Le Billet de Veritis : Tunisie, 66 morts déjà !

Publié le 14 Janvier 2011

C’est à quelques heures de Paris, de l’autre côté de la Méditerranée, cette Grande Bleue, dans laquelle on aime tant se baigner. Hammamet, Djerba : ces magnifiques plages parsemées d’hôtels qui accueillent des touristes européens heureux de profiter du soleil, mais aussi la beauté des sables du désert et une vraie gentillesse de ses habitants.

 

Nous savions bien que le régime était autoritaire, qu’il pouvait y régner une certaine corruption, que des journalistes avaient pu y être emprisonnés, mais nous avions le sentiment que, peu à peu, les choses pouvaient peut-être s’arranger, avec la manne touristique et le boom économique qui semblait se manifester. Et puis, au moins les fondamentalistes islamiques n’avaient pas pignon sur rue !

 

Patatras ! La crise économique y a aussi ses effets. Les emplois sont devenus plus difficiles et le chômage augmente, notamment pour des jeunes diplômés qui avaient déjà du mal à s’intégrer, mais qui, là, se révoltent devant les inégalités et les injustices d’un système gangréné par la corruption à un point que l’on n’osait imaginer !

 

Car, aujourd’hui le monde a bien changé. Le temps des dictatures ou des régimes opaques et autoritaires est compté. Pourquoi ? Parce que le phénomène de la toile ou des réseaux sociaux balaye tout et passe au-dessus des crispations et des conservatismes des hommes de pouvoir ainsi que par delà les frontières. Dés lors, à l’aide d’un téléphone portable ou d’un ordinateur, tout se sait. Les forums se multiplient, les témoignages affluent, les réactions s’amplifient. Tout cela fait boule de neige et alimente des phénomènes collectifs qu’il est alors difficile de réprimer, tant leur puissance peut être dévastatrice.

 

Et c’est là, où existe une différence fondamentale entre les Démocraties et les Régimes autoritaires. Dans le premier cas, la liberté de manifestation est garantie, voire encadrée par des organisations syndicales  et des services d’ordre tant syndicaux que policiers. Il peut exister quelques violences ou quelques bavures, mais en général la vie humaine est préservée (c’est ce qui s’est passé, par exemple, en mai 68). Dans le second, la police ou l’armée n’hésitent pas à tirer avec des balles réelles sur des manifestants, peut-être non pacifiques, mais en tous cas non armés.

 

C’est ainsi que l’on compte déjà, semble-t-il, au moins 66 morts liés à ces manifestations. Pauvre Maghreb qui, a certes conquis son indépendance depuis 50 ans environ, mais qui est toujours aux prises avec des régimes non démocratiques et corrompus ! Et si le sursaut était pour demain ?

 

Veritis.

Rédigé par Veritis

Publié dans #Le Billet de Veritis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Veritis 15/01/2011 12:30


@ Romuald,

Merci de votre commentaire.

Le problème des claviers c'est qu'il y a des lettres côte à côte, de sorte que le L se trouve à côté du K. Que celui qui n'a jamais pêché lève le doigt !

Bref vous vouliez parler de DSK et vous avez inventé un DSL que, si je vous comprends bien, des mauvaises langues pourraient traduire par " Directement (vers la) Société Libérale".

J'avais effectivement entendu dans une émission de France Inter une reprise de cette intervention de DSK. Comme quoi, on peut être un bon économiste "keynésien" aux dires de certains, ou "libéral"
selon d'autres, sans être forcément un bon prophète.

Il y a également, une autre leçon que l'on peut tirer de cela.

Comme la diplomatie américaine le soulignait à travers les notes Wikileaks publiées par Le Monde, Ben Ali c'était en réalité Ali Baba et les quarante voleurs. Et c'est là ou l'on retrouve la misère
morale des hommes politiques ou des grands commis des organisations internationales : être obligés de taire ce genre de choses au nom du "politiquement correct" de la diplomatie ou des "intérêts
soit-disant supérieurs de la nation ou d'une organisation.

A côté du FMI, on pourrait donc créer le FMAC ( Fonds Mondial Anti Corruption ) et l'on verrait alors que les interventions du FMI pourraient peut-être devenir moins nécessaires.

A méditer.

Un dernier point. L'industrie textile tunisienne exportatrice vers l'Europe et assez prospère à une époque a commencé à décliner lorsque l'Europe a supprimé la politique des quotas pour les
importations en provenance de Chine ouvrant ainsi les vannes à l'invasion des produits "made in China".

Je sais bien que tout cela n'est pas si simple et qu'il n'est nullement question de prôner ici une quelconque " fermeture " des frontières. Je sais aussi que la vigueur du commerce international
participe largement à la bonne tenue de croissance mondiale. Il n'empêche que nous avons là encore l'illustration de la dure loi du commerce : " Plus cher que moi, tu meurs ! "

Tout cela est l'illustration de la loi de la concurrence généralisée qui a ses vertus mais qui entraîne aussi beaucoup de dégâts de par le monde.

A méditer encore...

Bien à vous.

Veritis.


Romuald 14/01/2011 22:33


Et dire qu'en novembre 2008, un certain DSL louait le dynamisme économique de la Tunisie et sa croissance...

Cf cette vidéo tirée de la TV tunisienne http://www.youtube.com/watch?v=xEA9X6j7b_U&feature=player_embedded

« Je m’attends à une forte croissance en Tunisie cette année, la politique économique adoptée ici est une politique saine et constitue le meilleur modèle à suivre pour de nombreux pays émergents.
Le jugement que le FMI porte sur la politique tunisienne est très positif et je n’ai pas de crainte pour l’année prochaine. En Tunisie, les choses continueront de fonctionner correctement. »

J'ai entendu avant-hier l'ambassadeur de Tunisie prétendre que les émeutes étaient organisées et menées par l'extrême-gauche tunisienne et les barbus; mais cela me paraît gros quand même ?...


Bon courage en tout cas aux Tunisiens pour l'avenir, qui leur appartient.

Ce qu'il se passe en Tunisie et la très forte influence d'internet me fait penser à l'Iran, où les manifestations ont été réprimées là aussi dans le sang.
Mais pour le malheur des Iraniens, le régime est encore en place..


Veritis 14/01/2011 19:29


Il n'est pas d'usage que l'on commente soi-même ses propres billets.

Sauf si l'actualité se révèle encore plus rapide que ce que l'on pouvait imaginer. Lorsque j'écrivais hier " Et si le sursaut était pour demain" je ne pensais pas que Ben Ali serait amené à
renoncer au pouvoir, aujourd'hui même. C'est ainsi qu'après le discours du Président tunisien de hier soir, le Web s'est mis à se déchaîner encore davantage et la rue s'est mobilisée au cri de "Ben
Ali, démission !"

Ce n'est pas toujours en écrivant sur un blog que l'on a le sentiment d'être le témoin ou le commentateur direct d'une histoire en train de se faire !

Il reste maintenant à suivre de près, l'évolution des évènements. Tout cela montre à l'évidence que les excès en tous genres dans la sphère politique sont, tôt ou tard, sanctionnés.

Le peuple tunisien peut saisir cette occasion, pour rajeunir sérieusement ses cadres et ses représentants et se tourner vers une véritable démocratie. Ce n'est pas certain, mais si cela pouvait se
faire, ce serait un signe encourageant pour d'autres pays, non loin de la Tunisie, qui sont également aux prises avec des dictatures ou des Régimes autoritaires.

Veritis.