Le centre commercial O’Parinor d’Aulnay-sous-Bois bientôt ouvert le dimanche ?

Publié le 19 Septembre 2013

OParinorAulnay.jpgL’idée était dans l’air depuis quelques mois. Le centre commercial O’Parinor, à Aulnay-sous-Bois, pourrait un jour ouvrir le dimanche. Une première étape va en tout cas être franchie lors du conseil municipal de ce soir. Les élus doivent se prononcer sur une délibération présentée par le maire (PS) Gérard Ségura. Le texte demande au préfet, seul habilité à autoriser les ouvertures dominicales, de créer un périmètre d’usage de consommation exceptionnel (Puce), à l’intérieur duquel les enseignes sont autorisées à ouvrir leurs portes aux acheteurs du dimanche.

La concurrence d’Aéroville sera dans tous les esprits

Le maire répond ainsi à une demande exprimée par le groupe britannique Hammerson, propriétaire du centre, et par Carrefour, qui y tient un supermarché de 22000 m 2. Sans doute l’ouverture, d’ici un an, d’un UCG Ciné Cités à l’extrémité de la galerie de 200 boutiques pèse-t-elle en faveur d’une ouverture durant tout le week-end. Un autre locataire semble aussi militer avec insistance en ce sens. C’est l’enseigne de mode britannique Primark, censée arriver au printemps 2014 (Aulnay serait l’une de ses premières implantations en France).

Au conseil municipal de ce soir, le débat promet d’être vif. Les élus communistes, membres de la majorité, ont déjà prévenu qu’ils demanderaient au maire de retirer la délibération. « A défaut, nous voterons contre », indiquent-ils dans un communiqué. L’ouverture dominicale, estiment-ils, « dégradera encore plus les conditions de travail, déjà précaires, de cette branche professionnelle ». Plus mesuré, l’élu d’opposition (SE) Alain Boulanger, y voit « une forme de fuite en avant dans l’offre marchande qui se fera au détriment des petits commerçants ». Mais il s’apprête néanmoins à voter la délibération, « par souci d’équilibre, face à Aéroville ».

Car l’ouverture annoncée de ce futur géant du commerce, le 17 octobre, à Tremblay, est dans tous les esprits. Même si le projet de délibération évoque, pour justifier une telle mesure, la « dégradation de l’emploi local » et la nécessité de préserver les 2700 salariés d’O’Parinor, il s’attarde ensuite sur l’arrivée d’Aéroville, ce « concurrent direct d’O’Parinor avec plus de 200 boutiques et 12 salles de cinéma bénéficiant, du fait de son emplacement sur la zone aéroportuaire, d’une dérogation permanente de droit au repos dominical ».

La délibération formule également des « conditions » à l’instauration d’un Puce : les commerces devraient appliquer les « meilleures conditions de protection des salariés concernés », et O’Parinor est invité à mettre en place des « moyens de transport permettant aux salariés de rejoindre leur domicile ». Si la délibération est adoptée, Gérard Ségura pourra adresser sa demande au préfet. La Seine-Saint-Denis ne comptait aucun Puce jusqu’en février dernier. Avant de quitter le département en juin, l’ancien préfet Christian Lambert avait créé par arrêtés trois périmètres à Villemomble, Rosny et Aubervilliers. Dans ce dernier cas, l’arrêté a finalement été annulé par le tribunal administratif de Montreuil, saisi par les syndicats.

Source : Le Parisien

 

 

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JEAN LOUIS KARKIDES 20/09/2013 11:37

Romuald,croyez vous sincèrement que le salarié d'un commerce de Parinor aura vraiment le choix de préserver sa vie de famille en refusant de travailler le dimanche?
Evidemment non et c'est un beau cadeau que veut faire le Maire aux grandes enseignes ayant les moyens de se payer une boutique dans ce centre commercial.
Mais surtout,c'est ne pas réfléchir à la société que nous voulons pour l'avenir de notre ville.
Les choix pour demain se font aujourd'hui.
Je ne rêve pas d'une vie le dimanche dans les centres commerciaux.
Je ne rêve pas pour mes enfants d'une vie où il ne sera plus possible de se retrouver tous ensemble car les lois du travail auront été abolies par un système "libéral".
D'autres choix sont possibles si on se donne la peine de voir un peu plus loin que le bout de son mandat.

Romuald Weymann 20/09/2013 10:07

C'est beau et noble de défendre le « petit commerce », bref le commerce dit de proximité, mais où le trouve-t-on à Aulnay principalement ? Au centre-ville.

Ailleurs, le commerce de proximité se réduisant à des snacks à kebab et des épiceries etc soient spécialement menacés de disparition.

La clientèle qui fréquente Parinor est-elle la même qui se rend dans le commerce de proximité du centre-ville, commerce qui serait menacé par ces centres commerciaux ? Je n'en suis absolument pas
convaincu.

Et je ne suis pas sûr que la clientèle habituelle des commerces de proximité du centre-ville soit particulièrement sensible aux appels lancés des centres commerciaux.


En fait, je pense qu'on devrait demander leur avis aux salariés concernés par l'ouverture dominicale..
A Plan-de-Campagne (entre Marseille et Aix-en-Pce, d'où je viens), je me rappelle que des débats houleux s'étaient tenus, les salariés défendant le travail dominical, là où la CGT parisienne
s'était pointée, Thibaut en tête, pour clamer que c'était une hérésie...

JEAN LOUIS KARKIDES 20/09/2013 08:08

Histoire de mettre un peu plus en difficulté le petit commerce,de désertifier nos marchés du dimanche,d'obliger des salariés à travailler le jour où la famille peut se retrouver,notre "maire de
gauche" a fait voter cette délibération.
Et grâce à qui?
A la droite unie derrière lui.
Bravo pour cette vision commune de notre ville de demain!
Et après il essayera de faire croire que les verts sont à droite!
Ville vide,bétonnée,divisée......Quelle vision pour 2014!