Le Grand Paris bientôt aux mains de la droite

Publié le 1 Avril 2014

rubon31.pngPERSONNE NE L'A VU VENIR. Effet collatéral de la déroute de la gauche dans la petite couronne où une quinzaine de villes (Asnières, Aulnay, Colombes, Saint-Ouen...) ont basculé, la droite sera en position de force dans la métropole du Grand Paris, qui sera créée le 1 er janvier 2016.

Cette collectivité de 124 communes et 6,7 millions d'habitants, en charge du logement, de l'aménagement ou de la politique de la ville, doit se substituer aux intercommunalités existantes du Val-de-Marne, de Seine-Saint-Denis et des Hauts-de-Seine, transformées en super arrondissements.

La présidence du Grand Paris aiguise les appétits. Sur les 337 sièges de conseillers de la future assemblée du Grand Paris, 188 reviendraient à la droite (55 %). Et ce, même en incluant les 48 villes de grande couronne limitrophes de la métropole qui pourront choisir de l'intégrer avant le 31 décembre.

C'est un coup dur pour le président PS de l'Assemblée Claude Bartolone qui lorgnait sa présidence. Et une aubaine pour d'autres qui se sont déjà déclarés candidats comme le maire UMP des Pavillons (93) Philippe Dallier ou son homologue de Rueil Patrick Ollier. On murmure aussi que le poste intéresserait Nathalie Kosciusko-Morizet qui tiendrait là sa revanche.

Karoutchi veut le dynamiter. Reste que le sujet divise au sein même des familles politiques. Pourfendeur de ce qu'il décrit comme « un monstre technocratique », le sénateur UMP du 92 Roger Karoutchi fait valoir que 75 % de la future assemblée (dont les communistes) est opposée au projet. Et demande un moratoire sur la loi votée fin 2013 : « Ou le gouvernement revoit sa copie, ou nous ferons campagne contre la métropole et, au bout du bout, nous élirons un président qui fera en sorte de ne pas la faire fonctionner. »

Et maintenant ? Président PS du syndicat d'élus Paris Métropole, Daniel Guiraud copréside avec le préfet d'Ile-de-France la mission de préfiguration chargée de mettre la loi en musique. « Je récuse l'idée que parce que le panorama politique change, on doit arrêter la construction d'une métropole qui est indispensable », souligne-t-il. A droite, Philippe Dallier ne dit pas autre chose : « Le cadre légal existe : il faut se mettre au travail. »

Source : Le Parisien

 

 

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #C'est dans le Journal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article