Le blues d'Aulnay-sous-Bois récompensé à Memphis

Publié le 13 Mai 2012

chicagoblues.jpgMemphis, Tennessee (Etats-Unis), berceau du blues et du rock. Qui aurait cru que cette terre sacrée de la musique rendrait un jour hommage à une commune de Seine-Saint-Denis, en lui décernant une prestigieuse récompense? C’est pourtant ce qui est arrivé hier à la ville d’Aulnay-sous-Bois. Pour avoir coproduit l’album « Chicago Blues A Living History, The (R)Evolution Continues » (sorti en janvier 2011), elle a reçu un prix du meilleur album de blues traditionnel, lors de la très renommée cérémonie des Blues Music Awards 2012.« On l’espérait, et, à vrai dire, on s’y attendait un peu, assure le maire PS Gérard Ségura. Beaucoup de professionnels nous avaient dit qu’il s’agissait d’un bon album. »

Nominés au Grammy Awards 2010

L’élu n’avait pas fait le déplacement, mais la commune était représentée par le directeur du Théâtre-cinéma Jacques-Prévert, Christophe Ubelmann, qui a accompagné Larry Skoller, patron du label Raisin Music, coproducteur de l’album. Ce dernier, joint à Memphis, se réjouit sans fausse pudeur : « C’est la plus haute récompense, ça met vraiment en lumière le disque, le groupe, Chicago comme la capitale du blues, ainsi que le Festival All Blues d’Aulnay. » Le double album de 22 titres est en effet le résultat d’une extraordinaire aventure musicale.

Le festival de blues d’Aulnay, largement dédié à la musique électrifiée née à Chicago, avait permis de réunir de vraies pointures : Billy Boy Arnold, John Primer, Billy Branch, Lurrie Bell, Carlos Johnson. Autour de ces musiciens hors pair, l’idée d’un premier disque est née en 2009. Et l’album avait déjà attiré l’attention, et été nominé (sans succès) aux Grammy Awards de 2010. Le second opus, sorti en juin 2011 (et qui s’est écoulé depuis à plus de 5000 exemplaires), a eu plus de chance.

« C’est une véritable consécration », réagissait hier Mohamed Beldjoudi, directeur en charge de la culture à Aulnay, l’un des principaux artisans du festival. La prochaine édition, en novembre, promet d’être triomphale. « Nous allons encore développer ce festival », promet le maire PS Gérard Ségura. Reste à savoir ce que sera le destin du disque « Heritage Blues Orchestra », le troisième issu de cette drôle d’union entre Chicago et Aulnay. Sorti en février dernier, il a déjà connu un joli succès critique…

Source : Gwenael Bourdon. Le Parisien du samedi 12 mai 2012.

 

Rédigé par Aulnaylibre !

Publié dans #Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JF 13/05/2012 10:09

Jolie récompense de la part de la ville du King .....