Le corps retrouvé découpé en morceaux à Villepinte était celui d’Afif Chebil étudiant tunisien de 19 ans

Publié le 10 Septembre 2014

Afif-Villepinte.jpgQu'est-il arrivé à Afif Chebil ? Sur la dernière photo de son compte Facebook, datée du 30 août, le jeune homme apparaissait souriant aux côtés d'un ami à Aulnay-sous-Bois. « En pleine forme », précisait-il dans la légende.

Afif, 19 ans, était arrivé de Tunisie trois jours auparavant. Il s'apprêtait à entrer à l'université 
Paris-VII-Diderot, en maths-informatique, indique un de ses proches. Cependant, le 2 septembre, le corps du jeune homme était découvert, démembré et dissimulé dans des sacs-poubelles, dans le quartier du Vert-Galant à Villepinte. Une information judiciaire a été ouverte lundi. Le jeune homme aurait été égorgé.

Il a fallu quelques jours aux enquêteurs de la brigade criminelle pour mettre un nom et une identité sur ce corps. La famille de la victime, depuis la Tunisie, s'était inquiétée de ne plus avoir de nouvelles. « Il nous contactait deux ou trois fois par jour. Le dimanche (NDLR : 31 août), il nous a dit qu'il allait se coucher tôt pour être prêt à aller s'inscrire à l'université. On n'a plus eu de signe de vie ensuite », indique encore un proche parent. L'inquiétude a donc grandi d'heure en heure dans la maison familiale de M'saken, dans la région de Sousse (à 150 km de Tunis). Afif, avant-dernier d'une fratrie de cinq, connaissait déjà la région parisienne, il y avait brièvement séjourné en juin chez un ami de ses parents, à Aulnay. Il s'était alors familiarisé avec le
métro, avait visité le château de Versailles, les beaux quartiers de Paris, dont il avait posté quelques clichés sur sa page Facebook... Le 27 août, il était revenu à Aulnay, logeant seul cette fois, son hôte étant lui-même en vacances en Tunisie. Son entourage le décrit comme un bon étudiant, plein d'enthousiasme.

Malvoyant, il avait décroché son bac et avait entamé l'an dernier un cursus au sein de l'Ecole d'architecture et d'urbanisme de Tunisie. « Ce n'était pas un aventurier. Il était venu en France dans un but très noble : faire ses études, suivre un traitement pour ses problèmes de vue. Sa famille avait tout fait pour qu'il soit en sécurité, toutes les démarches avaient été faites », martèle ce proche, qui indique que le jeune homme devait obtenir un logement étudiant une fois accomplies les dernières formalités d'inscription à la fac. Il n'en a pas eu le temps.

La nouvelle de sa mort violente a suscité l'émotion des deux côtés de la Méditerranée. Cette émotion s'est beaucoup exprimée sur les réseaux sociaux. Deux rassemblements devraient avoir lieu vendredi, l'un à Tunis, l'autre devant l'ambassade de Tunisie à Paris, à l'appel de plusieurs associations. L'ambassade confirme avoir aidé la famille dans ses démarches pour signaler la disparition. Les parents d'Afif Chebil attendent désormais de pouvoir rapatrier le corps de leur fils pour l'inhumer aussi vite que possible.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JLK 10/09/2014 10:40

Un crime est un crime qu'il soit commis par qui que ce soit,où que ce soit.
Il est malheureux que pour certains la vie de l'autre ait moins de valeur que la sienne.
Par folie ou endoctrinement.....

yousri 10/09/2014 09:37

on va voir l indignation selectice de certains......