Le centre commercial Aéroville de Tremblay réussit son démarrage avec succès ! L’O’Parinor d’Aulnay-sous-Bois a-t-il du souci à se faire ?

Publié le 23 Novembre 2013

Elle venait simplement faire un peu de shopping. Mais jeudi en franchissant les portes du centre commercial Aéroville (Tremblay-en-France), Capucine est devenue ce « millionième visiteur » que la direction guettait depuis plusieurs jours. La jeune habitante de Saint-Witz (Val-d’Oise), architecte d’intérieur, y a gagné un chèque cadeau de 1000 € et une petite séance photo avec la directrice du centre. Cette dernière a savouré l’instant. Elodie Arcayna a un peu le sentiment d’avoir fait ses preuves : « faire un million de visiteurs en un mois, c’est un très bon signe. Ça rassure tout le monde ». L’ouverture d’un centre commercial en pleine zone aéroportuaire laissait certains observateurs dubitatifs. Le premier mois semble leur avoir donné tort. « On a une vraie clientèle d’actifs, travaillant sur la zone aéroportuaire, qui vient entre midi et 14 heures, mais aussi en fin de journée. On attire aussi des habitants des villes voisines : Tremblay, Villepinte, Goussainville… Et le week-end, on voit affluer beaucoup de gens de l’Oise, un public familial », détaille Elodie Arcayna.

 
L’ouverture dominicale de la galerie aux 200 boutiques a boosté la fréquentation. Chaque dimanche, Aéroville voit affluer entre 35000 et 40000 visiteurs. C’est le deuxième pic de la semaine, après la grosse journée du samedi (entre 40000 et 45000 personnes). Toujours selon la direction, les enseignes de prêt-à-porter ont atteint leurs objectifs, au terme de ce mois test. Le centre commercial qui vise les 12 millions de visiteurs annuels, tiendra-t-il le rythme sur la durée? « Ce mois a été particulièrement fort, tempère Elodie Arcayna. Il y a eu des vacances scolaires et l’effet de curiosité du début ». Jeudi, à l’heure du déjeuner, les restaurants voisins du cinéma Europacorp, tout juste ouvert, semblaient faire le plein. On refusait même du monde aux portes du Johnny B. Goode, sorte de « dîner » américain au look rétro, servant de généreux burgers et bagels. « Ça marche très bien le midi, surtout le week-end. On peut faire jusqu’à 400 couverts, glisse Tamara, assistante manageur du Bistro l’atelier. Mais en semaine, c’est plus aléatoire, sauf quand il y a des salons au parc des Expositions à Villepinte. On a très peu de monde le soir. Un peu plus depuis l’ouverture du cinéma… »

 

Non loin de là, la galerie Yellow Corner, qui vend des photos grand format, semble un peu dépeuplée. « C’est très calme, soupire une employée. Le problème, c’est que c’est peu accessible pour les touristes de l’aéroport. » La période de Noël sera déterminante pour la suite. Le centre mise sur ses animations gratuites (ateliers cuisine, dégustations, organisés le week-end), et les ouvertures programmées dans les semaines à venir : quatre restaurants, un magasin Sinequanone, et surtout un magasin Apple, l’un des seuls à l’est de Paris. Très attendu, semble-t-il, à la veille des fêtes de fin d’année.

 

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Commerce

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

CHRISTIAN 24/11/2013 18:24

Avec toutes les polémiques sur l'installation de ces centres commerciaux à la fois inhumains, agressant les centres déjà existants, accélérant la fermeture des commerces de proximité, peu judicieux
en cette période..., est-il souhaitable de faire de la publicité à de tels "monstres"?