Le business de l’islam fait recette au Bourget

Publié le 20 Avril 2014

3781579_11-1-7427489_545x341.jpgUne montre boussole pour faire la prière en direction de La Mecque, avec un rappel cinq fois par jour, des bonbons halal pour les enfants, des maillots de bain pour femmes qui recouvrent tout le corps ou encore une halalbox qui proposent des activités certifiées « halal »... Hier, dans les allées de la Foire de la 31 e Rencontre annuelle des musulmans de France, organisée jusqu'à demain soir au Parc des expositions du Bourget par l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), des milliers de musulmans sont venus faire leurs emplettes pour trouver ce qu'il est souvent difficile de dénicher dans les commerces traditionnels. 

Des veilleuses qui lisent le Coran aux bébés

Cette année, le salon a particulièrement misé sur l'éducation et les enfants. Les stands de livres regorgent d'albums éducatifs pour apprendre à lire le Coran et l'on trouve quantité de jeux de société pour connaître l'islam en s'amusant. « On est venus trouver des jouets pédagogiques », glisse Fatima, qui compte dépenser près de 100 EUR au stand du site Internet Mooslim-univers.com. On y vend des veilleuses qui lisent le Coran en français aux bébés, des trotteurs où les touches sonores lancent des « qui est ton seigneur ? C'est Allah ! » ou des doudous sans visage mais avec un foulard.

Source : Le Parisien

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #93 Infos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

bessaguet 22/04/2014 17:58

Il y déjà ce genre de salon mais celui-ci c'est toute l'année : c'est à Lourdes

Romuald Weymann 21/04/2014 20:17

Le gouvernement combatif est décidé à lutter contre les réseaux jihadistes envoyant des centaines de personnes, y compris mineures, combattre en Syrie.

Qu'il commence déjà à interdire cette vaste foire annuelle islamiste où des ouvrages appelant ouvertement au jihad sont mis en vente et où tout est fait pour inciter les visiteurs, musulmans, à
entretenir l'entre-soi plutôt que le fameux vivre-ensemble.