction académique a eu vent des plaintes du maire, elle se refusait hier à tout commentaire. Les conseils d'écoles, qui regroupent des élus, des parents et des enseignants, peuvent être consultés sur la réforme des rythmes scolaires, mais uniquement sur l'organisation de la semaine d'école. Le décret Hamon rend même cette consultation obligatoire lorsqu'une ville propose d'accueillir les élèves sur huit demi-journées (avec les activités regroupées sur une demi-journée). Les directeurs, qui président les conseils d'écoles, peuvent-ils transmettre aux inspecteurs des motions se prononçant contre l'application de la loi  ? Sur ce point, visiblement, tout le monde n'est pas d'accord.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Education

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JEAN LOUIS KARKIDES 12/06/2014 15:25

Ne vaudrait-il pas mieux écrire que le maire exerce des pressions sur les Conseils d'Ecole?
Si l'on doit s'opposer aux rythmes scolaires,il est évident que l'on ne peut pas demander à des fonctionnaires de l'Etat de proposer des textes qui actuellement sont hors la loi.
Un ancien sous-préfet comme lui devrait ne pas pousser des fonctionnaires à la faute.
C'est vrai qu'il a déjà mis dans la boue cette profession (les enseignants) en osant dire sur un tract qu'ils étaient prêt à mettre en place la théorie du genre!

Laurent Comparot 12/06/2014 14:08

Monsieur Beschizza découvre qu'il faut respecter la loi y compris les décrets qui font office de loi. Les fonctionnaires d'état sont tenus de faire respecter la loi, pas soutenir les errances du
hors-la-loi Beschizza.